18
sep

Je suis au septième ciel… (L'envol - Air France)

Vous savez combien je suis tombée folle amoureuse d’un morceau de Mozart et d’un extrait du ballet Le Parc, découvert au hasard d’un reportage télé sur la danseuse Aurélie Dupont, j’en ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog, ici et , parce que j’ai eu un coup de foudre, comme quand on tombe en amour, avec les frissons, les rougeurs, l’envie de revoir et revoir encore…

Etrangement, depuis cette découverte, je retrouve ce morceau partout.  A la télé, au cinéma, à plein d’endroits.  Je l’ai notamment entendu dans le film Un week-end sur deux, revu récemment dans ma série « je mate les trucs de ma dvdthèque ».  Bien sûr, avant de découvrir le ballet, je n’y prêtais pas vraiment attention.  Maintenant, si.

Il y a quelques instants, j’avais « rembobiné » mon Voocorder pour regarder l’interview de Charlotte Valandrey, et son histoire stupéfiante de greffe du cœur, qu’on connaît tous, et de veuf d’une femme ayant eu un accident et étant décédée le jour de la greffe, avec qui elle vivra une histoire d’amour sans savoir qui il était.  Incroyable, digne d’un film d’amour, d’ailleurs y’a eu un film d’amour sur ça non ?  Bref, elle sort un livre et je vais me précipiter dessus illico presto.  Une fois le reportage fini, je pousse sur stop, pour remettre mon Voocorder à la bonne heure et retourner « au présent », et voilà sur quoi je tombe :

 

Rho, comme elle est belle, cette pub, dont c’est le premier jour de diffusion, directement inspirée de cette scène que j’aime d’amour.  Magnifique non ?

Bon, la fin me glace, vu que j’ai une terreur des grands zoisiaux de métal, mais comme c’est beau. 

Je ne regarde jamais les pubs, surtout depuis le Voocorder, mais le hasard a voulu que, paf, je tombe sur celle-là.

Merci le hasard.

Et le making of