17
nov

Jenifer - appelle-moi Jen

 

jenifer album.jpg

 

Vous allez me dire que je ne "fais" que dans la Star Ac en ce moment, Elodie Frégé à l'album envoûtant, Lucie au clip controversé (mais moi j'aime sa chanson na), et maintenant Jenifer et son petit dernier, mais c'est du pur hasard.

Jenifer c'est "Au soleil", que j'adore hurler.  C'est "C'est de l'or", touchante chanson.  C'est son entraînante "révolution".  Mais elle a vachement changé la "petite" Jenifer de la Star Ac 1.  C'était en quelle année déjà ?  2001 non ?  Je pense bien... Mais pas sûre.  Tiens, l'année du 11 septembre ?

J'ai eu la chance de la voir en live à Ciney, au Tempo Festival (là oùsque j'ai pas vu Calogero, rhaaaaaaaaaaaaaa, enfin si je l'ai vu, le lendemain de Jenifer, mais pas cette année quoi), et c'était du pur bonheur.  Elle est simple, elle est rigolote, elle est dynamique, elle est belle.  Bon, le quatrième adjectif, est accessoire, c'est clair, mais tant qu'à faire.

Et la revoici avec son nouvel album, qui la montre plus jolie et dynamique que jamais.

Un album que j'ai trouvé plein de vie, de joie et de gaité. 

Un album funky.  C'est l'expression qui m'est venue, même si j'ignore totalement le sens de ce mot, funky, donc sans doute me trompe-je, mais peu importe.

Un album qui donne envie de danser, qui donne la pêche ou la banane, on dit comment déjà ?

Un album qui met de bonne humeur, même si on l'écoute en faisant sa vaisselle ou en épluchant les patates.

Le premier extrait, Je danse, est sur toutes les radios, et me donne, moi aussi, envie de danser.

Mon coup de coeur, Les autocollants, drôle comme tout.

Puis l'amour fou, un morceau rythmé et langoureux à la fois.

Et l'envers du paradis, où Jenifer prend cette petite voix enfantine que j'aime.

Sans oublier le dernier morceau, Le risque, plus lent, comme pour finir en douceur.

Ben après ça, j'ai qu'une envie, je vous le dis (en vérité) : vite la revoir en concert.

  

30
jui

L'article d'Hélène Carpiaux

Voici l'article paru ce jour dans la Meuse Namur, reprenant l'interview de Jenifer par la journaliste Hélène Carpiaux, dont j'ai fait la connaissance vendredi.  Dieu que j'aurais aimé pouvoir être une petite souris et assister à cette interview... d'autant que la chanteuse précise qu'elle aimerait faire un duo avec Christophe Willem.  Et moi je dis oui oui oui !
articlept

28
jui

Tempo Festival - part one - Jenifer

Le départ a lieu juste après le boulot (pour la peine, j'ai bossé toute la journée, argh je veux mourir, histoire de partir directement, avec Mostek, ma bien connue collègue que je ne vous présente plus), direction Ciney.  Mostek a organisé le voyage comme un tour du monde : plans, itinéraires, analyses sur le net durant plus d'une heure, demandes de conseils à un habitant de Ciney en matière de circulation, d'emplacements de parking, de sens interdits et j'en passe.  Nos sacs sont remplis de victuailles et de boissons, genre pour tenir un siège durant 48 heures.  Prévoyantes ?  Vigilantes !

17h30.  Nous sommes parées.

18h.  Nous sommes arrivées.

18h01.  Je réalise que j'ai laissé ma boisson au frigo.  Argh.  Instantanément, j'ai soiiiiiiiif.  Mais soif comme si j'étais perdue en plein désert depuis trois jours.  Je veux boire. 

18h02.  Nous allons chercher nos laissez-passer à la billetterie, accompagnée d'une journaliste namuroise amie de Mostek, laquelle a le privilège d'interviewer Jenifer avant le concert.  J'ai tenté de pouvoir l'accompagner, afin de vous faire un chtit billet sur "comment se passe une interview de star menée de main de maître par une pro", mais j'ai fait ma demande bien trop tard, et les accréditations étaient closes.  Dommach. 

18h30.  Avant d'abandonner Hélène (la journaliste) à son joyeux sort d'intervieweuse, nous entamons une conversation philosophique sur les frites (à cause de l'odeur qui règne à l'entrée du Festival, of course) : l'une les préfère baignées de mayonnaise coulante qui les refroidit et les ramollit, l'autre préfère la sauce à part pour en maintenir la chaleur et le croustillant, la troisième est du même avis.  Passionnant.  On a faim.  Et j'ai toujours soif.

18h35.  Hélène nous quitte pour rejoindre Jenifer, et Mostek et moi partons à la recherche d'une boisson pour bibi.  Il fait une moiteur folle, malgré les nuages et le vent. 

19h.  Nous rejoignons enfin le Festival proprement dit, en franchissant les postes de contrôles, munies de nos si jolis badges.  Clair que rien que le badge vaut le déplacement, je vous le dis.

L'endroit est plus petit que je n'imaginais, et c'est tant mieux.  Je craignais de ne rien voir, imaginant des kilomètres carrés de foule en délire, devant une scène située à l'horizon.  Il n'en est rien.  Le public est diversifié : pas mal de familles, un stock de fillettes incroyable, des trainings, des tenues chic avec bottes à talons hauts, des gros pulls, des petits chemisiers, des colliers brillants, des polars bien chauds.  Il faut de tout pour faire un monde.  Des GSM addicts pianotent sur leur appareil (elles pianoteront d'ailleurs durant tout le concert, je n'ose imaginer ce qu'elles écrivent : "ça commence", "ooh c'est beau", "ma chanson préférée, là", "ça y est c'est fini" - captivant).  Des enfants ont prévu des cadeaux pour Jenifer, fleurs, peluches, banderoles pleines de mots doux genre "Jenifer t'es trop sexe"... Derrière nous, la tribune PMR, que j'avais d'abord crue réservée à "presse média radio", accueille les "personnes à mobilité réduite" (blonde, moi, m'enfiiiiin, qu'allez-vous imaginer).  Derrière nous, mais l'autre derrière, le personnel entretient la tribune VIP, afin que les spectateurs privilégiées dont je ne fais pas partie n'aient pas le derrière mouillé par les pluies qui sont tombées durant l'après-midi.

La foule n'est pas encore dense.  Jenifer ne chante qu'à 21h30.  Waka et Pascal Gil (un namurois) occupent la scène en attendant, et nous les écoutons vaguement.  Petit délire avec Mostek sur "pas toujours à la hauteur".

20h.  Le ciel s'éclaircit soudain et les nuages menaçants laissent place à un soleil bien chaud.  Nous nous asseyons sur le sol, et profitons de l'instant.  Hélène nous rejoints enfin (nous l'avions un instant crue kidnappée par la sécurité ou invitée par la chanteuse à profiter du spectacle backstage).  L'interview s'est bien passée, Jenifer est adorable, simple, souriante et zen.  Point de star qui se la pète.  Keske j'aurais aimé voir ça.

21h20.  ça commence.  Yesssss.  Enfin.  Je connais peu son dernier album, mais je vais le savourer tout au loin de la soirée, tant il n'est pas nécessaire de l'avoir écouté en boucle pour l'aimer.  Jenifer a revêtu une petite robe noire qui lui va à merveille, constellée de paillettes qui riment avec les lumières clignotantes du fond de scène.  Joli.  Haut perchée sur ses talons, elle se déplace cependant avec une facilité déconcertante et est fidèle à ce qu'Hélène m'a décrit : simple, souriante, passionnée, pleine de peps et d'énergie, sautillant sur la scène ou se déhanchant au rythme des chansons. 
Ses nouveaux succès ("Quitte à se quitter", "Tourner ma page", "Comme un hic", "Touche-moi") s'entremêlent aux anciens pour donner un spectacle qui met des étoiles dans nos yeux.

"Nos futurs" apporte un soupçon de gravité à la soirée, vite balayé par "Au soleil", bénéficiant d'un nouvel arrangement bien agréable à entendre.  Cette chanson me rappelle nos délires, avec Mostek et Moustique, en voiture, lorsque nous la chantons (crions ?) à tue-tête, fenêtres ouvertes...  c'est bon.

J'observe Jenifer au moyen de mes jumelles.  Elle a bien changé, la "petite" gagnante de la Star Ac, aux joues encore rebondies par l'enfance.  C'est une femme maintenant, et cela lui va tellement bien.

Nous tentons quelques photos, mais vu la distance, elles sont floues et même pas dignes de figurer ici.  Vive le numérique qui permet de mitrailler sans risque et de jeter ensuite.  Mostek s'énerve sur son appareil qui ne lui offre que des clichés flous.  Le mien n'est pas mieux, mais je crois avoir réussi une photo sur les 57 prises durant le début du concert.  Oh joie.  Nous nous approchons doucement de la scène, histoire de baigner encore plus dans l'ambiance musicale, et de tenter d'autres photos. 

Je fonds pour la sensualité de "Le parfum", je craque pour "(Je veux bien l'enfer) si c'est une île", qui dégage une énergie folle, à la manière de "Kiss the bride" de mon cher Christophe Willem.  Je chante à m'en crever les tympans sur "Donne-moi le temps".  Je me rappelle la période Star Ac sur "J'attends l'amooouuuuur".

La fin du concert approche, les premiers rangs inondent la scène de confettis, paillettes, serpentins et ballons, pour finir par sortir bouées, palmiers et guitares gonflables, qui donnent un petit côté festif bien agréable.

L'ambiance festival me paraît détendue.  Le plein air donne un petit plus au concert.  Un air de vacances, tout bonnement.

Résumé de la soirée : une chanteuse pétillante comme du champagne, un dernier album magnifique, une voix ayant pris en gravité (et buttant d'ailleurs parfois dans les aigus) et une réelle joie d'être sur scène.  Une joie que j'ai partagée.

Une phrase en guise de conclusion, extraite d'une chanson de son dernier album "le bonheur nous va au teint".  Comme elle a raison.

Ce soir : Calogerooooooooooo !

PS : pour écouter des "bouts" de son album (en bas, vous pouvez zapper de l'un à l'autre...)

Quelques photos ratées (ce sont les moins ratées, croyez-moi) et l'ambiance avant concert, pleine de soleil.
jenifer

jenifer
jenifer4
jenifer3
jenifer5