3
déc

Les émissions bijoux, vous aimez ?

Il y a des émissions qui sont des perles.  Des petits bonheurs.

J’ai vu des émissions bijoux relativement récemment.  Elles parlaient toutes de chanteurs et chanteuses français.  Des bijoux je vous dis, que ces émissions, pleines de sensibilités et d’informations passionnantes.

 

gainsbourg.jpg

 

Sur Gainsbourg, tout d’abord, une émission qui révèle l’écorché vif qu’il était.  Traumatisé par son physique, par ses origines juives.  Totalement peu sûr de lui, à un point qu’il en devient autodestructeur.  Une émission qui permet de découvrir un autre Gainsbourg, pas toujours ce Gainsbare qu’on a trop connu.

 

hardy.jpg

sheila.jpg

 

 

 

gall2.jpg

 

 

Sur les chanteuses sixties, ensuite.  Françoise Hardy.  Sheila.  France Gall.  Sylvie Vartan.  Que je découvre différentes.  Jeunes.  Pin-up.  Minijupées.  Leurs années de gloire, leurs succès, l’idylle de France Gall avec Claude François, son amour pour Michel Berger ensuite.  La beauté incroyable de Françoise Hardy.  L’accident de Sylvie Vartan.  Une époque que je n’ai pas connue (nan, j’étais pas née, promis juré), que j’aurais aimé connaître.  Toutes les époques valent la peine d’être vécues, souvent.

 

claude.jpg

dalida.jpg

 

mike2.jpg

 

joe.jpg

 

Sur les stars fauchées en pleine gloire : Claude François, par maniaquerie, Dalida, par désespoir, Mike Brant (belle petite gueule, j’aurais pas cru), par solitude, Joe Dassin, par fatigue.  Sur leur succès fou à cette époque où j’étais encore dans le néant.  Sur les années 70, puis 80, avec l’arrivée du disco.  Passionnante émission.  Touchante émission.

 

hardy2.jpg

dutronc.gif

 

Sur Françoise Hardy seule, ensuite.  A nouveau ses jeunes années.  Sa beauté stupéfiante.  Son succès incroyable.  Son célèbre époux.  Son fils sublimissimement beau, ça ne m’avait jamais frappée, mais waaaaaw, trop beau le petit Thomas.  Ses chansons, touchantes.  Sa personnalité, idem.  Ses angoisses, ses difficultés, ses complexes, son passé.

Et puis cette chanson : message personnel.  Si tu crois un jour que tu m’aimes…

Et, entendant ces mots, je me prends un flash back en pleine poire.  J’ai moi aussi, fait usage de ces paroles, un jour.  Je lui ai écrit ces paroles, espérant un retour.  Il n’a jamais cru un jour qu’il m’aimait, car il n’est jamais venu me retrouver.  J’avais zappé cet épisode de ma vie.

Des émissions bijoux je vous disais, qui touchent leurs neurones et remuent les tripes.  Voire l'inverse.