15
sep

Voo, Euphony, Electrabel… même combat contre l’incompétence totale et absolue

Enfin, je dis incompétence… mais peut-être devrais-je clairement parler de malhonnêteté ?

Alors, on commence par quoi, TV, télédis, électricité ?  Vous préférez quoi ?

Bon.  Voo.  Voo doit m’installer la TV numérique le 3 janvier.  Le jour même, je suis chez moi, j’attends, personne.  Peu avant l’heure prévue, un coup de fil m’apprend qu’ils ne viendront pas.  Reporté.

Déjà, c’est nul, mais soit.  Le plus nul, c’est qu’ils me facturent pourtant la TV depuis le 3 janvier.  Ben voyons.  Pour le principe, je râle.  Pas pour la faible somme, pour l’arnaque.  On me répond que je serai remboursée, via une note de crédit.  Bien sûr, j’attends toujours.  Dans la foulée, Voo augmente la mensualité, sans avertissement, au point que Test-Achats a porté plainte.

A part ça, la TV numérique, c’est le pied.

Ensuite.  Euphony.  J’y suis abonnée depuis des années, mais depuis un mois, rien ne va plus.  La bonne nouvelle, c’est que depuis un mois, l’abonnement a diminué de 5 euros.  Mais ce que j’ai gagné en pognon, je l’ai perdu en qualité.  Déjà, un beau jour, mes boîtes mails passent de 100 à 50 mégas.  100 mégas, c’est déjà l’âge de pierre, mais 50, c’est avant le big bang.  Et bien sûr, pas d’avertissement.  Et bien sûr, mes boîtes, déjà surchargées, se retrouvent en overdose, et je ne reçois plus aucun mail.  Le problème se résoud après une semaine, sont rapides chez Euphony.  Mais depuis lors, l’accès aux mails est soit d’une lenteur désespérante, soit totalement impossible.

A part ça, internet, c’est le pied.

Enfin, Electrabel.  J’envoie des transferts de compteur au nom d’une société.  Deux.  Je reçois un premier accusé de réception… à mon nom.  Je téléphone au call center.  Après 33 minutes (merci mon téléphone bien précis), on me répond que « en effet, y’a eu une erreur, nos plus plates excuses, mais ce qui est fait ne peut être défait, alors ça sera comme ça ».  Ben oui, j’ai qu’à payer les factures qui ne me concernent pas hein, ou alors je les fais payer par la société et en cas de contrôle fiscale, débrouille-toi ma petite Anaïs.  Par contre, pour mon second transfert, tout est en ordre ma bonne Dame, on a pigé. Je raccroche à 12h45 et découvre qu’à 12h43 j’ai reçu un second accusé de réception… à mon nom.  Zont rien pigé.  Maigre consolation, le lendemain, Electrabel m’appelle pour réitérer ses excuses et m’annoncer qu’ils vont tenter de trouver une solution…  Wait and see.

A part ça, avoir de l’électricité, c’est le pied.

Mais franchement, une telle incompétence, un tel manque de sérieux, de telles arnaques, c’est aussi saoulant que les pekets que je vais m’enfiler ce week-end.

Vous me direz que j’ai qu’à aller voir ailleurs. Sauf que malheureusement, ailleurs, c’est pareil, non ?