27
mar

Sale temps pour les blogs

L'info vient d'être publiée sur Presse-citron, je vous la copie (pour rappel, l'acteur Olivtuuuuut Martintuuuuut a demandé plusieurs dizaines de milliers d'euros de dommages et intérêts au blog Fuzz qui n'a fait que relayer une info via un lien, sans même en parler, juste un lien) :

" Je viens à l'instant de recevoir enfin l'information, brute et sans les détails de l'ordonnance : Fuzz est condamné.
Je n'aime pas employer des formules trop grandiloquentes mais je crois quand même que ce jeudi 27 mars 2008 restera comme une journée noire pour le web français.
Je reviendrai en détail sur ce verdict dans un prochain billet.
Stay in tune.
We will survive"

Edit sur Presse-citron quelques heures plus tard : "Edit :
Le tribunal dans son ordonnance (que je n'ai pas encore en main) a retenu ma responsabilité d'éditeur en considérant que j'organisais l'information sur Fuzz en opérant un tri et une hiérarchisation des liens par catégories.
Si vous connaissez Fuzz et le fonctionnement des Digg-like vous savez tous parfaitement que ceci est inexact.
Concernant le volet financier de l'affaire, je suis condamné à 1000 Euros de dommages et intérêts et 1500 Euros de frais de justice, sans compter les honoraires de mon propre avocat. Pas pire me direz-vous mais il n'est jamais très agréable de devoir débourser plusieurs milliers d'Euros non provisionnés de cette façon...
Je reviendrai en détail sur ce verdict dans un prochain billet
."

Une info qui pourrait avoir des retombées sur les blogs, puisqu'il semble que nous ne puissions plus rien dire sans risquer un procès.  On se croirait aux Etats-Unis.  Qui sait si Farniente, Darcis ou Strelli ne vont pas me traîner en justice pour avoir cité leur marque... 

L'heure est grave, l'ère est grave, et je partage l'avis d'Eric, c'est une journée noire pour le web, non pas seulement français, mais francophone.   Bon courage ! (je le dis ici puisque les commentaires sont en panne sur son blog)

Edit : voici le genre d'info qui a valu la condamnation... il s'agissait du même protagoniste.