8
mar

Aujourd’hui, j’ai rencontré Benoît Poelvoorde…

A chanter sur l’air de « aujourd’hui j’ai rencontré l’homme de ma vie » of course.

Ce matin j’avais revêtu mon gilet bleu ciseaux.  Vous connaissez ce bleu, bleu ciseaux ?  C’est le bleu de mes ciseaux quoi.  En fait, bleu électrique, comme l’abominable fuseau que j’avais acheté quand ske c’était la mode des fuseaux.  Mais en gilet, c’est mimi.

Et mes collègues m’ont dit que ça m’allait super bien, que j’avais du charme et tout et tout.  C’est cool, un compliment.  Manque plus qu’un brun ténébreux de passage pour confirmer mon charme fou, et ma journée de la femme serait parfaite.  Mais au bureau, pas de brun ténébreux célibataire.  Rien n’est parfait en ce bas monde.

Malheureusement, durant la matinée, j’ai eu chaud, et quand on a été faire nos courses à Delhééés, Mostek et moi, j’avais enlevé mon gilet-ciseaux-charme, histoire de faire sécher l’auréole que j’avais, non au-dessus de la tête (celle-là étant sèche), mais sous le bras.

Et c’est là, sur le parking, en plein soleil, que je me suis dit « mais il ressemble à… mais on dirait… mais c’est Benoît Poelvoorde ».

Je l’ai montré à Mostek, pour une fois que c’est moi qui repère les stars.  La semaine dernière, c’est elle qui avait repéré Victor Hissel, vous savez, cet avocat ayant défendu une des familles de Julie ou Melissa et ensuite accusé de pédophilie.  Avouez que reconnaître Poelvoorde, c’est vachement plus glamour.

Super classe, notre star nationale, dans un beau long manteau couleur ciseaux (mais ciseaux de mon chez moi, pas du bureau), savoir noir.  Et quand il sourit, ben il est vraiment so cracking.

Bref, on a fait nos courses avec Benoît Poelvoorde.  Mais sans mon gilet bleu-ciseaux-charme, snif.  Et on lui a même parlé, vu qu’on a un journaliste d’Ardenne Web parmi nos connaissances dont on a laissé les coordonnées sur une de mes cartes de visite à moi, pour une interview.  Sur une de mes cartes Skynet, avec l’adresse de mon blog et tout et tout.  Quelle classe.  Zimaginez, Benoît Poelvoorde a ma carte de visite.  Oui, bon, je sais, c’est pathétique de se la jouer groupie, mais j’assume.

Allez, sur ce, bonne journée de la femme à toutes, en gilet bleu-ciseaux-glamour ou pas.

Et en prime, une photo pour illustrer cette journée pleine de rebondissements…

 

Photo.jpg