24
mar

24/3/2017 : art et chat

Depuis que je m’en souviens (oui, j’avais oublié, dingue quand on me connaît, entre autres choses of course, que j’avais des chats), ma passion des félins est revenue en force, et mon souhait de « créer » aussi (oui, avant je participais à des cours de peinture, j’écrivais des livres, je collais des serviettes, j’avais appris tant bien que mal - plutôt mal que bien -  le piano,…).

Je viens donc de cumuler les deux en faisant ceci. Bien sûr, j’ai juste colorié le chat déjà dessiné, et l’ai collé sur une création de bibi avant l’accident, qui a d’ailleurs été « bouffée » par Iguaï je dirais (en tout cas par un chat), mais ça donne bien je trouve.

IMG_1755.JPG

24
mar

24/3/2017 : exposition cerveau

J’ai vu cette expo, à Gembloux. Comme un morceau du passé dans ma vie bouleversée. J’ai aimé. C’était dans le cadre d’une visite avec le Ressort, un centre pour adultes cérébrolésés. C’est moi :)

J’y ai appris qu’il existait un animal sans cerveau : l’éponge. Alors j’ai dit « après mon accident, j’étais une éponge »… ça a bien fait rire. Je disais avant « je m’efforce de rire de tout de peur d’être obligée d’en pleurer ». Le rire est ce qui me sauve.

Après la visite, on a dessiné ensemble un cerveau. J’ai adoré.

L'affiche de l'expo :

cerveau.jpg

14
mar

14/3/2017 : ça vaut la peine !

Rien que pour cette balade et cette superbe photo, ça vaut la peine d’avoir survécu à cet accident de merde.

meuse pizap.jpg

14:39 Écrit par Anaïs dans Anaïs aime la vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

9
mar

Facebook

coucou, je mets plus de trucs sur facebook, si vous voulez être mon ami c'est ici : Anaïs Valente

pizap.com14850179802151.jpg

24
fév

24/2/2017 : le corbeau et le renard / La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf

De mémoire et à dix doigts j’ai retapé la fable que j’avais apprise à l’école et que je connais toujours :

Maître corbeau sur un arbre perché, tenait dans son bec un fromage

Maître renard par l’odeur alléché, lui tint à peu près ce langage :

Et bonjour monsieur du corbeau, que vous êtes joli, que vous me semblez beau

Sans mentir, si votre ramage ressemble à votre plumage, vous êtes le phénix des hôtes de ces bois

A ces mots, le corbeau ne se sent pas de joie, et pour montrer sa belle voix, il ouvre un large bec et laisse tomber sa proie

Le renard s’en saisit et dit :

Mon bon monsieur, apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute

Cette leçon vaut bien un fromage sans doute

J’ai aussi retapé le début de celle que je ne parvenais pas à mémoriser et je pleurais à chaudes larmes, d’ailleurs je ne me souviens que du début car j’ai oublié la fin, bien sûr…

Une grenouille vit un bœuf

Qui lui sembla de belle taille

Elle qui n’était pas grosse en tout comme ce qui sort du cul de la poule (non je rigooooooooole : comme un œuf)

S’étend et s’enfle et se travaille

Pour égaler l’animal en grosseur