12
fév

Demain...

Demain dans la presse belge... une photo de moi (teasing teasing, depuis que j'ai appris le sens de ce mot, je le manie à la perfection) ainsi qu'une surprise surprenamment surprenante.

Dans quel journal, non là faut pas pousser, zavez qu'à chercher...

14:34 Écrit par Anaïs dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

26
sep

Bon anniver-Flair !

Nouvelle image (1)

Aujourd’hui donc, Flair a vingt ans.  Comme moi, ou presque.  Ben oui, à quelques années près, ça va, n’insistez pas, je sais que je suis un petit chouia, tout petit tout petit, plus âgée, mais j’ai vingt ans dans la tête et le cœur, c’est l’essentiel.

Vingt ans que je le lis, numéro après numéro, plus de 1000 (puisque le 1000e Flair est sorti en janvier dernier).  Je n’en ai manqué aucun.  Aucun. 

Appelez-moi Miss Flair.

Par un incroyable hasard, la rédac’ de Flair est tombée sur mon billet « Ode à mon flair » et ils ont aimé.  Ils m’ont écrit « on est fan de vous », j’en ai vibré de bonheur.  Ils (ou plutôt elles, car un seul homme y bosse, le veinard) m’ont laissé un commentaire, envoyé un mail.  zont tellement aimé mon petit hommage que zont décidé de l’utiliser pour ce Flair spécial vingt ans. 

J’ai immédiatement pensé à Mako pour illustrer ces deux pages (oui, deux pages, tchu, bonheur intersidéral). 

Et voilà, la peut-être plus grande fan de Flair, fidèle parmi les fidèles, a ses deux pages dans Flair.  C’est pas (encore) la gloire, mais c’est un bout de bonheur que j’avais envie de partager avec vous.

Et puis... merci à la rédac’. 


Et puis... si vous pouviez me pistonner pour que je gagne aux concours de la semaine… autant tenter ma chance avant de faire partie de votre équipe, passqu’une fois qu’on bosse chez Flair, sauf erreur, on peut pu participer hein.  Comment ça je ferai pas partie de l’équipe ?  Attendez de voir… lorsque vos ventes de cette semaine auront doublé vous reverrez votre position (je compte sur vous ô lecteurs belges ou du Nord de la France pour investir 1,70 eur dans le Flair de ce jour, histoire de faire exploser les ventes, 1,70 eur c’est rien pour avoir Flair et Anaïs et Mako chez vous sur papier glacé, et un vernis rouch ou beich en caceau, allez quoi hein, un effort, on n’a même plus un pain pour 1,70 eur, et dans Flair y’a de tout de tout de tout, de la mode, du rêve, du rire, et moi)…

Trêve de plaisanterie.  Chuis contente.  Voilà.

Et vous là, et là et là, keske vous faites encore ici ?  Pas encore à la librairie, m’enfin !  Je veux plus voir personne ici.  Tous dehors, ouste.  Je n’accepterai sur ce blog que les lecteurs munis de leur Flair.
flairep64pt
flairp65pt

09:14 Écrit par Anaïs dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (23) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

5
sep

Le billet qui pique juste où il faut…

Jamais deux sans trois.  Télé Moustique relaie mon billet Wallonieland bla bla bla…  Et une illu que Bob m'a offerte (je vous le dis, mais que ça reste entre nous, Bob, il va bientôt plus pouvoir s'empêcher de me dessiner, il va devenir mon dessinateur officiel), passqu'il croit que je vais sauver la Gelbique...


moustique

roi2

22:31 Écrit par Anaïs dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

5
sep

La polémique fait rage…

Grooooos titre dans le Vers l'Avenir (ainsi que sur www.actu24.be) de ce mercredi 5 septembre (dernière page, là en bas, mais siiiii, regardez plus attentivement, là, à droite, ça fait deux centimètres carrés, vous voyez ?) :

Anaïs: info ou intox ?

À l'instar du faux blog de 100drine, les experts wallons de la toile s'interrogent sur l'identité d'Anaïs Valente. Vraie journaliste? Opération marketing ?

Percez le mystère de cette «célibattante», fan des années 80, des séries télé américaines et des accessoires en forme de ver.

La polémique faisait déjà rage dans toute l'Europe, mais les choses ne semblent pas s'arranger… et cet article ne va pas m'aider, sacrebleu.

Dans un élan d'abnégation totale, je m'engage donc, si PPDA me le demande, à comparaître au journal de vingt heures pour prouver que j'existe et que je suis seule à faire vivre ce blog. Bon allez, pour Harry Roselmachin, je veux bien faire un effort également.

La balle est dans leur camp.

VERSAVENIRpt

15:14 Écrit par Anaïs dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (23) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

3
sep

Vive la rentrééééééée


versavptversav2_0002pt

6h20. Le réveil sonne. J'ai dormi trois heures, grand maximum. Une angoisse de rentrée, totalement infondée puisque je ne "rentre" nulle part… Etrange comme d'anciens stress peuvent ressurgir. J'ai toujours détesté les rentrées des classes (sauf si j'avais une nouvelle mallette et un nouveau plumier, je vous en ai déjà parlé). Je déteste septembre. Octobre aussi d'ailleurs.

Il fait tout noir, on se croirait en novembre. Il pleut, on se croirait en novembre. Il fait froid, on se croirait en novembre. Je hais novembre. (Je sais, je râle tout le temps).

Je me traîne au bureau. Je suis de super humeur. Il pleut. J'ai froid. Fait noir. Novembre. Râle. Bla bla bla.

J'arrive et je lis le journal du samedi (Vers l'Avenir) comme d'habitude (qui ose dire que je glande le lundi matin ?) Je me penche plus particulièrement (en fait, uniquement, les autres infos m'étant totalement inutiles) sur le petit dessin de Sondron en dernière page. Il maîtrise parfaitement l'art de l'humour cochon, et j'adore ça. La semaine dernière, le cochon apportait cyniquement sa nouvelle mallette à son compagnon. Cette semaine il le pousse ironiquement vers l'école. A mourir de rire. J'adore.

Je crois être victime d'un mirage : je lis "Anaïs Valente", à gauche du cochon. Décidément ma pauvre vieille, il est temps que tu prennes du repos. Je suis tellement obsessionnée par mon blog que je le vois partout. L'heure est grave. Docteur Psy, heeeeelp.

Vérification faite, pas besoin de Docteur Psy, pas besoin de repos. Il s'agit bel et bien de mon nom. Et de mon article Wallonieland, 29 août 2011 (et non 2001 comme je l'avais indiqué préalablement, merci Cayo pour ta vigilance). Youpie. Seconde fois. Puisse-t-il en faire réfléchir certains. Chuis contente tiens. Vachement contente. Je râle pu.  Promis.

16:57 Écrit par Anaïs dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |