20
déc

Nanowrimo (3ème) : Mes 3 vies - épisode 19 : le Petit Prince

J’ai toujours aimé ce personnage qui me ressemble, et je l’aime encore plus maintenant, oh oui il me ressemble vraiment. Comme il le disait “si tu viens par exemple à 16 heures, dès 15 heures, je commencerai d’être heureux”. Je crois me souvenir de ça, mais en tous cas, en substance, il voulait dire qu’on se prépare émotionnellement à un rendez-vous. Ok, mais, si ça foire ? Et bien ça foire, dans tous les sens du terme. Pour moi, ça a foiré…

Le premier rendez-vous, j’étais malade comme un chien mais j’ai dit oui à cette amie, je me suis couchée et j’ai attendu, attendu, elle n’est jamais venue. (Comme chantait l’autre, Dassin je crois : « j’ai cueilli des fleurs et j’ai sifflé tant que j’ai pu, j’ai attendu attendu elle n’est jamais venue, zaï zaï zaï zaï là là là là zaï zaï zaï zaï… »).

Le second rendez-vous était aussi prévu. J’ai attendu, attendu, elle n’est jamais venue (vous connaissez la suite cf Dassin).

Pour le troisième rendez-vous, rebelotte. Il faisait chaud, très chaud. Je m’étais préparée à boire un bon verre de thé glacé, et à en offrir un à mes visiteuses (merci à mon avocate qui gère mon argent et me permet de boire un verre de thé glacé).

Et comme d’hab, j’ai attendu, attendu, vous connaissez le topo.

Bien sûr, j’ai reçu un sms d’excuses pour ce 3e RV, mais trop tard : j’étais en rééducation et mon gsm était sur silencieux. Bien sûr j’ai loupé de jolies choses en attendant ces RV inutilement : la mise en place de mon joli chat noir en papier mâché réalisé avec une aide soignante, un bon verre à la cafétéria que me proposait une « copine de maladie », et j’en passe.

J’ai râlé et promis qu’on ne m’y prendrait plus. Non passque franchement quoi, tu décides d’aller voir quelqu’un, puis tu annules et tu continues ton petit bonhomme de chemin.

Mais le malade, lui, il t’attend, il se réjouit, il se prépare, il pense à ce qu’il va dire, il s’habille le cœur comme le Petit Prince, puis ça tombe à l’eau, plouf.

C’est dur, très dur.

Et y’en a marre, foutrement marre, terminé de commencer d’être heureuse pour rien, signé Petit Prince.

 

couv 2015 ok.jpg

19
déc

Nanowrimo (3ème) : Mes 3 vies - épisode 17 : la démence

Hier, j’ai fait un bilan en ergo, qui a mis en évidence que le problème qui me restait était un souci de mémoire, vu que je n’ai pas su répéter les 10 mots qui m’avaient été dits après avoir fait les 10 exercices suivant cette répétition, bien que je sache que c’était le but.  Vou avez compris ? Tant mieux…

De toute façon, je foire systématiquement ce test, alors bon je vais plus me fatiguer, surtout que j’ai appris que l’on faisait  passer ce test aux patients âgés soupçonnés de démence.

Ouf que ça fait peur, même si je n’en suis pas atteinte vu que moi j’ai juste eu un trauma crânien. Toujours est-il que ça me fait une belle jambe : j’ai un cerveau de démente.

couv 2015 ok.jpg

 

18
déc

Nanowrimo (3ème) : Mes 3 vies - épisode 16 : crèpes

En regardant une image de crêpes dans le « Cosmo » de février 2015, je viens de réaliser que juste avant mon accident, je m’étais mise à faire des crêpes, après avoir réchauffé au micro-ondes durant 15 ans des crêpes toutes faites et déjà sucrées (mangées avec du salé, c’était dégueu).

Waouw, le progrès !!!!!!!!!!

Sauf que maintenant, j’ai oublié comment je les faisais, j’avais une recette quelque part, où dans ma tête… perdue ! Quelqu’un la connaît ?

couv 2015 ok.jpg

18
déc

Nanowrimo (3ème) : Mes 3 vies - épisode 15 : Il est terrible, le petit bruit de l’œuf dur…

Il y a quelques temps, j’ai beaucoup ri car mon “manque du mot” (que j’ai déjà cité), c’est à dire, le mot simple que j’ai en tête mais que ma bouche refuse de prononcer était “oeuf”. Alors j’ai décidé, pour faire simple mais vulgaire, de dire “ce qui sort du cul de la poule”.

Ça m’a bien fait rire et ça faisait rire tous ceux à qui j’en parlais.  Cette nuit, je me suis souvenue d’un exercice fait en “français fort” donc en 1994, que je détestais : il s’agissait de réciter un poème en y mettant tout son cœur et toutes ses tripes.  Déjà réciter, à l’époque, j’en étais incapable, bouffée par la timidité que j’étais, mais y entrer mon âme et mes tripes… euh c’est quoi déjà ?  Je n’ai pourtant pas eu le choix et j’ai donc récité “il est terrible le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain, il est terrible ce bruit quand il résonne dans l’estomac de l’homme qui a faim”? Gai non ? Voilà comment l’œuf est entré dans ma vie pour me jamais en ressortir (et entre parenthèse comment j’ai eu de super bons points en français fort).

couv 2015 ok.jpg

18
déc

Nanowrimo (3ème) : Mes 3 vies - épisode 14 : rêves

Je fais souvent des rêves, j’ai toujours beaucoup rêvé, mais là mes rêves sont différents.

Souvent, je rêve que je marche, je me réveille en étant convaincue d’être guérie puis surpriiiise, je ne marche pas comme je l’espérais.

Alors je vais m’habiller, me laver (enfin me laver puis m’habiller, je connais quand même l’ordre), déjeuner et commencer une journée de revalidation.

Cette nuit, j’ai pas rêvé que je marchais, j’ai rêvé de l’autre « connasse ». Elle avait appris où j’étais et elle venait prendre de mes nouvelles. D’abord, j’ai cru que c’était positif, puis j’ai pigé qu’en fait, elle venait me tuer. Car moi morte, je lui coûtais moins cher. C’est mon rêve, mais j’ignore si ce calcul est correct. Coûte-t-on moins cher mort et enterré qu’en revalidation durant des mois, une fois qu’il y a le procès ? J’en sais rien et je m’en fous. Chacun sa merde, j’en ai déjà ma dose quotidienne, croyez moi.

couv 2015 ok.jpg