8
mar

Aujourd’hui, j’ai rencontré Benoît Poelvoorde…

A chanter sur l’air de « aujourd’hui j’ai rencontré l’homme de ma vie » of course.

Ce matin j’avais revêtu mon gilet bleu ciseaux.  Vous connaissez ce bleu, bleu ciseaux ?  C’est le bleu de mes ciseaux quoi.  En fait, bleu électrique, comme l’abominable fuseau que j’avais acheté quand ske c’était la mode des fuseaux.  Mais en gilet, c’est mimi.

Et mes collègues m’ont dit que ça m’allait super bien, que j’avais du charme et tout et tout.  C’est cool, un compliment.  Manque plus qu’un brun ténébreux de passage pour confirmer mon charme fou, et ma journée de la femme serait parfaite.  Mais au bureau, pas de brun ténébreux célibataire.  Rien n’est parfait en ce bas monde.

Malheureusement, durant la matinée, j’ai eu chaud, et quand on a été faire nos courses à Delhééés, Mostek et moi, j’avais enlevé mon gilet-ciseaux-charme, histoire de faire sécher l’auréole que j’avais, non au-dessus de la tête (celle-là étant sèche), mais sous le bras.

Et c’est là, sur le parking, en plein soleil, que je me suis dit « mais il ressemble à… mais on dirait… mais c’est Benoît Poelvoorde ».

Je l’ai montré à Mostek, pour une fois que c’est moi qui repère les stars.  La semaine dernière, c’est elle qui avait repéré Victor Hissel, vous savez, cet avocat ayant défendu une des familles de Julie ou Melissa et ensuite accusé de pédophilie.  Avouez que reconnaître Poelvoorde, c’est vachement plus glamour.

Super classe, notre star nationale, dans un beau long manteau couleur ciseaux (mais ciseaux de mon chez moi, pas du bureau), savoir noir.  Et quand il sourit, ben il est vraiment so cracking.

Bref, on a fait nos courses avec Benoît Poelvoorde.  Mais sans mon gilet bleu-ciseaux-charme, snif.  Et on lui a même parlé, vu qu’on a un journaliste d’Ardenne Web parmi nos connaissances dont on a laissé les coordonnées sur une de mes cartes de visite à moi, pour une interview.  Sur une de mes cartes Skynet, avec l’adresse de mon blog et tout et tout.  Quelle classe.  Zimaginez, Benoît Poelvoorde a ma carte de visite.  Oui, bon, je sais, c’est pathétique de se la jouer groupie, mais j’assume.

Allez, sur ce, bonne journée de la femme à toutes, en gilet bleu-ciseaux-glamour ou pas.

Et en prime, une photo pour illustrer cette journée pleine de rebondissements…

 

Photo.jpg

 

6
mar

L'avenir n'est plus au poil... tandis que Florent Pagny l'est plus que jamais

J'ai lu un scoop sur le site de L'avenir ce vendredi.

On y révèle donc que, la veille, soit jeudi, il a annoncé une info incroyable.  Faut regarder la vidéo pour découvrir juste qu'il y parle de ses implants.

Capilaires, les implants, pas mammaires...

Sauf qu'il en a déjà parlé le samedi qui précède, sur France 2, dans le remakePatric du Jun de la vérité animé par Sabatier.

Donc le scoop n'en était pas un... L'avenir devrait mieux s'informer.

Et puis keskon s'en fout qu'il se soit fait greffer des cheveux, tant qu'il en est heureux ?

Et que ça le rend tout mimi.

 

21
fév

Leçons de français by RTBF et Antenne 2, oups, by La une et France 2

Jeudi, j’ai regardé la finale de Comme un chef, le Top chef ou le Masterchef à la belge, une fois.  Clair qu’on ne peut nier que la prod et les participants sont belges, vu les accents parfois à couper au couteau.  C’est ce qui fait notre charme non ?  On sent aussi que les moyens sont limités, ici pas de repas à préparer pour l’équipage d’un bateau de la marine, pour des journalistes de magazine féminin ou à Venise, nan.  Mais les restos qui accueillent les aspirants chef feraient baver même une limace au régime. 

Soudain, Michel s’exprime.  Et quand Michel s’exprime, c’est souvent folklorique.  Mais son enthousiasme délirant supplante souvent ses chtites fautes de français.

Et donc, Michel s’exprime, et résume l’aventure en quelques mots : « Tout a été génial ».

Puis il se reprend : « Oups, pardon, géniaux, tout a été géniaux ».

Puis il hésite, sans doute face aux mimiques du cameraman ou du journaliste qu’il a face à lui : « C’est pas comme ça qu’on dit ? géniaux ? génial ? »

Et il conclut : « Tout a été génial ».

Le pire c’est qu’ils ont cru bon de diffuser ce lapsus à deux reprises, des fois que les téléspectateurs n’auraient pas totalement suivi, histoire d’enfoncer le clou quoi.  Me dites pas qu’ils auraient pas pu refaire une prise, non mais.  Vilains pas beaux va.

Ensuite, je zappe sur France 2 pour y zieuter la fin d’Envoyé spécial (pluriel : envoyés spécials / spéciaux / spéciales ?).  C’est le début que je voulais voir, avec les arnaqueurs du net en Côte d’Ivoire, mais j’ai oublié.  Tant pis, je regarderai la fin, sur cette française accusée de kidnapping au Mexique, si mes souvenirs sont bons.

Je regarde.

Et la présentatrice de conclure, après le reportage « Le transfèrement ne sera pas facile à accepter par le Mexique », ou un truc du genre, je n’ai pas retiendu l’entièrement l’entièreté de sa phrase, car je me suis arrêtée à « transfèrement ».

Oups, ça se dit ça, transfèrement ?  Jamais entendu de ma courte vie ce mot.  Moi je dis transfération (private joke en hommage à mes collègues, à qui j’ai sorti cette Anaïssade « transfèrement, zimaginez, c’est transfération qu’on dit, non mais », et qui m’ont prise au sérieux, les folles guêpes).  Ou transfert, à la rigueur.

Je m’endors sur cette interrogation.

Et le lendemain, vérification, après long débat au bureau. 

Il s’avère que transfèrement existe bel et bien.  Dingue comme les journalistes de France 2 se la pètent avec leurs mots savants. 

Que dit le dico ?  Le dico dit :

« Transfèrement, subst. masc. a) Le fait de transférer une personne d'un lieu de détention dans un autre. Synon. plus usuel transfert. Festus (...) croyait, par ce renvoi (...) faire une chose agréable aux Juifs, qui lui demandaient avec tant d'instances le transfèrement du prisonnier (Renan, St-Paul, 1869, p. 542). b) Déplacement (d'une chose). Synon. translation. Il avait acquis des terrains à Florence; et une partie de ces terrains lui était achetée 250.000 francs pour le percement d'un boulevard, quand le transfèrement de la capitale du royaume d'Italie de Florence à Rome a fait abandonner le projet (Goncourt, Journal, 1875, p. 37). [tʀɑ̃sfεʀmɑ̃]. Ac. 1878: transférement; 1935: -fè-. 1re attest. 1704 (Trév.); de transférer, suff. -ment1*. »

A noter le « plus usuel transfert », quand je vous disais qu’ils se la pétaient à France 2.  Passque bon, moi, au temps des exemples de la définition qui précède, ben j’étais pas née…

Bilan de cette soirée, me vlà beaucoup moins blonde :

- j’ai appris l’existence des transfèrements

- j’ai compris que génial se dit géniaux au pluriel

9
fév

Entendu dans Top chef

Abraham, l'un des candidats Top chef qui, comme son prénom ne l'indique pas, vient de quelque part en Amérique du Sud, participait à l'épreuve "organisation d'un goûter d'anniversaire".

Soudain, je l'entends annoncer "je prépare la morphine".

Cette phrase m'étonne et me sort de cette douce torpeur dans laquelle j'avais imperceptiblement glissé (a-t-on idée de faire des émissions qui durent 3 heures aussi).

Préparer la morphine ?

Pour un goûter d'anniversaire ?

Oui, bon, why not, ça calme sans doute les chiards.  Mais est-ce bien raisonnable de montrer ça à la télévision à une heure d'audience folle (malgré tous ceux qui somnolent) ?

Je me concentre alors pour découvrir qu'il prépare "les muffins" et non "la morphine".  Sacré accent d'Amérique du Sud va.

8
fév

Fake ou pas fake ?

http://www.spi0n.com/actualite/mamie-frappe-et-met-en-fui...