31
jui

Les décès du mois...

Pffff, un vrai putain de mois de juillet je dois dire, où, rentrant de quelques jours détente, j'ai appris le passage de la vilaine fauchieuse pour Amy Winehouse (alias Emile Waha, private joke), dont la chanson "rehab" était tellement prémonitoire, pour David Serban-Schreiber (auteur de plein de livres de lutte anti-cancer et décédé d'un... cancer, comme quoi nul n'est prophète en son pays, dirais-je si ce n'était pas dramatique, mais c'est dramatique), pour toutes ces pauvres victimes de Norvège, pour tous les anonymes, et puis pour le soleil... même si là on peut espérer qu'il ressuscite un jour, qui sait...

Je vous le disais, un putain de mois de juillet.

On ne devrait pas mourir en juillet.

Ni en août, septembre, octobre, novembre, décembre, janvier, février, mars, avril, mai et juin, je sais, mais ça ferait vraiment beaucoup beaucoup de monde sur la planète, du coup.

Add. du 2 août : et un de plus... en espérant que là-haut il retrouve ce Nounours qui a bercé mon enfance :

12
jui

Quand les concours se la jouent pornographiques

Je participe à un concours sur le net, pour gagner un an de courses (sur 7sur7).  Outre les réponses, faut indiquer son adresse et tout le blabla.

Je clique sur "valider" et, message d'erreur : "merci d'introduire votre sexe".

Euh, euh, euh, qu'on laisse mon sexe là où il est, non mais.  J'ai sans doute l'esprit mal tourné, mais franchement, y'avait plein de synonymes mieux choisis quoi : merci d'indiquer votre sexe, merci de préciser votre sexe, merci de renseigner votre sexe...

Non mais.

2
jui

Info de la plus haute importance

DSK a bouffé des pâtes aux truffes hier soir...

Non mais sérieux, y'a rien de mieux comme info en ce moment, je sais pas moi, un quadruple meurtre, un carambolage sur la route des vacances, un mariage monégasque, une Anaïs qui a rencontré l'amour le vrai le seul l'unique ?

Quand même quoi, des pâtes aux truffes.

Noires ou blanches, les truffes, au fait ?

29
jui

Yesssssssssssss

Tous les jours, ou presque, on l'entendait : le compte des jours de captivité de Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier.  Au journal, à la fin d'Envoyé spécial, notamment.

Un peu comme à l'époque d'Ingrid Betancourt.  Par moment, ça me filait la chair de poule, toutes ces journées prisonniers.

Et ben voilà une bonne nouvelle tiens : les voilà libres.  Ainsi que leurs accompagnateurs, semble-t-il.

Enfin.

Yesss.

9
jui

La dernière blague belge (à chaque jour sa belgitude)

A regarder jusqu'à la fin, le fou rire vaut la peine.