18
mar

Deux nouvelles bannières


A mettre sur vos blogs pas parisiens... ou pas français...  Remarquez que le fond change, c'est génial non ?  Ah si, c'est génial !  Allez, adoptez-les, elles ne demandent que ça.

Je récapèpète ce que je disais plus bas, pour ceusses qui tomberaient ici, plouf, par le plus grand des zhasards :

"

Je l’ai assez répété, chuis belge, et fière de l’être, même si parfois, sur la blogosphère, être parisienne, c’est bien : on est invitée ici ou là.  Si j’étais parisienne, j’aurais limite déjà rencontré des stars internationales.

Qu’importe, lors d’une discussion entre bloggueuses, j’ai réalisé à quel point être belge était une tare dans la blogosphère, en particulier pour les annonceurs, qui se refusent à proposer leurs campagnes de buzzmarketing en dehors de l’hexagone.  Clair que la Belgique, c’est limite au Pôle Nord.

Or, moi, j’ai autant de lecteurs belges que de français, oui Madame.

Alors, de fil en aiguille, et surtout au fil de la discussion avec des bloggueuses de tous bords, de tous pays et de toutes régions, j’ai proposé une bannière « Mon blog n’est pas né en France/à Paris, mais j’assume. »

Comme je suis incapable de faire quoi que ce soit de mes dix doigts, à part écrire, j’ai supplié les bloggueuses de m’aider.

Abracadabra, la voilààààààààààààà.

Merci à Boo pour son aide précieuse et son talent.  Boo a déjà créé la bannière « anti-macarons » (no comment, je lui pardonne cette faute de goût).  Son blog, c’est iciiiiiii.

Et la bannière, la voiciiiiiiiiii la voilàààààààààà.

Si votre blog est aussi non-parisien, n’hésitez pas, adoptez la bannière et assumez-le avec fierté.

Add. du 17 mars 18h : ne confusionnons pas les choses, j'adoooooore Paris, chaque fois que j'y vais je profite comme une dingue de ses jolies (et bonnes) choses, je veux juste, par cette bannière, faire comprendre qu'on peut être non parisienne, ou, pire, non française, et trouver une ch'tite place sur la blogosphère. "

 pasfrancepasfrance2

17
mar

Camilla et moi !

Camilla est illustratrice et vient d’emménager sur la blogosphère.  Je découvrais à peine son blog que nous fûmes touchées, elle et moi, par cet horrible drame dont vous n’ignorez plus rien : le scandale des fraudes à Romans !

Alors, solidarité oblige, on s’est soutenues mutuellement dans l’attente du verdict.  Des mails à profusion, partage d’angoisses et d’espoirs, découverte de nos blogs.

Comme je le disais, à toute chose malheur est bon.

Puis le couperet est tombé, et nous fûmes rassurées (je déteste faire usage du passé simple, ça fait pompeux non ?).  Pas de fraude chez nous, ou si peu.

Alors, puisque Camilla n’est pas ma rivale (fort heureusement, sinon j’aurais sorti ma poupée vaudou de son tiroir), vu qu’elle concourt dans la catégorie Bande Dessinée (et moi dans Blog de vie, mais ça vous le savez), je vous invite à découvrir son blog ici

(En plus grâce à Camilla, qui semble nettement plus douée que moi en informatique et autres techniques modernes, j’ai maintenant un lien direct y vous suffit juste de mettre votre adresse mail, quel progrès hein ma bonne Dame).

Pour vous mettre l’eau à la bouche, une petite illu de Camilla qui résume notre mésaventure festivalière… l’histoire intégrale se trouve sur son blog, elle vaut le détour.

montage2


14
mar

L'honneur est sauf !

Voilà, les responsables du Festival de Romans viennent de corriger le tir quant aux votes frauduleux.

Le verdict est tombé...

Tadaaaaaaaaaaaaaaam...

Je passe de 234 à 233 voix.

J'ai donc perdu la voix de mon lecteur si fidèle, Cricri, qui a fait usage, en toute bonne foi, de son adresse yopmail pour m'offrir une voix.

L'honneur est sauf. 

Par contre, pour certains inscrits, c'est la dégringolade, et, s'ils n'étaient pas au courant du stratagème utilisé à leur insu, je les plains sincèrement.  S'ils ont sciemment triché, je suis ravie que les responsables en aient eu connaissance, mais je préfère croire, vive les Bisounours, que personne ne savait ce qui se tramait.

Merci pour votre soutien... et on repart donc de plus belle pour inviter tout le monde à voter pour mon blog dont vous êtes fous (votes terminés depuis le 1er avril), avec une adresse qui ne prête pas à confusion, vous aurez mon éternelle reconnaissance.  Passque j'en ai bavé hier...

14
mar

Anaïs dans tous ses états - partie 3 - par Dominique Leruth

anais27


 
Sortant du bureau de son supérieur hiérarchique où elle venait de se prendre un savon pour « avoir introduit un animal dangereux au sein de la rédaction », Anaïs tentait tant bien que mal de faire le point dans sa petite tête encombrée d’idées contradictoires depuis quelques jours.  Donc, pour résumer : primo, elle peut être la victime de n’importe quel commentaire posté sur son blog, deuxio, un pirate doué est capable de rendre réel n’importe quel élément de celui-ci mais, tertio, et cela serait plutôt une bonne nouvelle, elle peut couper court à tout cela… en coupant le courant justement.  Enfin, une bonne nouvelle, c’est vite dit, car comment voulez-vous tenir à jour un blog sans allumer l’interrupteur.  Elle en était là de ses tergiversations quand elle vit son malheureux collègue de bureau venir à sa rencontre, le nez proprement empaqueté et l’œil un rien mauvais à son égard.

-    Heu, … ça va ? ne trouva-t-elle rien d’autre à dire.
-    On peut dire cela, rétorqua-t-il sur une ton lourd de reproches.
-    Je peux faire quelque chose pour toi ?
-    A part rester le plus loin possible de moi, je ne vois pas.

Ambiance.  Ambiance…

C’est alors qu’Anaïs eut un idée.

-    Pourquoi ne rentrerais-tu pas chez toi ?
-    Parce que j’ai un article à terminer par exemple.
-    Et si je le terminais moi ?!

L’œil se radoucit un peu.

-    Tu ferais ça ?
-    C’est le moins que je puisse faire après tout ça.

Pour le coup, le gars était aux anges.  En moins de deux, son manteau était sur son dos et Anaïs devant l’écran du bonhomme qui s’était esquivé plus vite qu’une vague sur la plage par marée d’équinoxe.  Elle allait pouvoir vérifier une idée qui lui trottait dans la tête depuis tout à l’heure.

Après avoir regardé si personne ne s’intéressait à ce qu'elle faisait, Anaïs tapa l’adresse de son blog.  Sa petite frimousse à lunettes caricaturée apparue dans le bandeau rose fuchsia, non loin de ce fichu rat d’ailleurs.  Elle alla visualiser les derniers commentaires.  Rien de bien alarmant dans l’immédiat.  Elle allait refermer la page quand un dernier commentaire attira son attention.

« Anaïs est une grosse truie. »

Un imperceptible frisson venait de parcourir le dos de notre internaute.  Elle attendit, comme tétanisée, mais rien ne se produisit.  C’est donc bien ce qu’elle pensait.  Le phénomène ne se réaliserait que lorsqu’elle ouvrirait sa session pour aller y écrire un nouveau post.  Ce malade allait arriver à  ce qu’il voulait, lui clore virtuellement la bouche.   Au bout d’un moment une idée surgit.  Tellement simple, qu’elle lui sembla irréaliste. Elle se mit alors à tourner et retourner la question en tous sens, pesant le pour et le contre.  Evaluant tous les risques.   Puis elle se décida.  Tapa quelque chose à l’écran, envoya le commentaire, puis referma la session.  Elle se dirigea alors vers son propre ordinateur et l’alluma.  La machine se mit à ronronner comme un chat, comme un être vivant et un peu menaçant.  La page de skynet lui apparut.  Elle hésita.  Un moment.  Qui lui parut une éternité…  La page lui permettant d’écrire un article s’afficha.  C’est alors qu’un bruit tonitruant se fit dans son dos.  La porte du bureau de son supérieur hiérarchique venait littéralement d’exploser sur le passage d’un énorme goret qui déboulait à présent à travers la rédaction en poussant d’ignobles grognements terrifiés.

Sur l’écran l’on pouvait lire le commentaire qu’Anaïs avait laissé à l’aide de l’ordinateur de son collègue  sur le ton qui lui était finalement assez familier :

« C’est celui qui le dit, qui l’est ! ».


FIN

Le site de Dominique

13
mar

Interruption du programme "grève"

Interruption momentanée, vous vous en doutez, pour deux infos de la plus haute importance :

- on me dit que si je fais grève, je dois revendiquer quelque chose... sinon ça rime à rien.  Alors je forme le voeu (ou j'exige, mais ça fait trop militaire non ?), d'arriver à 250 votes (300 ?) au festival de Romans d'ici la fin de la grève demain soir.  Passque bon au train où vont les choses, ça va pas des masses pour moi.  Alors, que font mes directeurs de campagne ???? (Qui a dit que je racole ?  Ben oui, je racole)  Votez et invitez vos zamis et vos zennemis à voter... (edit du 1er avril votes terminés)

- le concours de nouvelles reprend cette année chez Femmes d'Aujourd'hui.  Le concours des perdantes reprend donc sur Le célibat ne passera pas par moi (mais si mais si, il passera).  Envoyez vos nouvelles chez Femmes d'Aujourd'hui, et si vous perdez, ne pleurez pas, vous me les envoyez et elles seront publiées tout l'été sur ce blog, comme l'an dernier. Infos ici.

J'ai déjà envoyé la mienne...