18
jan

Qui ?

Qui regardait 70 et 1 (71 ?) ce jour sur RTL ?  Je ne regarde jamais mais là j'attendais le JT (oui, c'est dingue, je regarde parfois le JT, ça confirme ce qu'une lectrice disait en commentaire « on devient vieux et ennuyant ?? », moi, regarder le JT, en effet je deviens vieille... help please, un élixir de jeunesse, viiiite).

Donc, j'ai cru entendre dire que « pomme » et « paume » sont des paronymes.  Or, pour moi, ce sont des homonymes.  Ai-je bien entendu ?  Ai-je rêvé ?  Ai-je tort de les prendre pour des homonymes ?

Merci aux téléspectateurs de cette chaîne hautement intellectuelle qu'est RTL de m'éclairer (ça me fait penser que je regarde de plus en plus Arte, clair, je deviens vieille et ennuyeuse, preuve à l'appui).

 

18
jan

De toute façon…

Ce billet « mon blog est mort », je l'ai écrit hier, après avoir réalisé combien le nombre de commentaires avait baissé.  Mais aussi après avoir écrit deux autres billets, pour mardy (prononcez mardaï) et mercredy (prononcez mercredaï)... et puis j'ai exactement 74 pages, soit 23.151 mots, soit encore 136.015 caractères espaces compris de blabla en attente.  Je ne pouvais décemment pas les laisser mourir aussi, mais j'avais envie d'exprimer mon ressenti sur ce silence parfois pesant pour moi.  Ce qui vous a permis d'exprimer le vôtre, de ressenti, c'est cool aussi...

Diverses réactions, donc, suite à ce que j'ai lu :

- c'est vrai, je raconte moins mes rencontres foireuses ou boum boum, et pour cause, y'a nin grand-chose à raconter pour le moment, enfin que du foireux, mais du foireux pas racontable car pas rigolo... et pas triste non plus, bref du foireux sans intérêt, et sur ça, j'arrive pas à broder, me faut du vrai vécu pour écrire (avis aux amateurs qu'ont pas peur de se retrouver ici)

- en ce qui concerne les billets sponsorisés, soit ceusses qui me rapportent plein de soussous dans la popoche, j'en ai compté 4 depuis le 1er décembre à ce jour (sur plus de 50 billets je pense, mais j'ai pas vraiment compté), aucun depuis le 1er janvier (les 4 étant surtout pour les fêtes), donc je pense que c'est raisonnable (à savoir que pour un billet sponsorisé publié, j'en refuse énormément, car je sélectionne les sujets qui m'attirent, me font rire, ou m'inspirent, et qui ont ma validation en matière « éthique » vous imagineriez difficilement les sujets que je refuse, des trucs de casino, de la pub qui explose à chaque clic... et dernier en date,  une campagne pour relancer la vocation des prêtres...)

- il va de soi que quand je parle livres, c'est nin sponsorisé, soit ce sont des choses que j'achète et j'ai envie d'en parler, soit je les reçois car on me le propose et j'accepte uniquement si le sujet du livre me tente, je le lis, et puis j'aime en parler ici ensuite.  Cela m'a permis, je le reconnais, de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas, et des petits bijoux, donc c'est que du bonheur. 

- si je ne pouvais jamais parler de choses commerciales, comme à la télé, ce serait complexe : ne plus parler de mes écharpes Strelli, de mes lasagnes farniente ou des macarons Darcis... (quoique ça fait un bail, tiens) je ne fais pas leur promo, je parle de ce que j'aime, car ça fait partie de moi.  Et si j'aime plus, je le dis aussi.

- idem aussi pour le cinéma et les DVD, je vous parle indifféremment des DVD que j'achète, de ceux de DVDpost, ou des films vus au ciné, parce que cela suscite en moi l'envie d'en parler (pour dix DVD regardés, je vous parle d'un ou deux... quand vraiment cela me fait réagir)

- évidemment, ces billets lecture et ciné/dvd, c'est pas mes (més)aventures, mais je pense que certains apprécient d'avoir quelques pistes en matière de lecture ou un avis sur un film ou l'autre.  Pas tout le monde, mais certains.  Et moi, ça me fait un livre de bord, et c'est bien pratique ensuite pour retrouver telle ou telle lecture.

- la politique... non, ça je n'en parlerai jamais, comment parler d'une chose dont j'ignore tout et qui me passionne autant que l'étude des déjections de crevettes de la Mer du Nord ?  J'arrive même pas à retiendre le nom de mon bourgmestre et du gouverneur de ma Province (enfin ça me revient, Mathen), passque ça change tout le temps ces petites bêtes-là !

- le cul, oui, je devrais sans doute en parler plus pour attirer le lectorat, mais quand j'écris, je ne pense pas à attirer le lectorat, je m'exprime, et j'espère des réactions, punt aan de lijn, je ne pense pas « statistiques », vu que je ne les consulte plus (bon, ça va, je vais zieuter tout de même un de ces jours), donc parler cul pour parler cul, à quoi bon ?

- chercher la controverse, j'aime pas ça, même si, quand un sujet me fâche, genre les propos immondes de Trucmachin Léonard, l'excision, la différence salariale homme/femme, le sort des escargots à l'ail..., je l'aborde, mais pas pour chercher la controverse, pour crier ma rage

- en conclusion, un blog, enfin mon blog, c'est un condensé de billets d'humeur, et ça dit bien ce que ça veut dire, ça parle de mon « humeur », en 2009 elle fut assez morose, même si j'ai tenté de le montrer le moins possible, même si parfois j'ai besoin de le montrer (si je m'étais laissée allée, vous auriez lu, chaque matin « j'ai pas le moraaaaaaaaaaaal, bouuuuuuuuuuuh, sniiiiiiiiiiiiiiiiif, rghllllllllllllllllllllllll - reniflement glaireux, je veux mouriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir, je veux rester dans mon liiiiiiiiiiiiiiiiiiit jusque 2010... »).  Pour mes humeurs de 2010... je sais pas encore, mais ce que je sais, c'est que j'ai repris le goût d'écrire, de publier, de blablater, de lire vos commentaires et d'y répondre.

J'ai d'ailleurs eu récemment cette pensée « l'appétit vient en mangeant ».  J'ignore si, niveau bouffe, c'est réel.  Mais niveau écriture c'est le cas : écrire m'a remis le cerveau en ébullition et les petites choses de la vie éveillent à nouveau en moi la fibre de scribouilleuse.  Pas de cul ni de politique, mais du blabla quand même...

Sur ce, à demain pour une décision rebelle qui va changer la face du monde (nan, pas de cul ni de politique j'ai dit).  Et mercredi, vous aurez droit à un délire-vocabulaire (toujours ni cul ni politique, j'ai dit !).

18
jan

Mon blog est mort mon blog est mort

... mon blog est mort mon blog est mort, il ne dira plus... oups, l'air initial est "mon coq est mort", qui a une idée sur ce qu'un blog ne pourra plus dire une fois mort ?

Car un blog, ca vit, car c'est lu.  Par une, trois, ou mille personnes.  Ou plus, qui sait.  Ça vit car c'est commenté.  Car les lecteurs réagissent, interagissent.  Ils aiment ou pas.  Ils donnent leur avis.  Un brin de causette, quoi.

Depuis un petit temps, mon blog est mort.  C'est indéniable.  J'ignore si vous êtes vraiment moins nombreux, car je ne passe quasi plus voir mes statistiques, mes mots-clés, les pays d'où vous venez, comme je le faisais avant, au début, mais aux dernières nouvelles, il y a quelques semaines, la fréquentation était similaire à auparavant, voire en hausse.  J'ignore si vous êtes moins intéressés.  Oui simplement moins bavards. 

Mais c'est indéniable, ce blog est mort.  Certains blogs ont cent lecteurs par jour, et cent commentaires, moi j'ai plusieurs centaines de lecteurs et un commentaire par jour (nan, j'exagère pas).

Le hasard de l'actualité a apporté, semble-t-il, des lecteurs, sur ce vieux billet consacré à Monseigneur Léonard.  

Un billet qui a bientôt trois ans et qui date finalement du début du blog, avril 2007 (ça ne nous rajeunit pas ma bonne Dame).  En lisant les nouveaux commentaires, j'ai remarqué le nombre de commentaires initiaux.  Bien sûr, le sujet prêtait à réactions, mais tout de même.  Il fut un temps sur ce blog ou chaque billet suscitait des commentaires.  Actuellement, certains (voire beaucoup) restent vides.  C'est triste, non, un billet sans commentaire ?  Abandonné, seul, même pas lu peut-être.

Et c'est là que je me pose des questions :

- le billet n'a pas plu

- il n'était pas intéressant

- il était mal écrit

- personne ne l'a lu

- personne ne vient plus ici (ça je sais que c'est faux)

- seuls des manchots lisent ce blog, rêvant de réagir, mais incapables de le faire

- seuls des aveugles lisent ce blog, mais ignorent qu'ils le lisent, et pour cause (rho, ça va, je sais qu'il y a des appareils qui servent à « lire » quand on ne voit pas, je rigoooole)

- seuls des chats lisent ce blog

- seuls des rats (amis de mon mien) lisent ce blog

Un billet sans commentaire, finalement, c'est comme un roman sans lecteur.  Une barque sans rame.  Un ciel sans étoile.  Un chien sans puce.  Une crotte sans odeur.  Une piste sans danseur (ça c'est pas de moi).  Un piano sans touches noires (ça, c'est le rêve, croyez-moi, mes doigts dérapent lamentablement sur les touches noires).  Une rue sans trottoir.  Un cocktail sans paille.  Une vie sans amour.  Purée, keske je peux écrire comme conneries hein, vous dites-vous.  C'est clair... mais c'est ce qui fait mon charme non ?

Mais pour revenir à des choses sérieuses, il serait peut-être bon que vous preniez la parole.  Me dire ce que vous voulez ici, ce dont je devrais parler, les sujets que vous adooooorez par-dessus tout.  Evidemment, vu mon caractère de hyène sauvage (pléonasme), je ne suivrai pas vos conseils, ne répondrai pas à vos désirs les plus ardents, mais cela me donnera peut-être des pistes à suivre, cela ouvrira mon esprit vers certains sujets auxquels je n'avais pas pensés... qui sait.

Passque ce blog est mort.  Alors soit je l'enterre définitivement et au revoir les enfants, c'était super ces trois ans, à très bientôt (mais j'en n'ai pas envie, vu que justement, depuis quelques jours, l'envie d'écrire me reprend).  Soit on attend trois jours et il ressuscite pour redevenir un blog super commenté ?  (Cela me rappelle étrangement quelque chose, mais quoi... ?)  Soit... ben chais pas... des idées ?

 

14
jan

Un billet sur Haïti, une pièce pour Haïti

C'est moche la vie. On a à peine le temps de se dire Bonne Année que déjà l'année est merdique.  

Alors, bien sûr, j'ai lu de tout.

J'ai lu qu'il valait mieux aider chez nous qu'en Haïti, après tout, hein, c'est loin, on s'en fout.

J'ai lu qu'on ne savait pas où irait notre pognon gagné à la sueur de notre front, alors à quoi bon, autant le garder bien au chaud ici.

J'ai lu que tout ça c'était la faute au capitalisme qui a détruit Haïti, qu'on n'est pas responsables, que les vrais responsables n'ont qu'à assumer.

J'ai lu que ça servirait à rien d'aider à la reconstruction d'un pays si miséreux, si corrompu, si foutu d'avance.

J'ai lu que pour le tsunami on savait pas où était passé tout le fric des dons, alors que cette fois ci, hésitation hésitation (ah non, tiens, ça c'est moi qui l'ai pensé...).

J'ai lu, j'ai lu, j'ai tellement lu que je me suis dit : prends ta plume, au moins tu agiras.

Je vais pas vous la jouer mielleuse dévouée, chuis pas une Mère Térésa en puissance, loin de là.  Je donne pas souvent aux mendiants en rue, j'achète plus trop les cartes postales, les modules, les bics, les marqueurs, les bonbons, les autocollants, les porte-clés et tout le tralala qu'on nous propose chaque week-end aux caisses de magasin, à grands renforts de culpabilisation - t'as - vu - ce - que - tu - as - dans - ton - caddie - espèce - d'égoïste.

Mais bon, malgré tout, j'ai cette petite voix qui me dit « un euro chacun, et ça fait des millions sans même s'en rendre compte ».

Passqu'un euro, c'est quoi ?  Un demi-pain.  Un demi Ciné Revue/Cosmo, même pas.  Un sixième de séance ciné.  Un demi-cheeseburger.  Un pain à l'ail.  Un demi-paquet de fraises tagada (en plus, on les trouve pas en Belgique, alors hein bon).  Notez ici l'étendue de mes références : un truc lecture, le reste, que de la bouffe...

C'est rien un euro, mais un euro + un euro + un euro + un euro, ben ça fait un paquet d'euros finalement.

Voilà, la plaidoirie est finie.  Trop long, c'est pas bon.  Fouillez vos poches, trouvez-y un euro (même deux, pourquoi pas), et offrez-le.

Vous verrez, vous vous sentirez plus légers et légères (une pièce d'un euro, ça pèse, dans une poche, en fin de compte).

En Gelbique, le Consortium belge pour les Situations d'Urgence propose de verser au 000-0000012-12.  Cela s'appelle Haïti Lavi 12-12 et le site est ici.

En France, j'ai pas trouvé de consortium (pourtant, ce serait plus simple), alors vous pouvez faire votre choix ici.

Ailleurs, ben vous trouverez facilement où donner...

PS : les nouvelles fraiches (ce vendredi) ne sont pas très bonnes : dans l'orphelinat que je "connais", tous ont survécu (ça c'est la bonne nouvelle), mais ils n'ont plus rien (ils n'avaient déjà rien, ils ont encore moins que rien si c'est possible), même pas d'eau, d'où un risque de déshydratation.  Rien à manger.  Devoir dormir dehors, dans le froid.  Pas de langes pour les petits.  Les secours, espérons-le, devraient arriver petit à petit...

PS2 : infos reçues par mail, je ne connais pas l'association, mais je relaie :

 

Séisme en Haïti: Récolte de fonds

Chers amis,

Nous vivons dans la tristesse et le désarroi face au séisme qui a frappé Haïti. On pense à toutes ces petites maisons qui tiennent par habitude, aux soins de santé inexistants, aux ambulances que nous n'avons jamais vues ...

(...) (entretemps : voir information projet Timkatec en Haïti)

Il est de notre devoir d'organiser rapidement une aide importante pour Haïti.

Nous lançons donc par ce mail une récolte de fonds qui devra être massive au regard des dégâts encourrus.

Le N° de compte de l'ONG est le 068-2276017-36.
Communication : Séisme Haïti.

Les fonds serviront les objectifs suivants :

  • Accueil des enfants qui seront indubitablement nombreux à venir frapper à la porte du centre pour être acccueilli
  • Recontruction ou réhabilitation des bâtiments du projet
  • Aide aux familles (parents des enfants, personnel des Timkatec) pour la recontruction de leur habitat.

Nous vous tiendrons informés dès que possible de la situation. Nous partirons comme prévu en Haïti le 30 janvier pour évaluer les dégâts et tenter d'élaborer une stratégie la plus efficace possible d'intervention à notre niveau.

Grand merci pour votre générosité et votre soutien,

Cécile Nuyt.

Administratrice déléguée de l'ONG GEOMOUN.

ONG GEOMOUN
Place de l'Université, 16
1348 LLN
Tel: 010 45 68 40
GSM: 0494 11 79 02
Visitez notre site: www.geomoun.org

 

14
jan

Allez, j’ose tester mon niveau en français

Julie m'invite à faire ce test. 

Avec plaisir, j'adore les tests.  Merci Julie, celui-là est bien mieux que les nullités pleines de fooootes qui circulent sur Facebook.

J'avoue qu'il n'est pas fastoche ce test, et j'affirme sur l'honneur que je n'ai ouvert ni mon dictionnaire ni « le savoir écrire pour les filles », sinon ce ne serait pas du jeu...

D'ailleurs, j'ai foiré la question sur les majuscules aux points cardinaux, alors que j'ai encore relu la règle, que je ne retiens jamais, ce WE, lors d'une correction faite pour une auteure belge. Donc je la connaissais, mais j'ai foiré.

Autre erreur, le terme « didascalie », là, comme on dit ici, « j'ai tapé à gaille », car je n'ai jamais entendu ce mot de ma vie.. j'avais une chance sur 4.  Raté !

J'ai aussi raté la conjugaison de croître.  Dommage, j'avais d'abord mis la bonne réponse puis j'ai changé.  Idem pour la question suivante (trouver une phrase incorrecte parmi 4), d'abord le bon choix, puis une hésitation me fait changer.  Idem aussi pour l'accord de « demi », que je connais en plus, j'en parle dans « le savoir écrire », mais j'ai tellement hésité que tout me semblait correct... ou tout me semblait faux... bref j'étais embrouillée.

Allez, maintenant, à vous !!!!!  honnêtement et sans tricher.  Moi, je le refais en foirant tout, histoire de voir ce qu'ils disent...

Résultat donc, preuve à l'appui :

quizz