20
aoû

20 août 2015

Aujourd'hui, j'avais oublié on m'a rappelé que c'était mon anniversaire : 8 mois que l'on m'a accidentée déjà... Huit mois, ça fait un bail emphytéotique, comme j'aurais dit avant, quand je bossais encore...

J'ai oublié pourtant j'ai été super gâtée :

- première IRM de ma vie (archi bruyant mais plus rapide que je ressentait,1/2 heure quand même), au CHR de Namur, que je n'ai même pas vue (ni mes chats, ni mon home sweet home)

- refus catégorique de mon médecin de loger une nuit de plus chez moi, car je vais louper là kiné (on m'a proposé une semaine entière que j'ai refusée, cherchez l'erreur là j'aurais pas loupé la kiné...). C'est pas faute d'avoir supplié, négocié, argumenté, rien n'y a fait. J'ai 42 ans pas 10, finalement, je dis ça je dis rien...

Joyeux anniversaire !!!!!!!!!!!!

16:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
aoû

Quiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?

Nan pas "Qui m'as enlevé"  "v v v vdb v v v vdb tu ne vas pas crever", à mon avis c'était une chanson pour Paul Van Den Bounants à qui on a coupé un doigr, mais "qui m'as appelée" ??????????

Hier à 21 heures ?

Qui m'a sonné si tard ? A une telle heure ? 21 heures ????????????????????????

 

J'ai pas décroché mais j'ai cru, dans mon profond sommeil, qu'il était 9 heures du mat et que je m'étais endormie après 7h30, heure où je me lève pour aller déjeuner, donc je me suis levée désespérée de ne pouvoir manger si tard, pour réaliser qu'il n'était pas 9 heures du mat mais ... 9 heures du soir, et que je venais de m'endormir lourdement.

Morale de l'histoire : ne l'appelez pas après 20 heures pleaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaase...

21:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

26
fév

Les phrases qui tuent du jour

Alors la petite rigolote de ma collègue que j'adore mais qui n'en rate jamais une "oh comme ça te va bien ta tunique dans les roses/rouges, mieux que quand tu mets du mauve"... Après la fleur, le pot, toujours, c'est plus fun.

Et puis la pas rigolote du tout, qui me prouve que trente ans plus tard, le SIDA es toujours méconnu et cause de rejet. A mon cours d'aquarelle, on teste les effets avec une paille, en soufflant sur une tache d'aquarelle. Et faut souffler fort. Une élève propose à quelqu'un une paille plus large pour essayer. "Oui mais je vais la mettre en bouche, enfin, j'ai pas le Sida hein..." Non, on n'attrape pas le Sida en mettant la paille d'autrui en bouche, qu'on se le dise, même pas en lui serrant la main, ni en le bisouillant sur la joue, ni en lui parlant, ni en l'aimant...

19:31 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

28
oct

Après le coyotte dans la tuture de Di Rupo, le chevreuil dans le jardin du buro...

Je l'ai sous les yeux, je le vois de mes yeux vus, pauvre tite bébéte, que faire pour l'aider ? Il est tout paniqué...

Des zidées ?

chevreuil.jpg

08:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
oct

Le blog d'un con damné, le retour...

J'espérais ne plus jamais en entendre parler, et puis me voilà rattrapée par mon destin...

En cherchant sur google à "agenda nanowrimo", histoire de trouver un joli mois de novembre à imprimer, pour y inscrire de mes jolis petits doigts l'avancée de mon projet que je qualifie d'ores et déjà de foireux, vlà que je tombe sur un article "le défi nanowrimo". Le nom de l'auteur me dit vaguement quelque chose. Et en cliquant, sa photo me dit grandement quelque chose : le con damné ressurgit d'un coup dans ma vie, avec cette bouffée de souvenirs de toutes les conneries qu'il a débitées sur son blog, même que tout le monde le croyait. Souvenez-vous, le con damné a fait croire qu'il était condamné, et nous avons subi ses râles d'agonie, ses délires sur des forums consacrés au deuil et autres choses ignobles, durant un mois, dans le seul but de se faire du fric en vendant un livre sorti lors de sa résurrection.

Bon, le con damné va faire le nanowrimo.

Bon, ben c'est ainsi hein.

Et puis je lis son article.

Et je me dis que c'est bien dommage qu'il n'ait pas été damné au sens premier du terme, passqu'en fait, ce qu'il veut, c'est faire du fric pour faire le nanowrimo.

Siiiiiiiiiiiiiiiii, je vous le jure. Vrai de chez vrai.

Je cite "Par tranche de 100€ reçue pour ce projet, je prendrai un jour de congé dédié entièrement à l’écriture."

Mais y'a un super cadeau en retour "En temps que supporter, vous aurez accès à une communauté privée". En temps que... euh, ça commence mal, pour un futur écrivain, je dis ça je dis rien. Oui, je sais, je suis mauvaise, mais j'ai vraiment du mal les agissements de ce personnages qui passe son temps à réclamer du flouze à son lectorat, juste pour lire le blog, car "son blog est payant mais vous êtes libres de choisir le prix".

Tiens, j'y avais pas pensé moi à ça, vous demander du fric tout le temps, et pour le nanowrimo. Car, s'il parvient à "conger" les trente jours que dure le nanowrimo, il empoche 3000 euros, comme ça, à ne rien faire sinon écrire.

Rassurez-moi, y'a quand même pas des pigeons qui vont payer ?

Ce mec était infâme y'a quelques mois, je vois qu'il n'a pas changé...

Et avec tout ça, j'ai pas trouvé mon agenda nanowrimo.

 

Par contre, je viens de me souviendre que quand j'étais en blocus, avec une copine étudiante, on s'était préparé des petits mots d'encouragement fermés, et chaque matin, avant de s'y mettre, on les lisait, ben c'était motivant.

Ditez, vous voulez pas m'envoyer des petits mots gratuits d'encouragement, car je stresse au point que je vais en faire un malaise cardiaque le 31 octobre je pense (ce qui tomberait bien, je serai à l'hôpital, tant qu'à tomber quasi raide morte, autant être sur place...)

15:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |