13
jan

Hier, un an déjà - demain vingt-cinq ans déjà

(Sorry pour ma demi-absence, je me remets très lentement de cette grippe et de ses complications).

 

Il y a un an.  Un sms.  L'enfer.  250.000 morts.  Là-bas, au loin.  Un an plus tard, l'enfer, toujours.

 

haiti.jpg

Il y a vingt-cinq ans.  Une visite scolaire de Vers l'Avenir.  Le scoop.  L'info vient de tomber, c'est une exclu.  Cinq morts.  Dont Balavoine.  Vingt-cinq ans plus tard, je me revois toujours apprendre la nouvelle.  Ignorant qui est Balavoine, plus captivée par Madonna, à l'époque.  Je me suis rattrapée depuis.


France Gall "Evidemment"
envoyé par shakura. - Regardez plus de clips, en HD !

 

07:31 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
jan

Un bain…

(Franchement, vous devriez avoir honte, vous me savez malade, terrassée par la grippe et tout et tout, et y'en a encore qui râlent car je ne poste rien.  Ben si vous me voyiez, vous auriez honte d'une telle exigence alors que la fièvre ne m'a pas quittée depuis jeudi soir et que je ne quitte pas mon canapé non plus... sauf là, contrainte et forcée.  Sorry les petits amis, mais je n'ai pas l'énergie d'écrire, voilà tout, alors je vous poste un billet qui fait partie de mon stock.  Merci de votre patience).

Qu’y a-t-il de plus merveilleux qu’un bain ?

Une température à 38 degrés précisément (vive les robinets munis de thermostat).

Une mousse qui déborde déborde déborde.

Une petite bougie pour l’ambiance.

Une musique douce si nécessaire.

De l’eau jusqu’au ras du menton.

Un livre ou un magazine pour la détente.

Aaaaaaaaaaaah.  Je suis bien.

Bien.

Bien.

Quand soudain.

Aaaaaaaaaaaaargh.  Un cheveu.

Blond.

Long.

Comment un cheveu blond et long a-t-il pu arriver dans la baignoire d’une ravissante jeune femme brune aux cheveux courts telle que moi, ma bonne Dame ?

Si j’avais un tendre époux, je serais tombée dans la paranoïa aigue, au point d’espionner son GSM, écouter ses messages, sniffer ses costumes à la recherche d’une odeur de parfum inconnu, faire ses poches afin de trouver un ticket suspect…

Mais je n’ai pas de tendre époux (draaaaaaaaaaaame de ma vie), alors je ne peux qu’échafauder quelques hypothèses :

- le fantôme de l’ancienne occupante hante encore les lieux, à la manière de Et si c’était vrai

- quelqu’un utilise ma clé pour se servir de mon petit logis comme d’une garçonnière

- il s’agit bel et bien d’un de mes cheveux, blanc et non blond (pour le mystère de la longueur, aucune explication)

- j’ai transporté ce cheveu sur moi durant plusieurs heures jusqu’à ce qu’il tombe dans ce bain

- ce cheveu a remonté dans les tuyauteries, les égouts et j’en passe, pour élire domicile dans ma baignoire

- il ne s’agit absolument pas d’un cheveu, mais du poil d’un extra-terrestre qui vit dans ma cave et monte se laver dès que je pars bosser

Quoi qu’il en soit, le cheveu n’a plus son bulbe, impossible d’obtenir l’ADN de sa propriétaire.

Dommage, vraiment dommage.

Illu de Julie

bain.jpg

17:44 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14
déc

Grand sondage de la mort qui tue la vie

Et pour une fois, le titre est hyper bien choisi non ?

Grande discussion au bureau ce midi, sur un sujet tout joyeux...

Préférez-vous :

- être enterré et périr dévoré par les vers - nan, je plaisante, vous ne périrez pas, vu que vous serez déjà mouru - donc être mouru et finir bouffé par les vers, les cloportes, les hyènes et les vautours (j'extrapole quoi)

- être incinéré et périr brûlé (y'a pire, c'est périr brûlé vif), et devenir un petit tas de cendres juste cap de remplir un sablier, ou être dispersé aux quatre vents et vivre l'enfer lors de la résurrection

Justifiez votre choix... ben oui quoi.

NB : nan, répondre "je préfère être bouffé par un vampire et en devenir un" n'est pas accepté.

 

mort.jpeg

 

13
déc

Fais du bien à un vilain, il te chie dans la main...

faisdubien.jpg

Voilà une expression qu'on m'a sortie au téléphone cette semaine, vous la connaissez ?

Je l'ai toujours trouvée pleine de bon sens, même si... un tantinet malodorante. 

Moi je l'ai apprise d'une ancienne collègue, y'a des années déjà, et je pensais qu'elle était sortie tout droit de son imagination.  Un genre de belgicisme, ou plutôt de "namurisme". 

Ben non !

Par hasard, je découvre qu'elle est quasi universelle, au point de pouvoir se l'offrir sur le net, cette expression, en porte-clés, dingue non ?

Dans le genre "expressions qui ont bercé mon enfance", y'a aussi "t'as faim ? mange une main, garde l'autre pour demain", ou alors "espèce de malaudjiiii", ou bien "ça ne t'y rwèt nin"...

Et vous, c'est quoi votre expression préférée ?  Celle qui fait partie de votre existence depuis toujours ?

Allez, outre le titre de ce billet, je vous ai trouvé d'autres petites choses.  Je dédie la dernière à cette fameuse collègue dont je vous parlais ci-dessus...

 

 

 

ailmicrobes.jpg

 

 

07:36 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

29
nov

Ah les filles !

fillespenelope.JPG

Les filles, ben c'est les filles quoi... On ne les changera pas.  On ne nous changera pas.

Mercredi, petite bouffe avec Margaux (pour des raisons de sécurité, le prénom a été changé).  On parle de tout.  De rien.  De trucs de filles.  Des gosses qu'on n'a pas (encore).  Des jobs qu'on voudrait ne plus avoir.  Des jobs dont on rêve.  Idem pour les mecs : ceux qu'on voudrait ne plus avoir, ceux dont on rêve.  De nos derniers achats intellectuels, genre dix kilos de macarons, une écharpe Strelli et une paire de bottes (j'avais écrit potte de baires, mon neurone a définitivement besoin de repos).  Et patati et patata.

Et puis, Margaux me parle de Pénélope, notre potesse de toujours, que je connais depuis l'enfance, qu'elle connaît depuis l'adolescence, que même qu'on se connaît grâce à elle, tout bien réfléchi.  Potesse de toujours, sauf que Margaux et Pénélope se sont perdues de vue, ainsi va la vie, et qu'elles n'ont des news l'une de l'autre que via bibi.

Et Margaux de me dire "J'ai croisé Pénélope l'autre jour, dingue, elle a un de ces coups de vieux.  Tu trouves pas ?  Ou alors elle est au bord du burn out, je sais pas. Elle avait pas l'air bien.  Et ces rides qu'elle a au coin des yeux, c'est plus des pattes d'oies, c'est l'oie tout entière ma parole.  Un coup de vieux !"

Et moi de tenter de ne pas acquiescer, de changer de sujet en évoquant le cours de l'or ou la nouvelle collection de bagues Esprit, so meugnones.

Et puis on se quitte, bisou bisou, à la semaine prochaine comme d'hab.

Et le lendemain, hasard du calendrier, je mange avec Pénélope (prénom d'emprunt également).  Faut dire qu'en ce moment, j'ai une vie sociale trépidante et pleine de risques.  J'arrête pas de voir unetelle, de manger avec unetelle, de faire un cinoche avec unetelleautre... Entre les crêpes, les sushis, les pizzas, les escalopes, les Quick, les DVD romantiques et les thrillers, c'est la folie.  Même pas la peine de tenter de caser un pauvre homme là-dedans, croyez-moi. 

Donc je mange avec Pénélope.

Et celle dernière de me dire "Tiens, j'ai vu Margaux en ville samedi dernier.  Elle a vachement grossi tu trouves pas ?  Ou alors elle est enceinte, je sais pas.  Elle avait pas l'air bien.  Et ces poches qu'elle a sous les yeux, c'est plus des valises, c'est la malle toute entière ma parole.  Un coup de vieux !"

Et moi de me taire, de noyer le poisson en parlant de ce nouveau bar à sushis ou des problèmes de GRH en Belgique actuellement.

Et puis on se quitte, bisou, bisou, à la semaine prochaine comme d'hab.

Et de me dire : mais keskelles peuvent bien dire de moi à d'autres quand je suis pas làààààààààààààà...

Les prénoms sont directement inspirés de ces deux talents que sont Pénélope Bagieu et Margaux Mottin, sans que l'histoire ait un quelconque rapport avec leurs personnes, cela va de soi.  Je ne les ai jamais rencontrées... à ce jour.  Ce sont les prénoms qui me sont venus directement lors du récit de cette histoire totalement véridique...  Et je vous ai trouvé deux dessins totalement... de circonstance...

 

Margaux-entre-copines.jpg