15
jan

De l'utilité de la grippe (dix bonnes raisons d'aimer ce virus)

La grippe est inutile.  Ça va de soi, elle ne sert à rien.  Elle n'apporte rien de positif.  Que des sueurs, de la fièvre, des bouffées de chaleur (oui, c'est kif kif, mais j'aime insister sur ce par quoi je suis passée, pour faire pleurer dans les chaumières), des tremblements, des frissons, des claquements de dents, des douleurs aux mollets, aux pieds, aux cuisses, au dos, aux fesses, aux bras, aux avant-bras (j'insiste, vous voyez ?), une gorge qui gratouille mais pas tant que ça, des quintes de toux qui feraient presque vomir (pourquoi, presque, Anaïs, avoue...), un nez qui ne se bouche même pas, une tête qui fait horriblement mal devant, et derrière, et à droite, et à gauche, une fatigue intense au point qu'on croit que c'est la fin, un manque d'énergie qui rend plus lymphatique qu'un escargot centenaire.  Je vous le dis, ça sert à rien à part à abattre toute personne vaillante pour une semaine, voire deux (moi j'ai tapé 2).  Sans compter les dommages collatéraux, j'ai nommé les côtes froissées par la toux et la fatigue chronique durant les trois semaines suivant la reprise du boulot.

Mais, dans mon agonie (nan, j'exagère pas, je voudrais vous y voir, titchu), j'ai réalisé que la grippe, elle sert tout de même à certaines petites choses.  Elle a son utilité, la bougresse.

Grâce à ma grippe, donc :

1. J'ai eu largement le temps d'étudier, d'analyser et de comprendre le fonctionnement du Voocorder.  Et c'était pas gagné.  Il a beau être rose assorti à mon living, ça me semblait d'un complexe y'a une semaine (j'avais encore 38°, ceci expliquant peut-être cela).  Ben là je sais tout faire : revenir en arrière quand j'ai loupé la dernière blague de Nagui, enregistrer deux programmes en même temps d'une simple pression de l'index et en regarder un troisième, tout tout tout.  Et faut l'avouer, c'est génial, le Voocorder.

2.  En parlant de Nagui, j'ai découvert "Tout le monde veut prendre sa place".  Paraît même qu'un journaliste de ma ville y est resté des semaines et s'est fait plus de 150.000 eur.  Je savais pas, jamais vu cette émission.  Ben maintenant je suis accro, j'enregistre chaque soir mon émission, ou bien je la regarde le lendemain midi, au choix.  Et j'adore.  Nagui me fait mourir de rire, ce qui est mauvais pour mes côtes douloureuses, mais on s'en fout.

3. J'ai perdu du gras.  Bon, les piles de ma balance sont mortes et j'ai décidé de pas les remplacer, car plus je me pèse plus je grossis, et plus je grossis plus je m'aigris, comme disait le Chat.  J'ignore donc combien je pesais avant l'épidémie (ben quoi, un virus qui décime tous les habitants d'une même demeure, c'est une épidémie, quand bien même je vis seule).  Mais je sens que j'ai perdu du gras.  Logique, en ne mangeant, durant une semaine, que quelques corn flakes le matin et une seule pizza docteur oetkers sur cinq jours, ainsi que de la soupe tomate (merci ma voisine).  Bon, le 31 décembre, j'ai réussi à manger mes scampis de réveillon et un moelleux au chocolat (merci ma soeur).  Le 1er j'ai mangé un morceau de tarte au sucre (merci ma soeur) et une quiche que j'avais d'abord confondue avec une tarte au riz (merci ma fièvre), je vous dis pas l'étonnement une fois la bouchée en bouche...  Mais à partir du 2, jusqu'au 8, nada, que dalle, niente, à part les céréales et cette pizza dont j'ai même jeté la fin, c'est dire.  Paraît que ce gras là, il revient, mais tant pis.

4. J'ai lu tous mes vieux Ciné revue, mon neurone unique étant incapable de la moindre lecture plus intellectuelle (notez que même en bonne santé, j'en suis pas cap), même un d'octobre où j'ai découvert que le documentaire de Sandrine Bonnaire sur sa soeur autiste avait été diffusé et que j'avais loupé ça, fichtre. En parlant de Sandrine Bonnaire toujours, durant mes nuits d'insomnie because quintes de toux et dodo quasi assise, je l'ai vue en interview passionnante, pleine d'infos passionnantes aussi, que j'ai malheureusement oubliées, j'étais trop malade pour stocker ça dans la case "mémoire" de ma cervelle en surchauffe.  Je me souviens juste que c'était passionnant.

5.  J'ai fait des économies en n'allant pas aux soldes.  Bien sûr, ça m'a coûté un pont.  Deux visites de docteur à domicile, soit 2 x 34 eur (dans votre pays, c'est combien ?)  Deux fois des antibiotiques (et que ceux qui m'écrivent que la grippe est virale, qu'il faut pas d'antibiotiques, m'adressent par la même occasion leur diplôme de médecin, si j'ai eu deux antibios différents à prendre, y'a une raison).  Des vitamines (mouahahaha, quand je vois le résultat après toutes celles que j'avais ingurgitées en septembre, ça me fait bien rire, mais soit).  Des aspirines avalées comme des smarties.  Total : 70 eur.  Quasi 150 eur que j'aurais pu claquer aux soldes... Mais j'ai pas été aux soldes, donc on va dire que j'ai fait des économies, na.

6. Je me suis transformée en ménagère de moins de cinquante ans.  Les premiers jours, incapable de choisir un programme, mais souhaitant un bruit de fond pour anéantir toute sensation de solitude, j'ai allumé la TV au hasard.  France 2.  J'ai ainsi regardé Télématin, avec le journal à 7h30, 8h, 8h30... toujours les mêmes infos.  Captivant.  Puis les feuilletons américains en 14729 épisodes, diffusés depuis 74 ans, auxquels j'ai rien pigé.  Puis Sophie Davant et ses chroniqueurs, qui m'ont appris qu'un poisson avait une mémoire de trois... chais plus, mois ou jours ?  Heures ?  Qu'un poisson reconnaît son maître quand il lui amène à bouffer.  On sait pas s'il en salive de bonheur, mais j'ai bien ri.  Ensuite, Motus, cette émission pleine de boules, dont les fameuses noires.  Une émission qui me stresse comme une dingue, je la déteste (étant ado, je la regardais, mais là, je peux plus).  Souvenez-vous, chuis pas encore cap de zapper à cet instant T.  Puis les Zamours, sympas.  Et puis Nagui, j'en ai déjà parlé.  Le journal et du blabla derrière.  Et re-Sophie Davant pour les drames existentiels du monde.  Ben je vais vous dire, après deux semaines de ce régime, je vais avoir du mal à m'en passer, moi, de ma Sophie Davant.

7.  J'ai regardé la trilogie Shrek (le quatrième, je l'ai vu aussi, mais au ciné, y'a quelques mois).  Et  vuque j'étais aussi verte que lui, je pense que je saurai plus jamais regarder ce film, ça me rappellera trop de souvenirs.  A vendre : trilogie de Shrek en DVD.

8. J'ai réalisé que toutes les émissions de jeux posent les mêmes questions.  La même semaine. Exemple : de quel arbre vient le cacao (cacaoyer, cacaotier), chez Nagui et au plus grand Quizz de France.  J'avais un autre exemple, passé chez Nagui et chez l'homme dont j'ignore le nom qui anime Les douze coups de minuit, que j'ai regardée aussi parfois mais j'aime moins, même si celui qui gagne en ce moment, il a un petit charme qui ne me laisse pas indifférente, bref cet autre exemple, je l'ai oublié, bisque bisque rage.

9.  J'ai constaté que rester avec son essuie sur la tête durant quatre heures car, après la douche, l'idée de s'essuyer puis de se peigner les cheveux semble pire qu'un triathlon, ben c'est super pour se déguiser en sorcière à Halloween.

10. J'ai rêvé que je m'offrais un petit déjeuner avec des gaufres.  Puis j'ai rêvé que je mangeais des pizzas.  Et c'était pas la fièvre.  C'était la faim.  Et la fin de cette grippe qui se profilait à l'horizon.  Hourra.

Alors, keskon dit ?

Merci la grippe !

 

Ce billet est dédié à Amélie Buri, qui, le dernier jour de sa semaine de Planète Célibataire, vient de m'annoncer qu'elle commençait la grippe.  Toutes mes condoléances pensées sont pour elle au moment où je me décide enfin à rédiger ce billet, que j'ai en tête depuis quelques jours déjà, mais ma fadeur m'a fait jouer ma fade (euh, pléonasme ?)  Apprenant la dramatique, abominable et horrible nouvelle, j'ai pris mon courage à deux mains, par solidarité.

Courage Amélie, crois-en mon expérience, dans quatorze jours, ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir.  Si du moins la grippe suisse est la même que la grippe belge, va savoir..

Et quoi de mieux qu'un dessin d'Amélie pour illustrer cet hommage ?

 

malade.jpg

 

09:14 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

13
jan

Hier, un an déjà - demain vingt-cinq ans déjà

(Sorry pour ma demi-absence, je me remets très lentement de cette grippe et de ses complications).

 

Il y a un an.  Un sms.  L'enfer.  250.000 morts.  Là-bas, au loin.  Un an plus tard, l'enfer, toujours.

 

haiti.jpg

Il y a vingt-cinq ans.  Une visite scolaire de Vers l'Avenir.  Le scoop.  L'info vient de tomber, c'est une exclu.  Cinq morts.  Dont Balavoine.  Vingt-cinq ans plus tard, je me revois toujours apprendre la nouvelle.  Ignorant qui est Balavoine, plus captivée par Madonna, à l'époque.  Je me suis rattrapée depuis.


France Gall "Evidemment"
envoyé par shakura. - Regardez plus de clips, en HD !

 

07:31 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
jan

Un bain…

(Franchement, vous devriez avoir honte, vous me savez malade, terrassée par la grippe et tout et tout, et y'en a encore qui râlent car je ne poste rien.  Ben si vous me voyiez, vous auriez honte d'une telle exigence alors que la fièvre ne m'a pas quittée depuis jeudi soir et que je ne quitte pas mon canapé non plus... sauf là, contrainte et forcée.  Sorry les petits amis, mais je n'ai pas l'énergie d'écrire, voilà tout, alors je vous poste un billet qui fait partie de mon stock.  Merci de votre patience).

Qu’y a-t-il de plus merveilleux qu’un bain ?

Une température à 38 degrés précisément (vive les robinets munis de thermostat).

Une mousse qui déborde déborde déborde.

Une petite bougie pour l’ambiance.

Une musique douce si nécessaire.

De l’eau jusqu’au ras du menton.

Un livre ou un magazine pour la détente.

Aaaaaaaaaaaah.  Je suis bien.

Bien.

Bien.

Quand soudain.

Aaaaaaaaaaaaargh.  Un cheveu.

Blond.

Long.

Comment un cheveu blond et long a-t-il pu arriver dans la baignoire d’une ravissante jeune femme brune aux cheveux courts telle que moi, ma bonne Dame ?

Si j’avais un tendre époux, je serais tombée dans la paranoïa aigue, au point d’espionner son GSM, écouter ses messages, sniffer ses costumes à la recherche d’une odeur de parfum inconnu, faire ses poches afin de trouver un ticket suspect…

Mais je n’ai pas de tendre époux (draaaaaaaaaaaame de ma vie), alors je ne peux qu’échafauder quelques hypothèses :

- le fantôme de l’ancienne occupante hante encore les lieux, à la manière de Et si c’était vrai

- quelqu’un utilise ma clé pour se servir de mon petit logis comme d’une garçonnière

- il s’agit bel et bien d’un de mes cheveux, blanc et non blond (pour le mystère de la longueur, aucune explication)

- j’ai transporté ce cheveu sur moi durant plusieurs heures jusqu’à ce qu’il tombe dans ce bain

- ce cheveu a remonté dans les tuyauteries, les égouts et j’en passe, pour élire domicile dans ma baignoire

- il ne s’agit absolument pas d’un cheveu, mais du poil d’un extra-terrestre qui vit dans ma cave et monte se laver dès que je pars bosser

Quoi qu’il en soit, le cheveu n’a plus son bulbe, impossible d’obtenir l’ADN de sa propriétaire.

Dommage, vraiment dommage.

Illu de Julie

bain.jpg

17:44 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14
déc

Grand sondage de la mort qui tue la vie

Et pour une fois, le titre est hyper bien choisi non ?

Grande discussion au bureau ce midi, sur un sujet tout joyeux...

Préférez-vous :

- être enterré et périr dévoré par les vers - nan, je plaisante, vous ne périrez pas, vu que vous serez déjà mouru - donc être mouru et finir bouffé par les vers, les cloportes, les hyènes et les vautours (j'extrapole quoi)

- être incinéré et périr brûlé (y'a pire, c'est périr brûlé vif), et devenir un petit tas de cendres juste cap de remplir un sablier, ou être dispersé aux quatre vents et vivre l'enfer lors de la résurrection

Justifiez votre choix... ben oui quoi.

NB : nan, répondre "je préfère être bouffé par un vampire et en devenir un" n'est pas accepté.

 

mort.jpeg

 

13
déc

Fais du bien à un vilain, il te chie dans la main...

faisdubien.jpg

Voilà une expression qu'on m'a sortie au téléphone cette semaine, vous la connaissez ?

Je l'ai toujours trouvée pleine de bon sens, même si... un tantinet malodorante. 

Moi je l'ai apprise d'une ancienne collègue, y'a des années déjà, et je pensais qu'elle était sortie tout droit de son imagination.  Un genre de belgicisme, ou plutôt de "namurisme". 

Ben non !

Par hasard, je découvre qu'elle est quasi universelle, au point de pouvoir se l'offrir sur le net, cette expression, en porte-clés, dingue non ?

Dans le genre "expressions qui ont bercé mon enfance", y'a aussi "t'as faim ? mange une main, garde l'autre pour demain", ou alors "espèce de malaudjiiii", ou bien "ça ne t'y rwèt nin"...

Et vous, c'est quoi votre expression préférée ?  Celle qui fait partie de votre existence depuis toujours ?

Allez, outre le titre de ce billet, je vous ai trouvé d'autres petites choses.  Je dédie la dernière à cette fameuse collègue dont je vous parlais ci-dessus...

 

 

 

ailmicrobes.jpg

 

 

07:36 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |