15
fév

Les phrases qui tuent (le retour)

J'ai publié un billet "les phrases qui tuent", il y a bien longtemps déjà, genre en 2007... enfin, c'était paru dans 7Dimanche.

"Les phrases qui tuent

On y passe tous un jour. Comment ça, pas vous ? Vous ne perdez rien pour attendre. Elles vous guettent au coin d’une bouche : les phrases qui tuent. L’air de rien. Ni vues ni connues. Elles s’immiscent au détour d’une conversation anodine. On ne les attend pas. On les prend en pleine poire. Au départ on dirait presque un compliment, mais la chute est lourde, très lourde. Souvent, on est tellement éberlués qu’on ne trouve rien à répondre. On reste paf (paf la célibattante, paf l’écrivaine en herbe, paf le thon, pas l’amoureuse), bouche bée, yeux tremblants, mains grandes ouverte (ou l’inverse). Et on les ressasse, des mois, des années durant. Je dis « on », mais je pense « je ». La flemme de remplacer ces « on » par des « je » et surtout d’accorder les verbes, vous me pardonnez ?

Bien sûr, y’a les phrases qui tuent les célibattantes : « alors, toujours célibataire ? Oui ! Mais tu t’envoies en l’air parfois, tout de même ? », « Quand est-ce que tu nous présentes enfin ton petit copain ? »

Y’a également les phrases qui tuent les amoureuses : « T’as un joli décolleté, mais je trouve que tu devrais faire du banc solaire », « Ouf, mini mini la jupe, dommage que tes jambes ne soient pas parfaites », « Viens dans mes bras mon cœur, aaaargh, t’as pas un peu forci ces derniers temps ? »

Ensuite y’a les phrases qui tuent les écrivaines en herbe : « J’ai lu ton dernier billet d’humeur, ben t’écris bien quand même, finalement ! », « T’as vraiment des lecteurs dans 7dimanche ? »

Enfin y’a les phrases qui tuent les thons « Meuh non t’es pas moche, mais la fille là-bas, par contre, elle, elle est super jolie tu trouves pas », « Pas mal ta nouvelle coiffure, ça change de la coupe informe que tu arbores depuis vingt ans »…

A l’avenir, avant de prononcer une phrase qui tue, tournez-la sept fois entre vos neurones.

Add. du 30/5 : nouvelle phrase qui tue "Anaïs, n'essaie pas de rentrer dans la voiture, elle est trop près du mur, même si tu étais mince tu n'y arriverais pas"... »

Ce qu'il y a de super cool atroce démentiellement abominable, avec les phrases qui tuent, c'est qu'elles sont comme les mots clés, comme les boutons, comme les tablettes de chocolat blanc au spéculoos et comme la cellulite : quant y'en a plus, y'en a encoooore... elles ne disparaissent jamais, les phrases qui tuent.  Petit florilège de phrases qui tuent bien lourdes bien récentes :

D'une (ex) amie : "Oooh, dingue, sous cet angle-là tu ressembles vraiment à Balasko". (Euh, et à Claudia Chou Fleur ? Non ? Vraiment pas ?)

D'une vendeuse, alors que je fais du shopping avec Mostek, dix ans de moins au compteur : "Vous payez déjà ou vous attendez votre fille ?" (Qui a une kalachnikov à me prêter ?)

D'une autre (ex) amie : "t'as envoyé un manuscrit à un éditeur ?  T'y crois vraiment alors ?" (Euh, et ma main dans ta gu..., tu veux y croire ?)

D’une collègue, de l’air dédaigneux du chat à qui on propose un vieux morceau de poisson pas frais « oh, il est rose, ton nouvel appareil photo… ça fait barbie » (d’abord c’est pas rose, c’est fuchsia).

D'une (future ex) voisine (mais j'aime pô les déménagements) : "Anaïs, j'ai bien pensé à toi, j'ai acheté un superbe petit érable pourpre, pour pas cher en plus, tu sais, comme celui que tu avais, qui a crevé à cause du gel.  Quel dommage hein, il était siiiii beau". (Euh, vivement les prochaines gelées, qu'elles soient fortes et loooongues)

D'une amie, toujours le mot pour rire, quand je lui dis "Dans ce magasin, je m'habille en M", "Aaaaaaah ouiiiiiii ?", d'une voix incroyablement étonnée (bon, ben la Kalachnikov, ça sera du double usage, tant qu'à faire).

De la même (future ex) voisine : "Tiens, me suis offert un joli nénuphar, c'est chouette hein, ça me rappelle quand le tien fleurissait, que c'était joli, vraiment dommage qu'il ne fleurisse plus depuis deux ans". (La mort aux rats, ça tue les fleurs de nénuphars ? Juste pour info hein…)

D'une collègue : "Oh, ton nouveau petit gilet, c'est mauve Milka" (Euh, tu me traites de vache, là ?)

D'une future ex amie : "j'ai un moment pensé à t'inviter à venir manger pour ton anniversaire, vu qu'on n'avait rien de prévu, mais finalement non". (Et dire que c'est ma "meilleure" amie, les autres n'ayant même pas évoqué l'idée de se voir pour l'occasion, rhaaaaaaaaaaa, une île déserte, viiiiiite).

 D’un futur ex pote : "Coucou ça va ? Quoi de neuf ?  Oui, bon, ça fait onze mois que je t’ai pas donné de news, mais tu vas pas te formaliser hein.  Moi, du neuf ?  Oh rien, je me suis juste fait larguer" (Ben voyons, alors on rappelle sa bonne vieille potesse consolatrice dont on n’a pas besoin quand on nage dans le bonheur, ben va faire ta brasse ailleurs).

D'une autre collègue (elles m'en veulent toutes ou quoi ?), "ça va pas Anaïs, t'es vraiment soufflée en ce moment", "ouiii, ça va, j'ai pris deux kilos, je sais hein, on va pas en faire un fromage, même si je suis habillée en mauve Milka".

D’une collègue (je vous le dis, y'a une coalition contre moi), quand je fantasme sur un chanteur brun ténébreux plus jeune que moi « il est plus jeune ! », « oui, ben c’est juste pour fantasmer », « oui, mais trop jeune pour toi, même pour fantasmer » (c’est quelle loi qui empêche de fantasmer sur un plus jeune, voire de passer à l’acte avec lui hein ?)

De ma mère : "Si j'avais su, j'aurais pas eu de mômes." (Euh, et ben moi, si j'avais su, j'aurais pas eu de mère...)

D'un pote : "Tu m'as l'air en forme en ce moment... pas comme y'a quelques semaines, quand tu étais blafarde et déprimée, que tu paraissais dix ans de plus...", (t'as raison, ma main droite aussi est en forme, tu veux une preuve ?)

17:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

8
fév

L'énigme du jour

Nous tentions, Mostek et moi, de trouver les dates du congé de Carnaval.

Mon passé catholique me rappelant que le mardi gras, sauf erreur, c'est 40 jours avant Pâques, because qu'au mardi gras on joue à Grosse Bouffe, avant de faire la diète quarante jours, je commence à chercher la date de Pâques, me disant qu'il me suffira ensuite de déduire 40 jours, et le tour serait joué.

D'ailleurs comme on dit toujours par chez nous "Mardi gras un mardi, Pâques un dimanche".

Pâques tombe le 24 avril, le lundi de Pâques le 25.

Si je calcule bien, je place alors le mardi gras le mardi 15 mars, soit 40 jours avant le 25 avril.

Consultant alors un calendrier belge de congés scolaires, pour en avoir confirmation, je réalise que le mardi gras a lieu le mardi 8 mars.  A moins que le mardi gras se situe après la semaine de congé, ce qui serait tout de même étrange...

Alors, qui peut me dire pourquoi, en Gelbique, le mardi gras tombe 47 jours avant Pâques ?  Pourquoi le carême doit durer 47 jours et non 40 ?

Bon, je fais pas le carême hein, entendons-nous bien, c'est juste pour mon érudition personnelle quoi...

PS : J'ai déniché les dates jusque 2035... et y'a bien un stuut en 2011 : http://www.lexilogos.com/fetes_date.htm.

PS2 : On vient de faire un petit récapitulatif passionnant avec Mostek et La collègue sans surnom, donc pour rappel :

- le mardi gras on bouffe

- le mercredi des cendres (donc le lendemain) on arrête de bouffer

- le vendredi saint, Jésus est mouru

- le dimanche de Pâques (soit normalement quarante jour après le mardi gras) on rebouffe pour fêter la résurrection de Jésus

- le lundi de Pâques Jésus monte au ciel

- le jeudi de l'Ascension Jésus remonte au ciel, euh non y'a un stuut, il fait quoi du coup le lundi de Pâques ? (Je me dois de reconnaître que je pensais que c'était Marie qui montait, alors que non, mes collègues avaient raison, quoique Mostek ait dit "Jésus monte au ciel ? Marie monte au ciel ? Joseph monte au ciel ?", mais sa première proposition était la bonne, pour Mostek hip hip hip hourra

- le lundi de la Pentecôte, l'esprit saint redescend (sans la vieille carcasse de Jésus)

- le lundi de Pâques, j'ai checké, il se passe rien, sinon une éventuelle chasse aux oeufs

- A l'Assomption (je pense que c'est le 15 août), Marie monte au ciel, enfin je pense...

Je vous épargne la Noël, ça tout le monde sait.

Hein que vous savez ?

 

13:24 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
fév

Voyage au cœur de la Sibérie belge

Flash back.  31 décembre 2008.  Toute à ma joie du réveillon à venir, je pars bosser, le cœur léger et le bagage mince (Aznavour).  Deux mètres plus tard, c’est le cœur serré et le bagage toujours aussi mince que je tente en vain de marcher jusque l’arrêt de bus.  Jamais vu ça de ma si courte existence : ma ville entière est une patinoire.  Impossible de trouver le moindre endroit non verglacé.

Au bout de cinquante mètres à marcher comme un canard, je réalise que c’est peine perdue : une fois à l’arrêt, j’attendrai en vain un bus qui ne viendra jamais.  Comme j’ai une conscience professionnelle à toute épreuve, je ne me déclare pas vaincue et j’appelle Mostek, qui vit pas loin de chez moi et part bosser bien plus tard que moi.  Nous décidons que je la rejoindrai chez elle et que nous aviserons en fonction de l’état des routes.  J’entame donc un long périple jusqu’à chez elle.  Par temps sec : 5 minutes.  Avec ce verglas : 30 minutes, entrecoupées de gros jurons, de « c’est quoi ce temps de merde et ce pays de merde », de glissades diverses et variées, dont la pire m’obligeant à m’accrocher à un mur pour éviter la chute.  J’aime vraiment pô ça, le verglas.  Limite si je préfère pas la neige, avant qu’elle ne se tasse : quand on marche dedans, on glisse pas.

Comme Mostek est téméraire, c’est bien en tuture que nous regagnons ensuite le bureau.  Sans encombre.  Le chemin entre l’endroit où elle stationne et la porte qui nous sépare de la chaleur, de la quiétude, des dossiers et des clients horribles charmants est un second désastre pour moi qui n’ai aucun équilibre dès qu’un grain de glace est sous mon pied.

Retour vers le futur, savoir en ce 2 février 2011.  Après un mois de décembre digne du Québec, ces dizaines de centimètres de neige, ces congères jamais vues auparavant, cette gadoue au dégel, dégel qui a duré des jours et des jours, je pensais que l’hiver nous avait quittés.  Oui, ça va, je sais, le printemps c’est le 31 mars, mais pour moi « mars » rime avec « beau temps », et ce dès le 1er jour du mois.  Donc pour moi toujours, l’hiver, c’est plutôt novembre décembre janvier que janvier février mars.  Ça a toujours été ainsi, même si j’ai conscience d’être en décalage par rapport à la véritable météo. 

Alors, en ce 2 février 2011, lorsque j’ai entendu sur Contac’, la radio au dauphin bleu, qu’il fallait faire attention au verglas, qu’il y aurait des perturbations dans les bus et tout, j’ai même pas fait gaffe.  Après avoir affronté décembre, janvier, ça sera finger in the noze, verglas ou pas.

En sortant de chez moi, je tâte cependant le terrain du bout du pied.  Ça glisse pas.  Ni sur mon trottoir, ni sur la route.  Rassurée, j’entame ma marche jusqu’à l’arrêt de mon bolide avec chauffeur.  D’un pas dynamique. 

Au coin de la rue, je repère un suspect.  A cette heure matinale, toute personne croisant mon chemin est suspecte.  Tout animal aussi d’ailleurs.  Le suspect ne bouge pas, il semble penché sur sa chaussure, mais c’est peut-être une tactique pour s’emparer de mon sac lorsque je passerai à sa portée.

Vaillamment, je continue ma route, accélérant le pas.

Et c’est là que je glisse sur une énorme plaque de verglas, cachée sur un trottoir, la garce.  Epaisse et mousseuse, comme si un seau d’eau savonneuse avait été jeté juste avant que je ne passe, exprès.  Nouvelle tactique du suspect ?  Me faire glisser puis me dépouiller ?

Dans ma glissade, je parviens à garder l’équilibre et à ne pas me retrouver les quatre fers en l’air, mais je ne réussis pas à m’empêcher de pousser un cri d’effroi assorti d’un « mais c’est quoi ce truc qui glisse ? »

Et c’est là que le suspect se met à parler.  Enfin la suspecte.  Elle me dit « c’est du verglas ».  Clair et net, j’ai l’air blond avec ma question à six sous posée à haute voix.  Je discute alors avec la suspecte, plus du tout suspecte, qui m’apprend qu’elle est tombée en faisant son jogging, que je dois faire attention et tout et tout.

Je marche ensuite à petits pas prudents vers l’arrêt de bus.  J’attrape un bus, en retard, vu que certains ne circulent pas, et je pars enfin au turbin.

J’y arrive en un morceau.  A l’arrêt, je descends et entame une nouvelle marche jusqu’au bureau.  Bon, « marcher » n’est pas le mot adéquat, vu que le trottoir est une patinoire.  Pire que la mini plaque sur laquelle j’ai failli m’étaler auparavant.  C’était de la gnognotte que cette plaque.  Ici, pas un centimètre carré du trottoir ne semble épargné.

J’avance donc lentement, tel un cygne qui sort de l’eau (Zavez déjà vu un cygne qui marche ?  Il a la grâce d’un pachyderme, une grâce inversement proportionnelle à celle du cygne sur l’eau).  Très lentement.

Et ce qui devait arriver arriva, comme dit toujours ce bon vieux Bob (pas Bob l’éponge, Bob Boutique, le célèbre auteur bruxellois).

Après deux mètres à peine, à l’endroit où le trottoir est en très légère pente, je sens mon pied droit glisser tout seul.  Suivi de mon pied gauche.  Voilà, je vais tomber.  Et je ne saurai jamais me relever, c’est clair et net.  Je cherche du regard quelque chose à quoi me raccrocher et repère quelques branchages de haie, que je saisis prestement.  Bien sûr, si je m’étale, les branches me suivront, je ne me fais aucune illusion.  Alors je tente un rapprochement vers le piquet de béton qui soutient la haie, et je m’y accroche telle une naufragée à sa bouée.  Même accrochée, mes pieds n’ont toujours aucune stabilité.  Alors je reste scotchée à mon poteau.

Et je ris du spectacle que je donne aux automobilistes.  Et je prie pour que, dans la pénombre, ils ne me voient pas.  Et je me dis que ça ne peut pas durer.  Que je ne peux attendre le dégel ainsi.  Que le jour va se lever, que d’autres bus vont arriver, que je dois « mover ».  Que ça fait trente bonnes secondes que je suis immobile, et que ça ne fera pas avancer le schmilblik.

Mais comment faire ?

Revenir en arrière, d’où je viens, là oùsque marcher était encore possible.  Ou presque.

Alors je fais un périlleux demi-tour, je retourne sur mes pas et je me dirige vers la route.  Bingo, elle est pas verglacée, la route.  Alleluia.  Je rejoins ensuite mon bureau par la route, non sans devoir affronter, en Indiana Jones de la Sibérie belge que je suis, divers aléas : une rue à traverser, un trottoir gelé, un nid de graviers scotchés et glissants, de la pierre bleue avide de me faire tomber et un gazon maudit.

Le pire dans tout ça : ce jour, 2 février 2010, est supposé être celui de la fin de l’installation de ma cuisine.  Tout est quasi prêt… manque juste l’essentiel : raccordement de l’évier, placement des taques de cuisson, du frigo et du congélateur.  L’essentiel quoi…  Et chais pas pourquoi, j’ai comme un horriiiiible, un trèèèèès horriiiible pressentiment…

Le meilleur dans tout ça : ce verglas crée des liens.  Il délie les langues, et c’est bien sympa, parfois, un brin de causette le matin.

PS : le verglas n’aura pas entamé la progression des cuisinistes, ouf ouf ouf. Photos suivent…

08:04 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

3
fév

A la recherche de la quiétude perdue

L'autre jour, je terminais à midi.  Mais je savais qu'il y aurait du monde at home, installation de my new kitchen oblige (ça en jette, non, in english, "my new kitchen").

Et vu que j'avais déjà bossé lundi toute la journée pour échapper aux envahisseurs, mardi toute la journée pour la même raison, mercredi, j'avais pas envie de bosser toute la journée, na.  C'est pas que j'aime pas mes collègues hein, mais j'avais pas envie, c'est tout. 

Sauf que j'avais pas envie non plus de rentrer à midi et de découvrir les envahisseurs, que je supposais encore chez moi, même si j'espérais que non.  On vit d'espoir je sais.

Passqu'il faut dire que les bruits de forage, de perçage et d'autres trucs en -age, j'ai eu ma dose ces derniers temps.  J'ai aussi eu ma dose de portage d'objets, mais ça j'en remettrai une couche une fois la cuisine terminée, vu qu'il faudra tout ranger dedans, après avoir tout nettoyé, aspiré, re-nettoyé et re-aspiré, fou comme ça salit et ça couvre tout de trois centimètres de poussière blanche, puis de trois centimètres de poussière beige, l'installation d'une cuisine équipée.

Donc, à midi, j'ai décidé d'aller zoner en ville.  D'autant que l'abominable verglas des neiges avait commencé à fondre.

Sauf que j'avais froid, mais c'est un détail que je ne ferai qu'évoquer.

Je me rends donc au Ot's, ce burger restaurant namurois que je connais depuis que je suis haute comme trois pommes, savoir depuis mes onze ans.  A onze ans, j'avais la taille et la tronche d'une môme de huit, donc trois pommes, ça suffit comme hauteur.  Il fut un temps où j'allais chez Ot's un samedi sur deux avec mon paternel, avant la naissance du Quick, un temps que les moins de vingt ans ne peuvent bien sûr pas connaître.

J'y mangeais un junior sans ketchup, à savoir une tranche de boeuf dans du pain, sans rien.  J'avais vraiment des goûts de chiotte quand je ressemblais à trois rainettes. 

Donc me vlà au Ot's avec un bon bouquin à dévorer en même temps qu'un senior (tranche de boeuf, fromage, salade, ketchup et mayo, bien meilleur que le junior sans ketchup of course), des frites et un coca light pour le régime, ça va de soi.

Il y fait hyper froid, et c'est dramatiquement dramatique, cf le détail évoqué plus haut.  Je grelotte, j'aime pas ça, mais soit.

Mais le pire du pire, c'est qu'une fois installée, paisiblement, devant ma boustifaille et mon roman (le génial En toute discrétion, suite de Confidentialité assurée, de Jessica Brody, je vous en parle dimanche, avec le big retour de "le dimanche, on lit au lit"), c'est le drame.

Un drame qui commence tout doucement, avec de légers coups de marteau, vite transformés en coups de masse, puis en coups de burin.

Un drame qui continue atrocement, avec des bruits de perceuse, puis de forage quasi pétrolier.

Un drame qui fait que, c'est mon destin actuellement, apparemment, de vivre dans les bruits de travaux.

Je quitte ensuite les lieux pour aller me les geler (enfin si j'en avais) à l'Inno (rien de neuf, rien de beau), chez Club (rien de neuf non plus) et chez Blokker, à la recherche d'un choli pot pour abriter mes jolis M&Ms verts qui viennent directement de la grosse pomme (verte), soit New-York, excusez du peu.  Un pot de M&Ms qui sera la première déco de my new kitchen... et la boucle est bouclée.

07:08 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

2
fév

Damned

Lenny, je sais que tu m'as jeté un sort : m'ont mis un néon à la place des halogènes dans ma cholie cuisine.  Vilaine va... je t'avais dit que je haïssais les néons pourtant.  Et le pire c'est qu'ils m'ont facturé le néon + les halogènes.  Il va sans dire que l'erreur va "têtre" réparée, comme disait l'autre.

Sinon, regardez ce choli dessin de promo fait par Luthi pour sa semaine Planète célibataire, cool non ?

 

02 04 promo.jpg

Et la promo de Piafette, que je découvre seulement aujourd'hui, merci les filles, ça me fera de super souvenirs que vos dessins de promo :

01 28 promo.jpg

15:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |