2
jui

Que faire avec un concombre ?

Cette question, toutes les personnes qui ont un concombre dans leur frigo se la posent.  Ils se la posent actuellement, je veux dire, vu l'actualité.  S'ils se la posaient avant la psychose due aux ravages de la bactérie écolière ou un truc du genre, je leur conseille d'en parler à un psy... ou de s'offrir un vibromasseur, c'est plus hygiénique.

Mais s'ils se la posent actuellement, c'est tout naturel.

Car nul, même pas moi, n'ignore que les concombres sont suspectés d'être responsables de cette épidémie.  Entre nous je comprends mal le mot "épidémie", je pensais qu'il se rapportait à quelque chose de viral, apparemment pas.  Voyons voir : " Une épidémie (du grec epi = au dessus et demos = peuple) est la propagation rapide d'une maladie infectieuse à un grand nombre de personnes, le plus souvent par contagion." Ah voilà, c'est le mot contagion qui m'a induite en erreur, d'où la confusionnation avec un virus.  Mais que soit.

Moi, bien sûr, j'ignorais tout de cette épidémie avant lundi.  Ce qui fait que samedi, je me suis offert un concombre durant mes courses, que j'ai pieusement mis au frigo.

Et depuis lundi, je m'interrogais : mais que vais-je en faire ?

Réfléchis ma petite Anaïs, outre l'utilisation que la morale et l'hygiène réprouvent (je le sais de source sûre, preuves et témoignages à l'appui), que faire de mon concombre, bordel de Dieu ?

Alors j'ai réfléchi.

Et j'ai eu quelques idées.

Un rouleau à pâtisserie.  Du moins tant qu'il est bien dur et pas trop mûr.  Et puis faut bien l'emballer sinon la bactérie éventuelle pourrait passer sur la pâte à tarte, ce qui n'arrangerait pas mes affaires.

Une batte de baseball.  Idem niveau dureté et murissement (my god que je parle bien la France).

Une matraque policière.  Idem idem idem.

Un barreau d'escalier.  Histoire de remplacer un barreau qui serait cassé.

Un tuteur pour le jardin.

Un nez pour un bonhomme de neige représentant pinocchio.  Mais bon, d'ici l'hiver j'ai des craintes.  Ou alors le congeler en attendant.  Mais au dégel, restera-t-il bien raide ?

Une baguette pour maître d'orchestre.

Un objet de repérage pour un rendez-vous galant.  "J'aurai un concombre à la main droite".  "Et moi un chou-fleur dans la main gauche".

Des idées, ô chers lecteurs ?

En attendant, moi, j'ai trouvé un usage pour mon mien, de concombre.

Dans un taboulé.  Après un bon nettoyage et épluchage.  Et après une neuvaine pour que la bactérie écolière soit pas là, la vilaine.

divers 120.jpg

06:07 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Dingue les trucs immondes qu'on entend à la TV

Je n'en reviens pas de ce que je viens d'entendre durant le reportage sur Victor Hissel, l'avocat ayant défendu la famille de Julie ou de Melissa face à Dutroux, pour être ensuite accusé de pédophilie.

Je cite "je ne vois pas en quoi c'est (regarder des images pédopornographiques) condamnable.  L'argument c'est  que derrière ces enfants il y a des images, mais les images ont été faites, que les gens qui les ont faites soient sévèrement condamnés bien sûr, qu'on condamne le trafic d'images comme de personnes, mais des images faites, ça ne fait plus de tort à personne".

Nan, ce n'est pas un pédophile qui parle, c'est Christian Mormont, un professeur en psychologie. 

 Donc, ça ne fait de tort à personne de mater des images où des pauvres gosses à poil sont exposés pour les pervers qui vont les mater et, excusez-moi l'expression, se branler allègrement devant.  Bon.  Soit.  Ça doit être ça la psychologie moderne.

Moi je me dis juste que si plus personne n'a le droit de consulter ces merdes, si du moins on lutte contre cela, si on punit cela, ça évitera peut-être que des gosses soient soumis à de telles pratiques et montrés ensuite sur le net.  Mais bon parait que si les pédophiles ne peuvent plus mater, ils agiront.  Va savoir.  

C'était le malheur du jour.

21:21 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : victor hissel, pédophilie |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19
mai

Y'a plus de vieillesse !

Dans le bus, l'autre jour, je décide d'être une bonne citoyenne.  Vu que les jeunes, dont je ne fais plus partie (par jeunes, j'entends "mineurs") ne cèdent pas leurs places aux mémés qui tiennent à peine sur leurs trois jambes (2 + la canne), je décide de montrer l'exemple.

Je dis donc à une dame âgée qui se trouve près de moi "prenez ma place Madame", et je quitte ma place.

Et elle de me répondre d'un air dédaigneux "non, pas dans ce sens-là".  La place que je propose est en effet une place en "marche arrière".

Pas un "merci, vous êtes chou", rien, nada.  Juste un refus net et pas sympa.

Entre-temps, un ado a déjà piqué la place que j'ai laissée pour la mémé.

La morale de l'histoire ?  La prochaine fois, je fais ma mal élevée.

06:21 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

17
mai

La théorie du complot

L’autre soir, après un bon morceau de gâteau, il était déjà plus de 23 heures, soit la pleine nuit pour moi qui vais me coucher avec les poules et les poussins, lorsque nous en sommes venus à discuter du 11 septembre.  Chais plus pourquoi, chais plus comment, mais on en a causé.  Et on a causé de JFK.  Et le débat fut passionnant, avec des vidéos étonnantes et/ou débiles, sur fond de musique à la « talalalalala » - ben si, vous savez, le générique de cette série sur les ET, hyper connue, avec l’agent Mulder si je me souviens bien, dont le nom m’échappe).  Et l’actualité actuellement actuelle, avec ce que l’on appelle déjà l’affaire DSK, m’a remis en tête cette soirée.

Une soirée dédiée à la théorie du complot.

Avez-vous déjà remarqué comme la théorie du complot a plus de succès dans notre société que les manons de Léonidas, même celles avec noisette ?

Vous voulez des exemples ?  Facile…

Commençons par le complot du 11 septembre.  Les avions ont été envoyés par le gouvernement américain, pour avoir un alibi afin de provoquer une guerre.  Et y’a des preuves, notamment des restes d’un certain explosif ayant fait tomber les tours, et puis des images d’explosion aussi, et plein plein plein de preuves, à découvrir sur le net si le cœur vous en dit.

Ensuite, le complot de JFK.  Le Président des Etats-Unis n’a pas été assassiné par un déséqulibré, à Dallas, à côté de son épouse toute de rose vêtue (cf la série Les Kennedy, que j’ai suivie, à l’affût des scandales, même qu’ils étaient peu nombreux, grosse déception).   Il a été éliminé par son propre gouvernement, car jugé gênant, voire pour d’autres raisons obscures que mon neurone comprend mal.

Puis, bien sûr, le complot Michaël Jackson.  Il n’est pas mort, mais a juste feint de mourir pour échapper aux concerts à venir, qui l’angoissaient.  Accessoirement, il aurait rejoint Elvis Presley.  Le grand perdant dans tout ça, c’est son médecin…

Depuis hier, enfin, le complot de DSK.  Il n’a pas agressé sexuellement ou violé ou séquestré une femme de chambre noire (la couleur ayant bien sûr son importance), tout cela est une machination pour qu’il ne devienne jamais président et pour d’autres raisons liées au FMI que mon neurone comprend mal.  D’autant que des infos circulaient très (trop) vite sur twitter.

Puis le complot de mon boss adoré qui a décidé de me virer, j’en rêve chaque nuit.  Et s’il est si gentil avec moi, c’est pour mieux noyer le poisson, en attendant de me jeter.  Et j’ai des preuves, mais uniquement en rêve… pour le moment.

Le plus angoissant, dans ces théories du complot, ce ne sont pas les théories du complot en elles-mêmes.  Non, le plus angoissant c’est que, en se penchant sur ces théories, en les analysant, en les disséquant, en lisant une masse d’infos, les commentaires des gens, les sites web qui naissent aussi vite que des portées de souris… on finit par (quasiment) y croire.  Et par se dire « Pourquoi croire une théorie plutôt qu’une autre ?  Les avions lancés par Al Quaïda sont-ils plus crédibles que ceux lancés par les States ?  JKF tué par un déséquilibré ou plutôt par son gouvernement ?  DSK, malade sexuel ou pauvre victime d’un complot sordide ? Mon boss qui me vire ou qui m’augmente ? »  Car finalement, personne ne sait rien, chacun pense savoir, mais personne ne sait (et moi je sais qu’on ne sait jamais, comme disait Jean Gabin – c’était lui hein ?).  Personne ne sait, à part les véritables responsables.  Et ils gardent leur secret bien au chaud…

PS : la série, ça m’est revenu, c’est X-files.  Lalalalalala…

Merci à Laurence pour cette vidéo :

13
mai

De l'art de visiter les WC

Vous savez que chaque année, je vais au FIFF (pour rappel, le Festival International du Film Francophone de Namur, ou le Festival des Individus Foutrement Favorisés).

J’ai également le plaisir, lors des nombreuses séances auxquelles j’assiste, de tester les toilettes des cinémas namurois (ça faisait un bail, en grande habituée de l’Acina que je suis devenue).

Dans ces toilettes, une file permanente.  Logique.  300 spectateurs, dont moitié de femmes, toutes ayant un besoin pressant.  6 toilettes.  Cherchez l’erreur.

Mais la véritable erreur elle est ici : lors de chacune de mes attentes, j’observe ces femmes. Elles entrent, sortent, prennent leur temps ou pas.  Mais aucune d’elles, je dis bien aucune, ne s’est lavé les mains après son passage au petit coin.  Aucune !

Moi qui croyais innocemment que seuls les hommes étaient adeptes du manque d’hygiène, voici que les femmes se mettent à répandre leurs germes sur les sièges bleus des cinémas, sur les bâtons de leurs friskos, sur les poignées de portes et dieu sait où encore (et je préfère ne pas le savoir, argh).   

Je veux bien admettre que, chez elles, cocoonement lovée dans leur petit canapé, elles fassent l’impasse sur le lavage de mains, après tout, personne ne les voit agir de la sorte.  Mais devant une telle grappe d’autres femmes, comment osent-elles ?

Je l’ai pourtant compris une fois mon tour venu.  Lorsque j’ai voulu me laver les minettes.  Pour accéder à l’évier, au savon tout propre (puisque pas utilisé) et aux serviettes immaculées, j’ai dû franchir la foule, affronter les regards me faisant comprendre que je dérangeais, me contorsionner pour accéder au jet d’eau et partir sans m’essuyer les mains, sous peine d’être lynchée.  Un challenge !

Prochain challenge, tester ce petit matos disponible sur le marché et permettant aux femmes de faire pipi debout.  Mon verdict dans quelques semaines…

 Illu de Petit Bordel.

wv2.jpg

 

 

 

06:46 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |