22
mai

22/5/2017 : et m…..

En voulant faire mon tableau pour la sdb, avec des chats aux yeux bleus, j’ai regardé la peinture aquarelle reçue à la brocante, et comme c’était turquoise, j’étais ravie.

Après avoir renversé deux fois le petit pot sur la table, sans faire de dégâts (ouf) je n’ai pas pu y échapper : je n’avais bien sûr pas de tablier et j’ai envoyé plein de giclées de peinture turquoise sur le beau tshirt chats jaune reçu de ma sœur et mon beau-frère, tchu. J’ai de suite enlevé le tshirt pour le rincer à l’eau, voilà donc pourquoi je suis en soutien-gorge maintenant.

Voilà le tableau en question et un petit tableau vert que j’ai terminé hier, avec mes trois chats.

pizap.com14954716332761.jpg

pizap.com14954718310863.jpg

18:54 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

9
mai

9/5/2017 : stage prémonitoire

3207895905.jpg

En 2014 j’allais à ce stage que j’ai adoré avec une amie que je connais grâce à ce blog ; c’était un stage « écriture et peinture » tout ce que j’aime.

J’ai notamment écrit ceci, qui, avec le recul, semble très prémonitoire :

IL ETAIT UNE FEE :

Il était une fée qui avait perdu sa baguette magique

De la mort à l’amour, elle vous entraîne dans son sillage

Une plongée dans son passé,

Le deuil de ses rêves,

Puis enfin, l’envol.

pizap.com14938296907362.jpg

17:05 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

17
avr

17/04/2017 : le serment d’Hippocrate (d’hypocrite ?)

Wikipédia en dit ceci : https://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d%27Hippocrate

« Devoirs envers les malades : Le bien du malade, au physique et au moral, est la priorité du médecin. Celui-ci doit faire ce qui est utile et avantageux pour le malade. »

Tous les médecins n’ont vraisemblablement pas dû prêter serment…

1436426356.png

11:56 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

5
avr

5/4/2017 : Delhaize

Ce matin au petit Delhaize de Jambes où je vais, j’ai fait sonner le truc antivol en entrant et j’ai crié à la vendeuse : « c’est moi ? ça doit être ma nouvelle robe de nuit… ».

Et tout le monde m’a entendue et a dû se dire « elle fait ses courses en robe de nuit, sans doute pas lavée ».

Galère.

Non non non, je mets ça le matin comme tshirt à manches longues car il y a un joli chat, sur un caleçon, et j’adore ça… cela après m’être lavée bien sûr.

Qu’on se le dise.

(ps : en rentrant, j’ai coupé l’étiquette antivol)

pizap.com14776805559511.jpg

17:33 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

25
mar

25/3/2017 : le deuil

Si j’étais décédée suite à l’accident, ma famille aurait dû faire le deuil de moi.

Mais comme j’ai survécu, handicapée mais vivante, c’est à moi de faire le deuil. Pas un, plusieurs…

Le deuil de mon boulot.

Le deuil de mes collègues.

Le deuil de danser, j’adorais ça, je dansais très mal mais je dansais.

Le deuil de mon orthographe presque parfaite.

Le deuil de ma petite carrière d’écrivain.

Et d’autres deuils que je n’ai pas encore à l’esprit.

Dimanche, après une pizza géaaaaaaaaaaaante chez pizza hut (pour avoir le fromage dans la croute, j’adore ça, faut la version large) je suis allée pour la première fois au nouveau Caméo, fermé depuis… je sais plus mais longtemps. Il est désormais équipé d’un ascenseur pour ceusses qui ne savent pas bien marcher. Super.

pizap.com14904383464091.jpg

Je suis allée voir « Patients », le film de Grand Corps Malade. Je savais avant mon accident qu’il marchait avec une canne, mais sans plus. Là, bien sûr, je m’y suis encore plus intéressée, je suis en train de lire le livre et j’ai voulu voir le film. Ça m’a rappelé plein de choses : la revalidation, les couloirs de l’hosto, le fauteuil, les TC (traumatisés crâniens). Jamais larmoyant, souvent drôle, toujours touchant.

Le plus dur pour lui : quand il va voir le doc, heureux de bien évoluer, et parle de la reprise du basket, sport qu’il faisait en pro. Le doc lui parle et lui fait comprendre que ça… il doit en faire son deuil, qu’il n’est pas et ne sera plus capable.

Ça m’a fait un choc.

Car j’ai réalisé que je n’étais pas et ne serais plus capable de bosser.

Un deuil. J’avais beau me dire « ce n’est pas une priorité, rétablis-toi, y’a plus important », je pensais au fond que j’y retournerais un jour. J’ai compris en voyant le film que non.

Hasard, le lendemain je passais au bureau revoir les collègues et faire des photos de mon endroit, 19 ans d’ancienneté quand-même (snif je ne fêterai jamais 20 ans).

Ça sera un joli souvenir.

pizap.com14904385276751.jpg