27
aoû

27/8/2017 : extrait de mon mail à mon boss

Bonjour,

j'ai tout le temps envie de retravailler, même si je sais que j'ei suis incapable, physiquement et mentalement

le neurologue trouve que j'ai vite fait le deuil de mon boulot mais il ne comprend pas que ça m'a pris deux ans pour comprendre que je ne rebosserais jamais, pour le dire aux médecins à Wépion les larmes aux yeux, et même maintenant c'est encore dur, car j'aimais mon travail, j'avais voulu être la plus indépendante possible (avec de l'aide dans les dossiers difficiles) et j'aimais mes collègues

j'allais fêter 20 ans d'ancieenneté c'est énorme :) j'ai été la première que vous avez engagée, je me souviens qu'en venant me présenter je pensais que vous étiez un collaborateur car pr moi les notaires étaient "vieux" :)

maintenant je regarde maisons à vendre et les annonces des agences dans le vlan, ça compense :)

je ne sais plus taper à dix doigts, comme avant...

bonne soirée et encore merci pr tout

10:34 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31
jui

31/7/2017 : une araignée appelée à régner… ou à décéder

Ce matin, j’ai écrit sur Facebook : j'ai vu rentrer une arrégnée de la poubelle au salon, argh  

 Déjà, j’ai fait une grosse faute, mais c’était bien une araignée, dont j’ai peur, non une coccinelle, que j’adore, mais que j’appelle tout le temps araignée depuis l’accident (le « manque du mot », disait la soigneuse à William-Lennox). Elle s’était donc enfuie de la poubelle et avait filé au salon.

 Puis, en faisant ma kiné,  j'ai retrouvé l'araignée : elle s'était installée en suspension sous la selle du vélo d'appart, je l'ai tuée. Ce fut dur car elle est tombée par terre, mais je l'ai eue, j’ai dû m’y reprendre à trois fois, mais elle était suicidaire faut croire.

  Ouf…

et un joli dessin de moi (le vert mdr)

le_rat_d_ana_s.jpg

11:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
jui

11/7/2017 : la cervelle

Le cerveau est un truc incroyable !

J’avais oublié que c’était le jour des poubelles, heureusement j’avais sorti la mienne hier, merci à ma voisine de l’avoir déplacée au bon endroit.

Par contre, je me suis souvenue de la série dont j’étais folle ado : Beverly Hills, mais y’avait un chiffre après, c’était leur numéro de maison je pense, et ça m’est revenu en anglais : nine o twoo one o (90210). Par contre, je ne me souviens pas comment on écrit zéro en anglais : o, ow, ho ??? Avec Brenda et Brandon Walsh, les jumeaux.

On m’a dit que la mémoire à long terme irait mieux que celle à court terme, clair que se rappeler du nom entier d’une série est bien plus utile que de se rappeler du jour des poubelles…

IMG_2500.JPG

11:16 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

29
jui

29/6/2017 : en larmes au marché

Si d’habitude les ouvriers sont gentils comme tout, proposent de m’aider à passer, s’inquiètent pour moi, ceux du jour étaient odieux…. Ceux d’aquaflux, ou un truc du genre.

 D’abord, pas un bonjour, pas un regard, je n’existe pas, ensuite ils ont refusé de bouger quand je le demandais poliment en me disant sèchement « vous n’avez qu’à faire le tour ». ben oui, facile comme tout : avec deux machines, une rue pleine de trous et de graviers, des trottoirs  impraticables

 Pour couronner le tout j’ai eu droit à un « on n’a pas choisi de travailler ici »…

 J’ai répondu en pleurant « moi non plus je n’ai pas choisi d’être renversée par une voiture ».

 Une gentille dame qui promenait son chien m’a aidée à traverser, et je pleurais de plus en plus. Le souci est qu’actuellement, si je suis joyeuse, je suis trèèèèèèèèèèès joyeuse, et si je suis triste je suis trèèèèèèèèèèèès triste, à gros sanglots bien bruyants.

 Je suis donc allée au marché en continuant de pleurer, et sur place, je pleurais encore. Quand j’ai rencontré Sophie, je pleurais. Quand je l’ai revue sur le marché, les larmes étaient au bord de mes yeux. Finalement, parler avec elle de tout et de rien m’a fait un bien fou et j’ai enfin cessé de pleurer.

 Yesssssssssss.

 Le pire est que à ils ont coupé l’eau sans avertir personne, sans dire quand ça reviendra. J’ai soif moi.

pizap.com14963906131641.jpg

12:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

13
jui

13/6/2017 : en apesanteur

Hier, j’ai regardé Envoyé Spécial avec le reportage de l’astronaute français dont j’ai oublié le nom. Outre les magnifiques vue des pays, continents, villes, j’ai en l’impression d’étouffer durant toute l’émission, tant je détesterais faire ça, déjà que j’ai très peur de l’avion. Mais être dans un petit truc, et voir que dehors c’est l’espace, sans oxygène, sans avoir les pieds au sol, quelle horreur.

Et puis je réalise que voilà la solution pour moi : être en apesanteur, « flotter » sans ressentir la gravité, « marcher » en « volant », ça éviterait le rolateur.

Il me semble avoir entendu à la radio que dans quelques années, on irait en vacances dans l’espace.

Solution pour moi, mais non merci, je reste sur mon plancher des chats, enfin des vaches.

812.jpg

10:44 Écrit par Anaïs dans Anaïs tremble d'effroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |