5
avr

Je vais devenir écrivain

Voilà. La décision vient de tomber. Je vais devenir écrivain. Enfin écrivaine, comme on dit de nos jours.

Qui a décidé ça ? Ben moi pardi.

Sur quoi je vais écrire ? Ben sur moi pardi.

Je vais garder l’âme du blog, y mettre un peu d’ordre, et les éditeurs se rueront sur ma prose comme les plumes sur le pétrole.

Bon, y’a juste un hic : il me faut une happy end. Du genre je rencontre l’amour et tout et tout, sinon ça va pas. Un livre ça se termine toujours en happy end (ou en drame larmoyant mais je préfère une happy end).

Faut que je rencontre l’amour, c’est clair ???? Alors vous pourriez y mettre du vôtre, et m’envoyer vos cousins, vos amis, vos voisins, vos frères, vos pères (là je m’adresse aux jeunes ados qui passeraient par ici, pas trop vieux le père hein), vos neveux, vos potes, vos collègues. Qui vous voulez pourvu qu’il ait toutes les qualités souhaitées savoir un gros compte en banque et une belle villa à la côte d’Azur. Meuh non je rigole, faut juste qu’il soit tendre, drôle, gentil, serviable, poli, mignon, sympa, cuisinier, bricoleur et amoureux de moi (important ça, primordial d’ailleurs).

De toutes façons j’ai déjà la fin du livre, que je vous offre en méga top exclusivité de la mort qui tue : « Je suis amoureuse… Les ennuis commencent ».

Ça permettra d’introduire le second tome, qu’en pensez-vous ? Super idée nan ? Les lecteurs seront tellement accro qu’ils me supplieront d’écrire dare dare la suite. Comment ça je suis mégalo ? Ben non pourquoi ?

J’ai donc une bonne conclusion déjà. Reste à pondre les 249 pages précédentes…

07:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

26
mar

Choli Choli

Petit cadeau de mon illustrateur personnel : merci Nuwachs ! J'aime.
manoloter

11:05 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
mar

Reine de la pub

Pour accompagner mon petit repas sain et équilibré (poulet, haricots, pdt), j’enfile une vieille cassette dans mon magnétoscope, espérant y trouver quelque chose d’intéressant… Première image : un reportage sur les « faux blogs ». Kekseksa ? Ah, c’est ce que j’ai justement lu hier sur le net : des agences de pub qui créent des blogs soi-disant rédigés par des jeunes femmes comme moi, pour y vanter en douce les mérites de leurs produits.

Un peu comme si, moi, Anaïs, je vous poussais à acheter ceci ou cela, par exemple les écharpes Strelli et/ou les lasagnes Farniente, l’air de pas y toucher, mais qu’en fait j’étais mandatée par les marques pour agir de la sorte. Mandatée et rémunérée, s’entend. De la publicité cachée, quoi.

Waw, futé ce procédé !

Et ça me donne une idée. Une génialissime idée. Une démentielle idée.

Moi qui, gracieusement, vante les mérites des écharpes Strelli et le goût succulent des lasagnes Farniente, pourquoi je ne les contacterais pas pour avoir un petit cadeau en remerciement ? Parce que je suis sûre que Farniente est noyé sous les commandes, et que Strelli a d’ores et déjà commencé la conception de sa nouvelle collection hiver, vu les demandes reçues après passage sur mon blog. Alors ça mérite bien une récompense, non ? Je prendrai donc une écharpe orange (et une étole, on m’a dit qu’elles étaient si jolies) et mon poids en lasagnes. Merci Olivier, merci Farniente.

Quelle ravissante, quelle succulente idée je viens d’avoir ! Je suis extraordinaire.

18:48 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
mar

Le trac

Me voilà donc chroniqueuse officielle de 7Dimanche. Secret bien gardé depuis le 15 février. Un petit trio au courant, avec promesse de silence absolu. Impossible de me taire totalement, l’adrénaline m’en empêche. Maintenant je peux le crier sur les toits. Enfin les toits du net, car dans la vie réelle, le secret doit être préservé. Dommage, je fantasmerais bien sur les clients qui débarquent « ainsi c’est vous la fameuse Anaïs », sur les avalanches de cadeaux de fans en délire, les déclarations d’amour par sacs postaux entiers. Oui bon, retour sur terre.

Maintenant faut écrire, c’est bien d’avoir le titre théorique, mais tu dois fournir de la matière ma petite, et de l’inédit.

Et pas n’importe quoi, tu as droit à 1.600 caractères. Pile poil.

Et 1.600 caractères ça donne ça :
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Nin bramin hein ! Surtout pour une bavarde telle que moi.

Et de quoi je vais parler ? Aaaargh le trac m’envahit. Angoisse. Plus d’idée. Ils vont pas aimer. Ils vont changer d’avis. Ils vont se rendre compte qu’ils se sont trompés de personne. T’es pas celle qu’ils voulaient. Page blanche qui me nargue. Et puis, telle une pro, je ponds ma première petite bafouille, qui est censée être ce jour, oui, ce dimanche, imprimée noir sur blanc dans 7Dimanche.

Je file le chercher à la boulangerie, avec deux croissants pour fêter ça. C’est pourtant pas une vie d’être dorénavant condamnée à me lever dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, pour aller chercher mon 7dimanche (et mes croissants éventuels), mais au moins ça me fait une petite marche. Bon 7dimanche.

08:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

4
mar

L'effet papillon

Lorsque mon ange de la Saint-Valentin m’a offert ma new écharpe Strelli, il m’a parlé de l’effet papillon que ce geste pourrait engendrer. C’est tout le mal qu’il me souhaitait.

Je connaissais cette expression, j’en saisissais plus ou moins le sens, mais j’ai voulu en savoir plus :

C’est le météorologuqe Edward Lorenz qui a décrit l’effet papillon : un battement d'aile de papillon à Paris peut engendrer une tempête sur New-York, en d’autres termes une infime variation d'un élément météorologique peut s'amplifier progressivement, jusqu'à provoquer des changements énormes et inattendus au final. Cette théorie peut se remarquer dans d’autres domaines que celui de la météo. A savoir qu’un petit changement de comportement d’un être humain peut engendrer des bouleversements dans sa vie.Tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle de toute une population (et du monde), le pouvoir de changer les choses dépend de très peu. A nous de découvrir le changement de comportement qui peut déclencher l'effet papillon.

Hasard ou destin ? Quasiment à l’heure où cette écharpe est entrée dans ma vie, je reçois un mail qui me propose de tenir une chronique dans un hebdo, 7dimanche. J’appelle ça un effet papillon fulgurant.

Le soir même, je vais au cinéma, voir « l’illusionniste ». Générique : un papillon. Première scène, un papillon. Bijou symbolique du film : un papillon. Image finale : deux papillons.

Le lendemain, je reçois une proposition en rapport indirect avec l’écriture : réécrire des articles en vue de leur publication sur le net. Après un test, mon travail convient et j’ai le job. Un tantinet créatif, même si le sujet n’était pas pour me passionner de prime abord (après trois semaines, j’avoue l’apprécier ce sujet : les ressources humaines). Le site sera lancé demain. Effet papillon ?

Depuis lors j’ai quelques opportunités passionnantes qui se sont présentées à moi. Dont je rêve depuis toujours. Effet papillon ?

Hasard ou destin ? Je l’ignore mais c’est étrange comme la vie nous fait des signes, quelquefois.

Et j’adore les papillons.

08:04 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |