29
mai

Je ne suis plus une gamine

Nan, chuis plus une gamine. A partir d’aujourd’hui, appelez-moi Mademoiselle. Ou plutôt, Madmoizelle.

Tombée (plouf) par hasard sur le site madmoizelle.com, je redécouvre Fab, le big boss des lieux. Un boss oui, qui gère un site pour nous les femmes (gros dilemme pour un lien… je le mets chez les filles ou chez les mecs ?). Vous connaissez pas Fab ? Comment ! Vous connaissez pas Fab ! Il a écrit « Futur Papa », un bestseller tiré de son blog, oùsqu’il racontait les neuf mois de grossesse de sa chérie, vécus par lui-même. Mais c’est un livre à offrir ou tout futur papa, et même à toute future maman, afin qu’elle comprenne mieux ce qui se passe dans la p’tite tête de son homme. Hyper drôle. Enfin, je crois. Passque je suis arrivée un peu tard sur la blogosphère. Le livre allait paraître, et les billets avaient disparu, logique. Ça sera pareil pour moi, quand je sortirai mon bestseller. Je serais vous j’imprimerais d’ores et déjà l’intégralité de mon blog, on sait jamais hein. Bon, revenons à nos moutons. J’ai jamais parlé de ce livre, en effet, parce que le sujet bébé n’est pas très fastoche, tiraillée que je suis entre mes questions existentielles : un bébé ou pas, envie ou pas, besoin ou pas. Questions auxquelles je ne sais répondre sans le papa. Et comme pas de papa, pas de billet bébé. Voilà. Bon revenons enfin à nos moutons.

Au détour d’une page, je lis qu’il cherche des femmes à interviewer : pompière volontairedanseuse de rue, mannequin, artiste de cirque, nonne, hôtesse de l'air, infirmière, expatriée, magistrate, avocate, journaliste, casteuse, auteure, créatrice d'entreprise, styliste, danseuse, petit Rat de l'Opéra… Trop tard pour devenir petit rat ou mannequin, je pourrais dare dare devenir avocate, créer mon entreprise ou tomber en religion. Et puis je relis attentivement et je remarque ceci : une femme auteure (enfin une ou plusieurs). Déjà j’adore cette féminisation des noms, il est tellement temps de s’y mettre. Ensuite, j’écris, je gribouille, je scribouille, donc je suis auteure. Enfin, un peu. Un chouia. Mais ça devrait peut-être suffire. Allez, je me propose pour une interview, qui ne tente rien n’a rien…

Il me répond. « Une interview, non. » Ooooooooh. « Mais devenir écriveuZ chez Madmoizelle, tu veux ? » Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah. Je m’évanouis. Des sels. Moi, écriveuZ sur ce site que toutes les femmes de l’hexagone consultent, et les belchs aussi, et les suisses aussi, et les … enfin toutes quoi ! C’est un rêve. Je me frappe la tête contre la cuvette du WC pour me réveiller, je retourne lire le mail. Il est toujours là. Je ne rêve pas. Il veut de moi comme écriveuZ.

Ce n’est pas un rêve… et c’est à voir dès aujourd’hui sur MadmoiZelle.

J'en profite pour remercie Mako et Flobert, qui ont accepté d'illustrer mes premiers billets.

18:49 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

18
mai

J'ai la tête dans les nuages

Le Nuages de filles http://www.lenuagedesfilles.com/, site génial qui regroupe les liens vers des blogs de filles, lance une nouvelle rubrique, regroupant des interviews de filles... et je suis la première. Démentiel non ? Je suis la première car j'ai été la première à répondre à la longue interview, c'est aussi simple que ça (mais bon, j'ai eu la chance d'être parmi les privilégiées faisant partie de la première fournée d'interviews). Parait que c'est en ligne mais personnellement je ne vois strictement rien. On me dit de cliquer sur "lire la suite" mais même ça ne trouve pas... Si vous y parvenez, faites-moi signe. Et profitez-en pour parcourir le nuage de filles...

Add. de 22h pétantes (prout, comme dirait le Chat de Geluck), l'interview est sur http://www.misshello.com/je la mettrai sur mon blog dans une semaine, autant que vous alliez la lire là-bas, mais n'oubliez pas de revenir ensuite...

 

Add. du 23/5 : voici le texte de l'interview :

 

Peux-tu nous décrire rapidement ton blog ?
Mon blog, c’est celui d’une célibataire qui cherche le grand amour (et dieu sait que j’ai embrassé beaucoup de crapauds sans encore trouver le moindre prince) : j’y raconte mes déboires amoureux, mes rencontres foireuses, mes coups de cœur, je râle sur tout et n’importe quoi, je teste des produits, en bref je parle de tout et de rien, avec cynisme et autodérision (enfin j’espère…).

Pourquoi l’as-tu créé ?
Au départ, pour raconter mes rencontres foireuses sur Internet. Ensuite, le virus de l’écriture m’a atteinte et j’ai été poussée par une force incompréhensible (la fooorce est en moi) qui a fait que j’écris maintenant sur tout, tout, tout. Chaque jour. Une drogue.

Depuis combien de temps existe-t-il ?
Depuis le 28 octobre 2006.

Que t’apporte-t-il ?
Des tas de choses : D’abord bien sûr le plaisir d’écrire. Et de faire passer certains messages, parfois drôles, parfois plus sérieux. Ensuite plein de contacts hyper sympas, virtuels ou réels. Des fous rires aussi, lorsque je lis les commentaires. Enfin, la cerise sur le gâteau : depuis quelques semaines j’écris des chroniques pour la presse de ma région.

Combien de temps par semaine consacres-tu à la réflexion et à la rédaction de ton blog ?
C’est variable, mais je dirais de deux à trois heures par semaine, en fonction de mon inspiration, pour l’écriture. Quant à la réflexion, elle est permanente. Toute blogueuse vous dira qu’une fois contaminée, on y pense sans cesse, tout est source d’inspiration, la vie, la TV, la presse… Je me balade en permanence avec un carnet de notes (je passe donc pour une folledingue puisque très peu de personnes de mon entourage connaissent le blog).

Est-ce qu’il t’a permis d’apprendre quelque chose sur toi que tu ne soupçonnais pas ?
Que j’adore écrire. J’ai toujours un peu « scribouillé » par-ci par-là, mais maintenant j’ai compris que c’était une véritable passion.

Comment souhaiterais-tu le faire évoluer ?
Je pense que le blog a déjà évolué depuis sa création, au niveau de ma façon d’écrire et des sujets abordés. Pour l’avenir, j’espère avoir de plus en plus de fidèles et que mes billets continuent à être appréciés. Personnellement, ne jamais perdre le plaisir que j’ai à tenir ce blog et trouver l’amour, pour pouvoir raconter ça en détail à mes lectrices et lecteurs, qui n’attendent que ça J.

Peux-tu te présenter rapidement ?
Anaïs, belge, une toute toute toute petite (vraiment petite, j’insiste) trentaine d’années, partageant son home sweet home avec un rat domestique.

Comment te sens-tu en ce moment ?
Bien, manque juste un zeste d’amour pour me sentir très bien…

Quels sont tes centres d’intérêts ?
Manger, me vautrer dans le canapé pour me goinfrer de séries télé, aller au cinéma voir des comédies romantiques, lire, voir mes amis, aller voir les canards qui grandissent le long de la Meuse, tester des vibros, et des tas et des tas de trucs…

Qu’est-ce que tu aimes le plus ?
Moi. Meuh non je rigole. J’aime la vie quand elle est embellie par le soleil, j’aime rire, et j’aime râler.

Qu’est ce que tu détestes le plus ?
Ne pas pouvoir manger tout ce que j’aime.

Quelle est ta plus grande qualité ?
Tout lecteur du blog sait qu’Anaïs n’a que des défauts.

Quel est ton plus gros défaut ?
L’impatience.

Comment imagines-tu l’évolution de la blogosphère ?
Oufti, comme on dit chez moi, on en reparle dans dix ans ?

Et de la blogosphère féminine ?
Les femmes sont de plus en plus présentes, et bien présentes, avec des blogs bien faits, drôles, utiles ou tendres. Ce n’est pas près de s’arrêter… On est là. On y reste. Na.

Pourquoi est-ce que tu as voulu t’inscrire sur le nuage des filles ?
Parce que l’initiative est géniale, parce que le design m’a plu immédiatement, parce que le nuage me permet de découvrir des tas d’autres blogs de filles.

Que t’apporte ce nuage ?
Une découverte permanente des tonnes de talent qui existent sur le net.

Comment voudrais-tu le voir évoluer ?
Il évolue déjà énormément, avec ses différentes catégories notamment. Cette nouvelle initiative des interviews permettra de découvrir (régulièrement j’espère) les blogueuses, en plus de leur blog. Moi je dis : vive le nuage des filles.

Souhaites-tu rajouter quelque chose ?
Le célibat ne passera pas par moi !

18:39 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19
avr

Des nouvelles de ma nouvelle

Sur les conseils de Céli, j’ai été lire le règlement et toutes les conditions et tout et tout du concours de nouvelles de Femmes d’Aujourd’hui. Merci Céli.

Pour moi, écrire une nouvelle c’est comme écrire un livre : une gageure dans le sens où les longs textes, c’est pas trop mon truc. J’ai déjà écrit une nouvelle. Correctif : j’ai déjà écrit un début de nouvelle. J’étais jeune, très jeune. Je voulais l’envoyer à Nous Deux, grand publicateur de nouvelles (et on ne se moque pas, certaines sont drôles, tendres, fraîches et romantiques). J’ai écrit la première phrase «les pales de l’hélicoptère brassaient l’air parfumé». Point barre. Riez, bande de moqueurs. J’en suis restée là. J’ai des idées, mais je ne parviens pas à les faire sortir de ma tête via mes doigts pas futés. Rien n’y fait.

Alors, j’ai relevé le défi. Je viens à l’instant, de quelques clics de souris, d’envoyer ma nouvelle à Femmes d’Aujourd’hui. J’ai quelques doutes sur l’intérêt qu’elle va susciter, elle n’est pas du style Anaïs que vous connaissez. Je ne voulais pas faire un copier-coller du blog, j’ai voulu innover, mal m’en a sans doute pris. Mais ce fut un bon exercice créatif et si Femmes d’Aujourd’hui n’en veut pas, je peux peut-être la proposer à Nous Deux…

Bon j’en viens au fait…

Surfant sur le site de Femmes d’Aujourd’hui pour vérifier que j’ai respecté toutes les règles, les conditions et tout et tout, je découvre que la spéciale célibataire est enfin sortie aujourd’hui, et je ne l’ai pas achetée. Milliards de Godferdomeke.

Je lis un petit résumé sur le site, et que vois-je, là, en toute dernière fin dudit résumé, une petite phrase, toute petite, tout au bout, après tout le blabla, là jusqu’où les gens ne vont pas lie : « Suivez les péripéties d'une célibataire sur http://le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.skynetblogs.be »

Bouboum bouboum, mon cœur fait un looping express. Mince alors, je suis citée ! Sur le site. Mais le suis-je dans le magazine ? Sur un site, c’est bien, sur papier, c’est mieux…

20h38, oserais-je courir dans un night & day acheter le précieux magazine ? Ridicule. Oui je sais. Midinette. Oui, je sais. femmes dauj site

20:42 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
avr

All we hear is radio ga ga, radio goo goo (Queen)

18h44, je suis paisiblement installée sur ma terrasse, j’ai trouvé un autre livre à dévorer, je profite des derniers rayons du soleil quand tout à coup je réalise, avec horreur et damnation, que j’ai oublié l’émission de radio-internet qui va parler 3 secondes 24 centièmes de mon blog. Mon moment de gloire à moi. Mes trois secondes de célébrité. Damned. Quand on n’a pas de tête ! Vite vite courir au PC, vite vite tenter de me connecter à ce truc compliqué en lisant le charabia explicatif. Miracle : j’entends. Je suis géniale. Cette radio est géniale. J’ai loupé 44 minutes, il est peut-être trop tard… Wait and see, Anaïs.

Super sympas les animateurs. Ils sont tristes car personne ne leur envoie de mails, les pauvres. Je compatis, moi qui pleure toujours après mails et/ou commentaires sur mon blog. Je leur envoie donc un petit mail d’encouragement. Qu’ils lisent en live, comme tous les mails reçus entre-temps. Vraiment sympa, cette petite radio, proche des auditeurs. Et comme je l’ai dit, leurs voix sont craquantes à souhait… mmmmh. Le principe de la radio via internet est sympa, et je m’attendais à beaucoup de coupures, mais que nenni, rien du tout. Au niveau musical, sont plus évolués que moi, qui suis bloquée à la Star Ac et la Nouvelle Star. Pas trop leur truc on dirait… Je profite donc d’Indochine et Nelly Furtado en duo glamour.

Après le sujet Japon (que je n’ai pas trop suivi), le sujet Hoaxbuster me passionne, vu que moi aussi, vous le savez, comme les animateurs, je suis vénère contre les hoax et les interdébilonautes qui les diffusent.

Bon alors quoi, quand eskon parle d’Anaïs ? Tchu, j’ai pas que ça à faire, j’ai des billets à écrire moi.

Ah ça y est ça commence… 19h37. Ouh je frémis… Céline dit que j’écris bien, que c’est drôle. Paraît que j’écris beaucoup, que ça fait de la lecture. Ah bon vous trouvez ? Elle lit mon article « Pèpère Mèmère », sur les vieux et les vieilles. Ça fait drôle d’entendre mes écrits lus par une inconnue… Voilà c’est fini. J’ai même ri d’entendre mes propos, passqu’ils ont ri aussi. Et puis ils passent Anaïs, l’autre, la chanteuse plus célèbre que moi. J’aime. Beaucoup.

Merci à vous et longue vie à votre radio.

Pour les auditeurs qui attériraient chez moi, voici le lien vers le post où je parle de hoaxbuster, post qu’ils ont évoqué, ça date de quelques semaines déjà (non je ne l’ai pas écrit pendant l’émission, je suis pas si rapide, mais dans quelques semaines peut-être…) :

http://le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.skynetblogs.be/post/4306853/post-dutilite-publique

PS : le blog suivant dans la liste des blogs décrits par Céline : http://www.skybeurk.net/ : un palmares de blogs pourris. A mourir de rire. Je rirai moins si j’en fais partie un jour…

19:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

10
avr

Anaïs à la radio

Ne fantasmez pas, je n’ai pas été contactée par la radio au dauphin pour remplacer la Miss de 6h30 à 10h, ni par aucune autre radio belgiquement connue. Mais la radio universitaire « Radio UMH » (Université Mons Hainaut) lance son émission radio par internet, et cette semaine est leur semaine test. Donc demain, dans l’émission de 18 à 20 h, vont parler de plein de blogs dont le mien. Ça va m’attirer une foule en délire d’étudiants beaux blonds ténébreux (et jeunes) et des tas de lectrices célibattantes. Le nec plus ultra. Je peux écouter l’émission en streaming sur http://radio.umh.ac.be qu’on m’a dit. Streaming kekseksa ? Enfin j’ai un mot de passe et tout, je sais pas si je peux vous le donner, ça doit être réservé aux students je pense. Mais je vous dirai ce qu’on dit de moi. Je trouve super sympa d’avoir été avertie, car c’est rarement le cas, pour ainsi dire jamais d’ailleurs. Alors longue vie à Radio UMH.

18:18 Écrit par Anaïs dans Anaïs se la pète | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |