1
jan

Je hais mon boss

J'ai souvent entendu dire que parfois, dans la vie, il faut dire les choses comme elles sont.

Alors en ce 1er janvier, je vais mettre en pratique ce conseil.

Je hais mon boss.  Je le hais de haine.

C'est pas bien de haïr quelqu'un, qui plus est son boss ?

C'est clair, la haine, c'est caca boudin.

Mais ça fait du bien.

Un bien fou.

Alors, oui, je hais mon boss.

Mon boss qui a bossé entre Noël et Nouvel an.

Tout comme moi.

Sauf que lui, il a bossé malade.

Grippé.

Et devinez qui a la grippe depuis jeudi soir ?

Bibiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

Alors, bien sûr, je me suis dit que ce pouvait être une coïncidence, tout est possible.

Mais tout de même quoi.

La grippe.  Et je sais que j'ai la grippe, passque je l'ai lu sur internet :

- La grippe arrive soudainement.  Ça c'est clair.  A 19h45, j'étais au téléphone.  En pleine forme.  A 19h50, je mange mes croquettes de crevettes censées être au parmesan, et j'ai une gêne dans la gorge.  A 19h55 j'ai chaud et froid.  A 20h j'ai la grippe.

- La grippe se manifeste par des courbatures.  Aaaaah, c'est ça qu'au cinéma, quelques heures plus tôt, pour Raiponce, j'avais si mal aux jambes.

- La grippe, c'est un mal de tête atroce.  Atroce est un mot bien trop gentil pour définir cette douleur qui me vrille le crâne depuis 48 heures, croyez-moi.

- La grippe, c'est une forte fièvre.  Quand on alterne les tremblements et la chair de poule, malgré deux couettes et le chauffage à fond, puis les coups de chaud au point de presque se mettre à poil sur son nouveau canapé, c'est une forte fièvre non ?

Donc, oui, j'ai la grippe.  Et en cadeau bonus, vu ma sensibilité pulmonaire, ben j'ai des complications bactériennes pulmonaires.  Passqu'un virus, ça suffit pas.  La grippe, c'est bien plus drôle quand les poumons sont pleins de glaires vertes.  Nan, je rigole, chais pas si elles sont vertes, je les ravale, mes glaires (ah, ça me rappelle ce sondage que vous aviez adoré "que faites-vous de vos glaires").

Vous comprendre pourquoi moi haïr mon boss ?

Passque moi, chuis malade et contagieuse, alors je me terre chez moi, je laisse entrer personne, afin de contaminer ... ben personne.  CQFD.

Et si j'avais encore le moindre doute quand à l'origine de mon mal, savoir boss haï, un sms d'une collègue me signalant être hyper malade, a éparpillé ce moindre doute.

Donc je hais mon boss.

Car non seulement il a fait que mon réveillon se transforme en enfer : moi, vautrée sur le canapé, quasi rien mangé à part des dafalgan 1 gramme, regardé la TV en somnolant, même pas réalisé qu'il était minuit sauf quand j'ai entendu trois pétards mouillés (heureusement, j'aurais pas su aller au feu d'artifice que la Ville n'a pas organisé), mais en plus, il a gâché le premier jour de Planète célibataire.  J'y pensais depuis fin août, à ce premier jour de Planète célibataire : l'émotion du lancement, le bonheur de voir le tout premier dessin, prémisse d'une année entière pleine de jolis dessins.  Ben au lieu de savourer l'instant, j'agonisais sur mon canapé et je me gavais encore et toujours de Dafalgan, me moquant presque de cet instant mémorable pour moi, avec mes 38,8 et ce mal de tête que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi... sauf à mon boss, of course...

Passque je le hais.

Na.

20:20 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31
déc

La Ville de Namur : serviable mais incompétente

L’autre jour, j’ai appelé l’accueil de la Ville de Namur, pour deux renseignements que je souhaitais obtenir.

La madame qui a décroché, ben elle était super sympa, c’est clair.

Mais niveau renseignements fournis, force m’est de constater… que c’est pas vraiment ça.

Ma première question : « j’ai pas reçu le calendrier de collecte des déchets cette année, puis-je le trouver quelque part en téléchargement sur votre site, siouplait ? »

La madame demande à son collègue, sans me mettre en attente, donc j’entends tout. Personne n’est à même de me répondre.  Seule solution proposée : passez en nos bureaux, on vous en remettra un. A l’ère d’internet, ben c’est décevant je trouve.  D’autant plus décevant que, durant les quelques secondes qu’a duré sa réflexion, devinant que je n’obtiendrais aucune aide, j’ai eu largement le temps de trouver, sur le site de la ville, le fameux calendrier, que j’ai pu imprimer.

Alors je me dis que si j’ai réussi à trouver si rapidement, comment une employée de la Ville de Namur n’en est-elle pas cap ?

Gentille, mais pas très motivée…

Ma seconde question : « Y aura-t-il un feu d’artifice le soir du réveillon, siouplait ? »

Là encore, hyper sympa, elle ne peut m’aider, et interroge à nouveau son collègue.  Qui ne sait.  Elle fait quelques vagues recherches puis finit par me donner le numéro de la Maison du Tourisme, qui sera plus à même de m’aider.

Et en effet, une gentille madame (faut avouer qu’elles sont vraiment hyper polies et aimables, les madames de la Ville) m’informe que, non, pas de feu d’artifice cette année. Ooooooooooooh.  Passque la Ville a déjà offert des festivités le 1er décembre pour l’ouverture du marché de Nowèl et le 10 décembre pour l’ouverture de la patinoire…

Oui, bon, les priorités de la Ville de Namur me semblent étranges, mais tant pis, on fera donc sans feu d’artifice.  Mais avec un calendrier de collecte téléchargé sur le net.  Ça compense.

Et puis de toute façon, chuis grippée et ma température frise les 39 degrés Celsius, alors un feu d’artifice, sincèrement, c’est le cadet de mes soucis en cette journée de réveillon où les seules choses que j’aie envie d’ingurgiter sont des yaourts ou du coca, plutôt que du champagne et du foie gras…

16:09 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

15
déc

Quick, nous c’est le priiiiiiiiiiiiiiiiix

hamburgeraddict.JPG

Vous allez me dire que de toute façon le principe Quick et autre Mac Do, c’est de l’arnaque, car une heure après on a faim.  Ok ok, mais j’appelle pas ça la véritable arnaque vraie de vraie, le consommateur ayant le choix d’y aller ou pas.

L’autre jour, direction Quick entre collègues.  Dans notre enveloppe de chèques repas, nous avons découvert des bons de réduction.

Moi, j’opte quasi toujours pour le Menu OK, qui est suffisant pour mon petit estomac avide de crasses post Quick.  Ben oui, c’est pas passque je mange des crasses en plat principal que j’ai plus envie de crasses en dessert.

J’offre donc mon bon pour un menu salade à 6 euros.  Un menu salade.  Non mais, vous m’avez bien vue ?  Moi, manger un menu salade, allons allons, soyez raisonnables.

Une fois à table, j’apprends par mes collègues qui ont pris ce fameux menu salade, qui entre parenthèses a l’air bien sympa, même si ça manque de frites, même si ça manque de hamburger, qu’elles ont dû le payer 7 eur et non 6.  Kwaaaaaaaaaaaaaaaa, m’exclame-je alors, estomaquée au point que je risque d’en régurgiter mon cheeseburger.  C’est quoi ce beans / binz / Bee’ns ?  Il s’avère que, d’après la serveuse, le menu est à 7,75 eur, que le bon propose le menu à 6 eur écrit en bien grand, mais qu’en bas tout petit tout mimi genre faut mettre six paires de lunettes pour le voir, est inscrit « réduction limitée à 0,75 eur ».

Mon sang ne fait qu’un tour, mais vu que le problème ne me concerne pas vraiment, je m’abstiens de retourner à la caisse faire une crise d’hystérie.  C’est pas mon argent qui a été dépensé outrageusement hein.  Mais tout de même, cette malhonnêteté me hérisse : pourquoi indiquer que le menu est à 6 eur si de toute façon, après réduction, le prix ne pourra pas baisser en dessous de 7 eur ?

J’y pense puis j’oublie, c’est pas ma vie pas ma vie pas ma vie.

Le lendemain, petite bouffe avec Moustique, mon ex-collègue Baygonisée. 

Au Quick.  Mais un autre de la région namuroise.

Et là, j’ai envie d’une salade.

Rigolez pas, y’a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Je m’attends à payer 7,75 eur, vu que j’ai (bête fille que je suis) si pigeonnément gentiment offert mon bon de réduction pour le menu à 6 eur mais en fait 7 eur.

La caissière (ou dois-je dire hôtesse ?) me prépare mon petit plateau, avec ma salade de poulet chaud (vachement bonne, même si elle manque énormément de poulet, je vous suggère de prendre les chicken dips en bonus, si vous avez un appétit plus grand que celui d’un boa ayant déjà avalé un éléphant le matin même). Elle me communique ensuite le prix : 6,75 eur.

Et là, mon sang ne fait qu’un tour, dans l’autre sens.

Le prix, dans ce Quick, est donc de 6,75 eur (d’où 6 eur avec la réduction, ce qui est conforme au bon), tandis que dans l’autre Quick il est de 7,75 eur.  Déjà que dans cet autre Quick plus cher, j’ai réalisé, un soir d’horreur, en compagnie de Mostek, qu’après je ne sais plus quelle heure, genre 23 heures ou minuit, les prix sont majorés de 10 %... ça devient grave de chez grave.

J’y perds mon latin, que je n’ai de toute façon jamais appris.  J’y perds mon anglais, mon néerlandais, mon espagnol et mon italien, ma bonne Dame.  Même mon wallon, m’feye.

Non mais sérieux, c’est normal que les prix soient différents d’un Quick à l’autre ?

A mon avis, malheureusement, c’est normal, car sur leur site, le prix ne sont pas indiqués.  Mais je persiste à dire que c’est de la vaste couillonnade et de l’arnaque, pour une même enseigne, de proposer des tarifs différents.  Enfin ça, ça passe encore, mais l’arnaque réelle et indubitable, c’est qu’en donnant un bon de réduction pour un menu à 6 eur, il faille le payer 7 eur.

Depuis lors, pour la petite histoire, j’ai envoyé un message à la centrale internationale Quick, le gérant m’a recontactée et ce drame alimentairement financier a été résolu, c’était bel et bien une erreur du personnel, ouf, sont finalement honnêtes chez Quick, c’est déjà ça.

7
déc

Happy birthday to you, disaient-ils…

Quand j’étais gosse, le jour de mon birthday, je recevais des cartes.  Manuscrites.  Parfois en avance.  Parfois en retard.  Merci la Poste belch’.  Parfois pile le bon jour, alléluia.  Plein de cartes colorées, avec du Snoopy, du Hello Kitty ou du Titi et Grosminet dedans.  Et même de ces petites filles dont on fait les calendriers encore aujourd’hui… j’ai zappé le nom de cette collection, des dessins naïfs, vous voyez ?  Comment ksa s’appelle déjà ?

Les temps ont bien changé ma bonne Dame.

Petite liste non exhaustive de ce que j’ai reçu pour mon anniversaire, en ces temps où les médias modernes ont remplacé le papier :

- Un sms de Mobistar qui m’offre 3 eur de crédit si j’envoie un sms « ok » à tel numéro ; ça pue l’arnaque aux sms surtaxé, ou bien je suis parano ?

- Une carte de Yves Rocher (qu’il m’envoie de l’au-delà…), et un cadeau surprise gratuit (euh, un parfum qui pue ?  un savon qui colle ? une crème qui enlève mes nombreuses rides ?) – je rigole hein, Yves, je l’adore, il m’a encore offert un super sac gris et fuchsia l’autre jour, quand j’ai acheté des ricils.

- Un mail d’Epargnez et cueillez, cet organisme qui offre des bons de 5 euros quand on paie par carte de crédit, valables sur des achats de 5 euros, même que je me fais chaque fois avoir et que j’achète n’importe quoi pour profiter de mes réductions, ben Epargnez et cueillez me souhaite un bon anniversaire et m’offre deux points pour mes futurs bons de réduction, yesssssssss.

- Un courrier de Point Carré qui m’offre 15 eur à aller dépenser sur un achat de 75 eur, yessss, trop tentant.

- Un mail de Talk to change qui a réuni tous ses collaborateurs pour me wisher un happy birthday.

- Un mail de kingoloto qui m’offre 250 points dont je ne ferai rien.

- Un mail automatique de Flair qui ne m’a pas oubliée, yessssssssssss.

- Un mail de 3suisses qui m’offre une superbe montre en plastique si j’achète pour des milliards d’euros dans le nouveau catalogue.

- Un mail de Yunomi qui m’offre dix Nomis, yesss.  Euh, c’est quoi un Nomi ?

- un courrier de Pearle qui s'interroge sur la qualité de ma vision, vu que j'ai un an de plus.

- Un mail de Delcampe (site de ventes d'antiquités) qui pense à moi en ce jour fatidique, où je deviens moi aussi antique, mais ne m’offre rien, ouh que je suis triste.

- Un mail de Côte d’or qui m’offre 50 fèves virtuelles servant je sais pas à quoi ; dingue, zauraient pu au moins m’offrir un bâton, non ?

- Un mail de Dove qui m’offre… euh, une savonnette ?  Ben non, rien, ma petite Anaïs.

- Un mail de Cityvox la billeterie de la mort à qui j’ai demandé cinquante fois de ne plus m’écrire, qui persiste et signe, pensant m’amadouer d’un « bon anniversaire Anaïs ».  Ben voyons.

- Un mail du forum Madmoizelle, site oùsque j’écrivais y’a des années lumières (tiens, suis encore dans leurs fichiers ?)

- un pourriel de Voyance Avigora qui me promet monts et merveilles pour mon birthday si je sacrifie mon bas de laine chez eux.

- Un mail de references.be qui m’offre plein de places vacantes hyper bien payées en cadeau.

- Un mail de La Redoute qui m’offre une parure de bijoux « Eternal love ».  Je vous en foutrai moi du love éternel, tchu.

Franchement chuis déçue quoi.  Rien de L’avenir, rien de DHnet, rien de Femmes d’aujourd’hui, rien de RTBF, rien de Leviflexpress… rien rien rien, pas un mail, pas une lettre, pas un pigeon voyageur, rien. 

Ah oui, parfois, je le regrette, le bon vieux temps des cartes postales dans une enveloppe, même qu’on la léchait pour la fermer, l’enveloppe, et même qu’on léchait le timbre aussi, au siècle dernier, quand les timbres ne collaient pas encore tout seuls…

PS : merci pour tous vos messages sur Facebook, par mail ou par sms, pour ceusses qui ont mon gsm.  J’ai même reçu un mail d’une auteure parisienne hyper sympa, si c’est pas gentil tout plein ça.  Et merci aussi pour la carte virtuelle géniale d’une de mes fidèles lectrices, trop chou que tu aies pensé à moi.  Je la partage, car je l’aime d’amour…

birthday.JPG

13
nov

Quelqu’un m’a dit… que les sorcières existaient

Mercredi, quelqu’un m’a dit que la petite Adeline était décédée.

Jeudi, quelqu’un m’a dit que Julos Beaucarne avait surmonté l’assassinat de son épouse en écrivant.

Vendredi quelqu’un m’a dit que Céline Dion avait perdu un bébé, que ses jumeaux étaient en fait des triplés.

***

Le lien entre ces trois événements… Il n’y en a apparemment pas, sinon les sorcières, la bave de crapaud et la médisance.

 

sorcieres disney.jpg

 

Adeline est cette petite fille malade dont on a appris l’existence lorsqu’une vidéo d’elle a été diffusée sur la toile.  Vidéo vue par énormément de monde, tellement de monde en fait que l’angoisse est née que Céline Dion, enfin ses sbires, s’opposent à sa diffusion, ou réclament des droits, je ne sais trop.  Mais Céline Dion, enfin ses sbires gentils collaborateurs, ont accepté, ouf.  Adeline a subi une opération gravissime, elle allait bien, enfin mieux, enfin elle tenait le coup.  Puis quelqu’un m’a dit que c’était fini.  J’ai ensuite découvert le blog tenu par la maman d’Adeline, tout d’abord lorsqu’elle était enceinte, afin de partager son expérience de la gémellité, ensuite à la naissance des jumeaux, pour parler de la différence d’Adeline, de sa maladie, et enfin encore aujourd’hui, pour parler de l’opération récente, des jours qui ont suivi, et enfin du départ de la choupinette. 

Et dans ce blog, parmi les gentils commentaires, certains m’ont sciée pire qu’une grosse buche.  Morceaux choisis « Je suis infirmière et très sensible aux enfants mais je trouve qu'il y a des photos que l'on garde pour soi !!! Je suis désolée de vous dire cela, vous trouvez certainement votre fille jolie ce qui est normal pour des parents .....mais cette photo est choquante et on dirait une morte vivante !!!!! ATTENTION des enfants circulent sur les blogs !!!!!!!! » Chapeau l’infirmière, j’espère ne jamais être soignée par vous.  Parce qu’Adeline est différente, faut-il la cacher dans une cave, se refuser à faire (et montrer) la moindre photo d’elle ?  « arrête de passer ta vie sur ton ordi car c’est toi qui donne des news et quand tu en as marre, limite tu envoies bouler tout le monde. pas très sympa pour les gens qui se tracassent pour la petite. arrête ton blog au moins les gens ne te feront plus chier!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » (je vous recopie le commentaire en version « vrai français », afin que vous le compreniez).  Déjà, moi, tous ces « !!!!!!! », ça m’agresse, pas vous ?  Les « !!!!!! » dans l’écrit, c’est comme les majuscules, ça hurle dans les oreilles.  Ensuite, ben si le blog leur plaisent pas, qu’elles passent leur chemin.  C’est toujours ce que je dis rapport à mon blog à moi, si on n’aime pas, qu’on aille ailleurs, moi je fais ça lorsque je surfe, sans éprouver le besoin de le signaler, peu importe, les goûts et les couleurs hein…

Bref, je suis sciée de lire de telles horreurs sur un blog empreint d’humanité, de courage et de souffrance.  Si Jennifer, la maman d’Adeline, éprouve le besoin de tenir un blog pour partager, s’exprimer, sortir ses angoisses ou que sais-je encore, c’est son droit, cela mérite le respect, et, personnellement, je la comprends à 100 %, écrire, ça fait du bien, ça aide, ça soulage, ça exorcise et dieu sait quoi d’autre encore.

Alors vade retro sorcieras.

Julos Beaucarne est un chanteur belge qui, pour moi, se caractérise par des pulls arc-en-ciel.  Je ne sais pas grand-chose de plus, je l’avoue.  J’ai eu le plaisir de croiser sa route jeudi, lors d’un concert de Barbara d’Alcantara auquel il assistait, et moi zossi (Barbara d’Alcantara, jolie voix, jolis morceaux, parfois touchants, parfois romantiques, parfois drôlissimes, que du bonheur que cette découverte, et son blog skynet, ô hasard, c’est ici).

Julos chante depuis les années 60, mais, suite à l’assassinat de sa compagne en 1975, il a énormément écrit, a changé sa façon d’écrire, et a été décrié pour cela.  Du moins c’est ce que l’on m’a répété.  Et quoi, on n’a plus le droit d’agir passqu’un malade mental a tout détruit ?  Puis le droit d’écrire ?  De s’exprimer ?  De se soulager ?  De nouveau, je ne peux que comprendre le besoin d’écrire pour atténuer sa peine ou sa rage.  Je suis passée par là, je passe régulièrement par là. 

Alors vade retro sorcieras.

Céline Dion, ben nul besoin de la présenter.  On l’aime ou on la déteste, c’est selon.  J’ai aimé au point d’acheter ses CD et d’aller la voir en concert.  Maintenant, j’aime moins.  Mais tout ça, c’est lié à l’artiste.  Or, c’est la femme qui s’est exprimée en parlant du triplé qui a quitté ses copains durant la grossesse.  Elle a fait le choix de s’exprimer, comme Jennifer, comme Julos. 

Et les réactions sur internet m’ont profondément dégoûtée.  On peut ne pas aimer ses chansons et le dire.  On peut ne pas aimer sa façon de vivre, sa villa tape à l’œil, l’argent qu’elle gagne, et le dire.

Mais comment peut-on être aussi mauvais en paroles face au décès d’un bébé, quand bien même n’était-il pas encore né, quand bien même il en reste deux, ça, je ne le comprendrai jamais.

Morceaux choisis (bis), fautes corrigées, comme d’hab, à croire que la méchanceté rend analphabète : « mon dieu ! le monde va s'arrêter !!!!!!!!!! », « Mais ou est donc passé le 3eme couillu ????? », « Quand on met en bocaux, parfois on réussit 2 sur 3. », « qu'est ce que les "stars" ne feraient pas pour augmenter leur audience, leurs ventes, leur popularité. », « Céline Dion a besoin de relancer les ventes de ses albums. il y a des infos plus pertinentes dans l'actualité. », « Si elle pleure bcp, elle pissera moins! »

Et bien, je n’aimerais pas avoir ces vilains commentateurs inhumains parmi les membres de ma famille, mes amis, mes collègues.  Moi je dis que, face aux drames, toutes les femmes (et les hommes aussi d’ailleurs) sont pareilles.  Et si Céline a eu besoin d’en parler durant une interview, si ça lui a fait du bien, tant mieux.  Elle n’est pas la seule à vivre ça, bien évidemment, sa célébrité fait qu’elle peut en parler.  Tant mieux bis.  S’exprimer, par écrit, en parlant, chez un psy ou devant un journaliste, parfois, ça soulage.

Alors vade retro sorcieras.

Voilà donc le lien entre ces trois personnes, à la popularité variable, qui ont tous éprouvé le besoin de s’exprimer pour panser leurs plaies, et qui s’en s’ont pris ou s’en prennent, plein la tronche parce que l’humanité, parfois, ignore le sens de l’adjectif éponyme.

 

L'hommage à Adeline.

10:09 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |