19
mar

La rédac’chef du Ciné revue est victime de surmenage

D’abord y’a eu le tremblement de terre.  Inattendu.  Horrible.  Angoissant.  Larme à l’œil pour eux.

A suivi le tsunami.  J’ai vu les images dans une totale indifférence, croyant bêtement que l’alerte avait été donnée, que les habitants avaient été évacués et sauvés.  Que seuls des dégâts matériels seraient à noter.  J’avais tort.

Enfin, l’angoisse du nucléaire et ses dégâts.

Dur dur.  Triste triste. 

On ne parle que de ça. 

Même dans l’édito de ma bible, savoir mon Ciné télé revue.

Je cite Ingrid Fallay « La planète va mal.  Son trop-plein s’est encore traduit tout récemment par un violent tremblement de terre suivi d’un tsunami destructeur ». 

Et là je dis non non et non.

Un journaliste ne doit-il pas être un tant soi peu objectif ?

C’est quoi cette connerie que la planète a un trop-plein.  Ce sous-entendu qu’elle se venge ?  Cette idée qu’un tremblement de terre est un signe que la terre va mal ?  Comme si elle faisait payer ce qu’on lui fait subir.  Nostradamus, sors du corps de cette rédac’chef. 

S’il est clair qu’on malmène notre planète, qu’on en paie et qu’on en paiera le prix, que le nucléaire c’est caca boudin même si indispensable actuellement, cette idée lancée que le tremblement de terre est une vengeance de notre planète, ça c’est de la couille en boîte.  Les tremblements de terre et les tsunami ont toujours existé.  C’est pas nouveau ça vient de sortir, que je sache.  Si ?

Plutôt que de laisser croire qu’une justice immanente nous guette, à la Monseigneur Léonard version femme, la rédac’chef du ciné revue ferait bien de se reposer… car quand je lis deux lignes plus loin « Docteur Rafto sur La Une et House sur TVI », je me dis que c’est elle qui va mal et non la terre.  Rafto c’est aussi sur TVI, titchu, non mais.

09:42 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ciné télé revue, ingrid fallay, japon, terre |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
fév

Eshoppeuses persiste et signe... et moi aussi

J'en parlais ici il y a quelques jours.

Et bien ça continue, et le pire c'est que ce site de m... fait la promo de sites hyper connus, comme Vertbaudet ou Sephora.

J'ai donc décidé de signaler systématiquement les spams, tant à la CNIL qu'aux sites dont Eshoppeuses fait la promo... enfin à propos desquels Eshoppeuses me harcèle, en d'autres termes.

Bien sûr, je me désabonne aussi systématiquement, et reçois presque systématiquement la même réponse "nous avons pris note de votre demande, qui prendra trois jours".

En France, un jour ne doit pas durer 24 heures, vu que je suis désabonnée depuis douze jours minimum, sans succès.

ça me saoooooooouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuule.

Je vous invite à agir si vous subissez aussi ces spams.

Passque le spam ne passera pas par moi !

 

16:28 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

7
fév

Vous connaissez Eshoppeuses, ce site infect et pourri de la mort qui tue ?

Eshoppeuses est un site pourri qui spamme les pauvres internautes, qui ont beau cliquer sur "désabonnement" pour se désabonner d'une chose à laquelle elles ne se sont pas abonnées (cherchez l'erreur), rien ne se passe...  jamais.  Et les spams continuent encore et encore, malgré un maigre mail indiquant que le désabonnement prendra 48 heures.

48 heures qui pour moi durent depuis 480 heures déjà... malgré des mails d'abord suppliants, ensuite menaçants.

Rien n'y fait.

En plus, ce site a plein de bébés pourris qui agissent de la même façon, ce qui fait que ça tourne en véritable harcèlement.

Et tout ça n'est pas neuf, ça dure depuis des années au vu de ce que je lis sur un forum.

Alors j'ai signalé les agissements aux hautes instances françaises.

Si vous aussi, vous subissez cela, agissez !  Par ici : https://www.signal-spam.fr/ et ici http://www.cnil.fr.

Ou alors y'a plus amusant, leur faire le coup de l'arroseur arrosé, en les spammant sur info@lerendezvousdeseshoppeuses.fr.  Ah ben ça c'est drôle, ça vous tente pas ?

Passque ça suffit.

20:19 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : eshoppeuses, spam, plainte |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
fév

Quand un conflit nait autour d’un sous-pull…

Les deux collègues avec lesquelles je partage mon bureau sont hyper frileuses.  De mauvaises langues diront que j’ai un retour d’âge anticipé (vilaines, mes poupées vaudou sont prêtes), mais moi je sais que c’est elles qui sont frileuses.  Passque quand elles sont équipées d’un pull à col roulé sur un Damart, d’un gros gilet et d’une écharpe alors qu’il fait 24 degrés dans le bureau, ben moi j’appelle ça être frileuse, na.

Et c’est de là qu’est né le conflit : d’un pull.

Ou plutôt d’un sous-pull.

J’entends ma collègue sans surnom greloter de froid.  Alors je me la joue mère poule, comme d’hab, et lui conseille de mettre le beau gros gilet qui traîne sur sa chaise de bureau, arguant qu’elle ne porte qu’un col roulé tout fin d’été.  Un col roulé d’été ?  Ben oui, ça a beau avoir un gros col, le reste du pull est ultra fin, voire transparent.

Elle me répond alors « ben quoi, j’ai un sous-pull, ça tient bien chaud ».

Et je lui réponds que moi aussi j’ai un sous-pull, et que ça ne m’empêche pas d’avoir une robe par-dessus, ainsi qu’un gilet encore par-dessus. 

Et là, le culot intersidéral : elle me dit que mon pull, c’est pas un sous-pull.  Qu’un sous-pull, ça a un col roulé.

Et le pire dans tout ça, c’est que Mostek la soutient dans sa croisade « t’as pas un sous-pull, vu que t’as pas de col roulé ».

Non mais.

Evidemment, seule contre deux, je ne moufte pas.  Comment voulez-vous que je puisse me défendre face à deux collègues sanguinaires butées.

Alors, je cherche dans le dico, afin de savoir si le sous-pull a toujours un col roulé.  Tout d’abord, je n’y trouve pas « col », vu que dans un élan de blonditude, je cherche sur « coll »… une confusionation avec pull, of course, pour les deux « l ».  Puis je trouve, mais mon dico ne parle pas vraiment du col d’un sous-pull, donc j’appelle ensuite mon meilleur ami Google à ma rescousse.

Et le meilleur ami de mon meilleur ami Google, alias Wikipédia, donne la réponse : Un col roulé est un vêtement unisexe se caractérisant par son haut col ajusté qui se rabat et couvre le cou. Il s'agit d'un « pull-over en maille fine se caractérisant par son col montant » ; aussi est-il également appelé pull à col roulé, sous-pull à col roulé ou simplement sous-pull quand il sert de sous-vêtement. 

Bon, tout ça n’est toujours pas clair, vu que Wikipédia parle du col roulé, et non du sous-pull, titchu…

Fort heureusement, j’ai internet la mode de mon côté, à défaut de mes collègues adorées.  Preuves par A+B qu’il existe bien des sous-pulls sans col roulé, CQFD :

http://www.joanamode.com/41378-sous-pull-col-rond/product (rien que le nom du lien est explicite, non ?)

http://www.be.com/catalogue/vetements/sous-pull-manches-l... (ne vous fiez pas au mot « rabbit », point de sex toy sur ce lien, non mais)

http://www.grossiste-en-ligne.com/43847-long-sous-pull-co... (hyper explicite aussi...)

Non mais !

sous-pull-col-rond_big.jpeg

16:49 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jan

Je hais mon boss

J'ai souvent entendu dire que parfois, dans la vie, il faut dire les choses comme elles sont.

Alors en ce 1er janvier, je vais mettre en pratique ce conseil.

Je hais mon boss.  Je le hais de haine.

C'est pas bien de haïr quelqu'un, qui plus est son boss ?

C'est clair, la haine, c'est caca boudin.

Mais ça fait du bien.

Un bien fou.

Alors, oui, je hais mon boss.

Mon boss qui a bossé entre Noël et Nouvel an.

Tout comme moi.

Sauf que lui, il a bossé malade.

Grippé.

Et devinez qui a la grippe depuis jeudi soir ?

Bibiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

Alors, bien sûr, je me suis dit que ce pouvait être une coïncidence, tout est possible.

Mais tout de même quoi.

La grippe.  Et je sais que j'ai la grippe, passque je l'ai lu sur internet :

- La grippe arrive soudainement.  Ça c'est clair.  A 19h45, j'étais au téléphone.  En pleine forme.  A 19h50, je mange mes croquettes de crevettes censées être au parmesan, et j'ai une gêne dans la gorge.  A 19h55 j'ai chaud et froid.  A 20h j'ai la grippe.

- La grippe se manifeste par des courbatures.  Aaaaah, c'est ça qu'au cinéma, quelques heures plus tôt, pour Raiponce, j'avais si mal aux jambes.

- La grippe, c'est un mal de tête atroce.  Atroce est un mot bien trop gentil pour définir cette douleur qui me vrille le crâne depuis 48 heures, croyez-moi.

- La grippe, c'est une forte fièvre.  Quand on alterne les tremblements et la chair de poule, malgré deux couettes et le chauffage à fond, puis les coups de chaud au point de presque se mettre à poil sur son nouveau canapé, c'est une forte fièvre non ?

Donc, oui, j'ai la grippe.  Et en cadeau bonus, vu ma sensibilité pulmonaire, ben j'ai des complications bactériennes pulmonaires.  Passqu'un virus, ça suffit pas.  La grippe, c'est bien plus drôle quand les poumons sont pleins de glaires vertes.  Nan, je rigole, chais pas si elles sont vertes, je les ravale, mes glaires (ah, ça me rappelle ce sondage que vous aviez adoré "que faites-vous de vos glaires").

Vous comprendre pourquoi moi haïr mon boss ?

Passque moi, chuis malade et contagieuse, alors je me terre chez moi, je laisse entrer personne, afin de contaminer ... ben personne.  CQFD.

Et si j'avais encore le moindre doute quand à l'origine de mon mal, savoir boss haï, un sms d'une collègue me signalant être hyper malade, a éparpillé ce moindre doute.

Donc je hais mon boss.

Car non seulement il a fait que mon réveillon se transforme en enfer : moi, vautrée sur le canapé, quasi rien mangé à part des dafalgan 1 gramme, regardé la TV en somnolant, même pas réalisé qu'il était minuit sauf quand j'ai entendu trois pétards mouillés (heureusement, j'aurais pas su aller au feu d'artifice que la Ville n'a pas organisé), mais en plus, il a gâché le premier jour de Planète célibataire.  J'y pensais depuis fin août, à ce premier jour de Planète célibataire : l'émotion du lancement, le bonheur de voir le tout premier dessin, prémisse d'une année entière pleine de jolis dessins.  Ben au lieu de savourer l'instant, j'agonisais sur mon canapé et je me gavais encore et toujours de Dafalgan, me moquant presque de cet instant mémorable pour moi, avec mes 38,8 et ce mal de tête que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi... sauf à mon boss, of course...

Passque je le hais.

Na.

20:20 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |