14
jui

Rhaaaaaaaaaa les administrations (la haine la haine la haine)

Ce matin, j'appelle la Ville de Namur.

La Madame : "Ville de Namur bonjour"

Moi : "Bonjour ma bonne Dame, c'est pour savoir si je dois prendre rendez-vous pour les formulaires de primes à la Région Wallonne"

La Madame : "Non ma petite Dame, vous venez quand vous voulez"

Moi : "Merci ma bonne Dame"

 

12h15, je me pointe à la Ville de Namur.

Un couloir.  Plein de portes.  Fermées.  Aussi silencieux qu'une mortuaire quand y'a pas de mort, ce couloir.  Et une note "pour mieux vous servir (sic) nous vous accueillons uniquement du lundi au vendredi de 8h à 12h".

 

Ben voyons, "je viens quand je veux... mais entre 8 et 12", elle pouvait pas le préciser, la Madame, des fois ?

 

Tchu, ces fonctionnaires, ça me saoule pire qu'un Pastis savouré en plein soleil.

 

Me reste à prendre congé, comme tous les gens qui veulent se présenter durant ces horaires vachement bien aménagés pour les honnêtes citoyens qui ne sont ni au chomach', ni au Cépéyayès ni Dessur la vierch' noire.

19:44 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27
jui

Et vous, c’est quoi qui vous énerve ?

Tel est le titre d’un article paru sur le site de L’avenir.

 

Avant de le lire, je vais vous dire, moi, ce qui m’énerve plus royalement qu’Albert II et ses fils réunis :

 

- les ceusses qui crachent leurs glaires putrides en rue

- les ceusses qui augmentent leur personnel en fonction de leur couleur de cheveux ou de la petitesse de leur jupe

- les ceusses qui croient que les coins sombres de certains quartiers sont en fait des décharges publiques

- les ceusses qui ignorent le sens du mot « mouchoir »

- les ceusses qui jettent leurs mégots en rue

- les ceusses qui jettent leurs mégots en rue sans les écraser, les laissant m’enfumer de longues minutes encore, inutilement

- les ceusses qui sont contraints par leur employeur de me vendre un abonnement téléphonique, un canapé ou du vin, en m’appelant trois fois semaine

- les ceusses qui dépassent dans les files, sous prétexte qu’ils sont plus vieux, plus jeunes, plus pressés, plus stressés, plus tout

- les ceusses qui courent pour arriver avant toi devant le distributeur de ticket à la boucherie, pour gagner une place

- les ceusses qui larguent sans jamais expliquer le pourquoi de ce désamour

- les ceusses dans le bus qui occupent les sièges oùsqu’une femme enceinte ou une personne à canne est dessinée, alors qu’ils sont ni enceintes ni à canne

- les ceusses qui ne savent pas à quoi servent ces larges bandes blanches sur le sol, qu’on appelle passage piéton

- les ceusses qui demandent leur chemin sans dire bonjour avant

- les ceusses qui transforment leur tuture en boîte de nuit, enfin de jour

- les ceusses qui te balancent la porte dans la tronche

- les ceusses qui disent pas bonjour quand tu franchis la porte de leur commerce

- les ceusses qui pensent que la rue est un pissodrôme géant

- les ceusses qui pensent que la rue est un chiodrôme canin géant

- les ceusses qui ne comprennent pas le sens du logo représentant un mossieur ou une madame dans une chaise roulante

- les ceusses qui sous prétexte de la liberté d’expression et de la prospection économique inondent nos boîtes mail de pourriels plus pourris que les fruits d’Amélie Nothomb

- les ceusses qui n’apprendront jamais à leurs gosses à ne pas devenir les ceusses précités

 

Et vous, c’est quoi les ceusses qui vous énervent ?

13:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
jui

Quand 1 + 1 = 1 (crossover avec Ladyxzeu)

C'est une lectrice, mais également une blogueuse, et enfin une talentueuse participante belge à Planète Célibataire (je précise qu'elle est belge, car elles sont rares, les chtites Belges, à participer) qui m'a soufflé l'idée de ce billet.  Qu'elle en soit remerciée à jamais.

Elle m'a un jour signalé combien c'était insupportable, sur Culchèvre, de découvrir les photos de profil de ceusses qui vivent en couple.  Passqu'apparemment, ma bonne Dame, une fois en couple, ben on n'apparaît PLUS JAMAIS seul sur une photo.  A croire qu'une fois casé, pouf, grosse mutation spontanée, on devient un corps avec deux têtes (mais un seul cerveau, diront les plus vilains d'entre vous).  Alors, on jette toutes ses photos en solo, vade retro satanas, on pose à deux, en amoureux, en se regardant dans le blanc de l'oeil ou, mieux, en regardant ensemble dans la même direction, en l'occurrence en direction de ses 682 amis Culchèvre.

Clair que j'ai pu, durant ma déjà si longue vie, remarquer à quel point les gens, une fois en couple, changent du tout au tout.  Ils adoptent de nouveaux formidables loisirs, parlent en "nous" deux heures après la rencontre et se tiennent tellement collés qu'on dirait des siamois.  Et si j'ose l'affirmer, c'est passque je suis, moi aussi, passée par cette étape à mourir de rire pour les autres.  Je n'entrerai pas dans les détails romantico-sordides de mes anciennes relations, on va pas pleurer dans les chaumières aujourd'hui, mais j'en ai fait des trucs par amour, je vous l'assure. 

Donc, tout ça, les amours siamoises-guimauves, j'en avais conscience.

Mais les photos de profil Culchèvre, j'avais jamais remarqué.  Alors, j'ai zieuté.  Et en effet.  Stupéfiant.  Que des ceusses qui posent à deux.  Une fois à deux, on ne forme plus qu'un.  Un binôme.  Un couple.  Un être hybride fait de deux anciens célibataires qui aiment crier haut et fort que maintenant ils ont trouvé leur moitié.  Et quand une moitié trouve sa moitié, ben ça fait un (génial, je sais encore compter).  CQFD.  Le souci, s'ils ont viré leurs photos solo définitivement, pour oublier qu'un jour lointain ils ont été célibataires, le jour pas si lointain où ils se retrouveront à nouveau seuls (gnark gnark), ben ils seront obligés de mettre un gros rond noir sur la tête de leur ex-chéri, histoire de recycler la photo du binôme.  Pire encore, lorsque, par un jour lointain, ils retrouveront l'amour, il faudra qu'ils se coltinent une nouvelle séance photo avec leur nouvelle moitié de pomme.  Je n'ose imaginer comment font les ceusses qui changent de partenaire comme de petite culotte... Une ruine photographique, ma bonne Dame.

Alors, en ce jour solennel, je promets, je jure, je crache, je gerbe, sur la bible et mon honneur, que lorsque je trouverai ma moitié (en l'an de grâce 2037), mon tout, mon complément, celui avec qui je regarderai dans la même direction tout en nous regardant dans le blanc de l'oeil, ben moi, oui moi, ben moi aussi, je poserai à deux sur Culchèvre.  Na.

 

Et l'illu de Ladyxzeu

facebook.JPG

08:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Ça ma bonne Dame, c'est du harcèlement, du pur, du vrai, du made by TEC

L'autre soir, mon téléphone sonne, numéro inconnu.  99 % de chances (enfin "chance" est assez mal choisi comme mot") 99 % de risques que ce soit un opérateur de téléphone qui tente de me vendre un abonnement alors que j'en ai déjà un chez eux (vécu), une vendeuse de vin qui me traite de salope (vécu bis) ou un vendeur de canapé qui m'offrira pas de cadeaux car j'ai pas de mari chéri (vécu).

Finalement non, c'est la nouvelle mode du moment, c'est un répondeur qui me dit "un correspondant cherche à vous joindre, veuillez ne pas quitter".  Ben voyons, c'est à moi d'attendre que le commercial daigne venir au bout du fil pour me vendre son tissu de conneries.

Je raccroche.

Dix minutes plus tard, rebelote.

Je re-raccroche.

Dix minutes plus tard, rebelote.

La Bister me monte au nez (Bister étant une moutarde locale qu'il faut acheter si vous être namurois, car vous devoir faire marcher le commerce local, et puis elle est contenue dans une grenade, on voit pas ça partout hein).  

Et je décide de pas raccrocher.  Je me rue sur ma chaîne hi-fi, bien décidée à lancer la musique à fond la caisse dans les oreilles du correspondant qui cherche à me joindre quand il me fera l'immense honneur de m'adresser la parole.  Je jubile.  Après tout hein, marre.  Malheureusement, la communication est coupée avant que j'aie pu mettre à exécution mon plan diabolique.

Dans la foulée de ma rage, je me rue sur internet et m'inscris enfin sur la liste Robinson, depuis les mois que je dis que je vais le faire ça y est c'est fait.

Dix minutes plus tard, rebelote.  Dommage que la liste Robinson n'ait pas un effet immédiat.  Apparemment sont réglés comme une horloge, là-bas chez mes harceleurs, toutes les dix minutes, paf, dring dring.  

Et ça coupe à nouveau avant que j'aie pu faire quoi que ce soit.

Le plus drôle c'est que chaque fois que le téléphone sonne, je ne m'en rends pas compte.  Passque depuis hier, un de mes deux téléphones (celui acheté tout récemment chez Belgacon d'ailleurs, bonjour la qualité) ne sonne plus, ne tonalite plus, ne fait plus rien en fait.  Et comme c'est le plus bruyant habituellement, qui couvre le son de celui acheté chez Lidl, de qualité merdique aussi puisque dont l'affichage digital n'a duré que sept jours, ben je ne tilte pas.  Pour la petite histoire, je suis dans une phase "téléphoneless", because mon répondeur est tombé subitement en panne aussi, répondeur intégré dans le téléphone Lidl.  Ça va vous suivez ?  Bref, un de mes deux téléphones mort, le répondeur de l'autre mort.  Demain, je porte le deuil.

Dix minutes plus tard, rebelote.  Alors je décide de décrocher et raccrocher immédiatement.  Au finish.

Et je le fais genre encore deux trois fois.

Sauf que la dernière fois, il resonne immédiatement, sans les fameuses dix minutes.

Et là, je me dis que si ça tombe c'est pas (enfin plus) mon harceleur, c'est, euh, chais pas moi, Georges Clooney qui veut me livrer du café, le nouveau beau mec du coin de la rue qui m'invite à la fête des voisins célibataires ou le Lotto qui m'annonce que j'ai gagné même si j'ai pas joué.  

Alors, je redécroche.

C'est pas Georges, c'est pas le nouveau beau mec (d'ailleurs, y'a pas de nouveau beau mec au coin de la rue) et c'est pas le Lotto.

C'est pour une enquête.

Le TEC.

Qui veut savoir ce que je pense des bus.

L'heure de la vengeance a sonné, j'ai bien fait de décrocher.

Promis juré, j'ai été honnête.  J'ai dit que les bus étaient pas souvent en retard.  J'ai dit que les grèves à Namur c'était rare.  Mais j'ai aussi dit que les odeurs et la chaleur c'était l'enfer.  Que les chauffeurs qui roulent comme des fangios c'était l'enfer.  Que les chauffeurs qui s'arrêtent pas à l'arrêt et te lancent un sourire narquois, c'était l'enfer.  Et le pire, c'est que tout ça, je l'ai pas inventé, c'était dans les propositions du TEC, c'est dire s'ils savent que c'est pas du pipeau, les odeurs, la chaleur, les vilains chauffeurs pas beaux.

Charmant jeune homme, par contre, pour l'enquête.  Vraiment sympa.  On a même ri.  Mais à mon avis, vu sa voix, il habite encore chez ses parents.  Limite s'il est pas encore mineur.  Et non non et non, je n'ai pas envie de devenir une couguar.

06:21 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

16
avr

Skynet, une grande famille qui s'aime d'amoureuh

Ça fait bien longtemps que je n'avais plus lu le blog officiel Skynet, alias Toutsurles...  Et ce matin, faisant une pause après ma vaisselle quotidienne (yess, je vous jure, je tiens mes bonnes résolutions, comme quoi suffisait d'une nouvelle cuisine pour ce faire, fastooooche), je vais jeter un oeil.  Je découvre une magnifique skin et je vais lire les commentaires y relatifs. 

Parmi les félicitations pour ce joli design, les rouspétances habituelles... et je découvre ceci :

"Comment un blog sorti de nulle part peut-il se retrouver premier au classement des blogs les plus visités. Hors  que (sic) c'est sûr et certain qu'il n'a pas le nombre de visites des 4 autres du top 5"

Je me dis "oooh, tiens quelqu'un qui râle sur les tops, faudrait que j'aille zieuter, doit y avoir du nouveau".  Clair qu'au début des nouveautés Skynet, j'allais de temps en temps jeter un oeil, mais là, chuis un peu débordée par la vie, sans raison valable en plus, alors, même gérer mon blog est difficile en ce moment, vous l'aurez constaté, je me raréfie un tantinet, c'est dire si ça fait un bail que j'ai plus zieuté quoi que ce soit, ni autre blog, ni blog officiel, ni tops, ni que dalle quoi. 

Puis je découvre le dialogue, et les réponses à ce com.

"ben ça c'est la meilleure, cela m'a bien fait rire :))))
besoin de pub?? belle journée au soleil"

Et la suivante, de Jules, gestionnaire du blog officieux Riensurles.

"Votre hôte.....tu parles d'Anaïs? :-))))....Elle ne sort pas de nulle part! :-))
Et je crois qu'elle porte aussi des collants!.....ça doit être ça! :-)))"

Et là je me dis, "Anaïs, parlerait-on de moi sur ce coup-là ???"  Ben non, je porte jamais de collants moi... mais à part ça, mon ego surdimensionné me fait croire que je suis la seule Anaïs de Skynet non ?  Que les autres Anaïs lèvent le doigt.

Puis la réponse du râleur :

"Pas besoin de pub mais un classement c'est un classement.
50000 visites au total du blog, impossible donc qu'elle soit devant les 4 autres à moins qu'elle ai (re-sic) eu 10000 visites en un jour...."

Ça se confirme, c'est bien moi... J'ai bien 50.000 visites.  Ben oui les petits zamis, zaviez pas remarqué ?  Depuis que j'ai mon url à moi rien qu'à moi toute à moi, mon compteur est redescendu à zéro, pouf patatras...  mais apparemment, les serveurs ou les ordinateurs ou les informaticiens ou je sais pas qui ni quoi de Skynet ont mémorisé mes véritables visites, et j'ai gardé ma sacro-sainte place dans les classements.  L'honneur est sauf.  Mais ça plait pas à tout le monde, comme aurait dit Fogiel.

Et Zorro, enfin Jules, de répondre :

"Un classement c'est un classement"....:-))

Je trouve ça bien qu'à certains moments d'autres apparaissent dans ce classement!

Et....en réalité....son blog a bien plus de 50.000 visites......il a du être remis à 0 un moment donné.......
Mais t'inquiète "Votre hôte"....tes visites à toi viennent pas des classements......mais plus de google et tous les fétichistes...:-)))"

Je vous le disais, Jules est mon Zorro, défenseur des malheureux accablés par la critique et les analyses de compteurs et autres classements...

Alors, je me manifeste, une semaine après la bagarre (nan, je rigole, en matière de bagarre, on a vu bien pire sur Toutsurles, croyez-moi) :

"Bouhouhou, j'arrive tardivement, mais quel malheur d'être traitée ainsi de "blog sorti de nulle part", mon dieu que je suis triste et dépitée, heureusement Jules est là pour me défendre, merci Jules, le Zorro des opprimés :) et tu as raison Jules, mon blog est redescendu à zéro quand j'ai eu mon url perso, ça date de début janvier je pense, j'ignorais que ça allait déclencher la suspicion et la colère des amateurs de collants... comme quoi y'en a qui passent vraiment leur temps à analyser les tops et les compteurs... mais tout ça m'a permis d'apprendre que j'avais été première, pour quelques heures sans doute... ce que j'ignorais, tchu"

Ce qui me sidère finalement, c'est que certains blogueurs passent leur temps à analyser le top.  Bon, ça, c'est normal, on aime voir des blogs, on les visite, et l'accès via le top est facile, ça permet de découvrir d'autres blogs même si bien souvent ce sont toujours les mêmes qui sont en haut, ce qui n'aide pas à la découverte.  Mais dans le cas qui nous occupe, c'est pas une visite de courtoisie, c'est une visite d'enquête, d'investigation, de Kaa le serpent siffleur, qui se jette sur mon minable compteur pour aller ensuite médire sur l'impossibilité que je sois au top, vu que j'ai que 50.000 visites.  Toute façon j'ai pas que 50.000 visites, na, mais on s'en fout, le pire c'est ce côté "j'analyse, je décrypte, puis je vais faire ma raccusette popote sur le blog officiel passque c'est pas normal et faut que ça change et faut que cette Anaïs avec ses 50.000 visites soit virée de là au plus vite". 

Pathétique.

Alors,  mon "blog sorti de nulle part", il t'emmerde avec un grand A, comme disait l'autre.

Et finalement, la seule morale moralement acceptable de l'histoire : j'ai été première du top intersidéral Skynet, un bref instant sans doute, et je l'ai même pas vu, ô monde cruel et sadique.  La morale de la morale : dorénavant, je vais passer mon temps à analyser les tops pour voir si j'y suis et si ceux qui y soncent avant moi n'ont pas moins de visites que moi, puis j'irai faire ma raccusette, moi aussi.

PS : cette hausse dans le classement est due à mon billet "une bite, c'est moche", et à Skynet qui l'a relayé en première page du site, passqu'y zaimaient le billet.  Alors bon, j'ai compris le truc : bite bite bite bite bite bite bite... ça suffira, vous pensez, pour que je remonte encore et que je fasse râler les râleurs calculateurs ?

judas.jpg

 

09:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |