16
fév

Dans les dédales de la posss'

J’aime pas la Possss’.

Hier je trouve mon catalogue Trois Fesses sur ma boîte aux lettres. Vous avez bien lu, SUR la boîte et non pas DANS. Mon facteur adoré vous le dira, impossible de faire entrer un gros catalogue dans une petite boîte. Par contre, la loi oblige mon gentil facteur à mettre un gentil carton dans ma gentille boîte pour me signaler gentiment d’aller chercher le gentil catalogue au guichet. D’autant qu’il y avait un bon de 25 eur dans ce catalogue. Imaginez le drame s’il tombe dans des mains malhonnêtes qui s’en emparent et utilisent MON bon ?

J’ai déjà écrit à la Posssss’ pour le dire, que je veux plus que mon gentil facteur fasse ça (si vous voulez que j’écrive à votre Posss’ pour la même raison, rendez-vous sur mon blog et passez votre commande, je dois encore avoir ma lettre type, pas piquée des vers, en mémoire sur le PC. L’a pas été content le facteur, pas du tout, quand son chef lui a lu ma lettre. En réponse j’ai eu droit aux normes réglementaires pour ma boîte aux lettres, qui est trop petite parait-il. J’en peux quelque chose moi si à l’époque on faisait les boîtes ainsi ? « J’ai qu’à en mettre une autre », dit-il. Acheter une nouvelle boîte ne me pose, en soi, pas grand souci. Le souci est d’ensuite trouver une foreuse et surtout un foreur pour l’installer. On a beau dire, un homme, c’est tout de même pratique, parfois…

(peut-être que je pourrais le proposer à mon facteur, des fois qu’il serait pas trop rancunier, bricoleur et motivé – et s’il est mignon et jeune, c’est tout bénéf’ – nous vivrions heureux et aurions beaucoup de colis livrés réglementairement).

Ce matin, je trouve dans ma boîte un faire-part de décès. L’enveloppe porte le cachet du 9. Nous sommes le 16. La défunte a fait son dernier adieu (messe, enterrement, tartes et sandwiches) le 13 ! Il va m’être difficile d’aller rendre visite ou d’assister à la messe dans de telles conditions. A quoi sert cette débilité de timbre prior s’il faut sept jours pour recevoir l’envoi ? D’autant qu’il s’agissait de la dame très très âgée qui m’a injustement accusée de lui avoir dérobé une collection de bouquins. D’autant que j’avais appris son décès mais vu les circonstances, n’avais osé agir d’une manière quelconque, afin d’éviter tout risque d’esclandre en public du genre « comment osez-vous vous présenter ici, espèce de malhonnête profiteuse arnaqueuse dépouilleuse de petite vieille sans défense ». Or, on m’a envoyé un faire-part. J’aurais peut-être agi différemment si je l’avais reçu dans les temps.

Je hais la posss’.

15:39 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14
fév

Saint Malenpoint

J'y avais pas pensé à celle-la, je ne peux résister à vous la proposer...

15:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

13
fév

et Vlan dans la gu...

Tchu je râle je râle je râle. Y'a donc pas un seul visiteur qu'est à la fois bruxellois, doté d'un Vlan et muni d'un scanner pour me montrer cet artic' ???? La patience n'est pas ma vertu, et keske j'en ai marre d'attendre de recevoir ce Vlan

20:10 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

12
fév

Le célibat à l'orientale

Vu dans Envoyé Spécial.

En Inde, les filles ne sont pas les bienvenues (faut-il être dénué de neurones pour ne pas réaliser leur importance). L’avortement y est légal, mais révéler le sexe de l’enfant avant sa naissance ne l’est pas, afin d’éviter cette nouvelle forme d’infanticide à la mode : le « foeticide » de filles. Dans certaines régions d’Inde, de plus en plus nombreuses d’ailleurs, l’avortement est en effet devenu systématique dès qu’il s’agit d’une fille. Dans quel but ? Parce qu’une fille sera mariée, qu’il faudra s’acquitter d’une dot (parce qu’elle le vaut bien). Parce que la fille partira dans sa belle-famille pour s’en occuper (sur ce coup là je la plains), abandonnant sa propre famille (là, ça a parfois du bon). Une fille est dès lors inutile et coûteuse (en Belgique aussi, les femmes sont coûteuses non ?). Un fils, au contraire, prend soin de sa famille et se voit offrir une épouse… et sa dot (le gros gâté à sa maman)... Tout bénéf pour la famille. Les familles ayant des filles sont considérées comme des pestiférées et rejetées des villages.

En Chine, ça fait belle lurette que ce problème existe. La politique de l’enfant unique (controversée et assouplie actuellement) et l’idée similaire que la fille est inutile et encombrante, alors que le fils assure la subsistance de la famille, a provoqué autant d’avortements, de bébés filles abandonnés dans les rivières, ou placés en adoption. A tel point que le gouvernement offre désormais des avantages financiers et un nouveau prestige aux couples ayant une ou plusieurs filles. (Il était temps de reconnaître la valeur de la femme en Asie). Puissent ces mesures faire changer les mentalités, vite !

On dirait que personne ne semble avoir pensé aux conséquences de tels actes, et au drame démographique qui se prépare… ! A force d’avorter de toute fille qui tente de pointer le bout de son nez… il n’y aura bientôt plus d’épouses pour tous ces jeunes hommes indiens et chinois ! On pourrait croire que la femme en devient ainsi un bien précieux et respecté, que nenni. Les hommes en manque de femmes sont contraints de devoir marchander pour épouser/acheter une des rares filles du village, avec cadeaux (terres, bétail) à la clé. Pire, certains ce lancent dans le trafic de femmes, achetées (et parfois enlevées) à des familles pauvres d’autres régions sous de fallacieux prétexte de travail bien rémunérés, pour être revendues aux prix forts comme esclaves domestiques à ces célibataires désespérés (le désespoir du célibat est donc partout, My God).

Il ne fait pas bon être femme dans ces pays (même si l’idée d’avoir tant d’hommes à disposition peut séduire de prime abord). Il ne fait pas bon être femme dans beaucoup de pays d’ailleurs, mais c’est un autre sujet…

En Chine, on annonce donc 30 à 40 millions de célibataires hommes pour 2020…

30 à 40 millions de célibataires, vous avez bien lu. Ça laisse songeuse… Vous avez dit rêveuse ?

Rêveuse oui, quand je pense que tous ces beaux hommes célibataires se morfondent, si loin, et que moi je suis seule ici. La vie est mal faite, non ?

Si en 2020 je suis toujours célibataire, j’irai vivre là-bas, c’est décidé.

19:37 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

11
fév

J'adore la mode

La mode m’a sauvé la vie.

Plus précisément, l’arrivée des bottes m’a sauvé la vie. Plus précisément encore, les bottes ont sauvé mes jambes.

Je menais jusque là une vie morne de fille banale, et les bottes ont tout transformé en moi. Maintenant je déambule partout, telle la déesse de l’amour, avec mes bottes de mille lieues, séduisante, sûre de moi. La chatte bottée du 21e siècle.

J’ai des cuisses de grenouille et des mollets de coq. Rattachés à des panards de taille normale mais fins comme des crêpes et qui sont dotés de longs orteils semblables à des cure-dents (vous voulez une photo ? je crains cependant que skynet refuse l’insertion d’une telle horreur). De plus je suis taillée en abat-jour. Un haut un peu grassouillet, mais rehaussé par deux atouts féminins non négligeables, sont parfaits mes seins, je le crie haut et fort, ils sont magnifiques, splendides, juste comme il faut, parfois j’envisage de mettre mon pull sur la tête et de les exhiber pour voir l’effet que ça ferait (n’appelez pas l’asile, je plaisante, mais si vous croisez un jour une femme coiffée d’un pull et seins à l’air, là, appelez vite l’asile, c’est que j’aurai définitivement pété un câble). Un abat-jour je vous dis !

Alors après avoir subi une enfance «mollets de coq», une adolescence «mollets de coq», je m’épanouis maintenant dans des bottes à longueur de journée. Dès qu’il fait moins de 20 degrés, j’enfile mes bottes et j’assume mes mollets. Elles ne me quittent pas de septembre à avril. J’en ai toute une collection. Je me régale. Bon j’ai d’énormes difficultés à en trouver qui me vont, d’autant que cette année ils les ont fait plus larges pour les 90 % de filles qui ont des mollets de vache et qui n’arrivent pas à fermer les tirettes (la mode des slim jeans dans la botte n’arrange pas mon commerce). Bien sûr on ne pense pas aux 10 % mollets de coq comme moi. Mais avec beaucoup de recherches et d’astuces, j’ai trouvé mon bonheur.

Mes bottes et moi c’est une très longue histoire d’amour maintenant. Je me pavane, fière comme un paon (et plus comme une poule à mollets de coq), avec mes bottes de toutes formes et couleurs. Le bonheur. Parce que je le vaux bien.

Par contre dès que l’hiver fait place au printemps (à savoir actuellement déjà, les nouvelles collections ayant d’ores et déjà envahi les vitrines) puis, horreur, à l’été, mes mollets de coq réapparaissent lamentablement, et l’enfer recommence, vu que mes panards ne tiennent dans aucune des jolies petites choses qu’on fabrique pour l’été, à talons sympas, avec des petites brides, voire bien ouvertes, parfois avec quelques perles (j’en bave d’envie). Mes pieds ne tiennent pas là-dedans, ils glissent à droite, à gauche, et finissent par s’échapper par le moindre petit trou. Je me dois de cacher ces horreurs de la nature, pour ne pas traumatiser les créatures au nez proche du sol (donc de mes palmes), savoir les enfants et les chiens.

D’ailleurs je n’accepterai aucun rendez-vous galant du 1er avril au 1er septembre cette année, qu’on se le dise...

Je dois cependant préciser un côté positif de la chose (enfin des deux choses que j’ai là en bas des mollets de coq), et je le ferai via le dicton du jour : « à pieds maigrelets godasses préservées » (chez moi, pas de chaussures déformées par les gros pieds plein d’orteils tout gras) ! Joli mon dicton inédit non ???

Reste à mettre des bougies à l’église chaque semaine pour que la mode aux bottes persiste encore des dizaines d’années… sinon je suis foutue, totalement foutue !

10:27 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |