2
avr

Cherchez l'erreur...

Dans Esprit Femme, je lis les résultats d'une big mega enquête sur la hausse des prix entre 2001 et 2006, en France (mais j'imagine que la Gelbique suit le même parcours) :

Le kilo de pommes : + 130 % (je n'en mange jamais ouf)

Les céréales du petit déj : + 96 % (elles vont devenir indigestes à ce train là)

L'immobilier à Paris : +90 % (en Belgique c'est quasi pareil, on atteint les 100 % en dix ans)

La tasse de café : +45 % (j'ai bien fait de rester à l'eau)

la baguette de pain : + 40 % (ça fait cher le dagobert ma bonne Dame)

les loyers : + 30 %

Le poulet : + 24 % (vive la grippe aviaire)

La séance de cinéma : + 20 % (dire que j'y suis allée trois fois la semaine dernière)

 

Mon salaire : + 0,000000000000001 % … cherchez l'erreur !

11:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

2
avr

On nous prend vraiment pour des cons

Je me demande si je suis pas en mesure de dénoncer la radio au dauphin à l’Inspection Economique belch. Parce qu’inciter les auditeurs, chaque matin, à envoyer des SMS à prix d’or pour des concours bidon, sans jamais mentionner le coût du SMS (0,50 eur, ils l’ont dit quelques rares fois depuis que je suis branchée sur Miss Belgique), c’est à la limite de l’arnaque. Non, pas à la limite, c’est de l’arnaque pure et simple.

De mon temps ma bonne dame, les concours étaient de vrais concours. On répondait à de vraies questions, on envoyait une vraie carte postale, on gagnait un vrai cadeau payé par l’organisateur ou ses sponsors.

Maintenant tout a changé…

Les questions ont évolué en même temps que le QI des belges : exemples :

- où peut-on voir la mer en Belgique : à la mer tapez 1, dans les Ardennes tapez 2- Mickey a été créé par : Paris Hilton tapez 1, Walt Disney tapez 2- un GSM est : un ordinateur tapez 1, un téléphone tapez 2- Anaïs est : rigolote tapez 1, une conne tapez 2 (là c’est plus dur, non ?)

Comme les questions sont difficiles, en général il y a un indice. Ouf. On est sauvés ! Et puis le but est que tout le monde puisse répondre et dépenser ses précieux zeuros à envoyer des SMS.

Car si la question est plus facile (euphémisme), plus moyen d’envoyer une carte postale, les participants sont devenus la poule aux œufs d’or des organisateurs de concours. Ils autofinancent les lots. A grands coups de SMS ou d’appels téléphoniques hors de prix.

La radio au dauphin a dernièrement battu le record de l’ignominie. Elle a osé demander aux auditeurs de voter pour l’une ou l’autre association venant en aide aux enfants malades ou sans ressources, soutenue par l’un et l’autre des animateurs. L’association qui gagnait (soit qui obtenait le plus de SMS) recevait un lot par 100 SMS reçus. Pire : seule celle qui obtenait le plus de votes avait des lots. Donc les auditeurs ayant envoyé des SMS pour la perdante perdaient purement et simplement leur argent. Vous suivez ? A 0,50 eur le SMS… la radio s’en met plein les poches sur notre compte. Enfin, sur votre compte, car moi je n’envoie rien, of course.

Là où ils poussent également le bouchon un peu loin (Maurice), c’est lorsqu’ils incitent les auditeurs à donner des indications sur les bouchons régionaux (les embouteillages je veux dire), également via des SMS chers et vilains, ou font des blagues de potache « Monsieur et Madame Truc ont un fils, comment s’appelle-t-il », de nouveau en demandant réponse par SMS. Bientôt on devra envoyer un SMS pour écouter la radio. « Pour dix minutes d’audition, envoyer un SMS, pour une demi-heure, deux SMS… ». Ils vont oser je vous dis.

Vous me direz, on est seulement pigeon si on accepte le principe. Je suis d’accord. Mais j’exige une réglementation claire à ce sujet. Je pense qu’ils sont censés signaler le coût du SMS lorsqu’ils donnent le numéro (à vérifier, j’écrirais bien de ce pas à l’Inspection Economique). Et ce principe de concours autofinancés devrait être limité à une surtaxe minime et non des sommes folles.

Je m’en voudrais de ne jeter qu’une fois la pierre (sur ce pauvre dauphin qui n’en peut rien) alors que nous sommes bel et bien victimes d’une invasion massive de ce type d’appels ou SMS overtaxés.

Sur notre chaîne intellectuelle nationale, pour gagner des soussous dans la popoche, faut aussi envoyer des sms à un numéro écrit en GROOOOOOS, suivi du coût de taxation écrit en tout tout petit petit. Pour le grand test du QI, ils ont fait fort, en proposant d’obtenir les résultats par SMS, moyennant envoi d’un SMS par série de questions. Même que les téléspectateurs, n’ayant rien pigé, envoyaient des SMS après chaque question. Grosse gaffe de l’animateur lorsqu’il a dit « ouhla arrêtez d’envoyer les SMS on ne veut pas prendre vos sous » (enfin, pas maintenant, voulait-il dire). S’ils ont eu leur résultat de la même façon que sur le net, ça leur aura coûté beaucoup pour pas grand-chose, pour ne pas dire rien, puisque mon résultat sur le net je l’attends toujours… Heureusement que je suis super intelligente, j’ai fait aussi le test via mon super Ciné Revue et j’ai eu mes résultats gratos. 128 pour rappel, je me la pète grave de chez grave. Avec ça un magazine féminin ultra glamour devrait m’engager, non ?

Mon hebdo bible Ciné Revue affiche des dizaines de pubs pour des téléchargements de fonds d’écran pour GSM à seulement 0,30 eur (non comprise l’inscription au club, 2 eur par SMS, maximum 4 SMS). Ben voyons.

Ma feuille de choux toute boites propose des tas d’annonces de voyants gratuits à 1,12 eur la minute. La gratuité n’a pas de prix ma bonne Dame.

Flair propose aussi des concours par SMS, mais là, je dois l’admettre, oh mon Flair vénéré respectueux de toutes ses lectrices (à part une certaine Anaïs qu’ils ne savent plus piffer), Flair ne surtaxe qu’à 0,15 eur, ce qui est vraiment très très peu, il faut le dire. Je le dis. J’aime Flair, qui ne m’aime pas. C’est la dure réalité de mes histoires d’amour, toujours à sens unique.

Moi je dis qu’il est temps de mettre de l’ordre dans tout ça. Si vous partagez mon avis envoyez-moi oui au 3333 code Anaïs/oui (1,12 le SMS envoyé ou reçu) avec vos coordonnées, si vous n’êtes pas d’accore envoyez non au 3333, vous gagnerez peut-être une lasagne Farniente.

PS : depuis que j’ai écrit ce billet (samedi), je ne capte plus la radio au dauphin (je vous l’assure c’est vrai de vrai), ils ont dû avoir vent de l’information via les espions miniaturisés placés dans mon PC, je vous le dis. Y’a plus de respect !

07:24 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

30
mar

2 + 2 = 7

Chez Skynet 2 + 2 = 7

A savoir que chaque fois que je vérifie les votes, j’ai le résultat que je vous montre 80 + 10 + 1 + 1 + 9 = 101 %. 101 % de résultats, faut le faire non ? Et ça dure depuis des mois.

De toute façon j’envisage sérieusement d’aller voir ailleurs, sur un hébergeur géré par des humains et non par des machines. Des humaines qui daignent répondre aux mails, et ça, chez Skynet, ça n’existe pas. Des humains qui agissent non uniquement pour une question de fric et de rentabilité, mais également pour offrir un service clientèle (parce qu’après tout, je leur apporte des visiteurs et c’est ça qui fait vendre leurs pubs, n’est-il pas ?). Bref des humains vraiment humains, et chez skynet, j’en suis persuadée, ça ne déborde pas d’humanité.votez

23:57 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

30
mar

Ah que !

Je retrouve dans mon barda un tout vieux Femmes d’Aujourd’hui (ma mère-grand les passait à ma mère, ma mère me les passe, et je les passerai à ma fille – sauf que y’a un stuut : j’ai pas de fille). Il a un an, quasi jour pour jour. Le sondage du jour « pour ou contre la naturalisation de Johnny ».

Ainsi donc déjà en mars 2006 cette question passionnait les belges. Heurtait les belges. Divisait les belges. N’ont-ils rien de mieux à faire dans leur existence que de penser à Johnny ?

Ils sont tous là, à crier au scandale : Johnny renie son pays pour une histoire de fric. Selon les versions, il veut être belge pour rester belge, ou pour filer ensuite à Monaco. Mais là parait qu’il vit en Suisse. Bref j’y perds mon wallon, mais moi je ne le critiquerai pas.

Je pense que si j’étais aussi riche que lui, enfin je veux dire le jour où je serai aussi riche que lui (parce que bien sûr c’est une certitude), et bien je n’hésiterai pas un seul instant à faire ce qu’il faut pour payer moins d’impôts. Et que ceux qui n’ont jamais bossé au noir me jettent la première boîte de CD ! Moi on m’a dit « voler un voleur c’est pas voler », j’en déduis « voler l’Etat c’est pas voler ».

Bon, d’accord, il gagne des sommes tellement folles, Johnny, qu’il est logique qu’il paie un bout d’impôt. Ben oui. Un bout. Mais pas la démesure non plus.

Quand je vois que moi, petite Anaïs (attention on va pleurer dans les penthouses), si je bosse pour 100 eur en indépendante (il est bien indépendant le Johnny hein ?), il m’en restera royalement 35, charges sociales, frais de fonctionnement et impôts. Parce que tout qui a envie de s’installer comme indépendant complémentaire (je suis à votre disposition pour vous explicationner la marche à suivre et les déboires de ce statut) doit savoir qu’il sera imposé sur la tranche la plus haute de ses revenus, à savoir qu’on considère que le gain indépendant s’ajoute aux revenus salariés. Ce qui est en effet le cas. Mais faut vraiment être motivé, dans ma branche, pour vouloir être indépendante les soirs et WE, je vous le dis. Je ne parle pas ici des informatichiens ou des hommes de métchiers, qui ont des tarifs horaires digne d’escort boys aux mensurations de rêve. Je parle de mandailles dans mon genre, considérées comme des sous-fifres-dactylos-sans-cervelle-au-QI-inférieur-à-69 par leur clientèle, en général. Moi, je le fais par plaisir, parce que relire et corriger un CV ou un courrier, c’est un orgasme intellectuel pour moi, et parce que me sentir un tant soi peu indépendante dans mon job, c’est un orgasme féministe. Alors deux orgasmes pour le prix d’un, avec en bonus 8 eur dans ma poche, et bien j’en suis ravie !

Mais quand même, faut être motivée.

Alors je dis ah que oui, Johnny, reviens ici, une fois.

07:24 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

30
mar

Equal pay day

Voilà encore un jour où Anaïs va monter au créneau… détruire les barricades, lancer des pavés dans les marres, hurler à l’injustice et chanter la marseillaise (vu qu’elle ne connaît pas la brabançonne et que ça fait moins révolutionnaire). C’est l’equalpayday aujourd’hui. Pour ceusses qui causent pas english, c’est la journée du salaire égal. En d’autres termes salaire égal entre hommes et femmes, puisque dans notre plat pays la différence est de 15 %. Alors bon, ne hurlez pas immédiatement, vous, femmes. Cet écart peut s’expliquer EN PARTIE(sans être acceptable, enfin c’est mon opinion) par les temps partiels et par la ségrégation opérée sur le marché de l’emploi, à savoir que les femmes sont cantonnées dans des postes plus bas sur l’échelle salariale, comprenant moins de responsabilités, dans des jobs typiquement féminins et rarement dans des postes de management, alors qu’elles sont en moyenne mieux formées que les hommes. Va comprendre… Voilà la galère dans laquelle nous sommes, Mesdames.

Pourquoi un equalpayday. Pour marquer le coup. Pour faire changer les mentalités. Pour faire changer les règles. Pour faire changer mon boss. En pratique, j’ignore si ça servira à quelque chose, mais ne rien essayer serait déjà abandonner.

Pour plus d’infos surfez sur http://www.equalpayday.be/equalpayday

07:12 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |