16
oct

J’ai testé « changer une domiciliation »

J’ai changé de banque.  Ce que peu de Belges font, because c’est chiant, et je le confirme. Faut changer ses domiciliations, retenir un nouveau numéro (il m’a fallu quinze ans pour retenir le premier, alors tout espoir est perdu), modifier ses zoomit, se farcir des rappels limite menaçant car les factures sont plus payées automatiquement et sont très très très fâchés et tu as trois jours pour payer sinon ça va se corser. Bref, c’est chiant. Mais économique. Grande banque : 60 euros par an. Petite banque : zéro euro.

J’ai donc testé changer une domiciliation chez Euromut. J’ai téléphoné, on m’a envoyé un papier très clair, que j’ai rempli, signé, faxé. Quinze jours plus tard un courrier me confirmait que tout était en ordre, avec un aperçu des futurs prélèvement. Nickel. Terminado.

Puis j’ai testé changer une domiciliation chez Belgacom. Bon. J’ai testé quoi… J’ai téléphoné, poussé trois fois sur 1, six fois sur 2 et une fois sur 3, puis quand j’ai eu un être humain en ligne, j’ai exposé les faits. On m’a envoyé un papier, rapidement, je le concède. Incompréhensible, je le concède aussi. J’ai rempli tant bien que mal, et j’ai faxé mon papier.

Quinze jours plus tard, j’ai reçu… une facture à payer.

Bon, ça a pas marché.

J’ai donc appelé Belgacom et après quatre minutes (montre en main) musicale et divers tapotements sur 1, 2 ou 3, j’ai eu un gentil Monsieur en ligne. Gentil. Brave, comme on dit. Qui m’a dit « ah non cette facture-là faut la payer ». Ok, et après, ça sera en ordre Monsieur ?  « ça je sais pas, c'est en cours peut-être, je sais pas vous dire hein, faut payer votre facture (sinon le vilain huissier viendra frapper à la poporte), vous êtes toujours à la banque X ? »

La banque X, c’est ma nouvelle banque, c’est bon signe, s’il en connaît le nom, il l’a pas sucé de son pouce (à mon avis, il l’a sucé du paiement de ma dernière facture, snif).

Moi : si vous connaissez le nom de la banque, c’est que c’est en cours non ?

« … » (j’imagine son œil bovin, on dirait que je lui demande de me réciter le dictionnaire)

« Bon je fais quoi alors », je demande (comme dirait le Petit Nicolas)

« Bon, Madame Anaïs, je vous renvoie le papier alors rendez-moi toutes les informations » (celles que j’ai déjà indiquée dans mon document disparu dans la quatrième dimension.

Chais pas, mais vague impression que dans six mois j'y suis encore...

Faudrait peut-être leur expliquer qu’il y a tout simple, ça s’appelle Zoomit…

Allez, on y croit, un jour, mes factures seront domiciliées…

20:34 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
jui

J'ai testé "fais-toi arnaquer sur Seconde main"

Depuis des années, je suis une adepte d'Ebay, j'y ai vendu mes vieilleries, j'y ai acheté plein de trucs aussi, et je m'y suis fait arnaquer un jour, achetant un coffret de DVD jamais reçu, qui m'a coûté les yeux de la tête.  Plainte avait été portée à l'époque, car nous étions des dizaines dans le même cas, mais la police n'a jamais rien fait, ayant pourtant les informations nécessaires.  Depuis lors, j'ai compris que la justice belge, c'est caca boudin, parfois.  Mais je suis restée adepte d'Ebay, surtout depuis que les frais d'insertion ont été supprimés. 

Ce qui m'horripile cependant sur Ebay, ce sont les enchères, stressantes au possible, surtout lorsqu'on loupe un achat trente secondes avant la fin, bisque bisque rage.

Voulant acquérir des tupperwares pour y cuire mon riz, mes pâtes et mes omelettes, j'ai donc testé Seconde main il y a quelques jours.  Ce site qui porte mal son nom puisque ses membres vendent aussi du "neuf" (entre guillemets, vous comprendrez pourquoi en me lisant), c'est Mostek qui m'en a parlé, et j'ai pu constater qu'il regorgeait d'objets en tous genres, bonheur suprême.

Je repère un tupperware pour cuire le riz, présenté comme neuf.  Mue par un engouement suprême, je contacte le vendeur, qui est une venderesse, pour connaître les modalités et demander si elle a pas les zautres, des fois.  Je reçois rapidement réponse.  Y'a pas les zautres, mais y'aura un cadeau et des recettes.  Vu que j'hésite sur les frais d'envoi, assez onéreux, vive la poste Belge, la madame me propose de les diminuer de moitié, ce qui finit par me convaincre. 

Pour éviter tout malentendu, je confirme donc mon accord sur le prix, qui comprend l'envoi, le cadeau, les recettes.  Je ne précise pas que ça comprend aussi le mode d'emploi, considérant qu'un tupperware neuf va m'être livré dans son joli sac plastique tupperware et avec tout le matos prévu pour un tupperware neuf.

Je paie le jour même et, trois jours plus tard, soit un délai bien rapide, je reçois mon colis, joie intense, intersidérale et suprême.

Joie intense, intersidérale et suprême de courte durée.  Vingt secondes, le temps d'ouvrir le colis et de découvrir l'objet, comme on dit.  Et là, ma joie intense, intersidérale et suprême se mue en déception intense, intersidérale et suprême.  Mon tupperware neuf ne l'est nullement.  Il est tout griffé.  Il a la poignée droite (ou la gauche, selon que vous vous placez devant ou derrière) toute pleine de coups. Il a aussi la poignée gauche (ou la droite) abimée, moins, mais un peu.  Il à l'intérieur tout crade, avec même du blanc dans les jointures, même que ça ressemble à du blanc d'eau de cuisson de riz.  Il a même une tache brune suspecte pleine de beurkitude.  Et dedans, ya pas le cadeau, ya pas les recettes (bon, ça, je le savais, la madame elle m'avait dit avoir oublié et me les a envoyées par mail) et surtout, y'a pas le mode d'emploi du cuiseur riz.  Pratique.  Malhonnête.  Je crie à l'escroquerie, à l'arnaque intense, intersidérale et suprême.  Je crie au scandale.  Et je le dis à la madame, que c'est un scandale.  Qu'il manque le cadeau, que c'est sale et abimé et pas neuf pour un sou (neuf).  Que c'est pas bien de mentir, que son nez va s'allonger comme celui de pinocchio. 

L'amusant est que chaque argument que j'ai sorti pour étayer ma sensation d'arnaque, savoir objet non neuf, sale, abimé, pas de cadeau, pas de mode d'emploi, n'a reçu aucun contre-argument de la part de l'arnaqueuse (je préfère de loin les arnacoeurs moi, j'avais aimé ce film, adoré même).  La logique voudrait une réponse du genre "m'enfin vous vous trompez, c'est pas vrai, c'était totalement neuf, en parfait état, y'avait bien le cadeau et le mode d'emploi".  Mais non, la seule réponse est que je tiens des "propos diffamatoires". 

Que de grands mots ma bonne dame, "diffamatoires", rien que ça.  Ben moi, mon cuit riz, je vois bien qu'il est pas diffamé hein, il est bien cradingue, d'occaze et abimé, et dedans, je vois ni cadeau ni mode d'emploi.  Et ça, c'est pas diffamatoire, c'est la vérité vraie de vraie.

Me vlà donc condamnée à bouffer du riz trop cuit ou pas assez, vu que je sais pas comment le cuire, mon riz, dans mon tupperware, tchu. 

La morale de l'histoire c'est que ces sites sont hyper pratiques et que je ne les bouderai pas à l'avenir, même s'il est regrettable que quelques personnes malhonnêtes nuisent à leur réputation.  

Bon, y'a bien plus grave dans la vie, la faim dans le monde, la fin du monde le 21 décembre prochain et la fin annoncée des écharpes Strelli, et vu que j'ai une amie démonstratrice tupperware honnête, je vais finir par avoir le mode d'emploi, et vu que j'ai une cuisine équipée avec évier je vais laver la crasse, et vu que les coups partiront pas j'en ferai mes amis, mais si y'a une chose qui m'insupporte, c'est la mauvaise foi crasse.  

Alors, pour que personne parmi vous ne se fasse arnaquer comme je l'ai été, pour que, chers lecteurs, vous puissiez acheter du vrai tupperware neuf et propre et pas abimé, passque cette personne sévit encore sur le site en vendant des dizaines de tupperware, je vous suggère juste de zapper les annonces de Van Damme habitant Léglise, sur Seconde main.  Non mais sérieux, avec un domicile pareil, on lui donnerait le bon dieu sans confession non ?

Allez, je vous laisse, je vais cuire du riz… enfin essayer du moins !

Et les photos de mon magnifique cuiseur "neuf" :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Sa poignée droite toute neuve :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Sa poignée gauche toute neuve :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Le dessous de sa poignée, tout neuf :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Son dessous, totalement neuf, avec ses griffes partout, bien neuves :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Son contenu tout neuf :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Ses traces de cuisson totalement neuves :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Une vue d'ensemble de sa neuvitude :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Ses coups bien neufs :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

Son couvercle extrêmement neuf :

seconde main,arnaque,van damme,léglise

18:37 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : seconde main, arnaque, van damme, léglise |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20
avr

Faut-il être aveugle pour bien voir ?

C’est la question que je me pose depuis que je suis allée pour un contrôle chez mon ophtalmologue.  Ou plutôt pour pleurnicher chez elle à grands renforts de « je vois plus rien, c’est l’enfer, je vois plus les numéros de bus, je sais plus lire les panneaux en magasin, je ne décrypte plus les sous-titres de mes séries télé adorées, pitiéééééééééééééé, aidez-moi ».

Mais paraît que c’est typique des grands myopes, de supplier pour avoir des verres plus forts, alors que rien n’est possible pour eux, dieu soit haï (contraire de dieu soit loué, vous l’aurez pigé).  Mais moi, je supplie pas, c’est vrai que je vois rien, c’est une réalité, une frustration totale, surtout quand je ne suis pas dans ma ville.  Pour peu que je doive zoner dans Paris ou Charleroi (exemples récents même si totalement à l’opposé l’un de l’autre), je vis un enfer.

Et là, vous vous dites, « pôôôôôôôôvre Anaïs, elle doit être presque aveugle, munie de verres aussi épais que des culs de bouteilles (j’avais d’abord écrit des « tessons », mais ça doit faire mal aux yeux, des tessons en guise de verres correcteurs).

Et bien non.

Non.

Non.

Car pour ma mutuelle, je suis pas encore assez myope (d’où le titre de ce billet, vous le comprenez enfin).  Il faut être à - 8,25 pour que Miss Mutuelle daigne accorder son aumône.  En dessous, tu peux aller te faire cuire un œuf d’autruche.  Et moi je suis à – 7,75 et – 6,75.  Et c’est pas une mince affaire, je vous le dis.

Petite parenthèse sur ceusses qui ignorent leur dioptrie : je trouve ça dingue.  Totalement dingue.  C’est un peu comme dire « j’ai une maladie, mais je sais plus laquelle ».  Moi je connais ma dioptrie, à quelques dixièmes près hein, mais je la connais.  Et je comprends pas qu’on puisse ne pas la connaître, voire pire, ne même pas savoir que la myopie se compte en négatif.  Fermeture de parenthèse.

Etre à – 7,75 et – 6,75, je vous prie de croire que c’est déjà être fort atteinte.  A savoir que si je tends le bras, ben je vois plus ma main… même que si j’avais un handicap qui fait que j’ai pas mes avant-bras et si je tendais le bras, enfin le demi-bras, ben je verrais toujours pas ma main, limite si j’avais la main attachée à l’épaule je la verrais plus non plus… ça a le mérite d’être clair. 

Et ben ça suffit pas pour la Déesse Mutuelle, qui exige - 8,25, genre si je tends le bras et qu’un bus passe en trombe et me l’arrache, je m’en rends même pas compte (du moins jusqu’à ce que la douleur fulgurante ait fait son chemin jusqu’à mon neurone). 

C’est le drame de ma vie, cette myopie.

Enfin non.

Le véritable drame de ma vie c’est que, depuis quelques semaines, quelques jours, quelques heures, je commence à devenir presbyte (que l’enfoiré qui a envie de dire « oh, ça m’intéresse » s’abstienne, je déteste l’humour gras).  Dans peu de temps, je verrai vraiment plus ma main, ni en tendant le bras ni en le rapprochant de mon joli minois, ni rien de rien. 

Y a-t-il pire drame que de ne pas voir de près et ne pas voir de loin ?

Je conclurai avec cette citation qu’un collègue m’a citée (argh, que peut-on faire avec une citation sinon la citer, y’a-t-il un dico des synonymes dans la salle ?), vachement déprimante, mais tellement criante de vérité :

« Mourir cela n’est rien – Mourir la belle affaire – Mais vieillir… O vieillir! » (Jacques Brel)

08:32 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

18
avr

La phrase qui tue du jour : mère-grand, comme tu as de grandes dents...

Au téléphone, il me dit "c'est marrant, quand tu parles, on dirait une vieille dame".

Bon, allez, je lui pardonne, passqu'il est jeune, passque c'est son anniversaire, et passque quand je lui ai dit "bon anniversaire", il m'a répondu "bon anniversaire".  Adepte de phrases qui tuent, mais vachement distrait, non mais !

Et la prochaine fois qu'il est insolent avec la jeune dame que je suis, je le mange, comme une vraie mère-grand, na.

22:01 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

16
avr

La réponse de Jaune et Rouge : un semi méa culpa

Vous vous souviendrez de ma mésaventure pascale, avec les M&Ms "pas de la bonne couleur rondidju".

Voici la réponse reçue du service clientèle.  A noter qu'ils répondent, ce qui est déjà un bon point.  Second bon point, ils reconnaissent la confusion possible. Tertio ils promettent de m'envoyer un chtit dédommagement.

A noter tout de même que la nuance via un autocollant "aux couleurs de Pâques", sur une boîte aux couleurs de Pâques, je persiste et signe en disant que ça prête largement à confusion et que c'est à la limite de l'arnaque commerciale, voire même plus à la limite mais totalement inside.  Car les lésés sont ceux qui ont payé plus cher pour une boîte, tandis que ceux ayant acheté un sachet avaient bien droit aux couleurs pascales.

Puissent mes râleries et celles d'autres consommateurs, je l'espère, faire qu'en 2013 les couleurs de Pâques reviendront, comme tout acquéreur de ce genre de boîte peut y prétendre...

 

"Bonjour Madame Valente,

Nous vous remercions de votre message. Nous comprenons votre déception à propos de l'Edition limitée à l'occasion de Pâques.

Nous croyons utile de vous fournir quelques infos. Il y avait une légère différence entre l'édition de l'année passée et celle de 2012, dans le sens que, l'année passée, la même boîte en métal était commercialisée avec à l'intérieur le sachet de M&M's aux couleurs de Pâques. Lors de l'action limitée de 2011, les boîtes portaient la mention : 'Aux couleurs de Pâques'. Pour l'année 2012, il avait été décidé de vendre les sachets aux couleurs de Pâques séparément, à côté des boîtes de Pâques contenant le produit standard. Les boîtes de 2012 ne portaient donc pas l'autocollant mentionnant 'Aux couleurs de Pâques'. Nous comprenons que le changement peut avoir créé de la confusion."

16:23 Écrit par Anaïs dans Anaïs râle | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |