7
fév

La minute blonde : l'informatique, c'est plus de mon âge

A ma demande, Mostek a apporté son disque dur externe, pour que j'y pompe quelques films.  Mais bien sûr, moi, j'ai oublié le mien.

Peu importe, je vais les copier sur mon pc, et demain je les recopie sur mon disque dur externe.

Et moi d'ajouter "de toute façon, fallait d'office passer par le PC pour copier coller, ah ben non, je copiais, je débranchais ton disque je branchais en urgence le mien et puis je collais"...

Et Mostek "euh, ou alors tu branchais les deux disques, sur les DEUX ports USB".

Et elle conclut "tu rigolais là, hein ?"

Ben non, même pas... chuis juste blonde.

08:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs et ses blondieuseries | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

5
fév

La minute blonde : il gèle ?

Hier, nous sortons de chez Ikéa, avec l'intention d'aller au cinéma.

Le brouillard est tombé, un enfer.  Givrant, en plus.

Et moi, naivement "si tu veux, on zappe le ciné et on retourne à Namur directement, pour éviter le gel".

Euh, sauf qu'il fait - 10 / - 15 depuis le matin, donc éviter le gel...

Blonde, je sais !

18:58 Écrit par Anaïs dans Anaïs et ses blondieuseries | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
avr

Encore raté...

J'ai encore cru au pêchon d'avril du jour sur Contac'.  Ils y annonçaient que les Black Eyed Peas ont réservé Walibi pour sept jours en juillet.  On mettra ça sur le compte du changement d'heure qui fait que je me lève dans le noir depuis lundi, passque ça m'a semblé totalement plausible, au point que je me suis dit qu'il fallait absolument que j'avertisse ceusses qui ont un accès annuel au parc, histoire qu'ils y aillent pas durant cette semaine... et qu'ils piquent une crise auprès du Kangourou orange pour cette arnaque à la clientèle privée de son parc durant sept jours.

Ben quoi, ça aurait pu être possible, Lady Di se réservait bien Harrod's une journée pour ses courses.  Et d'autres le font encore, mais chais plus qui... des noms ?

Ensuite, Mostek et moi on a organisé un pêchon pour une collègue, à base de pêchons, savoir ceusses qui nous mangent les panards régulièrement (oui, je vous en parle, promis juré craché gerbé), on lui a fait croire qu'on avait reçu un mail de la boîte qui organise ça, que les poissons de là où elle avait mis ses pieds étaient morts (ce qui est malheureusement arrivé avec une autre cliente, because les produits qu'elle avait mis sur ses pieds) et qu'on voulait plus de nous là-bas.  Je me suis éreintée à faire un faux mail, puis à tout corriger car c'était trop "style Anaïs", j'ai simplifié sur les conseils de Mostek, j'ai intégré d'horribles fautes pour qu'elle puisse pas imaginer que je l'avais écrit, et j'ai envoyé.  A 9h.  A midi, elle l'avait toujours pas lu, tchu.  Finalement, elle l'a lu, elle l'a cru, elle a juré qu'elle avait rien mis sur ses pieds, j'ai suggéré un suicide collectif de poissons à la vue de ses orteils, on a bien ri, et elle a pas su appeler "la responsable" car le numéro que j'avais indiqué, le mien, était incomplet.  Chuis vraiment blonde.

Le pire dans tout ça, c'est que depuis mardi, on m'appelle Dori (Dory ? Dorie ?) au bureau, vous savez, cette adorable poisson fille qui a perdu la mémoire.  Le pire du pire, c'est que c'est mérité, vu ma mémoire de poisson rouge en fin de vie actuellement, dixit mon boss chéri...

Tout ça finalement, c'était que du poisson, et comme je dois en manger trois fois semaine, j'ai eu ma dose, yesssss.

21:21 Écrit par Anaïs dans Anaïs et ses blondieuseries | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

24
nov

Les pigeons et moi, c’est une grande histoire d’amour (et une minute blonde involontaire permanente)

TUP 2.jpg

Dieu sait que j’aime les animaux.

Même les pigeons.

Enfin, je les aimais. Jusqu’à ce qu’ils fassent tout pour se faire haïr, les vilaines bêtes.

C’était l’été, il faisait chaud et je me baladais, bras nus, en ville, ignorant tout du danger qui se profilait à l’horizon.  Pas de surprise, bien sûr, vous l’aurez deviné.  Un specimen moqueur a plané au-dessus de moi, visé, tiré, et patatras, une énorme fiente bien baveuse sur le bras.  Ma première fiente de pigeon.  Sur le bras droit.  Esske ça porte bonheur de recevoir une crotte de pigeon sur le bras droit ?  J’ai encore le souvenir de cette sensation de chaleur, du fou rire qui a suivi, du regard dégoûté des passants (en plein après-midi ensoleillé, y’avait foule), du mouchoir que j’ai désespérément cherché pour limiter les dégâts et de la maigre consolation de savoir qu’il aurait pu viser mon Tshirt, le vilain pas beau.  Et l’odeur, que dire de l’odeur.  J’ai toujours cru qu’une crotte de pigeon ça ne sentait rien.  Ne me demandez pas pourquoi.  Je sais qu’une crotte de chien, ça pue.  Je sais qu’une crotte humaine, ça pue.  Donc la logique veut que les crottes de pigeons puent aussi.  Et je vous le confirme.  Une crotte de pigeon, ça pue.  Une odeur particulièrement écoeurante, répugnante.  

Des recettes de pigeon à me fournir ?

C’était l’été, il faisait chaud et je mangeais en bonne compagnie, allanguie en terrasse, ignorant tout du danger qui se profilait à l’horizon.  Toujours pas de surprise, bien sûr.  Un specimen moqueur s’est installé sur le toit, a pris position, visé, tiré, et patatras, une énorme fiente qui amorce sa descente.  Elle eût pu tomber d’un coup sec, paf, dans mon assiette.  Mais c’eût été trop beau.  Elle a donc préféré, cette fiente, rebondir d’abord sur l’auvent du restaurant, avant d’exploser en dizaines de petits paquets de fientes qui sont ensuite tombées, parsemant mon assiette et mon verre.  Malheureux hasard, nous étions plusieurs, mais je fus la seule victime.  Ben voyons.  Sale bête.  Mais la plus sale bête, ce fut la serveuse, qui n’a même pas proposé de me rapporter une autre boisson fraîche.  Après tout, est-ce ma faute si ce pigeon a élu domicile sur le toit de l’établissement ?  Décidément, le client n’est plus roi, ma bonne Dame (petite page d’anti-pub, c’est au Passé Simple à Namur, qu’on laisse le client se débrouiller avec la fiente de pigeon qui atterrit dans l’assiette et le verre).

Des recettes de pigeon à me fournir ?

C’était hier, il faisait froid et je mangeais ma mauvaise tartine au fromage en me promenant en ville.  J’aime pas le pain.  Et j’aime pas le fromage.  Alors le pain au fromage, c’est décidément pas ma tasse de thé, mais on peut pas se nourrir exclusivement de lasagnes et de hamburgers ma bonne dame.  J’arrive donc au pire morceau de la tartine : la croûte.  Je l’approche sans appétit de mes lèvres non charnues (on rêve toutes de lèves charnues qui ne demandent qu’à être embrassées, mais en ce qui me concerne, faudrait les gonfler au silicone ou les mordiller sauvagement pour les rendre appétissantes), lorsqu’un pigeon gourmand s’envole, se précipite sur moi et tente de me piquer mon frugal repas.  Je sens encore la caresse de sa plume sur ma main et le souffle provoqué sur mon visage par le battement de ses ailes.  Bête animal.  S’il l’avait demandée poliment, je la lui aurais volontiers donnée, ma croûte.

Alors, tout bien réfléchi, j’aime plus trop les pigeons…

Une illu de Titoun

 

TUP 2.jpg

 

 

 

31
oct

On va enfin comprendre le B-A BA de l'heure d'hiver...

... et c'est pas trop tôt, mouahahah.

Je me suis déjà insurgée contre l'heure d'hiver sur ce blog.  J'allais pas remettre ça encore cette année, et puis une petite vidéo vaut mieux qu'une longue baffouille écrite.  Merci au lecteur fidèle qui a diffusé ceci sur FB et m'a fait le découvrir, qu'il en soit remercié jusqu'en 2012 (ben oui, jusqu'à la fin du monde quoi).

Mais avant de vous laisser regarder cette chtite vidéo, je ne résiste pas au plaisir de vous recopier mon blabla incongru de 2007, que je n'avais jamais relu et que je vous ai retrouvé au milieu de quasi 3000 billets, et je peux vous dire que c'est du sport.  Alors ça mérite que vous le relisiez non ?  Voici...  Bonne (re)lecture.

J’ai déjà évoqué la confusion que cela créait dans nos esprits, et les questions qui fusaient « attends, on avance ou on recule d’une heure ? » « On recule, mais ça signifie quoi en pratique ? »  « donc il fera clair plus tôt ou plus tard ? »  « Plus tôt »  « Ah non, plus tard, réfléchis bien… » « oh je ne sais plus ».  Et ça finit toujours comme ça.  On s’emberlificote dans ses explications, on perd patience.  On perd son temps…  (Et si on passe une heure à parler du changement d’heure, on perd le bénéfice de cette heure gagnée, vous comprendre ?)

Sans compter que j’ai dû changer l’heure d’un paquet appareils : mes magnétoscopes, le graveur DVD qui ne grave jamais rien mais sait-on jamais qu’un jour il cesse sa grève, mon réveil radio, le réveil du living, celui de la cuisine (ah non, celui-là, sa pile est à plat depuis mars 2004), ma montre, l’appareil Belgacom affichant mes appels, mon répondeur, mon GSM.  De nouveau une perte de temps.

Epuisant.

Mais je n’ai pas évoqué le réel nœud du problème, savoir les questions qui fusent après le changement.

Ce matin mon réveil a sonné à 6h20.  Mais aurai-je dormi une heure de plus ou de moins ?  En y réfléchissant bien, il sonnera à 6h20 mais il sera en réalité 7h20, ancienne heure.  Donc, j’aurai dormi une heure de plus.  Cependant, il faut également considérer l’heure à laquelle j’ai été dormir ?  En général, je vais dormir vers 22h00-22h30 (et oui, me faut mon compte d’heures, sinon je suis encore de plus mauvaise humeur que d’habitude).  Mais hier soir, en allant dormir à 22h00, il était en fait, 23h00 nouvelle heure.  Non Anaïs, 23h00 ancienne heure.  C’est tard.  Trop tard pour moi.  J’aurais dû aller aux plumes à 21h00 pour respecter mon ancien rythme.  Et puis hier soir, il faisait clair tellement tôt, ou tellement moins tard.  Et ce matin, drôle de sensation, ce lever sous la lumière du jour.  Trop tôt.  Combien de temps pour que mon pauvre organisme épuisé s’adapte à la nouvelle heure ?  A quel moment dois-je décider que cette nouvelle heure devient l’heure officielle, et ne plus penser à l’ancienne heure ?  ça prendra combien de temps ?  Six mois au bas mot, jusqu’à ce que… nous adoptions l’heure d’été.

06:50 Écrit par Anaïs dans Anaïs et ses blondieuseries | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |