25
fév

Mon billet d'humeur dans 7mag

Ou plutôt mon billet "de mauvaise humeur", vu que suite à souci technique, la rédac l'a zappé... on est peu de choses hein ma bonne dame.  Il me reste à faire des neuvaines pour que la technique fonctionne en mars... Bonne lecture :

Je résolutionne, tu résolutionnes, nous résolutionnons

Plus d’un mois après le passage à l’an neuf, l’heure du verdict a sonné.  L’heure de la question qui tue : avez-vous tenu vos bonnes résolutions ?  Si du moins vous en avez pris, car, en 2011, une seule résolution semble de mise « cette année, je m’engage à … ne pas prendre de résolution, na ».

Et bien moi, Mesdames, Messieurs, j’ai l’immense honneur de porter à votre connaissance que cette année, j’ai pris de bonnes résolutions (pour la première fois de ma si courte vie, maintenant que j’y réfléchis intensément).

Et, Mesdames, Messieurs, j’ai l’immense honneur de porter à votre connaissance que cette année, j’ai tenu mes bonnes résolutions.  Applaudissements, siouplait.

Première bonne résolution : perdre du poids.

J’ai perdu du poids.  Bon, ma balance est en chômage technique because plus de piles, mais je le sens, que j’ai perdu du poids.  Je le sais, rien qu’en regardant ma silhouette de rêve dans le miroir chaque matin.  J’ai commencé mon régime le 30 décembre, tant qu’à faire.  Zappé, le réveillon.  Zappé, le champagne de l’an neuf.  Seuls aliments autorisés : céréales et eau fraîche.

Seconde bonne résolution : faire des économies.

J’ai fait des économies.  Siiiiiiiiiiiii.  J’ai pas été aux soldes, cet événement surfait où des femmes hystériques, dont je ne fais pas partie, cela va de soi, s’arrachent des fins de série en se frappant à coups de sacs.  J’ai résisté à l’appel de ma carte de crédit.  Résisté à l’appel des étiquettes « - 70 % sur tout ».  J’ai résisté, j’ai prouvé à France Gall que j’existais.

Troisième bonne résolution : avoir plus de temps libre pour m’informer plus.

J’ai eu plus de temps libre ces derniers temps.  Et je me suis informée plus.  Les deux étant souvent liés.  Terminée, l’Anaïs qui ignore tout de ce qui se passe autour d’elle.  Moi, maintenant, je sais tout des inondations dans tel ou tel pays, des assassinats à l’étranger ou près de chez moi, de la crise économique et de la crise politique, de Senna qui trompe Amélie, le bougre.  Oui, maintenant, je maîtrise les bonnes nouvelles qui m’entourent.  Tout ça grâce aux trèèèèès longues journées de temps libre que je me suis octroyées, car on n’a que le bien qu’on se fait, ma bonne dame.

Et si je suis parvenue à tenir mes trois premières bonnes résolutions si facilement, c’est grâce au coaching, ce phénomène à la mode actuellement.  Ma coach m’a aidée à m’accrocher.  Ma coach est mon Dieu.  Ou plutôt ma Déesse.  Car ma coach, ben c’est la grippe…

Par contre, je me dois d’être honnête quant à ma quatrième bonne résolution : trouver l’amour, le grand, le vrai, le seul, l’unique.

Passque bon, j’ai pas trouvé l’amour, le grand, le vrai, le seul, l’unique.  Mais il me reste onze mois, alors, vous allez pas me saouler avec ça alors que la Saint-Valentin se profile à l’horizon, bande de sadiques (sanglots intenses et bruyants).  Et puis, j’allais tout de même pas lui filer ma grippe, à mon amour, le grand, le vrai, le seul, l’unique…

8
déc

L'horoscope décalé de vos fêtes, paru dans le 7mag de ce 5 décembre

 

11111117magdec 001.jpg

 

L’horoscope décalé d’Anaïs

Bélier
21 mars - 20 avril

Vous détestez les fêtes ?  Vous m’en voyez fort peu étonnée.  99,99999999999 % des gens haïssent les fêtes mais prétendent les adorer.  Cette année, assumez votre « hate-christmas attitude » et n’installez pas de sapin de Noël, n’invitez personne.  Qui sait, vous serez peut-être l’objet d’une invitation inattendue et surprenante, qui vous ravira.

Taureau
21 avril - 21 mai

Et si vous faisiez un truc fou en cette fin de décennie ?  Genre… euh, chais pas moi, partir réveillonner sur une île, par 30 degrés, maillot exigé, palmiers souhaités, repas en plein air vivement recommandé et amour à gogo.  Bon, l’amour est facultatif, y’a pas que les mariés heureux qui peuvent s’amuser, nom d’une alliance en platine.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

J'ai pris ma boule de cristal et je vois... je vois... je vois... qu'en cette période festive, vous allez être malade, gnark gnark.  Une grosse grippe, assortie d'une chtite bronchite et saupoudrée d'une joyeuse gastro.  Les fêtes, ça sera au lit.  Mais non je ne vous en veux pas, c'est pas moi qui le dis, c'est la boule de cristal.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Envoyez vos mômes à la gare.  Façon de parler hein, je voudrais pas qu'on me dénonce aux services sociaux.  Y'a bien des grands-parents ou une vieille marraine à disposition pour un des réveillons, non ?  Ben si.  Donc, envoyez vos mômes à la gare et sortez-lui le grand jeu : tenue affriolantes, plats aphrodisiaques et alcool à flot.  Le reste sera censuré.


Lion
24 juillet - 23 août

Votre sens de la famille vous fait adorer la tradition dinde foie gras champagne bûche avec un petit sapin en plastique messe de minuit cougnou, neige et gros dodo.  Organisez alors une grande fiesta pour toute la famille, en n'oubliant jamais que durant ce genre de grand rassemblement, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.  Sinon, gare aux règlements de comptes à OK Corral.


Vierge
24 août - 23 septembre

 En 2010, vous ferez la fiesta en version écolo.  A bas le foie gras, vive le comité de libération de la volaille.  Exit les cuisses de grenouilles, à vous l'association pour la survie des reinettes et congénères.  Ruez-vous sur le pâté et autres plats végétariens mais festifs.  Mais ne zappez pas les bulles, sans elles, c’est bien connu, la vie est nulle.

Balance
24 septembre - 23 octobre

Direction l'aéroport avec votre chéri, votre chérie ou votre best friend.  Montez dans le premier avion accessible.  Et place à l'aventure.  Attention, analysez les fuseaux horaires tout de même, ce serait bête que vous arriviez à 2 heures du mat... soit après les douze coups de minuit. Non ?


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Et quoi, Saint-Nicolas aurait le droit d’inviter père fouettard pour punir les vilains pas beau, mais pas vous ?  Mais si mais si.  Vos proches ont été méchants avec vous cette année ?  L’heure de la vengeance a sonné : ne leur offrez aucun cadeau.  Bien fait.  Na.  Ils l’ont pas volé.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Et si, pour changer, vous cessiez de vous la jouer « je mate mon nombril à longueur d’heure ».  Si, pour changer, vous zieutiez l’ombilic de votre prochain.  Plongez dans le bénévolat, distribuez des cadeaux aux enfants hospitalisés, servez des repas au réveillon, invitez votre voisine solitaire, peu importe, pourvu que votre nombril soit zappé pour une soirée.  Vous verrez, ça fait un bien fou.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

 Les boules de Noël vous filent des aigreurs d'estomac et les guirlandes vous étranglent au point d'en avoir la nausée ?  Optez pour une retraite, chais pas moi, à Maredsous ou auprès du Dalaï Lama, au choix.  Vous y comprendrez le sens de la vie, de l'amour, de la béatitude et de tous ces autres concepts passionnants et tellement étranges. 


Verseau
21 janvier - 19 février

Cette année, comme chaque année, vous fêterez le passage à l’an neuf devant Hibernatus (avec de Funès, aussi amusant qu’un réveillon avec bulles) ou l’Arbre de Noël (avec Bourvil, aussi triste qu’un réveillon sans bulles).  Une petite suggestion pour changer vos habitudes : offrez-vous Esprit de famille, avec Sarah Jessica Parker et Diane Lane, entre autres, je vous le garantis 100 % remboursé si insatisfait : amusant comme de Funès, émouvant comme Bourvil.


Poissons
20 février - 20 mars
Célibataire pour les fêtes ?  Bienvenue au club...  Rassemblez donc le plus de mecs pour le réveillon (y'a bien des frères d'amies, des cousins d'amies, voire des ex d'amies à disposition non ?) et mettez en pratique votre bonne résolution du 1er janvier : trouver enfin un homme, un vrai, pour 2011.

 

6
déc

Mon billet d'humeur du 7mag (paru le 5/12) : quand vous lirez ces lignes…

 

11111117magdec 002.jpg

 

Quand vous lirez ces lignes...

... je serai :

- sur une île déserte, doigts de pied en éventail, en train de siroter un cocktail dans une noix de coco trouée (tapez 1)

- sur la lune, en train de faire un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour l'humanité (tapez 2)

- au sommet de la Tour Eiffel, prête à sauter à l'élastique (tapez 3)

- à la mer du Nord, en train de manger des moules, passque c'est un mois en -bre (tapez 4)

- à Namur, en train de fêter mon anniversaire (tapez 5)

Ceux qui ont tapé 1, 2, 3 ou 4 me connaissent décidément bien mal.

Passque quand vous lirez ces lignes, je serai tout bêtement en train de fêter mon anniversaire (tapez 5, ça tombe bien, on est le 5).  Oui, je sais, c'est nul, tout le monde fait pareil, au moins une fois l'an, sauf  à être née un 29 février. 

Mais ce qui est encore plus nul, je vous le dis, c'est d'avoir son anniversaire en décembre.

Attention, sortez vos mouchoirs, Anaïs-Cosette va faire pleurer dans les chaumières en ce 5 décembre 2010.

Flash back.

Un mois de décembre comme les autres, au siècle dernier.  Anaïs est encore une enfant.

Le 5 décembre, elle se lève précipitamment pour découvrir tous les super cadeaux d'anniversaire que son papa et sa maman lui ont préparés.  Que du bonheur.  Elle passe une magnifique journée pleine de papiers froissés, de bougies à souffler et de gâteau à dévorer.

Le 6 décembre, elle se lève précipitamment pour découvrir tous les super cadeaux que Saint-Nicolas lui a apportés.  Que de la joie.  Sa journée est formidable, ses yeux pétillent du bonheur d'avoir reçu tant de jolies choses et son foie est déjà en compote d'abricot (gâteau de la veille + chocolats du jour = paaaaaas bieeeeeeeeen).

Le 25 décembre, elle se lève précipitamment pour découvrir tous les super cadeaux que Papa Noël a fait glisser pour elle dans la cheminée (enfin, qu'il a déposés au pied du radiateur quoi).  Ô félicité.  Et c'est reparti pour une journée pleine de jeux, de bûche, de dinde et autre joyeusetés propres à cette période.  D'ailleurs, le 24 décembre fut sans nul doute, lui aussi, rempli de bûche, dinde et coca (rappelez-vous, Anaïs est encore une gosse).

Le 31 décembre, elle ne se lève pas précipitamment.  Mais elle sait que le soir venu, ou le lendemain, en fonction des années, des tas de dringuelles tomberont dans son escarcelle.

Ensuite, le drame.

Janvier, le néant.

Février, le marasme.

Mars, l'absence.

Avril, à la rigueur, une chtite cloche de Pâques qui passe.

Mai, le désespoir.

Juin, l'effondrement.

Juillet, la sinistrose.

Août, la tragédie.

Septembre, la déprime.

Octobre, la récession.

Novembre, le vide intersidéral.

Puis, enfin, décembre, les cadeaux et sucreries jusqu'à écœurement total. 

Jamais contente l'Anaïs, je sais.

Rassurez-vous, depuis lors, Saint-Nicolas m'a oubliée, Papa Noël me tire la tronche et les dringuelles ont été rayées de ma vie.  Reste donc plus que le 5 décembre pour faire la fête, manger du gras, du sucré et recevoir plein plein de cadeaux.

Bon, il est quelle heure ?  Allez, zou, changement de programme, je vais voir s'il est encore temps pour le 1, le 2, le 3, ou le 4.  Après tout, on n'a pas tous les jours vingt (sic) ans ma bonne Dame.

 

8
nov

Eloge de la sieste (chronique parue dimanche dans le 7mag)

novembre 10 003.jpg

(Chronique parue avec l'horoscope décalé kamasoutresque dans le 7mag)

J’ai la chance inouïe de bosser à temps partiel.  Je vous vois d’ici baver de jalousie comme un escargot namurois sur sa feuille de pissenlit.

Chance inouïe car rares sont ceux qui peuvent jouir d’un tel luxe, j’en ai conscience.  Aaaah, keske je me la pète grave.  Non mais, plus sérieusement, vous trouvez ça humain, vous de devoir se lever, cinq jours par semaine (voir six si affinités) avant même que les poules aient ouvert le premier œil, de trimer toute la sainte journée pour ensuite rentrer chez soi, après que les poules soient rentrées à l’abri des renards, pour s’avachir lamentablement sur le canapé avec l’envie de dormir et rien d’autre ?  Tout ça durant quarante ans au bas mot, pour un salaire de misère, une pension qu’on n’aura pas, et que de toute façon si on l’a, la pension, on sera ravagés bien avant par toutes ces maladies qui rodent en attente d’une proie à décimer rapido presto.  Oui, bon, je sais, je vous décris la vie de Cosette ou de la Petite marchande d’allumettes, je noircis un peu le tableau, mais tout de même, j’ai pas totalement tort… Si ?

J’y ai réfléchi des heures durant (fastoche, j’ai tout le temps de réfléchir, vu mon horaire), et j’ai trouvé des solutions pour que le farniente devienne un art de vivre au quotidien.

D’abord, faudrait instaurer l’interdiction de bosser quand il fait trop chaud.  Trop mauvais pour le cœur et les artères.  Au-delà de 22 degrés, y’a mieux à faire que de s’enfermer dans un bureau, non ?  Surtout si le soleil est de la partie.  Dans ce cas, on travaille plus, on profite de l’existence.  Dès 22 degrés donc, farniente, transat et cocktails à gogo.

Ensuite, il est indispensable d’interdire à tout citoyen de travailler en-dessous de 10 degrés.  C’est mauvais pour les bronches, le cœur et les artères, de sortir de chez soi par grand froid. Puis faut éviter de glisser sur le verglas ou de s’embourber dans les congères.  Dès moins de 10 degrés donc, canapé, feu de bois et siestes à gogo.

Mais ce n’est pas tout.  Ah ben non ! Vous pensez pas que je vais me contenter de cela…

Les horaires en fonction de la météo, c’est un premier pas, mais il en existe un second : les horaires en fonction de la luminosité.

En premier lieu, dès que le soleil pointe le bout de son nez, je déclare que le travailleur a le droit de quitter son poste pour en profiter pleinement.  Et si Monsieur Météo annonce plus de trois heures d’ensoleillement sur la journée, on zappe carrément le travail, tant qu’à faire.  Y pleut suffisamment en Belgique pour qu’on doive impérativement profiter de la moindre petite visite de notre astre préféré.

Je préconise en second lieu de ne plus devoir se lever avant notre soleil chéri.  Et de ne plus devoir quitter le turbin alors qu’il s’est déjà couché. Tout être humain a besoin de sa dose de mélatonine, qu’il obtiendra en prenant un bon bol d’air en pleine journée, il y va de sa survie morale.  En hiver donc, fini le réveil à 6 ou 7 heures du mat et les journées qui se prolongent jusque 18 heures.  Il est temps pour nos boss d’être un peu plus humains, que diable.

Enfin, last but not least, étant donné que tout travailleur a besoin de profiter de longues soirées d’été sans penser au réveil qui va sonner et que rien que d’y penser la soirée est gâchée, je déclare que, durant les journées les plus longues, nous pourrons nous lever lorsque notre organisme se sentira prêt, afin de jouir des barbecues et autres réjouissances sans l’angoisse du lendemain.

Toutes ces réformes mises l’une dans l’autre, je vous promets que ça va être que du bonheur… Vive la semaine des … euh… dix heures ?  Huit ?  Cinq ?

Aaaaah, kesk’on va pouvoir en faire des siestes avec la réforme des horaires de travail made by Anaïs. 

Et si l’envie vous prend, vous aussi, de vous offrir, outre les siestes classiques, une petite sieste crapuleuse… filez lire votre horoscope kamasoutresque décalé paru hier…  

 

7
nov

l'horoscope "kamasoutresque" décalé du 7mag (kamasutra humour)

Chers petits lecteurs curieux et avides de kamasutra du 7mag, comme promis, rien que pour vous, les positions illustrées...

Bélier
21 mars - 20 avril

C’est pas passque vous vous ennuyez comme les feuilles sur les arbres qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  La position de « la bête à deux têtes » convient parfaitement à votre caractère fonceur.  Attention cependant, elle comporte certains dangers, alors la prudence s’impose, si vous voulez éviter de subir ensuite par la position du kinésithérapeute.

 

bete.jpg

 


Taureau
21 avril - 21 mai

C’est pas passque ça caille qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Vous en avez marre de l’amour vache ?  Tentez la position du « cerf en rut », parfaite pour tout chasseur ou toute chasseresse (ça se dit, ça ?) qui s’ignore.  Et nul besoin de bramer, même si c’est de saison. Vachement génial non ?

 

cerf.jpg


Gémeaux
22 mai - 21 juin

C’est pas passque la déprime approche qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Célibataire ?  Argh, pourquoi me faites-vous ça ?  J’ai rien à proposer pour le célibat, moi, du coup, ce mois-ci.  Attendez, je réfléchis, je réfléchis.  Tic-tac, tic-tac, tic-tac.  Je réfléchis je réfléchis.  Euh, tapez « kamasutra pour célibataire » dans Google, 109000 résultats, vous devriez y trouver votre bonheur.


Cancer
22 juin - 23 juillet

C’est pas passque vous claquez des dents dans votre salle de bains qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Mettez le chauffage à fond, allongez-vous sur la carpette pleine de cheveux et de pellicules et allez-y à fond sur la position du « crabe ».  Et si vous en pincez à donf pour votre partenaire, c’est encore mieux (vous en pincez aussi pour mon humour fou, j’espère).

crabe.jpg
Lion
24 juillet - 23 août

C’est pas passque les feuilles tombent qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Faites donc tomber vos fringues et laissez naître la lionne qui sommeille en vous, en adoptant la position du « tigre ».  Vous allez rugir de plaisir.  Ensuite, zappez sur la position de la « lionne », tant qu’à faire. Et comme on a toujours faim après l’amour, prévoyez la friandise du même nom pour satisfaire vos appétits, la boucle féline sera ainsi bouclée.

 

tigre.jpg

lionne.jpg


Vierge
24 août - 23 septembre

C’est pas passque les frimas sont de sortie qu’il faut bouder les plaisirs de la chaire.  J’ai bien dit la chaire, avec E, ne faites pas semblant de confondre.  Point de position pour vous, que nenni, c’est dimanche et il est temps pour vous d’assumer pleinement votre virgin attitude.  Allez, zou, à la messe.  Et si le curé est le fils de Prat Bitt et d’Antonio Banderapas, tant pis pour vous.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

C’est pas passque c’est l’automne qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Et si vous testiez la position éponyme (ce qui me permet de placer un mot hypeeeer complexe, yessss).  Attention, un bon équilibre est nécessaire, sinon la chute est assurée.  Si vous avez plus de 40 ans, optez pour « la belle endormie » ou « le transat », parfaites pour votre grand âge.

 

belleendormie.jpg

transat.jpg


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

C’est pas passqu’on est en novembre qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  D’ailleurs est-il besoin de vous le répéter, vous êtes scorpion et votre appétit est féroce.  Alors, à vous la variété gourmande : « l’huître » (avec jus de citron), « la langue de chat » (en réalité langue au chat, mais qu’importe), « la pieuvre » (ben quoi, vous aimez pas les calamars frits ?) et en guise de dessert, « l’épicurien ».

 

huitre.jpg

 

languechat.jpg

 

pieuvre.jpg

epicurien.jpg


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

C’est pas passque Cupidon hiverne qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Vous rêvez qu’il vienne planter sa grande flèche en vous, comme le centaure bien bâti qu’il est ?  La position du « bambou » est faite pour vous, mais attention, oubliez-là si vous n’êtes pas championne olympique.  Je vous aurai prévenue, venez pas vous plaindre ensuite…

 

bambou.jpg


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

C’est pas passqu’il fait 12 degrés sous votre couette qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  La déprime saisonnière vous guette et vous avez besoin de rire, alors la position de « la cravate de notaire » est faite pour vous.  Rien que son nom, à mourir de rire non ? tout un programme, qui prouvera que les professions libérales peuvent aussi être très coquines.

 

cravate.jpg


Verseau
21 janvier - 19 février

C’est pas passque les petits oiseaux meurent de faim et de soif à l’approche de l’hiver qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Donnez leur tout d’abord de l’eau et des graines, puis inspirez-vous d’eux avec la position de « la pie », que vous pourrez emporter partout avec vous (évitez les lieux publics, c’est interdit par la loi).  Je vous le dis, c’est le bonheur.

 

pie.jpg


Poissons
20 février - 20 mars
C’est pas passque la neige menace qu’il faut bouder les plaisirs de la chair.  Je vous conseille cependant la position de « l’anguille glissante » (cherchez pas sur le net, c’est une invention made by Anaïs, jolie non ?), qui est symbolisée par l’expression « courage, fuyons », position bien utile pour échapper aux prétendants collants à souhait qui vous donne autant envie de tester le kamasutra que de manger des choux de Bruxelles arrosés de jus d’épinards.  Bon débarras.

(dessins issu de http://couple.notrefamille.com)

 

novembre 10 001.jpg