8
jui

Les humeurs d’Anaïs (18)

bus2Note pour les français, le TEC, ça veut dire « transports en commun ». Vous avez compris ça, vous avez tout compris…

Le TEC nous prend pour des nouilles !

Je roule en Mercedes avec chauffeur : le TEC.

Le TEC a du temps à perdre ma parole. Après avoir réalisé, sans aucun doute, une étude approfondie sur les habitudes des voyageurs, le TEC a semble-t-il perçu une angoisse persistante que la majorité des usagers semble ressentir : « où dois-je me mettre pour monter dans le bus sans avoir à faire un pas de côté ? »

bus2Abracadabri abracadabra : demandez et vous recevrez !

Vous avez vu ce gros point de plastique jaune au sol, là, qui vous nargue ? Et bien ce point signifie « oh toi usager adoré, c’est ici que tu dois poser tes deux pieds, bien parallèles, histoire de monter facilement dans ton bus préféré ». bus2

Je me marre ! A croire qu’un gros panneau jaune ainsi qu’une inscription BUS sur le bitume ne suffisait pas à faire comprendre aux « bêtes » usagers que c’était bel et bien un arrêt de bus…

Heureusement que les nouilles que nous sommes ne prenons pas les mémos du TEC pour parole d’évangile ! Imaginez, sinon, les dizaines de voyageurs se bousculant, vociférant, se giflant afin d’avoir les pieds sur le rond jaune miracle !

bus2A vue de nez, chaque ligne de bus doit comprendre au bas mot 20 arrêts, soit 40 pour un aller-retour, à multiplier par le nombre de lignes… je vous laisse faire le compte du travail de titan qu’a représenté la pose de ces points aussi inutiles que ridicules.

Je plains de tout mon cœur les chauffeurs qui ont sans doute dû subir un entraînement hyper intensif afin de parvenir à stopper leur mastodonte de plusieurs tonnes pile devant un minuscule rond jaune, qu’ils ne voient d’ailleurs sans doute pas lorsqu’ils sont au volant. Mais j’imagine que les bus sont dorénavant équipés d’un « GPS chercheur de point jaune ».

Moi je dis qu’ils feraient mieux de faire des études sur comment réadapter les horaires en fonction de la circulation en heures de pointe ou sur comment faire entrer 150 personnes dans un bus qui ne peut en contenir que 50 !18

1
jui

Les humeurs d’Anaïs (17)

C’est trop injuste

Tout à l’heure j’ai croisé un charmant petit jeune homme, brun ténébreux, mignon, yeux foncés qui perturbent les chastes jeunes filles, un zeste de séduction, et … jeune, mais jeune. A la limite du détournement de mineur.

J’ai alors réalisé l’injustice de notre condition, nous, les femmes.

Car s’il est une inégalité qui n’est (selon moi) toujours pas comblée, et absolument pas prête à l’être, c’est cette faculté qu’a la société d’accepter facilement une différence d’âge homme-femme lorsque l’homme est plus âgé, et de la trouver révoltante dans le cas inverse, au point parfois de crier au scandale.

Chaque matin, au sortir de ma douche, je me regarde dans ma glace et c’est la même ritournelle : je suis une femme.

Et chaque matin, je vieillis d’un jour, et je vois s’éloigner de moi les possibilités de m’offrir un jeunôt en casse-croûte. C’est toujours politiquement incorrect, il me faut l’accepter.

Non que ça me tente spécialement, les petits jeunes ne faisant pas partie de mon fantasme, mais simplement, savoir que c’est possible suffirait à mon bonheur. Du style quand j’ai du chocolat plein les armoires je n’ai pas faim mais ça rassure, il est juste là au cas où, tandis que si l’armoire est vide, je ne pense qu’à ça, ça devient une obsession, manger une tablette de chocolat, question de vie ou de mort (et les petits jeunes en ont, des tablettes de chocolat, aaargh).

Et chaque année, vu que je vieillis d’un an (quel sens de la réflexion, Anaïs), donc chaque année voit s’éloigner de moi des dizaines, ou peut-être des dizaines de milliers, de spécimens mâles plus jeunes que moi, faisant partie de la caste des intouchables.

Le temps presse, presse, presse…


Et un dessin de Cyberbv pour illustrer mon état … http://cyberbv.canalblog.com/blues1717bis17ter

24
jui

Les humeurs d’Anaïs

Pas d'humeurs d'Anaïs ce dimanche... Je vais enfin pouvoir faire la grasse matinée... J'y retourne de ce pas, bon dimanche à tous. Merci Mako pour ce dessin...Hors_service_webpt

17
jui

Les humeurs d’Anaïs (16)

Ben Anaïs elle est de mauvaise humeur, passque son billet dominical, il ressemble à rien. Zont dû être chamboulés par les élections, là-bas, à la rédaction… Elle est d’autant plus de mauvaise humeur, Anaïs, que ce billet, elle y tenait beaucoup, car il parle de sa petite ville chérie qu’elle aime tant. Alors bon, Anaïs, elle va pas en faire un fromage, elle va vous restituer le billet dans sa version originale, et voilà voilà. Warning : c’est un billet typiquement namurois, que, peut-être, seuls les vrais namurois comprendront…

Oh ville cruelle

« On ne dit jamais adieu à son enfance, on n’arrête pas de courir après en agitant des mouchoirs ».

Ma ville me vole mon enfance.

Petit à petit.

Inexorablement.

Mon Coffee shop, lieu sacré voué à la dégustation de milk-shakes durant toute mon adolescence : disparu.

Ma carterie, où je trouvais profusion de gommes odorantes, de stylos billes rigolos et de carnets secrets top secrets : déménagée.

Ma boucherie, spécialiste de l’américain préparé (meilleur vous ne trouverez jamais ailleurs) : fermée.

Mon cinéma Caméo, qui m’a offert ET, la Boum, Top Gun, et j’en passe : volet baissé.

Ma passerelle en hauteur, pour aller de l’Inno à … l’Inno : explosée.

Mon Carestel et son infecte bouchée à la reine du dimanche : volatilisé (volaille-tilisé ?).

Mon grognon, parking géant tant usité durant les shoppings du samedi : troué (et actuellement rebouché, mais quand sera-t-il enfin VA-LO-RI-SE ?).

Mon téléférique et ses petits œufs rouges et jaunes qui montaient et descendaient tout l’été : démonté.

Mon hôtel de ville jambois, si joli, symbole de tant de souvenirs pour moi, écrasé par la Région Wallonne.

Mes escargots (et leur fontaine), lieu de rendez-vous inévitable de tout namurois qui se respecte, envolés. Remplacés par d’autres, somme toute jolis, mais qui ne seront jamais les escargots de mon enfance. Ceux-là sont rangés au chaud quelque part en attendant, m’a-t-on dit à la ville, quand j’ai proposé de les adopter. En attendant quoi ? J’attends toujours ! Je réitère dès lors ma proposition : j’accepte de les adopter, les soigner, les aimer, jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Ma ville me vole mon enfance, mais les souvenirs restent intacts, et l’amour que je lui porte grandit au fil des ans (waw je m’émeus tellement je suis émouvante…). Et puis, il faut vivre avec son temps, ma bonne Dame !

Namur, je t’ééééééééme.

Cadeaux bonux ce dimanche, quelques infos supplémentaires offertes par 7dimanche, elle est pas belle la vie ?

Elle veut s’habiller fashion sans être victime de la mode.Elle juge vite mais exige qu’on prenne le temps de la connaître.Elle se trouve trop grosse mais ne s’alimente que de lasagnes Farniente.Elle a toujours une chanson en tête, même quand elle est mal dans ses baskets.Elle adore le lapin dans son assiette, mais en subit régulièrement avec ses hommes.Elle a l’œil critique et pratique l’autodérision.Elle catalogue tout qui croise son chemin mais refuse qu’on la juge.Elle a des rides et du bide, mais elle rêve qu’on la trouve belle.Elle pousse des colères monstrueuses mais peut parfois être si peureuse.
16

10
jui

Les humeurs d’Anaïs (15)

Petits, petits, petits

Non je ne nourris pas les poussins. Je me plonge dans ma bible du jeudi (le Ciné Revue), et j’y découvre une photo de Tom et Katie. Le photographe a-t-il penché son appareil, ou le nez de Tom Cruise arrive-t-il entre les seins de Katie Holmes à cause de sa petitesse ? Moi qui croyais qu’il avait troqué sa grande blonde pour une petite brune ! Au lieu de tenter de convaincre sa nouvelle épouse d’aimer la scientologie, il ferait bien de lui interdire de porter des talons.

Ah, on a beau dire, il a une belle petite gueule d’amour (quoique je préfère les médecins, Docteur Mamour, Docteur House, Docteur Green -qui va ressusciter je le tiens de source sûre - Docteur Ross, doit y avoir un sens caché, non, Docteur Psy ?), mais moi je l’appelle le nabot. Un nabot vaniteux en plus. Il est loin le temps de Top Gun où je ressentais mon premier pincement au cœur pour un acteur (je me demande même si c’était pas ma toute première sortie cinéma entre copines, sans les parents, ah quééé souvenir).

Tout ça pour dire qu’un mec plus petit que sa copine, ça ne donne quand même pas un joli couple. Attention, moi je dis que l’amour est plus fort que la différence, mais bon, tout de même, c’est pas très joli joli. Faut au moins être de la même taille. C’est plus harmonieux. Et si le mossieur est plus grand, c’est encore plus mieux, plus beau, plus sentiment de protection rapprochée. Enfin tout ça n’est qu’apparence, car y’a des grands dadais et des petits machos. Des grands d’une banalité banalement banale et des petits craquants dont on ferait son quatre heures. Mais tout de même, des grands bras qui vous enserrent, une grande carcasse contre laquelle se blottir, une grande gueule … ah non pas une grande gueule, et une grande …@£%** !!!!! (censuré), ah non ne me parlez pas de malheur, tout mais pas ça. Bon réflexion faite, où sont les petits ?

Et puis, comme on me l’a dit récemment « Anaïs, à ton âge, on ne fait plus la fine bouche ! ».
15