22
jui

Votre "songoscope" paru dans 7mag

Le « songoscope » décalé d’Anaïs

 

Bélier
21 mars - 20 avril

Allongez-vous, si possible en charmante compagnie et laissez-vous bercer par la suavité de Je t’aime moi non plus made by Serge Gainsbourg et Jane Birkin.  Si ce qui suit est classé X, tant mieux pour vous, on n’a que le bien qu’on se fait ma bonne Dame.


Taureau
21 avril - 21 mai

Plutôt envie de rester dans le virtuel ?  Goodbye Marylou, susurrée par Michel Polnareff, vous conviendra parfaitement.  A vous de voir ensuite si ces paroles vous tentent pour une rencontre réelle, et plus si affinités.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Votre candeur n’a d’égale que votre attirance pour les friandises. Ecoutez donc Les sucettes, chanté par France Gall, aussi candide que vous à l’époque, et tentez d’en découvrir le sens caché.  A vous de voir ensuite, parmi les deux sens de cette friandise, lequel vous choisirez.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Besoin de vous déhancher à l’approche de l’été ?  La lambada de Kaoma est faite pour vous.  Peu importe les paroles, ici c’est le pas de danse langoureux qui va vous entraîner dans un tourbillon de bonheur et de chaleur.


Lion
24 juillet - 23 août

Pour vous, la gourmandise n’est pas un vilain défaut, que du contraire.  Ruez-vous sur Banana split de Lio.  Cet air enfantin, si vous l’écoutez bien, se révélera bien mutin.  Profitez de ce dessert si sucré et si… enfin vous voyez quoi.


Vierge
24 août - 23 septembre

Vous êtes seule et pour vous ce n’est pas extra.  Ecoutez donc C’est extra de Léo Ferré.  L’histoire de cette femme décrite à la manière d’un bateau ne pourra que vous entraîner sur les flots de la romance à laquelle vous aspirez.  Amen.

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Entre le 69 et la brouette espagnole, votre cœur balance (je sais, elle est facile).  Ruez-vous sur votre homme et lancez Pour le plaisir d’Herbert Léonard.  Démodée ?  Mais non.  Et puis, peu importe la chanson, pourvu qu’on ait (enfin que vous ayez) l’orgasme.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

Combien d’années d’abstinence déjà ?  Combien ?  Oups, il est temps de vous ressaisir.  A force d’écouter Tous les garçons et les filles, vous allez finir par vous encroûter, comme le pâté.  Puisse cette chanson de Françoise Hardy vous rendre un tantinet plus… hardie.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

Incorrigible romantique va.  Vous écoutez en boucle Savoir aimer, pour vous convaincre que vous en êtes capable.  Et si vous cessiez de tenter de savoir pour tout simplement passer à l’acte, et aimer.  Bonheur assuré.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Vous aimez vous la jouer ingénue.  Like a virgin de Madonna est faite pour vous.  Traduisez et décryptez les paroles, vous comprendrez que sous ce titre qui clache se cache un brin de romance.  Vous ne connaissez pas l’anglais ?  Ben achetez-vous un dictionnaire.


Verseau
21 janvier - 19 février

Une petite vague de nostalgie vous assaille et vous écoutez, Fais-moi l’amour comme à seize ans de Marie Laforêt.  Ça vous aidera à vous persuader que non, oh non, vos seize ans ne sont pas loin.  Ils sont là, tout près tout près, il vous suffit de vous retourner.


Poissons
20 février - 20 mars
Sans mauvais jeu de mots, sus à Etienne, Etienne de Guesh Paty.  Sensuelle et claire et nette, cette chanson se passe de commentaires.  Alors, ne commentez pas, savourez l’instant, la musique et ses conséquences.

10
jui

Je n’aime pas les grosses (chronique parue dans le 7mag)

Beaucoup de femmes adorent les grosses, je sais.  Ben moi, pas.  Je suis peut-être anormale, mais c’est ainsi.

Car personnellement, je n’ai jamais compris l’assimilation que font les gens (surtout les hommes, mais aussi les femmes vénales, dont je ne fais bien sûr pas partie, vous en doutiez ?) entre grosse voiture et puissance.  Dans tous les sens du terme s’entend.  Comme si plus le nombre de chevaux et le prestige du véhicule étaient importants, plus l’homme l’était aussi, important. 

Bon, of course, une voiture, c’est pratique.  Une jolie voiture, c’est sympa.  Une voiture équipée de tout le confort, genre air co, musique, chauffage, c’est agréable, on va pas se voiler la face.  Mais pour moi, ça s’arrête là.  Tant que ça roule, que ça ne tombe pas en panne à tout bout de champ et que ça m’emmène là où je veux, je suis déjà contente.  Et à choisir entre un homme sympa, drôle et gentil avec une moche Lada (pléonasme), si ça existe encore, ces voitures inspirées tout droit des dessins d’enfants et un homme bof bof bof avec une grosse tuture, je prends le premier.  Siiiii, je vous jure.  Par contre, s’il est sympa, drôle et gentil avec une grosse tuture, ben tant qu’à faire hein, autant avoir tout le package.  Mais pas une tuture qui en jette (et qui rime avec « je me la pète »), car franchement, la frime au volant, très peu pour moi.  Ça me rappelle un rendez-vous galant que j’avais eu, où le monsieur, même pas charmant, était venu me chercher dans une Porsche rouge.  Je vous jure.  La honte intersidérale pour moi, je vous l’assure.  En plus, pour la petite histoire, la classe du Monsieur n’égalait pas celle de son véhicule, mais soit.

D’autre part y’a un truc qui m'horripile au plus haut point en ce moment, ce sont les gens qui roulent en 4/4 pour aller chercher leur pain à cent mètres, en pleine ville.  Ridicule.  Comme si on avait besoin d’un 4/4 à Namur, allons allons.  Juste pour le snobisme, l’égo ou que sais-je d’autre.  Sans doute car avoir un énorme engin est, pour les hommes, synonyme d’avoir un énorme engin (l’autre engin, si vous voyez ce que je veux dire).  Ben moi je préfère les petits engins, qu’on se le dise.  Et je l’ai déjà dit dans le titre.  

Par contre, là où mon avis est nettement moins tranché, c’est au sujet des voitures de plein air.  Les décapotables.  Les cabriolets.  Il fut un temps lointain où, à Namur, on voyait en stationnement une jolie petite Coccinelle noire décapotable. Mon rêve.  Meugnonne tout plein, la petite.  Meugnonne mais pas frimeuse, ceci expliquant sans doute cela.  Clair que la sensation de l’air sur le visage, en plein été, c’est grisant à souhait.  Et pour avoir profité, un beau soir d’été plein de ciel bleu et d’oiseaux dans le ciel, d’une virée campagnarde à bord d’un cabriolet, en charmante compagnie masculine, je peux vous dire que ce type de voiture rend tout homme beau.  Séduisant. Craquant.  L’ivresse de l’oxygène, sans doute.  Ou l’ivresse de la vitesse.  Ou l’ivresse des bulles avalées avant la virée, je ne sais plus trop.    Oh oui, les décapotables sont des aimants à filles, qu’on se le dise.

La conclusion de ma réflexion (qui a dit « divagation Anaïs, pas réflexion », que je le baffe) : je ne craque absolument pas pour les grosses…  mais si elles aiment la vie au grand air, à bien y réfléchir, je ne dirais pas non.

A bon entendeur…

20
mai

Les bonheurs du jour dans mon jardin tranquille... (chronique parue dans le 7mag)

J'ai un jardin tranquille.  Enfin une terrasse, mais jardin, ça sonne bien (et ça fait des rimes).  Alors, j'ai un jardin tranquille.

Tranquille... ?

Pas toujours.

Tranquille, sauf quand une nuée d'abeilles en folie décide de s'installer dans mon nouveau HLM pour insectes.  Et l'invasion est telle que je décide de le déménager.  Mais les abeilles, ben c'est bête, passqu'elles continuent à chercher leur HLM à son ancien emplacement.  J'en ai même une qui rôde sans cesse, faisant des va-et-vient permanents et des bzzzzz bzzzzz à n'en plus finir.  Nerveuse, qu'elle est.  Alors je rapporte le HLM, j'attends qu'elle s'y installe, puis je le déménage à nouveau au fond, avec la miss Maya inside.  Sauf que la miss ressort, vu qu'apparemment ça se passe comme ça, un déménagement en HLM pour insectes, à grands coups d'allers-retours entre le nouveau domicile et un endroit inconnu.  Doivent avoir beaucoup de mobiliers, les abeilles.  Et comme j'ai bougé son logement, avec elle inside, quand elle repart puis revient, elle a pas le sens de l'orientation, elle repart à l'ancien endroit, et recommence ses bzzzzzz bzzzzzz.  J'abandonne la lutte, elle a qu'à prendre une carte et retrouver son logement.  Mais je me culpabilise, passque ben moi, si je rentrais un jour et que mon logement avait migré à 200 mètres, pas sûre que je le retrouverais...  

Tranquille, sauf quand un chtit gaminou se met à appeler son paternel, d'abord tout doucement, puis de plus en plus fort, de façon incessante, de façon aigue (dingue comme les jeunes enfants ont une voix criarde), de façon répétée, genre à plus de 100 db.  Moi quand j'étais môme, on m'avait appris, si j'avais quelque chose à dire, à me rendre auprès de l'adulte, et pas à hurler comme un goret prêt à être égorgé.  Il hurle tant que j'en viens à me demander s'il s'est pas tranché le pied avec un sécateur, des fois que mon manque de réaction serait assimilé à de la non-assistance à personne en danger.  Finalement, les cris se tarrissent, le paternel apparaît, en même temps que le silence...  

Tranquille, sauf quand une famille d'oiseaux raconte sa vie durant tout l'après-midi.  Dingue que de tels cris stridents puissent sortir de si petits corps, non ?  Et dingue, tout ce qu'ils ont à se raconter, ces volatiles.  Parfois, le ton monte, ça crie à qui mieux mieux, puis ça se poursuit dans les branchages, puis ça se tait pour mieux reprendre son souffle et piailler encore et encore...  

Tranquille, sauf quand un avion joue au con.  Je ne le vois pas, mais je l'entends.  Le bruit s'intensifie, au point qu'on le dirait prêt à tomber.  Ma phobie des zoizeaux de métal s'étend même sur le plancher des vaches...  Et ça dure et ça dure, toujours sans que je le voie.  Ça me fout une trouille de malade.  Parfois, ce n'est pas un gros avion, mais un tout chtit, genre touristique, et ça j'aime, son bourdonnement me rappelle les étés de mon enfance...  

Tranquille, sauf quand la musique envahit les jardins.  Si j'aime, j'aime.  Mais si j'aime pas, ben j'aime pas.  Et vu qu'en matière de musique, tous les goûts sont dans la nature, pas facile de toujours aimer ce que le voisinage inflige.  Et vive les boules Quiès.   

Tranquille, sauf lorsque les tondeuses se mettent au taf.  Etonnamment, voilà une briseuse de tranquillité que j'aime d'amour, passqu'avec elle vient ensuite l'odeur de l'herbe coupée.  Et ça, c'est du bonheur à l'état pur, ma bonne Dame. 

Tranquille ?

Oui, tranquille, malgré quelques tout petits riquiquis inconvénients quoi.  Et le jour où ces inconvénients me sembleront insurmontables, ben j'irai sur mon île déserte, tiens.

 

Et dans mon jardin tranquille, j'ai repéré deux bonheurs du jour :

Une fleur de nénuphar, après trois ans d'absence because le gel qui avait tué le prédécesseur... le petit nouveau, deux ans au compteur, m'offre ce joli cadeau.

Copie de Photo 129.jpg

Copie de Photo 130.jpg

Une future petite dégustation de fraises...

Copie de Photo 131.jpg

21
mar

Ma chronique parue dans 7 mag début de ce mois

Adieu février, je t'aimais tant...

J'adoooore le mois de février ! Pas vous ?

Oui, bon, on est en mars.  Mais début mars.  Donc quasi fin février.  Et j’aime me retourner vers mon passé, moi.

Donc, j’adoooore février.

Passque février est le mois de tous les possibles.

En février, les jours rallongent de façon extraordinaire.  Si, si, extraordinaire. Et visible. On abandonne petit à petit les bougies symboles de cocooning hivernal pour savourer le fait de quitter le bureau à pas d'heure sans qu'il fasse noir comme dans un four mal nettoyé (et comme dans un four bien nettoyé aussi, tant qu'à faire).

En février, ça sent bon le printemps.  Oui, bon, parfois il gèle.  Parfois, il neige.  Parfois, il vente.  Mais on s'en fout, car le printemps va arriver la belle saison (ça donne envie de chanter, non ?), il est dans l'air, il est dans l'humeur. Jamais il ne manque à l'appel (pas comme les mecs romantiques, qui, eux, manquent à la pelle).  Le voici le voilà, il arrive à grands pas.  Vous voyez comme ça me ravit... j'en fais même des rimes !

En février, les nouvelles collections envahissent les magasins.  Adieu les couleurs ternes et déprimantes.  Bonjour les roses, les jaunes, les blancs, les oranges, les décolletés, les manches courtes, les maillots, les cocktails en bord de piscine, les 30 degrés à l'ombre et les gentils organisateurs tablettedechocolatés à souhait... oups, je m'emballe.

En février, le soleil sort petit à petit (c'est pas trop tôt, fainéant va) de son hibernation.  Tenez, pas plus tard que l'autre jeudi, j'étais affalée en terrasse, en plein centre ville, à savourer de bons petits plats en charmante compagnie.  Si c'est pas ça le bonheur, je vous le demande, keske c'est ?  Bien sûr, faisait frisquet.  Bien sûr, on a gardé nos manteaux.  Mais c'est pour moi le comble du bien-être que de manger dehors, en compagnie du soleil, alors que statistiquement, c'est pas gagné.  Manger en terrasse en juillet, banal.  Manger en terrasse en février, orgasmique.

En février, les bourgeons commencent à faire leur apparition.  Les oiseaux chantent plus que d'habitude.  Les matins ne sentent plus la même odeur qu'en janvier.  Les soirs non plus d'ailleurs.  Et quand, parfois, l'hiver nous refait un petit coucou, ben on l'accueille avec d'autant plus de plaisir qu'on sait qu'il repart tout bientôt.  Tchu, ça me rendrait presque romantique, tout ça... d'autant que février est le mois de la saint-... euh, non, sujet qui peut fâcher, seul bémol de ce mois béni, tout bien réfléchi.

Et puis, last but not least, nec plus ultra, summum du summum, bonheur parmi les bonheurs, joie parmi les joies, en février, y'a que 28 jours.  28.  Oui, bon, 29 les années bisextiles, mais on s'en fout non ?  Donc 28, la plupart du temps.  28 jours donc, hormis les week-ends, à bosser... tout en étant payée comme les mois normaux, soit 30 jours avec de la chance, 31 jours la plupart du temps (7 mois tout de même, contre 4 mois seulement à 30 jours, cherchez l'erreur).  Voilà donc le meilleur mois de l'année, celui de toutes les folies financières, celui où on peut claquer un salaire énooooooorme en 28 petits minuscules jours.

Alors, elle est pas belle la vie ?

18
mar

L’horoscope décalé d’Anaïs paru dans le 7mag de mars

 

Passqu'à l’approche du printemps, les petits oiseaux chantent dans les culottes... je vous ai réservé un "érotoscope de la maison" dont vous me direz des nouvelles... à lire et à vivre à deux, cela va de soi, voire plus si affinités.

 

Bélier
21 mars - 20 avril

N'allez pas trop loin.  Contentez-vous du hall d'entrée, de son côté "sexe rapide et un tantinet bestial" et de son air de "vite fait bien fait".  Parfois, l'empressement, c'est totalement excitant.  Si votre porte d'entrée est vitrée, évitez cependant de vous exposer, l'exhibitionnisme, c'est pas trop trop légal, je pense.

 

Taureau
21 avril - 21 mai

Foncez vers la cuisine, elle regorge de possibilités diverses et variées.  Vous voyez où je veux en venir ?  Non ?  Bon.  Le plan de travail.  Les chaises.  La table.  Inconfortables, trouvez-vous ?  Pfff, rabat-joie.  J'ai dit foncez, alors foncez, vous argumenterez ensuite.


Gémeaux
22 mai - 21 juin

Pour les gémeaux en recherche de cocooning ou les taureaux vraiment trop douillet, le salon et son canapé moelleux feront l’affaire.  Pas super original, mais tellement confortable.  Et puis emportez votre horoscope kamasoutresque de l'autre mois, il pourra apporter la touche de complexité qui manquait.  Cocooning d’accord, mais acrobatique.


Cancer
22 juin - 23 juillet

Pour prendre possession de la terrasse, même si le jeu en vaut la chandelle, il vous faudra attendre une journée bien chaude et vous assurer que personne ne peut vous voir.  Ou du moins, presque personne, car ce petit côté "et si quelqu'un nous surprenait" n'a rien pour vous déplaire, avouez...


Lion
24 juillet - 23 août

Direction la salle de bains.  Plongez dans un bain moussant rempli à ras bord.  Bon, je sais, c'est inconfortable, ça glisse, c'est étroit et tout et tout, mais c'est si romantique... Souvenez-vous, Pretty Woman, la scène de la baignoire, ses longues jambes de deux mètres, i-nou-bli-a-ble.  Et puis vous pouvez terminer votre soirée sur la carpette moelleuse ou dans votre lit douillet...


Vierge
24 août - 23 septembre

Envahissez la chambre.  Meuh non c'est pas classique.  J'ai pas dit pyjama flanelle lumières éteintes et position du missionnaire, que je sache.  Et puis dans une chambre, y'a pas qu'un lit... y'a les rideaux auxquels grimper, le lustre auquel s'accrocher.  Allez quoi, un peu d'imagination !

 

Balance
24 septembre - 23 octobre

Déguisez-vous en secrétaire (vous me direz "c'est quoi un déguisement de secrétaire" et j'avoue que je sais pas trop mais prenez un air coincé et intello quoi, gros cliché oblige) et attendez-le dans le bureau, étendue sur ses dossiers (s'il ne gère pas de dossiers, le bougre, contentez-vous d'une pile de factures impayées).  Et laissez le charme agir, avec ou sans Axe.


Scorpion
24 octobre - 22 novembre

La buanderie, ça vous tente ?  Je saaaaais, c'est d'un classique, le coup de la machine à laver en plein essorage.  Mais ça a du bon, rien à redire.  Et pour rester dans les classiques, mettez Mozart ou Beethoven en musique de fond, orgasme musical assuré.  Méfiez-vous cependant si vous avez pris un chouia de poids durant les fêtes et si votre budget ne vous permet pas l'acquisition d'une nouvelle machine.  Je dis ça je dis rien, comme d'hab.


Sagittaire
23 novembre - 21 décembre

La piscine, la piscine, la piscine, la piscine !  Vous n'avez pas de piscine ?  Euh, pas d'amis habitant une maison avec piscine que vous emprunteriez pour un soir ?  Pas de famille ayant gagné au lotto et investi dans une piscine à 35 ° ?  Solution de rechange : louez une chambre d'hôtel avec jacuzzi, ça devrait le faire.


Capricorne
22 décembre - 20 janvier

Les marmots sont au dodo ?  Squattez leur salle de jeux, vous allez vous amuser comme des petits fous.  Avec un peu de bonne volonté, Barbie et Ken peuvent être sources d'inspiration.  Sans oublier les Lego qui gratouillent le dos.  Et que pensez-vous d'un strip poker via le Trivial pursuit junior ?


Verseau
21 janvier - 19 février

Pas peur de la poussière ou des bestioles en tous genres ?  Courez à la cave ou au grenier, n'allumez pas, avancez à tâtons, au risque de caresser, plutôt qu'un torse velu, une araignée poilue ou un rat qui passaient par là...  Arachnophobes (et ratophobes, euh, ça se dit ça ?) s'abstenir.


Poissons
20 février - 20 mars

Rha galère, pourquoi les maisons n'ont-elles pas davantage de pièces ?  Pour vous, je n'ai plus en stock que les WC.  Pas très glamour.  Mais avec quelques aménagements et de bonnes idées, y'a moyen de moyenner plus que moyennement.  Bonne chance, amis poissons...