8
jui

La « romantic girls & the city » team - épisode 1 "Sept ans de séduction"

L'autre mercredi mercredi, avec deux amies, nous avons décidé qu'il était indispensable à notre survie mentale de nous voir plus régulièrement, d'instaurer une sorte de rituel.

Bon, nous étions mercredi, et ma comparse de décision me dit « ouiiii, le jeudi comme aujourd'hui, c'est parfait ».  Donc ça sera le jeudi... comme mercredi.  Enfin comme le lendemain du mercredi. C'est compliqué mais finalement non, et puis le jeudi c'est super, c'est presque le WE, mais pas encore.  Donc parfait.

Petit détail, la troisième comparse n'était pas encore informée de notre décision.  Un détail je vous dis.  Elle avait qu'à pas être en vacances au soleil, non mais (regard courroucé mais surtout jaloux).

Ainsi donc (pléonasme), un jeudi sur deux, nous nous réunirons pour manger des crasses en regardant un film romantique.

Fournisseuse de films romantiques : bibi.

Les crasses.  Variables.  Là, on a commencé avec des pizzas.  Mais tout est possible.  Pizza.  Durum.  Quick, pourquoi pas.  Pâtes.  Couscous.  Frites et frica(n)delle sauce biki (private joke).  Et du sucré pour finir en beauté.

Mais faut trouver un nom à cette joyeuse initiative.  A cette joyeuse bande de filles adeptes de bonne bouffe et de films cucul à souhait.

Un truc à la Sex & the city, mais sans le sexe quoi, juste la bouffe et les DVD.

Euh ?  No sex & the city ?  Trop proche d'un livre lu récemment.

Fun & the city ?  Pas mal.

Girls & the city ?  Me demande si c'est pas le nom d'une collection de livres.

Singles & the city ?  Nan, car pas toutes célibataires.

Romantic girls & the city.  Voilà.  Parfait.

Et avec les semaines, les mois, les années (vu ma collection de DVD romantiques, on en a au bas mot pour cinq ans) à mater de la romance en mangeant des crasses, on pourra se rebaptiser « Romantic fat girls & the city ».

Ça me permettra de vous parler, chaque quinzaine, d'un film romantiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiik.

Premier en date : « Sept ans de séduction ».  The film romantique qui fait rêver et qui donne la banane pour toute la nuit.  Avec Ashton Kutcher (ou quelque chose du genre), le mari de Demi Moore, pas trop mon genre, mais trop craquant dans ce film.  Et Amanda Peal, que je confonds, chais pas why, avec d'autres actrices dont j'ai oublié le nom, ah ah ah, celle qui joue dans Million dollar baby notamment, même si elles se ressemblent pas.

Bref, une jolie histoire de rencontre, puis de rencontre, puis de rencontre, et de rencontre.  Et à force de se rencontrer sans s'aimer... tout peut arriver.  Je vous conseille les deux scènes cultes : dans la voiture, lorsqu'ils chantent, puis, après la voiture, la scène de photo la nuit, sur la mini colline, nus... rhaaaaaaaaaaa, trop meugnon.

Ce soir, épisode 2.  Vu la météo, pique-nique en bord de Meuse puis film romantique.  J'ignore encore lequel... Verdict tout bientôt bientôt.

septansseduction

1
jui

Journée cinéma : Walkyrie

Walkyrie, c'est la minute blonde d'Anaïs... 

Un film que j'avais vraiment envie de voir... et que je n'ai pas vu, car je l'ai commandé, par erreur, en Blueray.  Mais j'ai pas de lecteur Blueray moi, j'ai qu'un lecteur DVD antique au possible.

Donc j'ai pas vu Walkyrie.  Snif.

Blonde !

walkyrie

15:45 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : In America

Si vous ne deviez voir qu'un film prochainement, ce serait In America.

« Après la perte tragique de leur fils, Johnny et Sarah décident de quitter l'Irlande accompagnés de leurs deux fillettes. En quête d'une vie nouvelle, ils s'installent à New York où leur rencontre avec un artiste tourmenté changera leur existence à jamais. »

Voilà un film qui fait à la fois mourir de rire, rire de la mort et pleurer de désespoir, toujours à cause d'elle.  Sans jamais tomber dans le pathos, on y découvre cette famille déchirée par le deuil, engoncée dans un silence que tente de cacher cette fuite aux Etats-Unis.  Mais fuir ne suffit pas, la tristesse colle à la peau comme la chaleur qui règne dans l'appartement de notre petite famille.  

Les deux fillettes sont craquantes à souhait, les parents se débattent pour survivre au drame et continuer leur existence, tant bien que mal.  Parfois mal, parfois bien. 

Je vous l'assure, ce film ne peut laisser indifférent.  Que de rires partagés.  Que de souffrances révélées.  Magnifique, tout simplement.  Réussir à être triste et drôle à la fois, sans être cucul la praline, c'est une jolie performance.

Je m'en voudrais de ne pas mentionner cette rencontre que fait la famille, une rencontre qui les marquera tous, à jamais.

Je vous l'ai dit, je vous le répète : si vous ne deviez voir qu'un seul film prochainement, ce serait In America.

inamerica

15:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : Ne te retourne pas

Dans la série films étranges loués par bibi sur DVDpost, voici la palme d'or.  Un film superbe et étonnant où Sophie Marceau incarne un personnage pris dans un tourbillon angoissant, dans lequel elle ne reconnaît ni son époux, ni son appartement... ni elle-même... qui se transforme petit à petit en Monica Belucci.  Elle partira à la recherche de son passé, qui révèle la clé de cette métamorphose.  Les deux actrices sont si sublimes que c'en est dégoûtant, non mais.  Les effets spéciaux sont réussis et l'angoisse de Sophie Marceau est palpable.  Le film est un peu lent, mais il est à voir pour l'originalité de la chose... et la beauté des actrices qui finissent par se fondre l'une dans l'autre.

neteretournepas

15:31 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : Espions

dvdpost

Vous voulez du Guillaume Canet ?  En voilà encore.

En repensant à ce film... j'ai directement fait le lien avec le film Les cinq doigts de la main, évoqué plus tôt sur ce blog (de grand matin).  Parce que Espions, c'est aussi l'histoire d'un mec normal qui se retrouve propulsé dans une aventure pas normale.  Forcé à devenir un espion pour survivre.  Mais Espions est totalement crédible, contrairement à Les cinq doigts de la main.  Va savoir pourquoi... Ben si, on sait pourquoi, passque c'est bien réalisé, que ce n'est pas caricatural, et puis passque Guillaume Canet joue super bien cet employé d'aéroport voleur du dimanche qui, avec son complice, fait exploser par erreur un bagage diplomatique.  Son pote en meurt, et Vincent (alias Guillaume) se voit proposer de jouer les espions pour retrouver les vilains pas beaux.

Un bon divertissement, avec ce qu'il faut d'angoisse et un petit zeste d'amour bien utile pour déstresser.

espions

11:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |