7
aoû

Inception… puis déception

inception_poster1.jpg
Deux histoires en une… petits gâtés que vous êtes.

Inception, puis déception.  Mais pas de déception pour Inception.  La déception est après.  Of course.

J’ai donc été voir Inception.  Avec le profil de ma vie.

On m’avait dit beaucoup de bien de ce film.  A lire le résumé, pas le genre que j’aime.  Un résumé qui m’épuise, auquel je ne pige rien.  Et la bande-annonce, avec ces rues qui se soulèvent, brrrr, j’en tremblais d’effroi.  Mais vu la super critique et les ceusses qui m’ont dit « va le voir », ben j’ai été.  J’obéis, moi, ma bonne Dame.

Fort heureusement, on m’avait aussi dit « les cinq premières minutes sont complexes, t’inquiète, ça ne durera pas ».  Passqu’en effet, complexes, ces cinq premières minutes.  Mais ça ne dure pas.

Maintenant, c’était peut-être la présence d’ex-profil de ma vie qui me perturbait.  Chuis toujours un peu stressée dans ce genre de circonstances.  Plein d’idées me passent en tête : « respire pas trop fort », « gesticule pas », « ne sois pas trop près de lui », « ne sois pas trop loin de lui », « croise les jambes, ça fait dame », « décroise les jambes, mauvais langage corporel, signe de fermeture », « ne le regarde pas », « ne le regarde pas, je te dis », « et s’il essayait de m’embrasser je ferais quoi ? », « et s’il n’essaie pas de m’embrasser, je fais quoi ? », « concentre-toi sur le film tu vas rien piger », « j’ai soif, pourquoi j’ai pas dit oui quand il m’a proposé une boisson », « c’est qui ce personnage-là déjà, je pige rien », « il est mignon ex-profil, me demande s’il voudra me revoir », « j’aime bien ses lunettes », « il voudra pas me revoir, trop moche, trop conne, trop grosse, trop inculte, trop trop trop », « il voudra pas me revoir, pas assez sexy, pas assez intelligente, pas assez grande, pas assez pas assez pas assez », « il voudra me revoir, je suis le profil de sa vie »… et je vous en passe.

En plus, pas de bol, je me tape de l’asthme et j’ai oublié mon spray chez moi.  Pas mourir ici, pas mourir ici pas mourir ici.  Bon, ça pourrait être romantique, j’agonise, j’étouffe, on se retrouve à l’hosto et tout et tout.  Ça pourrait être romantique dans une comédie romantique.  Pas dans la vie.  Dans la vie, je me racle la gorge sans cesse, pour faire passer la crise. Et il me propose une pastille pour la gorge.  Il est exaspéré, c’est clair.  Je l’exaspère avec mes bruits de tuberculeuse.  Pourtant, Sissi, elle avait séduit un empereur, malgré sa tuberculose.  Oui, bon, dans la vraie vie on a dit.  Donc une pastille.  A la menthe.  Je déteste les pastilles à la menthe.  Mais j’accepte.  Et elle est bonne, cette pastille.  Pas trop fort.  Faut que je demande la marque.

Mais, hormis ces quelques considérations typiques de la rencontre futurement foireuse, j’ai adoré Inception.  Quelqu’un m’a dit que le réalisateur devait être un peu fou pour avoir imaginé ça.  C’est sans doute ce qui fait que le film captive d’un bout à l’autre, cette folie.  Et puis Léonardo Di Caprio qui joue vachement bien le bellâtre torturé (il m’a jamais vraiment fait de l’effet, Léo, une gueule trop parfaite, trop enfantine, mais bon, je l’aime bien quoi).  Et puis ce rêve dans ce rêve dans ce rêve dans… ce rêve ou cette réalité ?  On s’y perd à la longue.  Et c’est triste, parfois.  Angoissant, souvent.  Tous ces tueurs, font peur.   Et puis un film plein de questions, jusqu’au dénouement final, qui ne dénoue peut-être pas tout.  Passque la toupie.  Je m’interroge.  Un film à voir au cinéma, pour les images, pour l’action, pour le son.

Fin du film.

Fin de l’histoire, aussi.  Fin de profil de ma vie.  Bienvenue ex-profil de ma vie.

Ça vous dit un petit résumé des divers échanges de mails et sms suivant la séance.  Enfin, de ce qui est racontable (cf la Boum) of course, je vais pas entrer dans les détails, rassurez-vous (je sens une pointe de déception, bande de petits curieux).  Vous avez eu un mini résumé la semaine dernière, mais ici je vous propose un big méga gros petit résumé.

Jeudi.

Lui « Passé une très bonne soirée en ta compagnie, espère toi aussi ».

Moi « Moi aussi, merci encore ».

Vendredi.

Lui  « Mieux vaut en rester là, restons amis ».

Moi « Bien sûr, pas de souci, restons amis ».  C’est vrai quoi, on n’a jamais assez d’amis, et l’amitié c’est bien aussi, et puis l’amitié peut toujours muter, et puis il est sympa, alors amis c’est bien, c’est super, c’est génial, c’est nuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuul.

Lui « Ok, super ».

Lui, un peu plus tard « Et puis, on sait jamais comment ça peut évoluer, je vais réfléchir, je réfléchis ». Mais il réfléchit à quoi, bordel de dieu ?  J’ai rien demandé, rien proposé, dit ok pour amitié, ça mérite aussi réflexion ça ?

Samedi.

Lui « Comment vas-tu ? » Aaaaaaaaaaah, mon nouvel ami veut savoir comment je vais.  C’est bon signe non ?

(Je vous passe les détails d’un blabla habituel et passionnant entre nouveaux amis youpie).

Moi, après une heure de discussion « Bon, sorry, je te laisse, j’ai un rendez-vous, bonne soirée, à bientôt, mon cher ami ». Et je file au lit, mouahahah, le coup du mensonge pour titiller sa jalousie et qu’il réalise à quel point je suis formidable et qu’il est sans doute sur le point de me perdre à tout jamais, ça peut marcher vous pensez ?

Dimanche.  A l’aube.

Lui.  « Alors, ce rendez-vous ? Bon, je pars toute la journée, bon dimanche.  »

Je vous le disais, il angoisse. Ça marche, le coup du mensonge pour titiller sa jalousie et qu’il réalise à quel point je suis formidable et qu’il est sans doute sur le point de me perdre à tout jamais.

Moi.  « Bon dimanche, bon amusement, à bientôt ». J’élude le rendez-vous de la veille avec mon oreiller, faut titiller sa jalousie, qu’il s’imagine des choses je vous dis.

Lundi.

Silence.  Il médite.

Mardi.

Silence.  Il réfléchit.

Mercredi.

Silence.  Il est jaloux mais se retient de m’interroger plus.  Il en bave.

Jeudi.

Silence.  Il a viré son profil sur la page orange.  Volatilisé.  Effacé.  Sans un mot.  Sans un au revoir.  Sans un adieu.  Evaporé.

Déception.  Drôle d’attitude.  Bon, je sais, j’ai rien raté, c’était un perturbé.  Puis au ciné, il faisait rien que m’interrompre, jamais su en placer une, ce qui est quand même rare avec moi.  Il écoutait rien. Puis finalement, il était loin de ressembler à Brad Pitt (alors que moi, bien sûr, je ressemble à Angelina Jolie, c’est bien connu).  Puis moi je mérite un homme qui n’hésite pas, qui fonce, qui m’aime et le dit et l’assume et le redit.

Mais tout de même…

Je n’y comprendrai jamais rien aux mecs, c’est définitivement définitif.

Et le drame dramatiquement dramatique finalement, le pire du pire du pire, c’est que jamais je ne connaîtrai la marque de ces pastilles à la menthe, damned.

5
aoû

La « Romantic girls & the city team » : épisode 3 : Serendipity (Un amour à New-York)

amouraney.jpg

Du super romantique guimauve à souhait pour ce nouvel épisode de la Romantic girls & the city team, avec Serendipity (Un amour à New-York), un film d’amooooour (vous en doutiez ?) où nos héros du jour se rencontrent par hasard un soir de Noël à New-York.  Ils sympathisent, car c’est bien connu que quand on fait ses achats de Noël et qu’on vit déjà en couple, on sympathise avec tout le monde et on va prendre des pots et patiner et tout et tout (mais pourkwa ça m’arrive jamais, à moi, des rencontres comme ça dans les magasins, hein ?).  Puis se recroisent par hasard… et vu que le hasard n’existe pas, que seul le destin dirige tout, ils décident de laisser faire le destin, qui les réunira si c’est leur destin et ne les réunira pas si c’est pas leur destin (ça va, vous suivez ?).  Et arrivera ce qui doit arriver, je ne vous le dis pas pour préserver le suspens… (mouahahahaha, comme s’il y avait du suspens dans les comédies romantiques).

Deux beaux bruns ténébreux dans ce film, John Cusack, John Corbett (mais si, Aidan dans Sex & the City).  Ça ne gâche pas le plaisir.  Un joli film, qui met des étoiles plein les orbites.

Et comme les étoiles ne nourrissent pas son homme, en l’occurrence ici sa femme, avant la séance DVD, nous avons engloutis toutes sortes de pâtes froides en salade, issues du Deli traiteur, pas chères (ce qui change des tarifs habituels du Deli), et super bonnes : linguine aux scampis, penne au boursin, farfale à je sais plus quoi mais super super bon.  En dessert, un moelleux aussi moelleux que mon bidou. Et des oréos, qu’on se le dise (mon message subliminal est passé).

Quant à ce soir, the winner is : Loveactually.  Si toi le regarder aussi ce soir, toi me prévenir en commentaire, ainsi symbiose sera parfaite entre tout le monde et on pourra s’envoyer des mails quand on pleure, quand on rit, quand on frémit, rhaaa, qué progrès.

Des suggestions pour la prochaine séance (autres que celles du sondage) ? 

loveactually.JPG

2
aoû

Trouverez-vous les 35 ?

35 films à retrouver dans cette animation, personnellement, j'en ai trouvé peu, pas douée l'Anaïs... Des suggestions ?????

35mm from Pascal Monaco on Vimeo.

09:17 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (32) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

23
jui

La Romantic girls & the city team, c'est aussi vous

Hier, durant notre soirée filles-pasta-chocolat-film romantique (pas de bons sushis, on s'est rabattues sur des pâtes froides, des Oréo, des melo-cakes, des orangettes et du moelleux au chocolat), m'est venue une idée.  Le choix du film n'étant pas toujours aisé parmi ceux que j'apporte, j'ai proposé que ce soit vous, ô lecteurs vénérés, qui choisissiez le film de notre prochaine soirée, laquelle aura lieu le jeudi 5 août prochain.  Génial non, ainsi vous pouvez participer à nos soirées.  Voire regarder le film qui sera choisi en même temps que nous, tchu, quéééén progrès technique.  Et si ça vous dit, on peut même vous dire ce qu'on mangera, afin que vous mangiez pareil, et allumer msn ou facebook pour commenter le film avec vous.

Dix films... dix choix... un seul clic.

Et pour vous aider à faire votre choix, des liens vers les résumés de ces films, of course (maintenant que je sais comment ajouter un widget, je m'en donne à coeur joie).  Le quatrième, Sex guide, c'est Someone like you, aussi appelé Attraction animale (le lien anglais donne un minuscule résumé donc j'ai mis celui-là).

Choisissez bien... mais choisissez, j'ai dû m'y reprendre à quatre fois pour fabriquer ce sondage à la noix, titchu, aucun site ne voulait me le proposer... mais chaque fois j'encodais tous les titres, que je connais maintenant par coeur, sacrebleu.

Quel film pour la prochaine soirée "Romantic girls" ?
Quel film proposez-vous pour la prochaine soirée Romantic Girls & the City team ?
Ensemble, c'est tout
30 ans sinon rien
Il était une fois
Someone like you
Esprit de famille
Loveactually
Breaking and entering
Orgueil et préjugés
Reviens-moi
Le goût de la vie

Résultats

22
jui

La « Romantic girls & the city team » : épisode 2 : Mes amis mes amours

 

mesamismesamours.jpg

Après un pique-nique romantique (romantique pour « Romantic girls & the city » uniquement, passqu’entre filles, le romantisme n’a pas vraiment sa place) au bord de l’eau, j’ai nommé la Meuse, pique-nique dont détails suivront dans le billet suivant qui suivra (ah ah ah), nous voilà prêtes pour un nouveau chtit film romantique à souhait.

Comme d’hab, bibi a apporté un stock de DVD, dans lequel les Romantic girls vont puiser.  Elles font leur choix, moi je suis.  J’aime tous les DVD apportés, of course, sinon je les aurais pas achetés.  Je sais que l’une d’elle craque plutôt pour Mes amours mes amis, euh non pardon, Mes amis mes amours (enfin là j’ai un doute, du coup), alors je lance des regards qui parlent (le regard qui parle, c’est complexe mais on peut y arriver, faut ouvrir grand l’œil, et regarder, en alternance, le DVD en question, puis la comparse, puis encore le DVD… afin qu’elle comprenne), et ça marche, puisque Mes amis mes amours est élu.

Ce film est tiré d’un roman de Marc Levy, roman que j’avais acheté mais non lu au moment de la diffusion du film au cinéma, lacune bien vite réparée.

J’ai aimé ce film, j’ai aimé Florence Foresti, rigolotte mais émouvante, j’ai aimé Virginie Ledoyen, belle et sensible, j’ai aimé Vincent Lindon, passque c’est Vincent Lindon, et j’ai aimé Pascal Elbé, passque c’est Pascal Elbé (il a maigri récemment non ? je l’ai vu en interview, il m’avait l’air tout affaibli, bizarre).  Bon, tout ça, je l’ai déjà dit dans le billet écrit à l’époque oùsque j’avais vu le film, alors je vais pas radoter, je vous invite à le relire ici.

L’histoire, c’est un pote qui vit en France, qui part rejoindre, sur un coup de tête, un pote qui vit à Londres avec son fils, en profitant pour récupérer la garde de sa fille.  Ils en deviennent voisins… et plus que voisins.  Ajoutez à cela des femmes qui gravitent autour d’eux et ont d’autres envies que seulement graviter, un zeste de larmes, une louche d’humour, des enfants tout mimi, secouez bien, et le cocktail film idéal pour la Romantic girls & the city team est prêt à être dégusté sans modération.

Je n’ai qu’une chose à dire : manquait juste une petite auréole, enfin un petit Oréo, et cela aurait été parfait (meuh non c’est pas un message subliminal).

Ce soir, sus à l’épisode 3 de nos aventures, sushis au programme… quant au film, elles choisiront…