1
jui

Journée cinéma : In America

Si vous ne deviez voir qu'un film prochainement, ce serait In America.

« Après la perte tragique de leur fils, Johnny et Sarah décident de quitter l'Irlande accompagnés de leurs deux fillettes. En quête d'une vie nouvelle, ils s'installent à New York où leur rencontre avec un artiste tourmenté changera leur existence à jamais. »

Voilà un film qui fait à la fois mourir de rire, rire de la mort et pleurer de désespoir, toujours à cause d'elle.  Sans jamais tomber dans le pathos, on y découvre cette famille déchirée par le deuil, engoncée dans un silence que tente de cacher cette fuite aux Etats-Unis.  Mais fuir ne suffit pas, la tristesse colle à la peau comme la chaleur qui règne dans l'appartement de notre petite famille.  

Les deux fillettes sont craquantes à souhait, les parents se débattent pour survivre au drame et continuer leur existence, tant bien que mal.  Parfois mal, parfois bien. 

Je vous l'assure, ce film ne peut laisser indifférent.  Que de rires partagés.  Que de souffrances révélées.  Magnifique, tout simplement.  Réussir à être triste et drôle à la fois, sans être cucul la praline, c'est une jolie performance.

Je m'en voudrais de ne pas mentionner cette rencontre que fait la famille, une rencontre qui les marquera tous, à jamais.

Je vous l'ai dit, je vous le répète : si vous ne deviez voir qu'un seul film prochainement, ce serait In America.

inamerica

15:38 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : Ne te retourne pas

Dans la série films étranges loués par bibi sur DVDpost, voici la palme d'or.  Un film superbe et étonnant où Sophie Marceau incarne un personnage pris dans un tourbillon angoissant, dans lequel elle ne reconnaît ni son époux, ni son appartement... ni elle-même... qui se transforme petit à petit en Monica Belucci.  Elle partira à la recherche de son passé, qui révèle la clé de cette métamorphose.  Les deux actrices sont si sublimes que c'en est dégoûtant, non mais.  Les effets spéciaux sont réussis et l'angoisse de Sophie Marceau est palpable.  Le film est un peu lent, mais il est à voir pour l'originalité de la chose... et la beauté des actrices qui finissent par se fondre l'une dans l'autre.

neteretournepas

15:31 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : Espions

dvdpost

Vous voulez du Guillaume Canet ?  En voilà encore.

En repensant à ce film... j'ai directement fait le lien avec le film Les cinq doigts de la main, évoqué plus tôt sur ce blog (de grand matin).  Parce que Espions, c'est aussi l'histoire d'un mec normal qui se retrouve propulsé dans une aventure pas normale.  Forcé à devenir un espion pour survivre.  Mais Espions est totalement crédible, contrairement à Les cinq doigts de la main.  Va savoir pourquoi... Ben si, on sait pourquoi, passque c'est bien réalisé, que ce n'est pas caricatural, et puis passque Guillaume Canet joue super bien cet employé d'aéroport voleur du dimanche qui, avec son complice, fait exploser par erreur un bagage diplomatique.  Son pote en meurt, et Vincent (alias Guillaume) se voit proposer de jouer les espions pour retrouver les vilains pas beaux.

Un bon divertissement, avec ce qu'il faut d'angoisse et un petit zeste d'amour bien utile pour déstresser.

espions

11:15 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : Les liens du sang

C'est après avoir vu Hep taxi consacré à François Cluzet que j'ai découvert l'existence de ce film.  Avec François Cluzet et Guillaume Canet, que du bonheur.  Je l'ai donc loué illico presto, et visionné tout aussi illico presto.

Quel film !

Deux frères.  Flic.  Voyou.  Ça fait cliché, mais ça ne l'est pas.  Le voyou sort de prison, le flic veut l'aider à se réinsérer.  La bonne volonté ne suffit parfois pas...

Petit à petit, tout en douceur, car le film porte le spectateur lentement mais sûrement, on s'attache à ces deux hommes que tout sépare, sauf les liens du sang.

La fin est ... pffffffffffff, dommage que je ne puis vous en parler, ce serait du gâchis que la révéler, mais parfois, ce serait si bon de parler de la fin. Rhaaaa, cette fin cette fin cette fin !!!

Je ne peux que vous conseiller de le voir, un très bon film.  Et puis y'a Guillaume, quoi, hein, le bôôôôôôôôôô Guillaume.

lesliensdusang

11:00 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

1
jui

Journée cinéma : Tu n'aimeras point (Eyes wide open)

Hasard de l'ordre dans lequel j'écris ces billets sur les films que j'ai vus récemment, en resongeant à "Tu n'aimeras point", je me dis que c'est vraiment un film "Hors du temps" (cf ce film dont je parle juste avant, enfin juste après, là en dessous quoi).

Parce que cette histoire semble se passer hors du temps, même si tel n'est pas le cas.  

L'histoire se passe au sein de la communauté juive ultra orthodoxe (Le hasard fait que j'ai après ce film, vu une émission sur le sujet, enfin sur ceux qui ont tourné le dos à cette religion, leur vie n'est pas facile, je ne parviens pas à comprendre qu'on puisse s'infliger de telles choses juste pour un Dieu.  Dieu ne voudrait pas ça, j'en suis convaincue.) 

Bon, retour à notre film.  Aaron mène une vie bien sous tous rapports : mariés, des enfants, reprise de l'entreprise familiale, une boucherie.  Bref tout va bien, en apparences.  Jusqu'à ce qu'il rencontre un jeune homme qu'il engage dans son magasin.  Et voilà un amour aussi inattendu que fort.  Qui ne va pas plaire à la communauté, vous l'imaginez...

Un film tout en nuances, en douceur.  En douleur aussi.  Les sentiments sont tellement forts qu'ils font mal au bide.  La pression de l'entourage est si forte, même si silencieuse, qu'elle fait peur.  Ce film n'est pas un conte de fées.  C'est une histoire d'amour.  D'amour impossible.  Une tranche de vie.  De vies.  Trop trop trop beau.  Et trop trop trop dur.  Pas du commercial, du beau film, tout simplement.

tunaimeraspoint

 

10:30 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |