23
nov

Les tribulations d’une caissière (made by Anna Sam)

Quelques mois après avoir commencé mon blog, j’ai fantasmé sur l’idée qu’il soit édité.  On ne se refait pas, je suis née avec le rêve d’écrire, même si l’idée réelle d’écrire n’a germé qu’il y a cinq ans.  Je me souviens d’un lecteur qui m’avait fait une jolie couverture « Le célibat ne passera pas par moi ».  ça en jetait grave.

Quand j’ai signé mon contrat pour La célib’attitude, j’ai lu avec des yeux comme des soucoupes la clause sur l’exploitation audiovisuelle de ma prose (enfin de mon blabla sur le célibat), et j’ai fantasmé sur l’idée de voir en grand une affiche « Le célibat ne passera pas par moi ».  ça aurait fait une jolie comédie romantique, non ?  Ah ben si, l’histoire d’une célibataire bossant dans un milieu coincé, ayant une vie faite de métro-boulot-dodo, mais qui, dans le coin de sa vie, tenait un blog, et puis elle aurait rencontré un chouette type, dont elle aurait parlé sur son blog, sans savoir qu’il le lisait, son blog, et lui sans savoir qu’elle était cette blogueuse qui le faisait fantasmer au détriment de cette petite bonne femme qui lui plaisait, mais y’avait la blogueuse… ça va, vous suivez ?  Avec un happy end à la clé.  Oui, bon, rien à voir avec le contenu de La célib’attitude, à part le célibat, mais c’était du fantasme quoi.

Que du fantasme, mais c’était bon, un peu comme quand on fantasme sur ce qu’on ferait avec  millions d’euros, c’est trop bon, même si on gagne jamais.

Ben Anna Sam, elle a gagné.

Elle a créé un blog, Les tribulations d’une caissière.

Elle a édité son blog, Les tribulations d’une caissière, toujours, vendu à 450.000 exemplaires (la garce, non mais sérieux, c’est inadmissible de vendre autant de livres).

Et maintenant ça sort en film, Les tribulations d’une caissière, encore, et, si j’ai pas (encore) lui son livre, même si je l’ai tenu en main un nombre incalculable de fois, je vais me précipiter pour voir ce film dont la bande-annonce m’a l’air prometteuse à souhait, ça a l’air drôle et tout croquignolet-romantique.  Je veux.

En vlà une qui a réalisé tous mes fantasmes, si c’est pas du bonheur ça, je vous le demande, keske c’est ! 

Sortie le 14 décembre en France et chais pas quand en Gelbique, mais j’attends ça impatiemment, et peut-être qu’après je postulerai chez Carrouf ou Delhéééés.

22
nov

Joyeux Noël à tous !

Dingue comme le temps passe vite, nous vlà déjà à l’aube de Noël.

Ah bon, c’est pas le réveillon Noël ce soir ? 

Tiens, bizarre, car la Retebef diffuse « A la maison pour Noël », avec Virginie Effira, alors je croyais moi…

Suis-je bête, de nos jours, les fournitures de rentrée sont en magasin en juillet, les bonbons de Saint-Nicolas envahissent les rayons en octobre et les décos de Noël s’achètent dès le 2 novembre et sont soldées dès le 10 décembre.  Ça doit être because le réchauffement climatique, tout tourne à l’envers, même le calendrier.

Trêve des confiseurs de plaisanterie, ce soir je vais mater « Histoires en série », sur France 2, une émission dont j’avais beaucoup aimé le premier volet, sur les secrets, si mes souvenirs sont bons.  Ici, ce sera sur les ceusses qui ont tout perdu, notamment Philippe, qui a inspiré, enfin bien plus qu’inspiré, ce film absolument fabuleux : Intouchables.

Comment, vous pas encore l’avoir vu ?  Zou, filez immédiatement.  Je l’ai vu, moi, m’imaginant un film touchant et émotionnant au possible.  Il l’était, mais il était également drôlissime, ça faisait un bail que j’avais pas tant ri.  Et rire en se sentant envahi d’une émotion incroyable, c’est le top.  François Cluzet, que j’adore depuis toujours, y est fabuleux, de même que Omar Sy.  Un film à voir impérativement.

intouchables.jpg

J’ai vu aussi, dans la foulée, Mon pire cauchemar, avec Benoît Poelvoorde, Isabelle Huppert et Virginie Effira, encore, et j’ai été un tantinet déçue de ce film que j’avais loupé au FIFF, en VIP que je n’étais pas suffisamment.  Un film inégal, qui passe trop vite de la grosse comédie au sérieux, où Poelvoorde passe lui aussi trop vite du gros beauf au mec touchant.  Pas mal, parfois drôle, parfois mignonnet, mais pas transcendant.

monpire.jpg

Et puis La couleur des sentiments aussi, titre initial The help, tiré d’un livre qui raconte l’histoire des bonnes noires dans l’Amérique des années 50-60, de la ségrégation qu’elles subissaient, de l’ignominie des femmes blanches, avec elles, mais aussi entre elles… et surtout de l’amitié entre noires et blanches, envers et contre tout.  Magnifique film. (Je vous mets l'affiche US, car j'adore la phrase du dessus, très représentative du film).

thehelp.jpg

Quant à Twilight, pas vu.  Adoré le premier, détesté le second, bof le troisième alors pour le quatrième, y’a pas le feu.

twilight.jpg

27
oct

Comment se remonter le moral ? Quick, Abduction, fringues, Pataugas ™

La semaine dernière, j’étais malade comme un chien.  Bon, pas aussi maladivement malade que durant ma grippe de la mort qui tue la vie de janvier, mais malade.  Et hier, ça faisait deux semaines que j’ai détecté mon premier mal de gorge, en participant à la Flash mob de Suarez (tiens, je vous en ai jamais parlé).  Ben être malade, ça démoralise.

La semaine prochaine, je conge.  C’est cool of course, je vais pouvoir mater des séries télé sur mon canapé, en regardant le pseudo-feu ouvert qu’est mon poêle à gaz qui fait un bruit d’enfer depuis que le chauffagiste lui a offert un entretien, même que je me demande si ça va pas péter un jour ou l’autre (paix à mon âme), en allumant des petites bougies et en me gavant de lasagne farniente.  Mais tout de même, la perspective de voir la nuit tomber à 16 heures, de subir les gelées nocturnes, la neige, les congères, la Toussaint et les vilains souvenirs et tout et tout, ben ça démoralise.

Depuis des semaines, je parle qu’à des nazes sur le net (quoique là, depuis deux semaines miracle miraculeusement miraculeux, je parle avec un charmant môssieur tout mignon, tout gentil, qui prend de mes nouvelles, ne me parle pas cul, ne fait pas dix fautes par mot, ne m’engueule pas si je réponds pas dans l’heure et a envie de voir les mêmes films que moi au cinoche).  Ben à force, ça démoralise.

Alors, ce jour, j’ai décidé de me remonter le moral.

Je suis sortie du bureau et je me suis ruée au Quick, en compagnie de mon Ciné télé revue.  J’ai dévoré mon chtit menu OK préféré en lisant les news d’Aurélie de Secret Story.  Un repas hautement gastronomique et intellectuel quoi.

Ensuite, je suis allée au cinéma voir Abduction, ce titre impossible à retenir, qui me fait penser à Ablutions.  Le film avec Taylor Lautner qui montre à nouveau ses jolis pectoraux et nous entraîne dans un thriller assez sympa, même si sans doute destiné aux plus jeunes que moi, quoique pas sûre car y’a quelque chose que j’ai pas pigé, ce qui prouve que j’ai vraiment un QI de poule retardée : à quoi servait la liste secrète (ceusses qui ont vu le film peuvent me répondre…) ?  Mais je n’ai pas boudé mon plaisir, c’était un film cool, avec pas mal d’action, du suspense et même de l’amouuuuur. 

Question du jour : pourquoi, quand on est deux dans la salle de cinéma, le second, qui arrive après moi, se met pile derrière moi, et fait trembler mon siège durant toute la séance en mangeant des trucs qui pue ?  Est-ce dû à l'instinct grégaire, ça ?  Passque ça me saoooooooooooule.  Et c'est pas la première fois.  Solutions : manger de l'ail ?  Puer des aisselles ?  Feindre un syndrome de la Tourette ?

Abduction Poster.jpg

Et puis, je n’en avais pas encore assez, alors j’ai fait une mini virée shopping.  Je déteste rester des heures dans les magasins, donc je suis parvenue, en trois quarts d’heure, à :

- M’offrir un super manteau d’hiver, qui est conçu comme les couettes quatre saisons, je peux enlever l’intérieur pour le transformer en manteau d’été.  Je devrais peut-être, du coup, virer mes 15 manteaux d’été et mes 23 manteaux d’hiver.  Nan, je rigole.  Mais je l’aime mon manteau des quatre saisons.

- M’offrir une petite tunique en solde et un gilet bleu canard, coloris qui fait un étonnant come back cet hiver, alors qu’il avait déjà été à la mode y’a genre quatre ans.  Etrange.  Tant mieux, j’aime le bleu canard.

- M’offrir une énième paire de bottes Pataugas, passque bien sûr, on n’a jamais assez de bottes dans sa vie.  Mais au moins j’ai sauvé la vendeuse de la déprime, elle qui rôdait, toute seule, dans son magasin désespérément vide, because le beau temps m’a-t-elle dit. Elle aime pas le beau temps en octobre, c’est clair.  Grâce à moi, sa journée ne sera pas totalement gâchée.  Et c’est vrai qu’il faisait torride, au fur et à mesure de mon après-midi je me suis délestée de mon écharpe, mon gilet et ma veste, pour me retrouver en manches courtes en ville, un 27 octobre, ça me rappelle une virée sur la Meuse à Dinant puis une gaufre mangée en terrasse, un 31 octobre, y’a quelques années, rha qué souvenir.  Pour parler de godasses, vous trouvez pas que c’est dingue les bottes fourrées qu’on trouve désormais dans les vitrines.  Avant y’avait pas ça.  Maintenant on voit de la fourrure et du matelassé partout.  Même que les Moon Boots font leur grand retour, notamment dans deux versions dont je suis folle au point que j’irais même bien aux sports d’hiver pour marcher 500 mètres par jour et boire des chocolats chauds en attendant l’heure de la raclette : les argentées et les noires vernies.  Mais bon je vais résister, je me suis acheté du matelassé en fourrure à 15 eur l’an dernier, qui m’ont fait tout décembre enneigé, je les recyclerai cette année.  Tout ça est peut-être dû à ces prévisions apocalyptiques ?

- Presque m’offrir un GSM, poussée par la petite gueule d’ange du vendeur à qui j’avais demandé un GSM coloré, qui m’a proposé un truc noir sur lequel on pouvait mettre une sorte de moche élastique vert pomme.  Euh, vous avez dit coloré ?  J’ai résisté.  Je cherche toujours un GSM coloré, genre rose quoi.  Apparemment, chuis la seule en Gelbique, y’a plus que du noir ou du blanc en ce moment.

- Hésiter à m’offrir une gaufre mais résisté, faut que je perde du gras là, là et là.  Mais là, rentrée chez moi, comme je regrette.

Et me voici chez moi.  Reste à ranger tout ça dans mes beaux placards tout beaux tout nouveaux que je vous montrerai bientôt quand j’aurai tout tout rangé.

Et mon moral, me direz-vous ?

Allons allons, y’a pas de miracle, mais tout de même, ça fait du bien une petite après-midi gras-cinéma-portefeuille à plat.

10
oct

Le Fiff – jour 8 : Mon pire cauchemar (celui du petit peuple refoulé et frigorifié)

Le septième jour du Fiff, comme le fit Dieu au huitième jour de sa création, je me suis reposée (enfin, façon de parler, si une journée team building peut être considérée comme du repos).

Le huitième jour, savoir le dernier, nous nous rendons à l’Acina très tôt, pour Mon pire cauchemar, film de clôture, réalisé par Anne Fontaine, avec notre figure namuroise Benoît Poelvoorde.  Le Caméo et l’Eldo réservent leur place aux invitations, le petit peuple n’y est pas le bienvenu.  Par petit peuple, il faut bien sûr entendre les détenteurs d’un Fiff Pass, payé 8, 20 ou 25 euros.  Direction l’Acina donc.

Mauvaise surprise, plus d’une heure trente avant le début du film, c’est déjà complet.  Bon.  C’est là qu’on se dit que le Fiff devient vraiment Cannes à la namuroise, car une fois les jurys, les invités prestigieux, les invités des sponsors en tous genres installés, il reste très peu de place pour ceux qui paient vraiment leur participation.  Ça empire d’année en année, qui plus est.

Nous rongeons notre frein et nous apprêtons à abandonner tout espoir de voir ce film lorsque le miracle se produit : nous recevons une invitation pour l’Eldo.  Une vraie invitation, vraie de vraie, réservée et tout et tout.  Direction l’Eldo, donc, munis de notre précieux sésame qui nous ouvrira les portes de Mon pire cauchemar.

Il n’est pas encore 20h30, mais il faudra aux organisateurs plus d’une heure pour enfin nous annoncer que, malgré nos invitations, l’accès nous est interdit.  Nous sommes une bonne trentaine à rester sur le carreau, sans raisons valables.  Parmi nous, des sponsors, des personnes venues de loin, des personnes ayant payé un pass d’un jour pour découvrir ce film.  Irrespect total.  J’ignorais que l’overbooking existait au cinéma, je le découvre.   Il est près de 22 h, nous quittons les lieux, avec la maigre consolation d’avoir vu passer Poelvoorde en coup de vent.

Je n’irais pas jusqu’à dire que cette dernière journée fut mon pire cauchemar, passqu’on a bien rigolé durant ces quelques heures, mais c’était en tout cas la confirmation que dans notre société, l’adage « selon que vous serez puissants ou misérables… » a toujours bel et bien sa place.

07:55 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, mon pire cauchemar |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

10
oct

Le Fiff – jour 6 : Au fil de l’eau

Un seul film pour cette septième journée du Fiff… qui sera le dernier, mais je l’ignore encore.

Dernier film qui ne restera pas dans les anales, tant j’ai dû lutter pour ne pas m’endormir.  Fatigue de fin de Fiff, sans doute, mais lenteur de l’intrigue, en grande partie.

Ce film Viet Namien nous emmène sur l’eau, où vivent un homme et ses deux enfants.  Trahi par son épouse, il s’est enfermé dans une froideur extrême, qu’une rencontre parviendra peut-être à anéantir… peut-être…

Les paysages superbes n’auront pas suffi à me captiver durant cette histoire, qui m’entraîne de drame en drame et finit par m’assoupir petit à petit.  Peut-être est-ce aussi dû à la langue, très chantante, mais finalement relativement monocorde, dont peu de sentiments ressortent.

07:53 Écrit par Anaïs dans Anaïs fait son cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, au fil de l'eau |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |