26
avr

Oh oh

Courez acheter le Flair sorti hier. Vite vite vite.

Ils en parlent.

Oui ils en parlent.

De quoi ?

Ben du célibat.

Vous ne pensiez pas qu’ils parlaient de moi, tout de même. Allons, il faut savoir raison garder.

Ceci dit, chouette article sur les rencontres foireuses sur le net : « Calamity drague sur internet – plus jamais ça ! ».

A mourir de rire. Entre le menteur pathologique, l’alcoolique qui vômit, le marié futur papa, le moi je moi je moi je (j’ai connu) et le dépressif (j’ai connu).. je m’y retrouve plutôt deux fois qu’une.

Et ça me rassure : je ne suis pas la seule à vivre des trucs dignes des pires scénarios hollywoodiens…

Alors courez acheter Flair (je suis vraiment trop bonne).

20
avr

Hacer nada (Farniente en Spanish)

Afin de me préparer un bon petit WE fait de soleil, de cinéma, de câlins (ben oui c’est l’après-midi câlins demain à Namur, zavez zoublié ?), de lecture, de billets et, last but not least, de bonne bouffe, je me rue, après avoir quitté mon bureau haï chéri, chez Match pour faire le plein de lasagnes Farniente.

Et là.

Stupeur et tremblements (Amélie Poulain Nothomb), plus une seule lasagne Farniente. Un rayon totalement vide. Je cherche désespérément les lasagnes Match made by Farniente. Il en reste deux. Vous lisez bien. Deux. Je me rue dessus telle une libellule sur un point d’eau, avant que les dizaines de consommateurs avertis ne me les chauffent (au sens figuré du terme).

Ensuite, apaisée d’avoir caché les deux survivantes dans mon sac recyclable, j’inspecte minutieusement le rayon. Des lasagnes Come a Casa par dizaines, par centaines. Dont personne ne semble vouloir, malgré la promo deux + une gratuite. Des lasagnes sans marque, toutes blanches, au saumon, végétarienne, de marques inconnues, par dizaines également.

On ne me fera pas croire ce qu’on veut me faire croire sans que j’accepte de le croire : ce n’est pas par hasard si le rayon Farniente du Match de Namur est vide !! Non, ce n’est pas par hasard, c’est grâce à moi, à bibi, à ma chère et tendre petite personne qui, depuis des mois, vous vante les mérites de ces lasagnes dignes des plus grands traiteurs d’Italie.

Viva Italia, Viva Farniente.

17
avr

C’est pas une courge

Dans un élan d’abnégation totale, j’ai décidé de promouvoir un autre blog… (je sais je suis folle).

Elle s’appelle Hélène (elle est là à gauche dans mes liens), elle est Parisienne (la bave, telle que Pavlov l’a décrite, s’accumule sous ma langue), elle tient un blog depuis un temps fou (la bave commence à passer entre mes lèvres), elle a un nombre de lectrices impressionnant mais proportionnel à son talent (la bave coule lamentablement sur mon menton en galoche) et elle a écrit un bouquin (la bave dégouline en grosses vagues sur le sol).

Je devrais vous la cacher, elle n’a de toute façon pas besoin de publicité, mais les bonnes choses se partagent non ?

J’en profite pour présenter la collection « on n’est pas des courges », là ousqu’elle a écrit son livre. Collection récente qui a envahi aussi récemment notre petite Gelbique.

Voilà. C’est fini. (Jean-Louis Aubert).courges

4
avr

Accro comme moi ?

Vous êtes accro à tout et n'importe quoi ?  Racontez-le et participez au concours : http://www.ifeelgood.be/quiz-concours/concours/accro.html

31
mar

Au banc d'essai

J’ai téléphoné chez Farniente. Dans un élan de crise de manque. Souvenez-vous (je n’aimais que vous – Bachelet), ma dernière lasagne a péri carbonisée après trois heures de cuisson, par votre faute, votre faute, votre très grande faute. Donc je téléphone et je demande oùsqu’on peut trouver des lasagnes Farniente pour une urgence. Une gentille voix me fait savoir que « bien sûr ma chère, nos succulentes lasagnes sont en vente chez Match ». Il n’a jamais aussi bien porté son slogan, Match, le supermarché qui ME dorlote. Je ne vais quasi jamais chez Match, juste quand ils doublent les bons. La gentille voix ajoute « vous les trouverez soit sous la marque Farniente soit sous la marque Match ». Ah bon, Farniente fabriquerait des lasagnes sous d’autres marques. Oh oh oh (à dire sur le ton paternaliste du Père Noël).

Donc je vais chez Match. Par un heureux hasard, ils doublent les bons. Elle est pas belle la vie ? J’emporte au passage une grosse tablette de chocolat qui me coûtera quelques cents (double bon je vous dis, le pied d’enfer).

Et je découvre au rayon frais une montagne de lasagnes Farniente. Je crois à un miracle, une illusion d’optique, un mirage. Ce moment est solennel. Après tant et tant de semaines de frustration, j’ai enfin trouvé un lieu de ravitaillement. A côté, une montagne de lasagnes Match. Je n’ai pas confiance, cependant. Si c’est pour prendre une lasagne Match qui a un goût de Come a casa, je dis non trois fois non.

Alors je prends les deux. Je compare. Je hume. Je sniffe. J’inspecte. Je zieute. Même barquette en alu. Même composition. Mêmes caractères d’imprimerie pour signaler la DLC (date limite de consommation). Je pense pouvoir l’affirmer avec la certitude de l’agente secrète en herbe que je suis : il s’agit bel et bien de la même lasagne. Seule différence : le prix (ben oui, la Farniente est la plus chère, bien plus chère d’ailleurs que via mon fournisseur habituel mais cependant uniquement annuel).

Afin d’éviter de faire une provision de lasagnes Match (estampillées Farniente), pour découvrir qu’elles n’ont pas totalement le même goût, j’en prends une de chaque.

Dilemme : par laquelle je commence ?

Par la Match, pardi. Comme ça, si elle est en tous points similaire à l’originale, je saurai définitivement où faire provision de mon repas préféré, à moindre coût. Si elle est différente, je me cuirai illico la lasagne Farniente. Futée l’Anaïs, n’est-il point ?

Verdict : identiques ! Youpie, ma vie ne sera plus qu’un éternel bonheur. Mes rêves seront peuplés de lasagnes succulentes. Je n’aurai qu’à me baisser dans le rayon frais de mon supermarché qui me dorlote pour cueillir des bouquets de lasagnes. Aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie.

Et je vous attends au tournant, oui, vous, avec vos leçons de morale. Non, je n’ai pas oublié mes résolutions légumes-viande blanche-patates. D’ailleurs hier j’ai dégusté un petit sauté de veau accompagné de champignons. Et du tilapia, du loup de mer et de la plie m’attendent au frigo. Mais une fois de temps en temps, en souvenir du bon vieux temps, une ch’tite lasagne ne me fera pas de mal, que du contraire.

Viva Farniente !

PS : Strelli pourrait-il en prendre de la graine et confectionner des écharpes pour Carrefour, identiques mais à prix doux ? Merci Olivier.PICT0547