14
fév

De l’air… pur… par pitié !

disclaimer

Je ne vais pas prendre de gants pour vous l’annoncer, chers lecteurs, mais je me dois d’être honnête avec vous, comme je l’ai toujours été et le serai toujours (amen).

Fumer tue.

Fumer cause des maladies graves.

Fumer provoque le cancer.

Et ne pas fumer… peut avoir les mêmes conséquences, si vous partagez la vie, le bureau ou l’atmosphère puante d’un fumeur.

Qu’on se le dise.

Voilà pourquoi, depuis quelques semaines, nos amis français (ô comme j’adore cette expression débile qui nous vient de la télévision « nos amis belges, nos amis suisses, nos amis français », nous sommes tous une graaaaande et beeeeeeelle famille) nous ont rejoints, nous, les avant-gardistes belges, dans la lutte anti-tabac.

Rejoints… et dépassés !

Alors qu’en Gelbique le calumet de la guerre n’est interdit que dans les restaurants, les lieux publics et au travail, en France, il l’est aussi dans les bars et les discothèques.  Alléluia.  Je veux zaller vivre en France... un jour.

C’est dire par conséquent si le challenge risque d’être difficile pour certains. 

Afin de vous aider à arrêter de fumer, car c’est clairement votre but, chers lecteurs, hein que c’est votre but (comment, vous ignoriez que ce blog était un blog anti-tabac, que je ne supporte pas la fumée ni la vue du moindre mégot ?), donc c’est votre but, d’arrêter de fumer en cette année 2008, diverses méthodes existent, dont Acuone.

En cliquant ici http://www.acuone.com/fr/anti-tabac/informations/index.php, vous calculerez votre dépendance tabagique.  Si, au vu du résultat éventuellement catastrophique que vous obtiendrez, vous décidiez d’arrêter de fumer, Acuone, un bracelet qui stimule quatre points de votre poignet, vous permettra de réduire naturellement votre consommation de cigarettes par des séances d'électro-acupuncture.

Et si vous trouvez ce bracelet peu esthétique, dites-vous qu’il est de loin préférable à une haleine de cendrier froid.  Isn’t it ?

Et puis songez qu’après un mois de sevrage (sur base d’une une consommation antérieure d’un paquet par jour), vous pourrez m’offrir une écharpe Strelli, tip top pour ma Saint-Glin-Glin.

Alors, convaincus ?


Calculez votre dépendance tabagique

9
fév

Pay it forward

Vous souvenez-vous de ce film, dans lequel jouait le gamin vu dans Sixième Sens, dont la morale était « aide trois personnes, qui elles-mêmes en aideront trois qui elles-mêmes… et le monde sera meilleur, un jour ».  Un idéal qui fut difficile à atteindre, ceux qui ont vu le film me comprendront aisément.

J’ai cette sensation à l’instant même.

Après avoir publié le billet qui précède, Nuages, que je connaissais déjà pour son talent de photographe, m’a envoyé une nouvelle écrite de ses blanches mains.  A frémir d’horreur.  J’ai adoré.  Bien sûr.

Comme quoi, avoir voulu partager avec vous le plaisir que j’ai connu en lisant « Petits contes cruels… » m’a valu un plaisir encore plus intense : découvrir un écrit qui glace le sang.  C’est du « pay it forward » à l’état pur.  Parfois, elle est belle, la vie.

Même si je devrais, égoïstement, m’abstenir de vous faire découvrir de si grands talents, qui, somme toute, nuisent à ma propre réputation d’écriveuze en herbe, je ne peux m’y résoudre, cela va de soi.

Bonne lecture.  Pour ma part je retourne à ma dégustation de macarons.

Millennium

Comme dans les publicités sur écran large, sa Citroën XL fendait l'air.
 
Le soleil déclinant illuminait le capot rouge. Karl Vernier exulta davantage quand le quatrième CD de sa sélection, la musique d'"Apocalypse Now", se fit entendre. Calé au fond du siège cuir noir, il accéléra encore, laissant sur place tous les autres véhicules. Tout lui réussissait. Il voulait, il avait. Il gagnait. Toujours plus de parts de marché, d'influence, d'argent, de sexe, de vitesse, de force
irrépressible.
Ce soir encore, il serait le roi, celui que tout le monde attend. La fête du millénaire, l'avènement du chiffre rond, deux mille.
Rouen, la Seine, les bretelles d'autoroute, les torchères dans dans le ciel bleu nuit, bleu roi. Un entrelacs de tubes brillants, de cuves immenses. Il approchait. La soirée "Millennium" avait lieu sur un énorme cargo déclassé, près de la grande raffinerie Exxon. L'eau huileuse du fleuve, le métal rouillé, les spots qui trouaient la nuit, la dernière nuit avant le grand saut.
Dans une hâte grisante, il quitta l'autoroute. Des panneaux rouges et noirs, frappés de l'étrange logo de la soirée, fléchaient le parcours.
La route, sinueuse et verglacée, zigzaguait entre les entrepôts, les stations-service, les parkings déserts. Au bout de trois kilomètres, il déboucha dans le noir. Plus d'éclairage public, plus de bars ni de night-shops, plus rien. Des murs de tôle, de la boue gelée.
Et au détour d'un virage, il les vit. Trois hommes emmitouflés d'anoraks usés, qui faisaient cuire quelque chose sur un brasero de fortune. Il les dépassa, leur jeta un regard et en fut épouvanté. L'un des hommes le fixa durement et pointa le doigt vers sa voiture en criant. Puis ils disparurent dans le rétroviseur.
La XL ralentit l'allure. On voyait de loin en loin des lueurs frémissantes entre les hangars. La neige se mit à tomber. Karl se détendit peu à peu. Plus que quelques kilomètres, dix tout au plus. Pas de quoi s'affoler pour deux squatters qui font cuire des merguez.
Une ligne droite, bordée de barbelés, dans le brouillard glacé. Devant la voiture, brusquement, un couple traversa la route dans une course éperdue et disparut dans la nuit. Karl tressaillit. C'étaient Nadia et Walter, il en était sûr. Elle portait sa robe en lamé noir, comme pour toutes les grandes fêtes. Il regarda dans le rétroviseur et y vit deux hommes en treillis noir qui traversaient la route à leur tour. Ils étaient armés d'objets brillants. Puis ils disparurent.
Karl commençait à transpirer, à manquer d'air. Le disque s'arrêta et ce fut le silence. Il déboucha sur une grande place bordée de maisons abandonnées sur trois côtés. Le dernier côté était occupé par un supermarché Carrefour encore éclairé mais désert. Un immense panneau oblong, illuminé par des néons, vantait le dernier modèle de téléphone portable, avec écran vidéo et fax satellitaire. Il s'arrêta sous le panneau, inspira profondément et sortit son portable de sa poche. Ses doigts composèrent le numéro de Police-Secours. Il expliqua, les squatters, les rues dans le noir, la poursuite près des barbelés. Le flic de permanence ne comprenait rien, le faisait répéter sans cesse, puis lui dit ne rien pouvoir faire, tous ses collègues étaient sur l'autoroute, occupés à sanctionner les excès de vitesse et les alcootests positifs. Après deux ou trois mots lénifiants, il conseilla à Karl de poursuivre sa route, puis raccrocha.
Karl grelotta, rangea le portable et démarra. Le carton d'invitation de la soirée Millennium n'était pas très clair, le plan trop sommaire. Où aller après cette fichue place ? Dans l'obscurité, il crut voir un panneau rouge et noir qui indiquait la petite route du fond à droite.
Il n'osa pas s'arrêter pour vérifier et s'y engagea.
Les roues patinaient de plus en plus sur le verglas. On n'y voyait rien. Des barbelés, des baraques de tôle, des tas de gravats et de fers à béton. Bah, se dit-il, tout ça c'est une mise en scène, une mise en condition, et dans quelques minutes j'arriverai au cargo. Un parcours initiatique en quelque sorte.
Il sourit et se prépara à choisir un autre disque. Puis il freina net, mais trop tard. Il avait percuté des blocs de béton, au milieu de la route. Un cul-de-sac ? Le choc n'avait pas été trop rude. Il mit la marche arrière, mais ne fit pas trois mètres. Un nouveau choc sourd, un bruit de verre brisé. Il sortit dans le noir, laissant la portière grande ouverte. Les sièges de cuir brillaient dans la nuit. Sa voiture était une petite cellule chaude et éclairée au milieu de nulle part.
Derrière la voiture, il trouva d'autres blocs de béton. D'où venaient-ils ? Ils n'étaient pas là l'instant d'avant. Brusquement affolé, il entreprit de les déplacer. Il se pencha.
Des mains gantées, venues d'on ne sait où, l'agrippèrent par les épaules, les chevilles, le cou. Il hurla, sentit qu'on le traînait, hurla encore. Un coup d'une extrême violence s'abattit sur sa nuque.
Tout devint noir.
Quand il se réveilla, meurtri, gelé, il vit les quais. Pas de cargo.
Ses pieds et ses mains étaient entravés avec du fil électrique. Il était adossé à une cabine de transformation. Il tourna difficilement la tête, entendit des rires, des éclats de voix, des flammes qui crépitaient. Des voitures luxueuses étaient garées çà et là, toutes portières ouvertes. Certaines d'entre elles avaient été poussées dans un fossé. Il vit un énorme tas de vêtements, des habits de soirée, des manteaux, des robes écarlates jetées les unes sur les autres. Et puis, tout à gauche, en tournant la tête jusqu'à la limite de la souffrance, il les vit. Une dizaine d'hommes qui buvaient et festoyaient, assis autour d'une dalle de béton. Il vit des corps entassés, nus, sur le sol. Et de grands quartiers de viande, qui tournaient lentement au dessus des flammes.

27
jan

Un petit test

Pour tenter de créer une bannière influenceurs... et je vous jure que c'est pas une mince affaire pour une débile de mon espèce.
antistval2
Add. de 18H47 : en "influenceurs", ça donne ça (et sur place, y'a même un petit texte de présentation qui parle du jambon) :
Le livre que c'est Anaïs qu'en a écrit une tranche !
Recommandé par des Influenceurs

23
jan

Bravomamako !

Elle a relevé le défi, et bien, personnellement j'adore.

Et vous ?

Ben zallez voir une fois ! 

bd

22
jan

Mako a 24 heures pour faire une BD

Vous vous souviendez de Mako, qui dessinait pour mon blog au temps des cavernes ?

Et bien elle participe à un challenge original aujourd’hui et demain : les 24 heures de la BD.

J’aime autant pour elle que pour moi… Je me suis inscrite sur un atelier d’écriture, et depuis lors, pas moyen de pondre un texte en concordance avec les directives de l’atelier, je suis BLOQUEE !  Imposez-moi des contraintes… je perds mes moyens.  C’est grave docteur ?

Enfin bref pour faire court, passque j’ai pas que ça à faire, et que vingt billets attendent que mon cerveau se mette en marche pour être écrits, Mako elle ose.

Elle relève le défi.

Ici.  

Une initiative sympathique, avec un décompteur horaire qui ne met pas la pression, meuh non, Mako en a vu d’autres avec les idées saugrenues que je lui exposais du temps où nous collaborions.

Allez donc jeter un œil, elle est dans la catégorie amateurs, à la lettre M comme Mako, qui l’eut cru.

Et si vous ne connaissez pas Mako, c’est elle :

makopt