30
avr

Envie d'instruments de musique pas chers ? Pensez Total Music !

Un titre qui sonne comme un slogan pour vous parler d’une chose dont je ne vous ai jamais parlé.  Nooooooon ?  Siiiiiiiiiiiii !  Y’a encore des sujets que je n’ai pas abordés.  Dingue hein.  Mais finalement, fort heureusement, si je veux que le blog tienne encore des années, c’est mieux, isn’t it.

J’ai toujours rêvé de jouer d’un instrument de musique.  Oh, bien sûr, vous me direz, il n’est pas trop tard.  Pas trop tard pour gratouiller une guitare ou tripatouiller un piano, je suis d’accord.  Mais pour être une virtuose, manier le Stradivarius, faire des tournées à travers le monde et rassembler des foules, il est un peu tard...

Quoi qu’il en soit, si pour vous aussi, jouer d’un instrument est un vieux rêve, allez visiter le site de Total Music, le temple de l’instrument de musique, au cœur de Paris, qui vous propose un choix incroyable en guitares classiques, synthés, guitares sèches, ainsi que des tas d’autres instruments dont des instruments de musique pas chers et même des harmonicas (ça j’en ai déjà un nananère).  De quoi trouver son bonheur non ?  En cerise sur le gâteau, le magasin propose des vidéos des groupes qui se produisent sur place, des tests vidéo des produits et des cours en live.

Personnellement, mon grand rêve de toujours, c’est le piano.  J’ai même failli en adopter un, il y a quelques années.  Un piano droit.  Sans savoir y jouer.  Mais j’aurais appris, pardi.  J’ai renoncé, par manque de place, et manque de bras musclés pour le monter dans mon appartement.  Cette envie doit me venir de l’enfance, lorsque j’allais chez ma marraine, qui avait un piano, sur lequel je pouvais tapoter à l’occasion.  Et puis elle dessinait aussi.  Bien.  Très bien.  De là cette envie, sans doute, en moi, d’être une artisssss’ ! 

Sinon, j’ai failli apprendre la guitare, du temps oùsque j’avais entamé des études, vite arrêtées.  Mais la guitare, ça me tentait.  Vraiment. 

Puisqu’il  paraît que pour trouver sa première guitare, Total Music c’est l’endroit idéal, je vais y faire un tour, je reviens. 


Aaaaaaaaargh, regardez ce que j’ai dégotté !   Si c’est pas adorable !  J’en veux une.

 

 

 

Au fait, si vous envisagez d’acheter un instrument, profitez du code de réduction totalmusic3 : il vous octroie une remise de 5% sur les instruments, valable jusqu’au 30/06/2008.

Article sponsorisé

25
avr

Histoire du tigre...

Mercredi 23 avril, me voilà embarquée pour la Maison de la Culture de Namur (j’entends vos sarcasme, « Anaïs à la Maison de la CULTURE, en voilà une idée saugrenue »...), pour « Histoire du tigre et autres histoires ».

Etrangement, ce spectacle me dit vaguement quelque chose.  J’ai dû lire un article.  Ou en entendre parler à la TV.  Je ne sais plus trop, mais je connais.  De nom.

Arrivée en avance, je zone sur la place d’Armes, admirant ma commune vue du ciel.  Joli comme tout !  Grisant.  Enivrant.  Ma ville est belle.  C’est la plus belle du monde, qu’on se le dise.  Oh, ma citadelle.  Oh, ma Meuse.  Oh, mon bureau.  Oh, et là, ça serait pas chez moi par hasard ?  Soudain, sur une photo, la roue de l’avion d’où sont pris les clichés me rappelle la hauteur.  Je ressens le vide.  Il m’aspire.  Angoisse.  Vertige.  Heureusement, je suis sur le plancher des vaches.  

Ensuite, direction la Maison de la Culture pour le début du spectacle.

L’histoire ?  Un conte chinois.  Avec un chinois.  Lors d’un exode massif.  Blessure grave.  Abandon par les siens.  Se réfugie dans une grotte.  Où vit une tigresse et son petit...

Voilà l’histoire.  L’acteur, Hervé Guerrisi, nous la résume.  Ensuite, il nous la joue.  Et c’est là que tout commence.

Car pour jouer, il joue.  Il est habité.  Tous les personnages sont en lui.  C’est stupéfiant.  Scotchant.  Surprenant.  Etonnant.  Et captivant.  Impression étrange d’avoir plusieurs acteurs sur scène.  D’avoir un tigre sur scène.  Et un tigrichon (sic).  Et un « sage » qui dispense ses bonnes paroles, à la manière des « idées » surgissant parfois dans les dessins animés, dans une bulle, en haut à droite, cliiiiiing.  Et une foule de chinois, par moments, qui se déplace.  Qui court.  Qui vit.  Et la tigresse, omniprésente, qui rugit.  Et le public, qui rugit en écho.

La gestuelle d’Hervé (je l’appelle Hervé, comme si on avait gardé les moutons, ou plutôt les tigrichons, ensemble - je m’y autorise, car il est brun et ténébreux, alors voilà quoi, vous comprenez...), donc, sa gestuelle et dingue.  Son énergie est communicative.  Le public adhère.  Lorsqu’il parle de la jambe infectée, de SA jambe infectée, je sens presque l’odeur du pus, je ressens presque la douleur.  Lorsqu’il évoque la tigresse vidant sa proie, lorsqu’il EST la tigresse vidant sa proie, je la vois.  La tigresse.  Et la proie.   Le coeur qui bat, les intestins qui s’enroulent.  Pour peu, je verrais le sang gicler.  Et notre chinois qui tète la tigresse, à s’en faire exploser l’estomac, j’en serais presque écœurée.
 
Les intestins et l’estomac m’ont marquée, je l’admets... normal, j’étais pas trop bien mercredi soir.  J’ai comme une gastro-entérite chronique en ce moment...   J’ai sans doute abusé de lait de tigresse (private joke, seuls ceusses qui ont vu le spectacle comprendront).  

En bonus, une histoire choisie par le public, le mythe de Dédale et Icare.  Je connaissais Icare, qui a trop voulu s’approcher du soleil.  J’ignorais le lien avec Dédale, le labyrinthe, le minotaure et patati et patata.  J’ai tout appris.  De manière vivante.  Ah, si les profs étaient comme Hervé, clair que les élèves adoreraient venir au cours, et clair que la trigonométrie et la conjugaison auraient une autre saveur.

En bonus du bonus, le sacrifice d’Isaac, avec une flopée de personnages incroyablement incroyables.  Scotchant.  Dommage que mes intestins menacent d’exploser.  Dommage que mon estomac menace de s’enfuir par ma bouche.  Dommage que le marchand de sable me fasse du rentre-dedans.  Parce que cette troisième partie est une véritable cerise sur le gâteau.  Et je ne l’ai pas suffisamment savourée.

En résumé (ce terme devrait être rayé de mon vocabulaire, je suis incapable de résumer quoi que ce soit, je m’étends, je m’étire, je m’allonge... je parle trop, je sais, ou plutôt j’écris trop) : c’est drôle, c’est captivant, c’est vivant et c’est original.  

Hervé Guerrisi n’est pas un acteur, il est une troupe entière à lui tout seul !

Filez découvrir son spectacle sur son blog, et s’il passe par chez vous, foncez.  Foncez, j’ai dit !
HISTOIRETIGRE


21
avr

Et un chtit concours un... pour gagner un relooking gratuit

Ça vous dirait de gagner un relooking gratuit pour deux personnes ?

Oui ?

Et bien tant pis, car c'est moi qui vais le gagner, et avec Mostek nous irons, telles deux Cendrillons modernes, nous faire relooker de la tête aux pieds.

Mais bon, je me dois d'être honnête : c'est un concours.  Et qui dit concours dit égalité des chances pour tous.

Alors, je ne peux que vous inviter à participer, vous aussi, à ce chouette concours pré-estival, qui vous permettra de gagner un relooking complet pour deux personnes en surfant sur le site de la Halle aux chaussures.

Quatre looks sont disponibles, lesquels reflètent parfaitement les nouvelles tendances printemps-été 2008.  Donc, sont proposés, au choix, le look rétro (et vive la nostalgie), le look pop (pour les fans des années 80), le look ethnique (pour courir de par le monde) et le look bijouté (pour briller de mille feux).  J'hésite fortement, pour ma part, entre le rétro et le bijouté...  Je sais, je sais, je devrai faire un choix, mais je réfléchis encore un tout petit peu...

Le relooking qui sera offert par la Halle aux chaussures et organisé par Agnès Lemoine. Il sera d'ailleurs composé d'une séance de colorimétrie, d'une séance de maquillage, d'un passage chez le coiffeur et d'une séance de shopping accompagnée.  Argh, j'en bave d'avance.  Peut-on prévoir une dégustation de macarons après tout cela ?

Envie de participer ?  Surfez sur
 
http://www.lahalleauxchaussures.com/grand_jeu_nouvelle_co... et inscrivez-vous...

Mais je vous le répète, c'est moi qui vais gagner.  Na.

 

relooking


Article sponsorisé

 

14
avr

Cœurs de bloggueurs

Quand une poignée de bloggueurs se rassemblent pour créer un livre, ça donne Cœurs de bloggueurs, un recueil d’une vingtaine de textes rédigés par des bloggueurs de plusieurs pays.

Un livre à s’offrir pour découvrir tous ces bloggueurs, mais également car les bénéfices des ventes seront reversés à une œuvre (qui me tient à cœur, en plus, ça tombe bien).

Alors foncez voir ça.

En plus, c’est pas cher !  Allez zou, filez vous acheter Cœurs de bloggueurs.

 

Livre Coeur de blogueurs
Recommandé par des Influenceurs

11
avr

Les ventes privées sur Espacemax

disclaimer
 
Espace max


Les ventes privées sont à la mode.  Enfin dans certains milieux, car dans mon bled paumé, elles n’ont pas encore envahi l’espace, et c’est bien dommage.  Mais dans les milieux branchés, on n’entend plus parler que de ça.

En plus des ventes privées en « live », il existe maintenant des ventes privées sur le net, notamment via Espacemax, pionnier en la matière dans le secteur de la mode, du luxe et de la décoration.

Bon nombre de créateurs et de maisons de couture (ça en jette hein, avouez) font confiance à Espacemax et proposent des ventes privées avec des réductions allant jusqu’à 80 % (c’est surtout là que ça en jette, que vos yeux s’exorbitent et que votre langue pend jusqu’au sol, avouez).

Depuis peu, l’actrice Zoé Félix est devenue l’ambassadrice d’Espacemax et partage avec les internautes ses bons plans et ses envies de jolie et jeune (oui elle est plus jeune que moi, je sais) fashion girl moderne qu’elle est, en matière de mode et de créateurs.

Afin de vous parler au mieux d’Espacemax, je me suis inscrite sur le site.  Ben oui quoi, pour en parler, faut tester !  Vente en cours : Les fées du Bengale.  J’adore les fées, bon présage.  Et bien je vais vous le dire comme je le pense : j’ai été positivement étonnée.  Je m’attendais à des prix à tomber dans les pommes, mais pas du tout.  Les réductions valent vraiment la peine, et on trouve des tops très féminins à partie de 24 eur et des robes à damner un saint à partir de 60 eur.  J’avais d’ailleurs repéré une petite robe grise absolument adorable, de style cache ventre et toute féminine, mais elle est malheureusement épuisée, ô drame (68 eur au lieu de 165, dommage, vraiment dommage).

Si les prochaines ventes privées (LiliPop, No Collection - des marques que je vais me faire un plaisir de découvrir, car, dans mon inculture modesque, je ne les connais pas) vous tentent, allez vous inscrire sur Espacemax et profitez du code de réduction mode « EGERIE » qui vous fera, grâce à cet article (keskon dit à Anaïs ?) gagner 10 % de réduction (validité un mois après votre inscription).