14
aoû

Un bout de mer dans mon humble demeure : Fleur de Corail de Lolita Lempicka

Cet été, jusqu’à il y a peu, je n’avais pas encore vu la mer.  Et à bien y réfléchir, l’an dernier, j’avais pas vu la mer non plus.  C’est un drame pour moi, passque la mer, c’est comme Paris, j’aime bien avoir ma dose régulière. 

La mer, il me suffit de la regarder pour être à la fois heureuse et mélancolique, faut pas chercher à comprendre.

La mer me fait réfléchir au sens de ma vie, au sens de LA vie, au sens de l’univers, aux petits êtres qui vivent peut-être ailleurs (n’appelez pas l’asile psychiatrique, je n’ai rien bu ni mangé de contraire à la morale), bref ça me fait méditer un tantinet.  Et rêver.  Et nostalger (verbe issu du terme nostalgie, vous l’aurez aisément compris).

A la mer, il me suffit de quelques crevettes grises, d’un bout de sable vers 18 heures, après une journée chaude, d’une compagnie agréable, de silences et de discussions, et je suis bien.  Un bout de bonheur.

J’aime la mer, et ce n’est pas nouveau.

Alors, lorsque j’ai reçu un morceau d’océan chez moi, je peux vous dire que ça m’a mis du baume au cœur, tout comme la forme du flacon.  Un véritable petit bijou turquoise, orné d’autres bijoux qui rappellent la grande bleue.  Pas de bouchon, ce qui semble être une habitude pour ces flacons d’une beauté pour moi inégalable. 

Et à l’intérieur, un nectar fort et suave, que je réserverai pour les mois d’hiver, car je le trouve un peu « trop » pour l’été.  C’est le double effet de ce parfum, la beauté pour l’été, l’odeur pour l’hiver.

Rien à faire, je suis définitivement conquise par les parfums de cette créatrice.  

fleurcorail

31
jui

Sea, sand and sun

lancaster
Enfin !

Il est enfin là.  Et bien là.  Enfin, on ne peut présager de rien, mais il est là et on ne va pas s’en plaindre.  Même si, en bonne belge rouspéteuse, voire rouscailleuse, je dirais qu’il fait chaud.  Trop chaud.  Beaucoup trop chaud.

Mais il est là.

Le soleil.

Que j’aime tant… mais à l’ombre.

Et même si je passe mon temps à l’ombre, ne rejoignant la zone ensoleillée qu’en fin de journée, pour profiter des derniers rayons qui dorent si peu ma peau, je passe parfois, imperceptiblement, de la couleur cachet d’aspirine à la couleur hostie, savoir un blanc un peu moins blanc que le blanc totalement blanc.

Preuve en est qu’on bronze aussi à l’ombre, à travers le parasol, ou via la réverbération, enfin sans doute un peu des deux.

Alors je me protège.  Passque je tiens à ma peau.  Et passque j’ai pas envie de cramer.  Ni de peler.  Et vu que je suis totalement capable de me choper un coup de soleil à l’ombre… je me protège.

Nan, je ne fais pas de banc solaire pour « préparer ma peau ».  Vaste couillonnade de toute façon, on ne prépare pas sa peau aux brûlures et aux cancers.  On l’en protège.  Point barre.  Une année, dans un accès de folie et de bêtise intersidérale, j’ai tenté l’expérience banc solaire, ça mérite un billet, que je vous préparerai bientôt, tant qu’à faire, passque j’ai cru mourir.  Je vous raconterai.  Plus tard...

Pour aborder les mois chauds, j’ai donc reçu une crème protectrice.  Et pas n’importe quelle crème ma bonne Dame : une crème « Lancaster accélérateur de bronzage crème velours irisée ».  Excusez du peu.  Pour moi, dont le dernier achat en matière de crème solaire fut fait chez … Aldi, ce fut un bonheur nirvanesque de découvrir cette crème d’une telle qualité, rien que pour moi.  Enfin rien que pour ma divine petite peau.

Je me suis donc installée, durant mes dernières vacances à domicile, sur ma terrasse ensoleillée, à l’ombre de mon chtit parasol, vue sur ciel bleu, petite glace à portée de main, magazine à portée d’autre main, boisson fraîche à portée de troisième main, ma crème Lancaster dans la dernière main.

J’ai ouvert le tube, et j’ai immédiatement été téléportée en vacances.  VACANCES.  Cette odeur, argh.  Ce type de senteur est sans doute celui qui véhicule le plus d’images pour moi (quoique l’odeur de poulet rôti, et puis celle de chocolat fondu, et celle de vanille, sans oublier celle d’escargots à l’ail…).  Un condensé de plage, de sable fin, de palmiers, de noix de coco, de cocktails, de courses effrénées au bord de la mer et de couchers de soleil.  Que du bonheur.  J’ai ensuite rouvert les yeux.  Ni plage, ni mer, ni palmiers.  Ni rien.  Juste moi et ma vieille carcasse sur mon vieux transat défoncé, sous mon vieux parasol délavé, un tube orange qui sentait divinement dans la main.  Alors, je me suis enduite de cette texture si significatrice et si douce et je me suis endormie paisiblement, après avoir mangé ma glace et lu quelques pages de mon magazine.  J’ai rêvé de palmiers, de couchers de soleil et de noix de coco.

J’étais bien.  Zenitude intégrale.  Bonheur suprême.  Odeur ultime.

Alors, je vous le dis et vous le redis : même sans la mer, même sans les palmiers, même sans les couchers de soleil, c’est ça les vacances.  Un endroit calme.  Ensoleillé.  De quoi se sustenter.  De quoi lire.  Et une crème solaire de qualité, douce, et à l’odeur qui fait rêver !

Pour illustrer tout ça, une superbe photo de la Mer du Nord, qui fait rêver… d’Anne-France.

2512301430_540cbb0c10

30
jui

Célibataire ? Envie de voyage ? Et un voyage célibataires à gagner, un !

 

Je le sais je le sens, je ne suis pas la seule célibataire sur ce blog (sans doute la seule célibataire endurcie, oui, mais pas la seule célibataire, ça non).

 

Le célibat, ça n’a que des avantages.  Si.  Et si vous zêtes pas d’accord, ben zavez qu’à être d’accord.  Point barre.  Le célibataire peut se lever quand il le veut, se coucher quand il le veut, péter quand il le veut, manger quand il le veut, regarder des conneries à la TV en ingurgitant des hectolitres de glace quand il le veut et faire l’amour quand… ah ben ça non, pas toujours, en effet.  Que des avantages, je vous dis. 

 

Et en vlà un de plus : un week-end au soleil à gagner avec Parship.fr !

 

Parship.fr, site de rencontre français, propose une méthode basée sur un test de personnalité qui permet une analyse de ses propres envies et attentes.  Ensuite, le site dresse la liste des célibataires mâââââles (enfin pour nous, les femmes - mais y’a aussi des femelles, pour vous, les hommes, of course) susceptibles de nous  plaire… tout cela gratuitement.  Si vous souhaitez, ensuite, devenir membre Premium, vous aurez en plus accès à des articles, à la newsletter et à des conseils dispensés par une psychologue, si vous ressentez le besoin.

 

Mais nous parlions célibat, soleil, mer, petits zoiziaux et week-end (romantique ?) à gagner…

 

Alors gagnez … en visitant ce site www.lesclesdeschamps.com et en participant gratuitement au concours, via six questions, pour prendre la poudre d’escampette et gagner un week-end  pour  deux à Rome, Barcelone ou Marrakech.

 

Je sais, vous m’aimez… enfin surtout les français, puisque ce concours vous est réservé.  Alors si tu es français, grand, brun, ténébreux et romantique, tu sais ce qu’il te reste à faire (ben quoi, sois un peu perspicace : participer, gagner, et m’inviter tiens alleye une fois).

 

Bonne chance à tous.

 



Article sponsorisé

23
jui

Page de pub

Cette série de publicités, j'en suis folle.  Et pourtant dieu sait combien je déteste cette eau, que je suis incapable de boire.  Elle est sèche.  Oui, vous lisez bien, elle est sèche et arrache le gosier.  Mais on peut ne pas aimer l'objet, et en aimer la promo...  Alors, comme j'imagine que ces pubs ne passent pas en France, et pour le plaisir de les revoir, les voici.



21
jui

Femmes au volant, galère à chaque tournant ?

 

« Marre des machos au volant ? » titre cette campagne de Point S basée sur une étude révélant, si besoin en est (mais besoin n’en est pas, n’est-ce pas Mesdames ?), que les femmes ne sont pas si nulles que ça en matière d’automobile, non mais.  Qui en doutait ?

Mais c’est vrai quoi, y’en a marre des machos qui usent et abusent de leur klaxon, qui profitent de leur véhicule pour draguer toutes les paires de fesses qui passent à leur portée, qui considèrent les femmes comme des déneuronées dès qu’il faut sortir une clé à molette ou trouver son chemin. 

J’ai récemment lu un article et vu un reportage sur un garage géré uniquement par des femmes : un succès ma bonne Dame.  Les femmes sont plus pointilleuses, plus organisées, plus tout et plus mieux.  Qu’on se le dise.

Donc moi j’aime cette campagne.

Passqu’elle permet de découvrir quel type de conductrice nous sommes, nous, femmes.  Moi paraît que je suis trop gentille, que je dois plus me laisser faire par les machos.  Mais que ma gentillesse pourrait peut-être transformer le crapaud qui passe en prince charmant.  On vit d’espoir.

Passqu’elle propose un clip ludique à la manière « avant-après », afin d’avoir enfin la répartie nécessaire face aux machos et aux maris vilains pas beaux.

Passqu’elle offre un permis de répondre à mourir de rire, dans le même but.  Exemples ?  Exemples ! 

« Tu n’as vraiment pas le sens de l’orientation »  « toi tu t’orientes tout droit vers le divorce ! »

« Femme qui tient le manche, direct dans les branches » « toi apparemment tu n’es jamais redescendu de ton arbre ! »

« ça t’arrive de penser à entretenir ta voiture ? » « ça t’arrive de penser tout court ? »

Et j’en passe et des meilleurs.  Ah, franchement, ce permis de répondre vaut le détour.

Bref, de quoi passer un bon moment, mais surtout de quoi savoir que dire lors du passage du prochain macho.  Le machisme ne passera plus, qu’on se le dise.  Non mais !

Le tout à découvrir sur http://www.ebuzzing.com/rd/3089_176_6855_576_670/www.vive...

 

 


Article sponsorisé