10
mar

Les netbooks d’Asus : beaux et pratiques, que demander de plus ? Ben en avoir un, tiens

Vous avez pu constater, lors de la grave maladie de mon portable, le virus H1N1 des portables, pour rappel, à quel point le désespoir m’a envahie.  Enfin je dis ça, mais vous l’avez finalement peu constaté.  Vous ne m’avez pas vue pleurer comme un goret toute une soirée.  Vous ne m’avez pas vue me démener pour récupérer mes documents. Vous ne m’avez pas vue me lever, le lendemain, après avoir mal dormi, yeux rouges, cheveux gras, bouche triste.  Vous ne m’avez pas vue bosser pendant une semaine sur mon vieux PC, enroulée en nem dans un plaid, pieds sur des chaussons en grains de blés chauffés (je vous déconseille ces chaussons d’ailleurs, vendus chez Blokker, c’est tout humide et ça pue la rage, contrairement à ceux en noyaux de cerises qui sentent bon la tarte).

Bref tout ça pour dire qu’un portable, même s’il est le compagnon d’un fixe, c’est indispensable.  Qu’une fois qu’on l’a, on ne sait plus s’en passer, un peu comme un brun ténébreux.

Et que s’il est beau, ce portable, et pas tout noir tout triste tout lourd tout virusé comme le mien, c’est encore mieux.

Les netbooks d’ASUS, made by Karim Rashid, ils sont beaux.  Et pratiques.  Et légers.  Et quand je dis beau c’est beau.  Surtout le fuchsia, pour moi qui suis dans ma période rose et kitch (même que j’ai acheté un sac rose à clous, pas plus tard qu’hier, et des godasses argentées, et des lunettes mauves, c’est dire… vous voulez voir tout ça ?).  ça irait bien, non, un netbook fuchsia, avec un sac rose, des chaussures argentées et des lunettes mauves…  Et puis je pourrais me la péter dans le bus.  Je m’y vois, en train de rédiger mes billets, au vu de tous les voyageurs intrigués (ne pas penser aux pickpockets, ne pas penser aux pickpockets).

Le netbook fuchsia, il a la taille d’un livre… et moi qui suis toujours en train de bouquiner, à l’arrêt de bus, dans le bus, avant le bus, après le bus… ça me botterait bien un petit netbook de la taille d’un livre, clair.  Il est autonome durant six heures (le mien meurt après une heure trente), a un écran de 10,1 pouces à écran LCD et un clavier ergonomique, il est aussi doté de la technologie Express Gate (keskeska ?) qui permet un accès rapide à Skype, internet, photos, jeux ou messagerie instantanée.  Bref, il est idéal en complément d’un ordinateur de bureau ou d’un portable classique.  Totalement pour moi, quoi, vu que j’ai déjà un PC souffreteux et un portable à peine guéri.  Pfffff, en parler, ça me déprime, j’en veux un, c’est possible Saint-Nicolas ?  Ou les Cloches de Pâques, c’est bien plus proche, tant qu’à faire.

Je choisis le rose « hot pink », comme ils disent chez Asus.  Allez quoi, merde à la fin, j’en ai marre que les grands saints, les cloches et autres papas nowèl m’oublient chaque année…

J’y crois j’y crois j’y crois (exposant mille).


Article sponsorisé

8
mar

Dix vies dix destins


10 vies, 10 destins : le reveal

Finalement, je n’avais pas trop réfléchi en acceptant de relayer la campagne « dix vies, dix destins ».  Passque le titre m’a tout de suite plu…  et voilà.

Mais je n’avais pas pensé au fait que la révélation pourrait totalement aller à l’encontre de mes convictions, de mes désirs… Imaginez : dix personnes qui veulent entrer dans les ordres, dix futurs terroristes (oui, bon, là, c’est de l’extrapolation débile et peu crédible, je sais), dix personnes qui se marient sans amour, pour l’argent ou la gloire, durant une seule cérémonie, dix personnes qui vont abandonner leur animal aux prochaines vacances, dix personnes qui ont décidé de devenir chômeurs professionnels, dix personnes qui vont ouvrir un blog intitulé « le célibat ne passera pas par moi »… Bref, dix vies, dix destins de m…

Fort heureusement, il n’en est rien… et une lectrice l’avait pressenti… alors que moi pas du tout.  C’est clair et net, je le savais mais j’en ai confirmation : je n’ai aucun sixième sens.

Il s’agissait bien d’un don.

Pas un don d’organe, mais un don de moelle osseuse.  Pour la cinquième semaine de mobilisation pour le don.  De moelle.  Osseuse.  (Mmmh, envie d’un osso bucco, là, de suite – bon, même pas drôle, mais faut-il éviter toute blagounette parce que le sujet est sérieux ?).

Parmi ces dix personnes, certaines ont eu la chance de recevoir un don et de guérir ou d’être en rémission. 

Parmi ces dix personnes, d’autres sont inscrites sur le Registre France Greffe de Moelle, et un jour, ils pourront peut-être aider quelqu’un.  Tout comme moi qui suis inscrite en tant que sauveuse de grenouilles qui traversent sans regarder.  Tout comme moi qui suis inscrite comme donneuse d’organes. 

Un don pour une vie, n’est-ce pas la plus jolie expérience au monde ?

Le slogan de cette semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse, c’est "Ma chance, c’est vous !"

J’adore j’adhère.

Si vous adorez et adhérez aussi, inscrivez vous au Registre France Greffe de Moelle ou à son équivalent belge… ou de votre pays, vous lecteurs du monde entier et aussi de l’univers.

Inscriptions pour la France sur  http://www.dondemoelleosseuse.fr/je-souhaite-devenir-donn...

Et si vous voulez créer votre propre page, vous mobiliser et agir concrètement, c’est ici http://www.dondemoelleosseuse.fr/5eme-semaine/mobilisez-v...

Finalement, c’était risqué de relayer cette campagne sans savoir de quoi il en retournait… mais au final, c’est que du bonheur de relayer ça, moi qui ai ma carte de donneur depuis que je suis haute comme quatre pommes.


Article sponsorisé

1
mar

Dix vies, dix destins

« 10 vies. 10 destins. Une aventure humaine exceptionnelle. »

J'adore ce titre et ce concept, car il laisse la porte ouverte à tout et n'importe quoi... Place à l'imagination...

Alors, dix vies, dix destins, ça peut être quoi ?

Dix personnes qui se lancent dans la gestion d'un blog ?  Banal...

Dix personnes qui vont entrer dans un loft version 2010 ?  Possible, mais réchauffé...

Dix personnes qui vont ouvrir un compte en banque au même endroit ?  Commercial...

Dix personnes qui vont se faire couper les cheveux ?  Nan, je coupe pas les cheveux en quatre...

Dix personnes qui vont changer de sexe ?  Why not...

Dix personnes qui partent en Haïti pour aider leur prochain ?  Sympa...

Dix personnes qui vont être éditées ?  Le rêve...

Dix personnes... j'ai plus d'idées !

Et puis, le 8 mars, sauf erreur, journée de la femme ... ce ne peut être un hasard... car c'est le 8 mars que leur destin sera enfin révélé.  Non, ce ne peut être un hasard, mais ça ne m'aide pas vraiment, finalement.  Réfléchis, petite Anaïs...

Dix personnes, homos ou hétéros, qui vont demander en mariage la femme de leur vie ? 

Dix personnes qui vont se battre pour l'abolition de, au choix, l'excision, la violence faite aux femmes, les différences salariales, un juste partage des tâches ménagères, la fin des viols... y'a de la matière au niveau femme...

En attendant le 8 mars, vous en avez-vous, des idées ?  

Pour voir la vidéo de présentation et donner votre avis... que vous laisserez aussi ici, je l'exige...  Passque j'ai plus trop d'idées...

Article sponsorisé

 

24
fév

J'ai testé les macarons Alsa

Vous le savez, j'ai traversé une grande phase "cuisine sucrée" récemment, avec le gâteau de Savoie étouffe chrétien et le chocomousse.  Et je ne vous ai pas parlé de la mousse au chocolat (c'est pour bientôt) ni de mes cakes aux fruits rouges (pour bientôt aussi) !

J'ai donc testé avec un bonheur intense la préparation pour macarons au chocolat Alsa.  Dans la petite boiboite, un sachet pour les macarons, un sachet pour la farce, car toute fan de macarons le sait : un macaron est fait de deux petits ronds (ce mot est importants pour la suite) croustillants et moelleux à la fois, scellés par une farce moelleuse elle aussi.  Que du bonheur.

Et comme c'est une préparation qui aide les piètres cuisinières telles que moi, c'est du bonheur +++++.

Et comme c'est sans colorant ni conservateur, c'est du bonheur +++++.

Je m'y mets donc, et prépare mon matos : une cuiller, une spatule, deux plats, un batteur, deux blancs d'œuf, 100 ml de lait et ma boîte Alsa.

Première étape.  Faire bouillir le lait, y ajouter le sachet pour préparation au chocolat (j'ai nommée "la farce"), mélanger jusqu'à ce que ça bouille/boude/boue, puis mettez au frigo.

Jusque là, réussite totale.  Facilité absolue.  Goût divin.

Seconde étape.  Battre les blancs en neige.  Les mélanger à la poudre pour macaron (j'ai pas nommé, c'est explicite). 

A ce niveau, toujours la réussite totale et indubitable.  Facilité intense.  Goût toujours divin.

Troisième étape.  Sur votre papier de cuisson.... aaaaaaaaaaah, j'ai pas de papier de cuisson, moua, sacrebleu.  Du papier alu, ça fera l'affaire, Miss Alsa ?  Elle me répond pas, qui ne dit mot consent.  Papier alu.  Sur votre papier de cuisson alu, faites 24 petits "tas" de votre préparation pour macarons, de 4 centimètres de diamètre.

Facilité absolue.  Quoique 4 centimètres, pas facile à atteindre.  Mon premier demi-macaron est trop grand, je me restreins pour les suivants.  Ils sont pas super ronds, mais ça devrait s'harmoniser à la cuisson.

Enfournez à température minimale durant 20 minutes, puis 15 minutes sur thermostat 5.

J'enfourne.

Tout en surveillant, je découvre la suite de la recette : sortir du four, laissez refroidir, décoller doucement les demi-macarons, les enduire de la farce refroidie elle aussi.  Et voilàààààààààà c'est prêt.

Et voilàààààààààààààààààààà, ma minuterie sonne.  L'heure du glas.  Nan, j'exagère pas, l'heure du glas quand je découvre le résultat, au sortir du four.  Je n'ai plus 24 petits demi-macarons ronds.  Pas 24 demi-macaRONDS.  J'ai du macacarré.  Du macartedumonde.  Et tout ça en un seul exemplaire.  Mes macarons se sont tous réunis, attirés comme des aimants, pour faire une sorte d'énooooorme macaron difforme.

C'est définitif, je suis une nulle, même pas cap de cuire 24 demi-macarons.

Mais à mon avis, et non, je ne tente pas de rejeter la faute, c'est à cause de mon four.  Mon four, il est basique, pas de chaleur tournante, pas de fonctions ultra-sophistiquées.  Basique.  Basique qui cuit plus dans le fond que devant, ce qui m'oblige à retourner mon plat (dans le bon sens bien sûr, pas dans le sens "tu retournes, ça tombe") à mi-cuisson.  Ce que j'ai fait pour mes macarons.  En vain.

Bon, évidemment, l'aspect est monstrueux, vu ma nullité absolue et irréversible, mais le goût est mmmmh mmmmmmmmh et re-mmmmhhhhhhh.  Alors finalement, il me suffit de fermer les yeux, de saisir un bout de macapasrond, de l'enduire de farce au chocolat, et c'est comme si j'y étais... et là, c'est délicieux.  Que demander de plus ?  Un peu de talent de ma part, je sais, bande de vilains pas beaux.

Voulez-vous des photos ?  Etes-vous disposés à prendre le risque de frôler la dépression nerveuse, ou le fou-rire, c'est selon, en découvrant mon œuvre ?  Réfléchissez quelques jours, puis faites-moi part de votre décision.

Conclusion de cette aventure Alsa : c'est hyper facile à préparer, c'est très rapide, c'est super bon à déguster, faut juste avoir un four capable de cuire correctement ses macarons, afin qu'ils deviennent des macaronds et pas des macartedumonde... (qui a dit "et une Anaïs capable de disposer correctement sa pâte", que je le frappe avec ma spatule encore enduite de farce au chocolat ?)

Demain, je tente les autres nouveautés Alsa, car oui, je crois en moi, et Alsa aussi croit en moi, y'a que vous qui n'y croyez plus, tchu :

-    Fondant saveur Caramel Beurre Salé
-    Rochers Coco
-    Pain d’épices de Mamie
-    Gâteau Basque de Mamie
-    Gâteau Breton de Mamie

Découvrez le tout sur : http://www.alsa.fr/produits.php?id_gamme=5#macarons

Et si vous voulez gagner une boîte de préparation pour macarons, et tenter de faire mieux que moi, c'est ici : http://www.papillesetpupilles.fr


Article sponsorisé

15
fév

Zone Xtrême... le reveal

Je vous l'ai présenté récemment, voici la révélation...