5
jui

Sanex 0 % purifie les plages... et l'environnement

SANEX 0% c'est un déo sans savon qui contient très peu de parfum.  Il est également sans paraben, sans phtalate, sans colorant, et sans phénoxyéthanol, soit en moyenne deux fois moins d'ingrédients chimiques que dans un gel douche classique.  En plus, il se recharge grâce à des poches souples, écologiques et économiques, contenant 73 % de plastique en moins qu'un flacon classique de 500 ml, contenu de la recharge, qui permet donc de recharger deux fois Sanex 0 % (ça va, vous suivez, ou je dois vous faire un cours sur les contenances ?)  Bref, que du bonheur pour l'environnement.

Bon, je sens que vous vous endormez, je peux comprendre, vous n'avez pas l'habitude de me voir causer produits de beauté, de maquillage, de soins, de douche, de bain et tutti quanti.

Ok, ok, j'en viens au coeur de mon sujet, à la chose que j'ai trouvée super chouette pour cet été, savoir l'action « 1 gel douche Sanex 0% acheté = 1 m² de rivage nettoyé ».  C'est cool ça non ?  Et c'est pas tout neuf, puisque c'est depuis août 2009 déjà que Sanex finance le nettoyage d'un m² de rivage par produit de sa gamme 0 % acheté (en partenariat avec La SurfRider Foundation.)

Ce qui est plus neuf par contre, c'est le site www.sanexzero.fr, qui explique l'action en détails, propose des promos mais et surtout un compteur qui indique le nombre de m² déjà nettoyés grâce aux gels douche Sanex 0 %.

En cerise sur le gâteau, un grand concours est lancé, qui permet à l'internaute (savoir à toi, toi et toi, enfin bref toi + moi + nous + tous ceux qui le veulent...) de relayer l'action par e-mail, Facebook, Twitter, Messenger, diligence ou pigeon voyageur.  Et chaque fois qu'un ami de l'internaute (savoir... enfin vous avez pigé) fait un clic, le même internaute gagne un point, qui permet de gagner plein de cadeaux sympas.  Bien sûr, y'a une croisière écolo, ça c'est super craquant de la mort qui tue.  Mais j'aime aussi les plus petits prix, hyper fun, comme le mini-chargeur éolien pour vélo (y'a moyen de l'adapter à un laptop, pour pouvoir jouer à Bubble town jusqu'au bout de la nuit ?) et une horloge à eau (pour moi qui adoooore connaître l'heure à tout moment, le pied d'enfer).

Donc, si ça vous dit de gagner tout ça (et de m'inviter en croisière, j'en rêve, allez quoi, mes vacances ont été annulées, et j'ai pourtant envie de partir, pitiéééééééééééé), surfez sur www.sanexzero.fr et inscrivez-vous.

Article sponsorisé

28
jui

Rhaaaaaaaaaa, les vacances...

Vous sentez, cette odeur ?  Allez, concentrez-vous, une odeur de crème solaire, de barbecue, d'iode et de farniente ? Une odeur de vacances.

Ben ça sera pas pour moi cette année.  Ouais, je vais faire pleurer dans les chaumières.  Mes vacances, ce sera à Namur-sur-Meuse, avec la pluie et l'anti-dépaysement total.

Pourtant, j'avais deux super projets de vacances.  Deux la même année, c'est le pied non ?  Et ben, à cause de félins de poche, de tigres d'appartement, bref de chats, patatras, adios les vacances.

Mon premier projet, c'était l'île de Jersey.  Un paradis fiscal paraît, pour aller planquer mes milliards.  Non mais moi j'adore les îles.  Le fantasme de l'île déserte quoi, même si en général, les îles sont si grandes qu'une fois sur place, on ne réalise pas qu'on est sur une île.  Mais j'en rêvais.  Puis, à cause d'un félin, d'un tigre, d'un chat, patatras, adieu les vacances.  Pas grave, reste le second projet.

Mon second projet donc, ben chais plus où c'était, jamais su retenir.  En France.  Là oùsqu'on va en tuture et sans gros zoisiau de métal, of course.  Villa, piscine, salades, lecture, repos repos repos repos.  Puis, à cause d'un félin, d'un tigre, d'un chat (mais pas le même que le premier hein, soyons fous), patatras, adieu les vacances. 

Je vais pas vous expliquer le pourquoi du comment de si petits animaux peuvent ruiner des projets de vacances, ce serait vraiment trop long, et vous avez déjà pleuré dans les chaumières au début du billet (Hein que vous avez pleuré ?  Non ?  Vilains, va) donc on va pas en remettre une couche (gnarflllllllll, voilà, je pleure), je préfère vous inviter à découvrir le concours proposé par Radisson Blu, passque ça c'est de la vacance, oups des vacances, des vraies de vraies, ce sont les plus belles vacances du monde.  A gagner : 365 nuits d’hôtels, à utiliser pendant une période de 5 ans.  Vous imaginez le bonheur de partir 365 jours en vacances !  Bon, faut envisager un peu de congés sans solde, mais rhaaaaaaaa, j'en rêve.  Pour participer, il vous suffit de convaincre Radisson, et les internautes, que vous méritez ces vacances, via un texte, une vidéo, des images...  La personne récoltant le plus de votes d'ici le 24 juillet gagne, c'est aussi simple que ça.  Attention, pour participer, il vous faudra être citoyen(ne) de l’UE, de la Norvège, l'Islande, le Liechtenstein ou la Suisse. Donc pour mes lecteurs de Tahiti, du Zimbabwé ou du Brésil, sorry sorry.  Bon, ben moi, je vais pas participer, passque j'aime pas montrer ma tête, vous le savez, et puis je pense pas que "bouhouhou je veux partir en vacances, pitiééééé, les félins m'en empêchent, pitiééééé pitiééééé" soit suffisamment original.

Mais vous lecteurs, avec votre verve habituelle, votre tchatche, votre bagou... keske vous faites encore ici ?  Sérieux, je me ferai un plaisir de faire la promo de qui participerait, et d'inviter mes milliards d'autres lecteurs à soutenir mon poulain (ou ma pouliche).  Nan, je demande même pas une invitation chez Radisson en échange... mais si c'est proposé, je dirais pas non hein, of course.  Et je vous assure qu'il y a possibilité de gagner, j'ai un peu vu les candidatures, y'a moyen d'être encore plus original, promis juré.  Passqu'entre la tristesse (mon père est mort, ma mère est triste, elle a besoin d'un break) et la banalité (je n'ai jamais quitté mon pays, pitiééééé je veux voyager), en passant par la candidature numéro 1 actuellement (j'aimerais passer du temps avec mon mari au Radisson Blu), c'est pas super super étonnant et ça ne fait pas super rêver.... donc finalement, mon histoire de félins... ben elle est géniale et d'une originalité folle.  Mais non, je l'ai dit, je ne participe pas, je vous laisse la place.  Alors à vos claviers.

http://www.youtube.com/watch?v=-7yH6wWsviY


Article sponsorisé

31
mai

Placeof-myjob.be

LogoBasic[1]
Vous le savez (ou l'ignorez, mais plus pour longtemps), en plus de mon job adoré auprès de boss chéri, je suis indépendante.

Keske je fais dans la galère de « l'indépendance jobale », vous demandez-vous alors ?  Je me le demande aussi...

Plusieurs choses :

- d'abord, j'écris des bouquins, qui me rapportent des cacahuètes en droits d'auteur, mais j'aime ça

- ensuite, j'écris des articles sérieux et déprimants au sujet du management et des ressources humaines (avec la crise, je vous prie de croire que ça fait pleurer dans ma chaumière quand je les rédige)

- re-ensuite, j'écris des articles sur les biens de consommation, ce qui est souvent plus joyeux que le management, sauf quand j'y annonce que le chocolat fait grossir ou que l'alcool rend saoul

- re-re-ensuite, occasionnellement, je fais de la dactylo, passque moi, je tape plus vite que mon ombre

- re-re-re-ensuite, je corrige des textes, en tous genres

- enfin, et c'est un côté que j'adore dans ce côté indépendant de ma profession, je tente d'être « écrivaine publique », en d'autres termes, je fais des corrections de CV, de lettres de candidature, enfin tout ce qu'une écrivaine publique peut faire quoi.

C'est là que http://placeof-myjob.be/ intervient dans le développement de ma big carrière de la mort qui tue la vie.  Voilà donc une plateforme qui met en relation les offreurs et demandeurs pour du service de proximité.  Et c'est du belge, une fois.  PlaceOf va donc sélectionner 1000 prestataires de services, dans toutes sortes de métiers : ménage, informatique, coaching, travaux, juridique,... Et écrivaine publique, ça vous tente, écrivaine publique ?  Etant donné que le leitmotiv de Placeof est de permettre d'exercer son métier dans une relation directe et humaine avec leurs clients, moi je trouve que c'est parfait pour une écrivaine publique en devenir comme moi.  Ecrivaine publique en herbe, qu'on dit.

Allez je me lance...enfin je me lancerai dès que la section « écrivain public » sera créée.  En attendant, si vous vous sentez l'âme d'un indépendant en devenir, c'est par là que ça se passe... 

buzzparadise

29
mai

Le Cornetto Date Maker

D’abord, je l’avoue, je me suis demandé « mais kekseksa un Date Maker » ?  Prononcé à la belch’, une fois.  Puis j’ai pigé.  Maintenant, on ne dit plus « un rendez-vous galant », on dit un « date ».  C’est le monde moderne, celui qui anglicise tout, celui qui m’a fait lire, à la station essence « bancontact only » (mais que font les non anglophones, qui ne pigent rien de rien à rien ?).

Donc, le Cornetto Date Maker.

Nan, il ne s’agit pas de proposer un rendez-vous, oups, un date, « dégustation en duo d’un cornetto goût au choix ».  Tant mieux, moi, le Cornetto, je le déguste seule, j’aime pas la bave des autres sur MON Cornetto, qu’on se le dise…

Sur http://www.cornetto.com/fr, vous pouvez inviter quelqu’un qui vous plait (c’est préférable), à tchatter sur Facebook ou par mail. Le message peut même apparaître sur la page Facebook de l’élu(e) de votre cœur.  Râteau à la clé ?  Ou grosse pelle assurée (à la Ghislain de l’amour est dans le pré, souviendez-vous) ?  Et donc, le rendez-vous sera proposé, en détail.  Trop cool.  Le nouveau romantisme, en d’autres termes.

Ben moi, dès maintenant, je zieute mon Facebook en attendant une proposition de rendez-vous, enfin de date.  Qui a dit « on vit d’espoir, Anaïs », que je le frappe de vingt coups de Cornetto bien congelé ?

En conclusion de ce billet, l’idée était de faire savoir à mes lecteurs, savoir vous, si j’avais déjà connu un date complètement raté.  Ah ah ah, la bonne blague, s’il ne s’agissait que d’un.  Allez, mes dates foireux, c’est ici, impossible de tout vous copier, ça prendrait trop de place.  Et j’en ai encore plein en stock, jamais raconté, mais je me demande si je vais pas plutôt en faire en recueil, succès assuré…

Article sponsorisé

24
mai

Marionnaud fête les mamans et vous offre un cadeau…

En Gelbique, la fête des mamans, c'est le premier dimanche de mai.  Donc ça fait déjà partie du passé, les colliers de nouilles ayant été distribués et les compliments récités.  Là, on en est aux préparatifs de presse-papier, cendriers et compliments pour la fête des papa, le premier dimanche de juin (le dimanche où nous, pauvre Belges que nous sommes, serons obligés, contraints, forcés - synonymes, mais c'est pour insister sur l'injustice de la chose - d'aller voter pour des incapables, enfin, ceci nous éloigne de notre sujet : la fête des mamans).  Mais en France, la fête des mamans, c'est le troisième dimanche de mai.  Ces Français hein, toujours envie de sortir du lot, non mais.  Enfin, on leur pardonne, c'est ce qui fait leur charme, non ???  Ah ben si.

Je n'ai aucun souvenir des cadeaux que j'ai fabriqués enfant pour la fête des mères.  Je me souviens juste d'un collage, représentant un petit oiseau, fait de feutrine et de gommettes, enfin je pense, mais pas sûre de l'occasion qui m'avait fait offrir ce collage, qui a trôné au mur un temps certain.  Je me souviens aussi d'une boîte à je sais pas quoi, ancienne boîte à cigarillos transformée, à grands renforts de timbres usagés et de vernis qui colle, pour la fête des pères.  Voilà mes deux seuls souvenirs que j'ai de ces fêtes.  Ainsi qu'une chanson, vous connaissez ?  « Les mamans, c'est quelquefois charmant, elles nous disent quand on fait des bêtises, leur cœur plein d'amour est à nous pour toujours, c'est pourquoi vraiment moi j'aime ma petite maman ».  Qui connaît ?

Bref, moi, si j'étais maman, j'entasserais les colliers de nouilles et autres cadeaux faits avec le cœur dans un coffre.  Et vingt ans plus tard, je les offrirais à mon petiot ou ma petiote, ça ferait des super souvenirs.  Je sais, je suis du genre hamster conservateur pathologique, je me le répète sans cesse (Mais vous pouvez être fiers, rien que ce jour, j'ai mis dans une cabane Oxfam pas moins de dix paires de pompes que je n'avais plus mises depuis dix ans, dont certaines presque neuves encore.  Fiers hein ?)

Et si j'étais maman, je serais contente, aussi, de recevoir un coffret cadeau parfumé (non pas qu'un collier de nouilles ce soit nul, hein, mais tant qu'à faire), du genre de celui-ci...


Oui, je sais, c'est un coffret pour enfant, mais keskil est craquant.  Et puis, même en étant maman, on est toujours un enfant dans un petit coin de sa tête hein... En tout cas, moi, j'essaie de garder ce petit côté d'enfance bien vivant.

Bon, maintenant que j'ai fait mon choix,  pour fêter ça, Marionnaud offre des cadeaux.  Racontez-moi, en commentaire, en photo, en dessin... votre meilleure ou votre pire expérience de fête des mamans, en tant que maman ou en tant qu'enfant.  Et je choisirai celle qui me touche ou me fait rire le plus, puis Marionnaud effectuera un tirage au sort parmi les différents sélectionnés sur les blogs participants.  A gagner : un coffret surprise.  Voilà voilà.  Bonne chance à tous.

En espérant que ça vous fasse me raconter des choses super chouettes... Participation jusqu'au 30 mai.

Article sponsorisé