9
jan

Rayon cochon

J’ai un rendez-vous. Un rendez-vous particulier. En fait, je vais déambuler gracieusement dans un méga magasin et il va tenter de me retrouver. C’est son idée. Idée marrante, mais ça promet ! A une heure d’affluence… dur dur !

Je ne vous dirai pas où, je ne vous dirai pas quand, histoire d’éviter à chaque rayon « Anaïs ? c’est moi », « Anaïs ? c’est moi aussi » Anaïs ? c’est moi, le vrai ». Ça serait à mourir de rire pourtant, un rendez-vous collectif. Un speed dating géant : une femme, cent hommes. Bon, j’abandonne mes rêves de Bachelor au féminin et je me concentre.

Dois-je préciser un rayon, histoire de restreindre le terrain d’action ? Une idée débile (comme toute mes idées) me traverse la tête. Je vais lui proposer de se retrouver dans le rayon cochon. Mais non, petits vicieux, pas le rayon cochon-porno, le rayon cochon-enfant. J’y ai découvert il y a quelques temps un cochon extraordinaire. Il dort, et lorsqu’on appuie sur sa patte, il se met à ronfler de diverses manières, toutes plus drôles les unes que les autres, et à chaque ronflement, son oreille vibre. J’étais morte de rire dans le magasin. Même qu’une ado me regardait en se disant « c’est qui cette vieille peau qui se marre toute seule devant ce cochon débile ». Je l’aime bien ce cochon. Je l’ai pas acheté car c’est le genre de truc qui fait rire dix minutes, puis qu’on coupe pour le reste d’éternité, tant ça tape sur le système. Et puis je veux pas provoquer une crise cardiaque chez mon rat !

J’abandonne l’idée des retrouvailles (enfin des trouvailles, puisque ça sera la première fois) au rayon cochon, il risque d’être effrayé de me voir me bidonner devant une peluche rose ridicule. Je vais encore réfléchir, mais après tout c’est son idée, alors qu’il arpente le magasin en long et en large, de haut en bas, de travers. Il finira bien par me localiser.

D’autant qu’il a énormément d’indices : mon BMI et mon BMI, ça s’arrête là. Je l’imagine interrogeant toutes les femmes : puis-je connaître votre poids ? (« et ma main dans ta gu… tu connais ?... » - les femmes sont susceptibles quant à leur poids).

Ça promet bien du plaisir… à moins que je ne traîne seule des heures durant dans ce magasin (il y fait si chaud en plus), alors que lui, tapi dans un coin, ne m’aura pas trouvée, ou ne m’aura pas trouvée à son goût, et se sera enfui ventre à terre.

M’en fous, je vois des copines après, voilà !

7
jan

Une fois n'est pas coutume, une chaîne...

Bon, Superlolo (voir le lien là à gauche) me demande de participer à une chaîne.

D’habitude je ne participe jamais à ce genre de truc glauque. C’est ainsi que je n’ai pas gagné trois GSM Nokia en envoyant 333 SMS à mes amis (les privant eux aussi des mêmes GSM, je suis égoïste), j’ai perdu tous mes amis en ne transmettant pas un mail dégoulinant de bonnes intentions dans les 5 minutes de la réception, je n’ai pas gagné les 5 milliards de milliards d’euros qui m’étaient promis, je n’ai pas fait don de mon sang à quelqu’un qui se meurt depuis 1986 déjà, je n’ai pas diffusé la photo d’une ado disparue le 1/1/97 retrouvée le 2/1/97 mais dont la photo circule depuis le 3/1/97 sur tout le globe, j’ai par contre subi toutes les conséquences de mon irrespect vis-à-vis de ces chaînes monstrueuses (invasion de cafards volants, célibat jusqu’à la fin de mes jours, prise de poids illimitée comme dans le sidérant roman de King dont j’ai oublié le nom, et j’en passe !). Cette fois, je veux en finir avec cette malédiction qui me frappe, grâce à Superlolo, voici donc les cinq choses que vous ignorez sur moi :

- je vérifie mes mails et les commentaires sur mes blogs à chaque moment du jour et de la nuit, c’est devenu un toc
- j’ai un jour acheté un énoooooorme pot de Nutella dans l’intention de faire une orgie, et je me suis payé la gêne du siècle quand la caissière m’a demandé « vous avez beaucoup d’enfants ? », « euh, non, juste un rat, pourquoi ? »
- j’ai 45 contacts MSN, j’ai 70 numéros de téléphone dans mon GSM, et plus de la moitié sont de parfaits inconnus. Mon Dieu, comment en suis-je arrivée là
- j’ai tenté un record du monde et je l’ai perdu de justesse, je n’en suis toujours pas remise (grosse blessure d’amour propre)
- le cadeau que je me suis offert à Saint Nicolas, que j’avais refusé de vous révéler : un petit poisson bleu qui trône dans ma salle de bain (et il ne fait pas qu’y trôner).

Je passe le relais à Céli-bataire et Vénus, qui, je l’espère, passeront un jour par ici malgré leur silence sur leurs blogs.

3
jan

Résolutions : je tiens le coup

Je suis fière de vous annoncer que je tiens déjà pas mal le coup au niveau résolutions :

Je n’ai médit sur mes collègues qu’une fois hier et une fois aujourd’hui (ah bon, c’était une fois par mois ? J’ai dû mal m’exprimer, je voulais dire une fois par jour au lieu de matin, midi, soir).

Ce midi j’ai mangé un potage light, suivi d’une crème Alpro sans cholestérol, une poire à 16h, et ce soir légumes vapeur, lapin (j’ai honte mais c’était un reliquat des fêtes, liquidé en rayon de mon Delhaize – et finalement ça goûtait le poulet donc la prochaine fois je mangerai du vrai poulet), pommes de terre. Bon j’admets avoir avalé quelques pralines (n’insistez pas, impossible de me souvenir du nombre), mais elles étaient offertes par un client au bureau, et si je ne m’étais pas ruée illico sur les manons pour les mettre de côté, elles auraient été englouties par les collègues, ça aurait été dommage non ? Sachez que j’adore le chocolat, comme toute femme qui se respecte (et comme toute femme célibataire qui se respecte, car il est de notoriété publique que le chocolat est un palliatif à la tendresse dont nous manquons, voire au sexe dont nous manquons – ça me rappelle la blague où une blonde s’étonne que ce palliatif ne fonctionne pas sur elle car … il fond quand elle tente de se servir du bâton à d’autres fins que gustatives – oui bon c’est salace), bref j’adore le chocolat, mais je n’aime pas les pralines. Je croque, je jette, je croque, je jette, je croque, je jette, et de temps en temps je croque et je mange, mais c’est rare : trop riches, trop écoeurantes, trop alcoolisées, trop gluantes… SAUF… Sauf les manons, exclusivement de chez Léonidas. Léonidas, j’appelle ça les pralines du peuple, car elles n’ont pas des goûts totalement bizarroïdes genre « champagne thé vert « (Pierre Marcolini 55 eur le kg j’imagine), ou café crème cognac (Neuhaus 49 eur le kg je pense). Les Léonidas (15 eur le kg) sont plus classiques. Je n’aime cependant que les manons, si possible avec noisettes. Qu’on se le dise… (tout qui passerait sur ce blog par hasard me reconnaîtra immédiatement, car tout qui me connaît sait que je n’aime que les manons Léonidas, glups, je suis grillée comme une saucisse de campagne sur un barbecue – je ramène tout à la bouffe je sais, mais j’ai faim).

Je n’ai pas critiqué mon boss de toute la journée. (fastoche, il prolongeait son réveillon, je ne l’ai pas vu).

J’ai mis ma crème hydratante ce matin pour avoir une peau de pèche (et j’ai un bouton ce soir, y a-t-il un lien de cause à effet ?)

J’ai tenté de regarder le journal pour en savoir plus sur cet ignoble individu de 25 ans qui a tué une vieille dame et s’est ensuite enfui (merci les caméras), mais je pense avoir 24 h de retard car on ne parlait que des soldes.

A ce sujet, je suis allée faire un tour dans un magasin de fringues, sous la pression d’une collègue, mais je n’ai rien acheté, yes.

J’ai reçu un SMS d’Echec, d’une banalité rare, et j’ai réussi à ne rien m’imaginer d’autre que le contenu débile de ce SMS, pas de message subliminal, pas de déclaration cachée.

Un contact du net que je n’ai vu qu’une fois, il y a déjà un petit temps, à qui j’annonçais mon nouveau régime, m’a dit « mais je garde un superbe souvenir de toi, tu n’as pu avoir changé à un tel point » (bon il est vrai que je lui avais écrit que je frolais l’obésité morbide, c’est un tantinet exagéré mon BMI étant de 21,22, pour ceusses qui connaissent les théories controversées du BMI). Sur ces bonnes paroles on a planifié de se revoir et il m’a dit trois fois qu’il en mourait d’impatience. On avance, on avance, on avance…

Un bon début non ?

Et surtout, j’ai pris une nouvelle résolution. Car j’ai eu beau évoquer mon statut de bordélique chronique, je n’ai pas précisé que cette maladie se répand dans tous les domaines, et notamment celui des « papiers ». Est-ce parce qu’au bureau je nage dans les papiers à longueur de journée, que je me dois d’être méticuleuse au possible, toujours est-il que dans la vie privée, c’est la honte absolue (un psy dirait que j’ai horreur de faire mes papiers car mon père faisait ça chaque dimanche pour éviter de rester en famille, et je ne le voyais donc quasi pas). Pour vous situer l’étendue des dégâts : je n’ai classé aucune facture (mais je les paie), aucun extrait de comptes, aucune carte d’anniversaire, aucun magasine non lu (et je n’en lis qu’un sur trois… je stocke le reste pour les lire quand ils seront démodés), aucune preuve d’achat, depuis, au bas mot, 2002 (je viens de jeter un œil sur le désastre). Oui vous avez bien lu : ça fait cinq ans. Dois je me cacher sous mon tapis poussiéreux tellement j’ai honte ? Et bien non, j’assume. Et voilà une résolution qui manque donc à ma liste. Enfin trier, jeter, et ranger pieusement tous ces documents dans le petit meuble prévu à cet effet, doté d’une multitude de tiroirs qui permettront un rangement précis et ordonné (faut pas croire mais je suis organisée… par moments). Ça va être super… Demain je m’y mets. J’ai déjà commencé, et descendu les 3.333 extraits de comptes en vue de les remettre en ordre et j’ai commencé à les trier, ça promet un enfer sur terre, quatre comptes, cinq années, le tout dans un shaker ! C’est pas un effort extraordinaire ça ? C’est pas une gentille petite dadame qui prend une si bonne résolution ? Elle mérite pas un bon point la dadame ?

1
jan

Bonnes résolutions de début d'année

Me voici donc prête à dresser la liste de mes bonnes résolutions. Que je ne tiens jamais. Mais cette année tout est différent. Cette année, j’aurai des témoins, qui seront là, jour après jour, pour s’assurer que je tiens le coup. Afin de m’éviter la honte de ma vie, je suis donc contrainte de respecter ces résolutions, que voici :
Faire régime dès le 2 janvier (il me reste donc quelques heures pour m’empiffrer – quelqu’un pour m’inviter au resto, là, tout de suite ??)
Cesser de me faire embarquer dans des histoires rocambolesques liées à mon souci d’aider les bêtes (et les hommes)
Changer la litière du rat chaque semaine, et ne plus le laisser dormir dans ses crottes
Enduire consciencieusement, soit chaque soir, mes jambes de crocodile/yéti, d’une crème ultra hydratante-99 % de gras, pour voir arriver l’été sans stress
Regarder une fois par mois le JT pour parvenir à me souvenir du nom de notre premier ministre et m’assurer que Chirac est toujours président
Toujours coordonner mes sous-vêtements, en cas d’accident et de déshabillage à l’hosto, ou, plus improbable, en cas de rencontre inattendue et passionnelle
Cuisiner des tonnes de haricots vapeur, carottes vapeur, brocolis vapeur, et plus de spaghetti bolognaise, spaghetti carbonara, spaghetti fruits de mer, spaghetti quatre fromages
Rencontrer l’homme de ma vie, et surtout, savoir le reconnaître, ne pas le faire fuir immédiatement et, mieux, le faire tomber fou amoureux de moi
Passer l’aspirateur une fois par semaine, euh non, c’est impossible, une fois par mois
Continuer à regarder une tonne de comédies romantiques (voilà une résolution que je suis certaine de tenir, na)
Ne plus critiquer mes collègues qu’une fois par mois, durant cinq minutes, soit les cinq minutes mensuelles autorisées. Le reste du mois, ne penser à elles/eux qu’en termes élogieux, je ne suis qu’amour et respect, je ne suis que tolérance et compréhension, je ne suis qu’aide et empathie (mantra à réciter chaque soir pour tenir le coup)
Garder mon calme en toutes circonstances, notamment si je repère un fumeur dans un restaurant à partir de ce jour
Soigner mon look jour après jour, même le dimanche (donc éviter les pyjamas informes, les pantoufles pilou, l’œil gras le cheveu terne ou l’inverse)
Boire deux litres d’eau par jour (et non plus coca, ice tea, cécémel et autres boissons sucrées succulentes)
Dire oui amen à tout ce que ma maman dira, impératif pour une entente cordiale durant 364 jours
Faire ma vaisselle après chaque repas (afin d’éviter de grater les peluches verdasses et malodorantes qui décorent les assiettes après quelques jours)
Ne plus fantasmer sur des Echecs qui courent après des Rivales
Au resto, toujours opter pour une salade variée et ne plus me concentrer sur les pâtes
Lire mes ciné revue au fur et à mesure (pour ne plus me ridiculiser en évoquant la romance de Jen Aniston et Vince Machintruc alors qu’ils ont déjà rompu)
Refuser d’essayer le moindre gilet noir, et me rabattre sur les quinze gilets noirs qui encombrent ma garde robe
Apprendre à cuisiner (ça relève du miracle, mais j’ai envie d’y croire)
Acheter une bonne crème antirides et tenir le coup afin d’avoir un infime espoir de résultat
Être moins perfectionniste, moins critique, moins râleuse, moins nerveuse, moins gourmande, moins fadasse, moins paresseuse (chez moi), moins fleur bleue
Être plus zen, plus cool, plus paresseuse (au boulot), plus écologiste, plus tolérante
Et surtout, tout faire pour parvenir à mes objectifs principaux, savoir au niveau privé faire une jolie rencontre, et au niveau professionnel, croire au miracle qui ferait que je trouverais de nouveaux clients pour mon job d’indépendante, et croire au second miracle qui ferait que quelqu’un d’influent passerait par ici et me proposerait quelque chose de créatif, original, répétitif et, si possible, un tantinet lucratif…
Voili voulou.
Et si je tiens le coup pour ces résolutions, le pari sera gagné, mais comme je ne dois plus être perfectionniste, autant y aller mollo et miser sur quelques unes seulement… à vous de dresser votre hit parade des dix plus importantes, je ferai en sorte de les respecter !

4
déc

Ya d'la place pour un keum ici ?

Y a-t-il de la place pour un homme dans ma vie ?

Comme mes acolytes Evelyne (http://excelibataire.skynetblogs.be/) et Céli (http://celi-bataire-cherche-sa-moitie.skynetblogs.be/), je me suis posé cette question aujourd’hui.

Pour obtenir une réponse précise, je me dois de poser l’état des lieux d’une de mes journées type de Célibattante. Les journées de travail n’ayant aucun intérêt, passons tout de suite au week-end.

Samedi : Célibattante se réveille tôt, son horloge biologique étant déréglée par le réveil matin qui la harcèle toute la semaine.

Si Futurhom dort tard, on est mal bar…

Elle glande dans son lit durant quelques heures aux fins de se délecter de séries débiles style Desperate Housewives (ou « quel sera son avenir ?»), Sex and the City (« mais où trouvent-elles si facilement tous ces amants ? »), Urgences ou Docteur House (« du sang, du cerveau, de la rate et des boyaux ») et des tas d’experts (Les Experts à la Ferme, Les Experts au cirque, Les Experts au zoo), et j’en passe.

Si Futurhom souhaite une grasse mat crapuleuse, faudra attendre les pubs…

Ensuite, elle s’habille pour commencer enfin sa journée : tenue d’intérieur en pilou, grosses pantoufles en forme de vaches, un vrai remède contre l’amour. Futurhom devra l’aimer pour sa beauté intérieure, ou lui offrir de jolis déshabillés… et promettre de payer la facture de chauffage à vie.

Après un petit déj bien gras (Célibattante doit manger gras pour survivre à l’hiver – elle pensera à son corps de déesse en bikini plus tard, bien plus tard… trop tard ?), soit elle reprend une position couchée, mais dans le canapé cette fois, pour continuer à visionner diverses séries et films (30 % de chances), soit elle bosse un peu dans la maison – ménage, repassage, lessive (0,00000 % de chances), soit elle fait un peu de shopping pour embellir son corps déformé par les petits déj (50 %), soit elle se plonge dans un bain bouillant qui n’a d’autre vertu que de la relaxer encore plus et de ramollir son corps déformé par les petits déj (20 %).

Futurhom pourrait la laisser profiter de sa matinée et se rendre utile par quelques tâches ménagères.

Après cette matinée harassante, Célibattante s’octroie une pause repas. Comme Célibattante ne cuisine pas, elle hésite entre quiche, pizza, lasagnes. Parfois, mais très rarement (chaque 2 de l’an, bonne résolution oblige), elle se met à cuisiner : sa cuisine devient un champ de bataille envahi de plats, spatules et casseroles poussiéreuses faute d’avoir jamais travaillé (pourtant, Célibattante est superéquipée niveau matos de cuisine – fan de démo tupperwares qu’elle est – ses placards étant pleins elle est maintenant passée aux upperwares mais c’est une autre histoire racontée sur un post précédent). Résultat des courses : une omelette en bouillie, mangeable mais non présentable. Bravo, elle est sur la bonne voie.

Si Futurhom rêve de petits plats mitonnés avec amour, je lui conseille d’enfiler d’ores et déjà ses maniques et sa toque de cuisinier.

Après ce frugal repas, une petite sieste s’impose. Durée variable. Ici, Futurhom est ravi, la sieste peut volontiers être crapuleuse. Seul bémol : si Célibattante ballonne. Beaucoup de femmes ballonnent, non ? Malgré le nouveau Activia antiballonnement, satisfait ou remboursé, Célibattante fait partie de la majorité. Et toute femme qui ballonne exigera d’avoir déballonné avant de s’adonner aux plaisirs de la chair.

Après cette sieste (éventuellement crapuleuse) et le déballonnement, tout est permis : balade, shopping, nouvelle sieste, quelques petits travaux dans le futur nid d’amour, … Célibattante est ouverte à toute proposition qu’on se le dise.

La soirée est consacrée aux amis. Ici aussi, tout est permis : ciné (de préférence bien romantique bien dégoulinant d’amour), resto (de préférence bien gras bien dégoulinant de fromage/sauce/crème), dancing (de préférence bien peuplé dégoulinant de propositions), et autres loisirs sympas style bowling, verre entre amis, jeux, balade si le temps le permet.

En général, Célibattante va faire dodo très tard car elle s’octroie souvent un supplément de TV à son retour. Le dimanche est donc une journée consacrée au repos. Il faut bien se remettre de cette journée de samedi si chargée, et se préparer à la semaine épuisante qui se profile à l’horizon. Dodo, pipi, TV, manger, pipi, dodo…

Rassurez-vous, cette journée type est légèrement caricaturale. Mais force est tout de même de constater que si un Futurhom osait souhaiter partager l’aventure de la vie à deux, une légère adaptation serait nécessaire, Célibattante détestant cuisiner, nettoyer et travailler.

Conclusion : Célibattante, donc moua, étant dotée d’une faculté d’adaptation sidérante, elle est totalement prête pour la vie à deux, qu’on se le dise ! Y a-t-il de la place pour un homme dans ma vie ? La réponse est clairement oui ! Je promets de lui apprendre à cuisiner. Je promets de repasser ses chemises. Je promets d’acheter une seconde TV pour son foot/ses trilogies Star Wars ou autre Matrix. Et, sacrifice ultime, je promets de lui réserver un/quart de planche dans mes garde-robes pour ses petits vêtements, ne suis-je pas adoraaaaaaable ?