25
jan

Une chaîne...

Dans la série des chaînes, j’ai trouvé ce petit questionnaire un peu bateau, mais j’aime ça (et si vous aimez aussi, j’en ai un, plus intime – si si, vous risquez d’en apprendre des vertes et des pas mûres sur moi – mais je ne voudrais pas jouer la saoulante donc je le mettrai si et seulement si 150,47 personnes le demandent – bon si j’ai une seule demande, statistiquement plus probable, et qu’elle est bien étoffée, bien sympa, bien suppliante, je réfléchirai).

Quatre jobs que j'ai faits dans ma vie :
- baby sitter pour deux monstres (ceci explique peut-être que j’ai pas encore de monstre à moi actuellement)
- vendeuse dans une boucherie (et pour l’anecdote j’étais championne en laisser-tomber de bidoche sur le sol, au grand dam des clients qui ne trouvaient pas ça marrant, alors que moi j’étais pliée en deux derrière mon comptoir)
- employée pour une avocate folledingue (du genre la boss dans le Diable s’habille en Prada) qui était persuadée que son personnel s’était ligué dans un projet secret pour la détruire
- mon job actuel (j’ai du bol sur cette question, car j’ai fait que quatre jobs dans ma vie)

Quatre films que je regarderai encore et encore :Pretty woman, Dirty Dancing , Love Actualy, Esprit de Famille, J’me sens pas belle, Ma vie en l’air, On va s’aimer, Falling in Love… oups on a dit quatre. Impossible, j’en ai encore 231 en stock.

Quatre endroits où j'ai vécu :
C’est une maison rouge, inondée en 1925, où j’ai vécu les plus jolies années de mon enfance
C’est une maison blanche, pleine d’araignées
C’est un appart blanc, plein de mes journaux intimes
C’est un appart petit mais cosy, que j’ai quitté il y a déjà… ourf tout ça !

Quatre émissions de télé que je regarde : Ça se discute, La méthode Cauet (oui ça me fait rire, à gorge déployée, et c’est rare), Les enfants de la télé (j’ai aussi des crises de rire mémorable sur le sujet et c’est tant mieux)

E) Quatre endroits où je suis déjà allée en vacances : Etats-Unis, Corse, Irlande, France (en haut en bas à gauche à droite, je ne m’en lasse jamais)

F) Les sites WEB que je visite chaque fois (+/-) que je navigue : ce blog pour voir si j’ai des comments, la page compteur pour lire les mots clés démentiels, et tous les blogs mis dans mes liens, là, à gauche

G) Mes quatre plats favoris : les pâtes j’en veux encore, les scampis j’en suis folledingue, les gâteaux au chocolat plus y’en a mieux c’est, les pizzas bien coulantes bien grasses de mon resto là bas pas très loin (qui veut venir ?)

H) Quatre endroits où j'aimerais mieux être maintenant : je suis bien là, à écrire, mais sinon j’opterais pour un transat au soleil, en bord de piscine, cocktail bien fort dans une main, la main de mon namoureux dans l’autre main.

I) Quatre personnes qui, selon moi, me répondront, et/ou prendront le relais sur leurs blogs : Lolo et Boulu, c’est clair (c’est clair hein, zavez pigé Lolo et Boulu ?), Céli sans doute, une autre des blogueuses là à gauche, j’espère… (et tenez-moi au courant).

22
jan

Un générateur de bonnes résolutions

Pour ceux qui ne se sont pas encore creusé la tête pour pondre quelques bonnes résolutions, voici le générateur de bonnes résolutions . A voir absolument, pour son design épurée mais sympa, et les réflexions qu’il suscite.

Allez je m’en offre dix :
S’imposer bruyamment de désespérer dans la rue (désespérer je connais, en public jamais, je vais oser)
Essayer intensément de consommer cachée (quand grosse bouffe a faim, grosse bouffe a trèèèès faim, consommer caché, très peu pour moi, là j’ose en public)
Penser avec malice à manger avec des palmes (il me cherche ce générateur, manger avec des palmes… nouvelle méthode de régime ?)
S’astreindre à dessein à ronfler dans l’escalier (faudrait déjà que j’arrive à ronfler…)
Tâcher régulièrement de se masturber au nouvel an (glups, la masturbation c’est comme le désespoir, en privé uniquement, quoique ça aurait sans doute égayé mon nouvel an…)
Rêver isolément à gagner sans souci (je prends ça niveau sous… gagner des sous sans souci, ça me passionnerait)
Essayer sagement de se retenir sans y penser (se retenir de quoi ? Place à l’imagination)
Se mettre amoureusement à zapper sur une chaise (fan de TV oui, fan de zapette non, mais par amour…)
Oublier inespérément de culpabiliser en vacances (pourquoi, culpabiliser ? de ne rien faire ? c’est mon job favori)
Continuer impoliment à parler pendant des heures (marrant pour un dernier, je le prends comme une invitation à pondre encore et encore mes bafouilles diaboliques).

A vous… ça vaut le coup !

21
jan

Y'a vraiment des jours comme ça

Me retrouvant belle et seule dans mon nid d’amour-sans-amour, je décide de m’offrir une lasagne. Ça me changera des spaghettis. Je sors ladite lasagne du congélateur, je la fais dégeler au micro-ondes pendant que le four préchauffe (une lasagne doit toujours être gratinée, c’est un must). Pendant que j’attends le dégel, je m’offre ma drogue en aérosol. Biiiiiiip. Lasagnée dégelée me dit l’appareil. Je fonce et je réalise l’ampleur des dégâts.

Non ma lasagne n’a pas explosé sous l’impact des ondes.

Pire.

Cette lasagne, c’est une Come a Casa.

Moi je voulais une Farniente. Durant tout mon aérosol j’ai fantasmé sur le goût de la Farniente, meilleure imitation au monde qui soit des lasagnes faites maison. Je vous les conseille, mais elles ne se vendent qu’en gros, voilà pourquoi j’ai opté pour un congélateur monstrueux dans lequel je me fais livrer 100 lasagnes par an. Mais ça vaut le coup.

Et voilà que j’ai sorti par erreur une vieille lasagne Come a Casa, qui date d’avant-guerre, que j’étais censée jeter vu que je les trouve infectes, industrielles et chimiques.

Pourquoi la vie est-elle si cruelle avec moi aujourd’hui ? Pourquoi Dieu ne m’achève-t-il pas d’un coup de poignard net, au lieu de m’infliger chaque jour de pareilles souffrances ?

En plus y’a du soleil et j’ai sortie interdite.

21
jan

Y'a des jours comme ça

Y’a des jours où on se lève raplapla. C’est mon cas depuis bientôt une semaine, depuis que je suis devenue la réincarnation (avant sa mort, mais pourquoi pas) de Doc Gynéco en fin de vie. Je me traîne jusqu’au divan, je prends ma petite drogue du matin, enfin mes petites drogues. Je me vautre devant le 692e épisode de Sous le soleil (TF1) suivi du 696e (Club), de toute façon nul besoin de les regarder dans l’ordre, y’a rien à comprendre. Ensuite, je fais une petite sieste pour me remettre de cette activité hautement intellectuelle.

Aujourd’hui est cependant un grand jour : je vais sortir de chez moi ! Depuis mardi soir, visite éclair chez le doc après le turbin (ainsi que deux heures de bénévolat chez mon boss adoré pour préparer mon grand départ, mercredi matin), je n’ai plus quitté mon home sweet home. La seule énergie déployée servit à me préparer mes doses de médocs, faire la vaisselle si nécessaire (soit quand les 8 assiettes plates, 8 assiettes creuses, 8 assiettes à dessert et les monceaux de couverts trainent lamentablement dans l’évier, m’empêchant de m’alimenter) et me vautrer sur mon canapé. Ainsi qu’à vous pondre quelques petites baffouilles, mais ça ne me demande aucune énergie, juste de l’envie, et ça, j’en ai à revendre.

Mais aujourd’hui j’ai une copine qui va bientôt passer me chercher et nous partirons joyeusement (tralalahitou, youpiiiiie) jusque chez d’autres amis pour une petite après-midi sympa, à discuter, manger des biscuits, rigoler, manger l’apéro, parler de nos amours foireuses, manger un spaghet.

Ça va être cool de chez cool, même si Echec sera là avec sa Divine Garce. De toute façon Echec restera toujours ce qu’il est pour moi, un Echec, autant s’en faire une raison. Et je réalise avec stupeur mais néanmoins plaisir que depuis que je les ai croisés tout frétillants d’amour, je n’ai plus pensé à lui. Bravo Anaïs, tu es sur la voie de la guérison.

Bref, après ma petite sieste, je me traîne à la salle-de-bains et je me regarde. Vision d’horreur. Pas maquillée pas lavée, cheveu raplapla, pyjama difforme. Une loque. Qu’à cela ne tienne. Une bonne douche, un coup de maquillage, une dose de sèche-cheveux, un pschiiiit de mon parfum favori, un magnifique petit pull à perles (je suis folle de ces fringues à perles, qui se disloquent au lavage et roulent dans tout l’appartement), me voilà redevenue séduisante et prête à affronter le monde extérieur.

SMS. Notre hôte. « Suis malade le docteur vient de passer bronchite je dois annuler ».

Non mais c’est quoi ces petites natures qui tombent malades toutes les lunes, hein ?

(me vlà donc toute belle pour rester chez moi, si c’est pas malheureux… je me commanderais bien une pizza histoire de draguer le serveur…)

19
jan

Quelle journée !

Grandes décisions ce vendredi. Je crée non pas un mais deux nouveaux blogs. Ne faisons pas les choses à moitié.

Le premier, c’est l’idée d’Evelyne Hazan : un blog à quatre mains. Je ne vous en dis pas plus pour l’instant, la surprise est à découvrir dès la semaine prochaine. En attendant vous pouvez toujours aller y jeter un œil, histoire de découvrir l’Anaïs virtuelle qui illustre mon côté du blog. Bon, moi, personnellement, je la trouve super craquante cette petite Anaïs, pas vous ? A noter que je n’ai pas eu le choix du volume (donc elle a la taille mannequin), des détails du visage (donc elle est mignonne à souhait) ni des lunettes… Par contre niveau garde-robe, j’en bavais d’envie ! Je vous donne donc rendez-vous sur Future-ex-célibataire, notre blog à quatre mains .

Le second blog, c’est ma petite promo perso. Comme je dégouline de mots à longueur de journée, je me suis dit ce matin « pourquoi ne pas les offrir à ceux qui ne les trouvent pas, les mots ? ». C’est maintenant chose faite sur Ecrivaine publique .

Bien sûr, ce blog ci, petit chouchou, reste, plus que jamais, présent, prêt à vous inonder de posts jour et nuit.