1
avr

Nouveau blog

J’ai décidé, encore, de créer un nouveau blog. Tant qu’à faire hein, jamais deux sans trois, jamais trois sans quatre.

Là oùsque vous allez tomber de vos chaises (mais je vous interdis de vous moquer, est-ce limpide comme de l’eau de roche ?), c’est que c’est un blog dédié à la cuisine.

Vous dire comment l’idée m’est venue, difficile, incroyable, incompréhensible… A force de manger mes lasagnes Farniente, de me cuire des haricots vapeurs insipides avec du poulet caoutchouteux, j’ai réalisé combien, nous, vous, moi, bref les célibataires, nous étions mal servis en matière de bouffe. J’ai dès lors décidé de créer un blog culinaire. Ben oui après tout, Anaïs n’est pas fortiche en cuisine mais elle a des idées et ça va vous plaire, tout comme Anaïs n’est pas diplomée de littérature, mais elle a des idées et ça vous plait. Dans le grand monde des blogs, les idées sont primordialement primordiales, non ?

J’espère que vous serez nombreux à venir découvrir LA CUISINE D’ANAISet à tester mes recettes.

18
mar

Test et moi, quel émoi

J’ai donc fait le … « Grand Test Nationale » (sic… faut oser, faire une faute à la première phase du test sur internet, c’est digne de RTL ça…). Sur le net, puis à la TV puisque sur le net, pas moyen d’avoir mon résultat. Vraiment, RTL se dépasse sur ce coup là !!!

Verdiiiiiiict : 128. (au second tour, me souvenant des questions, je suis montée à 135 mais j’imagine que ça ne vaut rien…) Mais mon co-testeur a fait mieux… Je suis battue à plate couture. Tchu. C’était rigolo, speedant et un peu ludique. Et interactif. Merci co-testeur.

15
mar

A new woman is born

Je vais bien, je vais mieux. Oui. Vous avez bien lu. Non. Vous ne rêvez pas. Anaïs a bel et bien écrit « je vais mieux ». Après des mois de toux, de crachats, de lamentations ici et ailleurs. Je plains du fond du cœur mes pauvres collègues et amis qui subissent mes états d’âme de malade quasiment 24h/24 depuis décembre. Les collègues n’ont pas vraiment le choix. A part faire circuler une pétition demandant mon licenciement ou leur mutation, elles n’ont pas d’alternative à ma présence. Quant à mes amis, et bien… Ils ont disparu. Effrayés par mon état, saoulés par mes angoisses. Un peu des deux sans doute. Tels des «Fends la Bise», les voilà évaporés dans la nature, mes « amis ». Je ne peux leur en tenir rigueur. Ils reviendront peut-être, un jour…

Donc, j’ai pris, avec Docteur Mamour, les choses en mains (au sens figuré, n’allez rien vous imaginer de croustillant entre lui et moi, hélas trois fois hélas).

D’abord je fais dodo de traviole. Meuh non je ne recourbe pas mon pauvre corps meurtri, j’ai simplement relevé la tête de mon lit et me voilà en train de m’accrocher désespérément à mon oreiller pour éviter de glisser dans mon sommeil. Faudra sans doute prévoir des poulies. « Simplement » n’est peut-être pas le terme adéquat pour une bricoleuse du dimanche telle que moi, mais j’y suis parvenue, toute seule, avec mes deux mains gauches, à relever ce lit. Et ça ne s’est pas effondré au premier ronflement, non. Homdemavie devra donc s’y faire et dormir lui aussi le corps en biais. On s’y fait vite. Et ça sera bon pour sa santé.

Ensuite, j’ai appris à avaler. Je suis maintenant la pro de « l’avalage » de médicaments. Bientôt un nouveau record du monde en perspective. Le matin j’avale ma pilule bleue (rien à voir avec la pilule losange bleue destinée aux messieurs en panne), suivie de ma gélule jaune bien grosse, ensuite la toute petite blanche, le puff, le spray et c’est parti pour une journée de folie. Le soir rebelote, mais on change de couleur : les deux petites choses blanches et le petit truc rose, deux puffs, un spray et good night. Pour quoi tous ces petits bonbons colorés ? Euh, vous voulez vraiment savoir ? C’est assez soporifique (ici aussi au sens figuré). Ça soigne les poumons, les bronches, l’estomac, la trachée, l’œsophage, la gorge, la langue (ma future célèbre langue), le nez ça c’est le pied, le larynx et le pharynx (deux pour le prix d’un), les amygdales tant qu’à faire, le foie pourquoi pas, les intestins je veux bien. Vous lisez bien, ces tout petits bonbons miracle sont censés remettre en état ma vieille carcasse meurtrie par les ans et les épreuves, on appelle ça le multiple effet kiss cool non ?

Par ailleurs, ma bonne dame, les bonnes résolutions sont prises : grand nettoyage de printemps pour dilapider trois ans de poussière, détruire quinze tonnes de moutons sous mes meubles, exterminer les pollens qui entrent et sortent comme dans un moulin et pulvériser microbes et autres bactéries tenaces.

Enfin, last but not least, je change d’alimentation. Adieu les gauf’, Léo, pralines. Exit les spaghettis à toutes les sauces. Envolées les boissons pétillantes pleines de bulles à l’effet dévastateur. Expulsées les pizzas et les quiches.

Mes courses d’hier : deux portions de légumes vapeur deux, une portion de poisson une, un bon steak bien frais un, un ravier de champignons un, des knorr vie en veux-tu en voilà (pour les fruits frais on attendra la belle saison), quatre yaourts framboise light quatre, et des kinder rhinocéros (qui pour moi ressemblent à des ours). C’est le couac final mais c’est la faute à Lolo, zavez qu’à aller sur son blog râler si vous le jugez nécessaire. Et puis faut bien une douceur une ! Avouez que ça change de mon ancien panier plein de sauces en tous genre, de pâtes, de coca light et autres crasses, hein ?

Keskon dit à Anaïs ? Bravo Anaïs. Un ban pour Anaïs ? Pour Anaïs hip hip hip…

Je vous quitte, j’ai à faire : ménage, rangement, purification, cuisine, et une marche pour tonifier tout ça.

Pourvu que ça dure…

5
mar

Faut qu’j’travaille… (Princesse Erika)

Alors que Daneel (merciiiii) nous confie le contenu du Manuel scolaire d’économie domestique (je le connaissais mais merci, il est bon de relire ça régulièrement pour réaliser l’ampleur du désastre), j’ai envie de vous confier un règlement de bureau à tomber de sa chaise. Il date cependant de 1863… J’ose espérer que plus aucune entreprise ne l’applique (mais pourquoi alors me l’a-t-on remis, là où je bosse, hein, pourquoi ?)

REGLEMENT DE BUREAU

1. Respect de Dieu, propreté et ponctualité sont les règles d’une maison bien ordonnée
2. Dès maintenant, le personnel sera présent de 6 h du matin à 6h du soir. Le dimanche est réservé au service religieux. Chaque matin, on dit la prière dans le bureau principal.
3. Chacun est tenu de faire des heures supplémentaires si la direction le juge utile.
4. L’employé le plus ancien est responsable de la propreté des locaux. Les plus jeunes s’annoncent chez lui quarante minutes avant la prière, et sont également à sa disposition en fin de journée.
5. L’habillement doit être simple. Le personnel ne doit pas se vêtir de couleurs claires et doit porter des bas convenables. Il est interdit de porter des caoutchoucs et manteaux dans les bureaux, car le personnel dispose d’un fourneau. Exception en cas de mauvais temps : foulards et chapeaux. On recommande en outre d’apporter, chaque jour, pendant l’hiver, quatre livres de charbon.
6. Il est interdit de parler pendant les heures de bureau. Un employé qui fume des cigares, prend des boissons alcooliques, fréquente les salles de billard ou des milieux politiques est suspect quant à son honneur, son honnêteté et sa correction.
7. Il est permis de prendre de la nourriture entre 11h30 et 12h. TOUTEFOIS LE TRAVAIL NE DOIS PAS ETRE INTERROMPU.
8. Envers la clientèle, la direction et les représentants de la presse, l’employé témoignera modestie et respect.
9. Chaque membre du personnel a le devoir de veiller au maintien de sa santé. En cas de maladie, le salaire ne sera pas versé. On recommande à chacun de mettre une bonne partie de son gain de côté, afin qu’en cas d’incapacité de travail et dans sa vieillesse, il ne soit pas à la charge de la collectivité.
10. Pour terminer, nous attirons votre attention sur la générosité de ce nouveau règlement. Nous en attendons une augmentation considérable du travail.

Glups. Vu que je dois manger chaque heure sous peine de tomber raide, terrassée par l’hypoglycémie, vu que j’ai une santé de moineau sorti de l’œuf, j’ai peu de chance de rester dans cette généreuse entreprise. Par contre, le coup du fumeur de cigare à la moralité douteuse, je dis oui trois fois oui.

Bon je vous laisse, je vais préparer mon sac de charbon.

2
mar

Questionnaire du jour

Transformez vous les objets ou lieux de votre quotidien en oracles ? Par exemple, vous dites vous que si vous traversez en posant le pied uniquement sur les bandes blanches, votre crédit sera accepté ?
pas plus tard que ce matin, voyant la date de péremption de ma brique de lait, savoir le 11 juin 2007, j’ai vu cette date à double sens (on s’joint…) comme un magnifique présage d’une rencontre qui se profile à l’horizon

Etes-vous capable de déplacer un dîner parce que vous voulez regarder en direct votre série préférée, laquelle a pourtant été filmée il y a des lustres ?
absolument pas, j’ai engagé divers magnétoscopes qui bossent pour moi en mon absence

Avez-vous déjà éprouvé une certaine pitié pour un objet inanimé, comme un ticket de métro qui semble geindre alors que vous vous approchez de la poubelle, le remerciant de ses services en le vouant à la destruction ?
on a essayé de me faire avoir pitié d’une crevette géante morte, avec ses grands yeux noirs, mais pas de pitié pour les crevettes (pour les croissants non plus, si vous vous souvenez de cette émission débilo-débile).

Quelle figure géométrique définirait le mieux votre enfance ?
spontanément je dirais un rond, alors que ça s’applique si mal à mon enfance tourmentée

Effaceur Reynolds à torsades, ou Super Pirate ?
Reynolds mais on s’en contrefiche non ?

Quand vous mentez, de quel côté tournez-vous la tête ?
je ne mens jamais, voyons !

De quel côté avez-vous tourné la tête en répondant à la question qui précède ?
j’ai regardé mon écran droit dans les yeux en lui disant « aie confiansssssssssssss » (Sherkan)

Pouvez-vous vous aller vous coucher s’il est tard, que votre ordinateur est en panne, et que vous n’avez pas résolu le problème ?
oui mais je vais cauchemarder toute la nuit, ça sera un enfer pour mon matelas

Est-ce qu’il existe un film, téléfilm, dessin animé ou autre œuvre du même genre qui vous a profondément marqué, mais dont absolument personne à part vous ne se rappelle, vous faisant douter de votre propre mémoire ? Qu’est-ce ?
« L’île aux trente cercueils », encore un traumatisme de mon enfance, après avoir vu l’héroïne ouvrir un cabanon et y découvrir un pendu, je n’ai plus osé ouvrir l’armoire à pyjama durant des semaines… gros problème quand j’allais au dodo ! mère indigne qu’était la mienne de me laisser regarder ce genre de truc à mon âge, moi si petite, si innocente, si fragile. Que celui ou celle qui connaît l’île aux trente cercueils me fasse signe, qu’on en tremble ensemble.

Quel est le bruit ou son que vous redoutez le plus d’entendre (attention : bruit ou son, pas mot ou phrase) ?
la craie sur le tableau

Bon sang ! Vous êtes pourtant seul(e) chez vous ! Quelle est cette forme sous les draps ?
ben mon coussin de noyaux de cerises (et si la forme tremble, mon poisson bleu)

Pensez-vous que la philosophie ou le respect ne soit qu’une question de culture, voire de géographie ? Par exemple, estimez-vous qu’un lynchage public pour un motif qui nous semblerait dérisoire, dans un pays lointain, soit justifié dans son contexte, et sans que nous puissions y trouver à redire ?
Vous pouvez répéter la question ? Le respect dépasse les frontières, mais les mentalités diffèrent, là est le drame. Un lynchage public n’est jamais justifiable, quel qu’en soit le contexte, c’est pigé ?

De quelle couleur sont : Noël – Le jour de l’an – Le chiffre 7 ?
Noël c’est rouge, le jour de l’an marron, le chiffre 7 vert. Je suis ravie de ne pas être la seule à mettre des couleurs aux mots. Par exemple lundi jaune, mardi orange, mercredi rouge, jeudi bleu, vendredi mauve… je fais ça depuis que je suis gosse mais ne l’avais jamais avoué afin d’éviter une thérapie familiale.

Back in the 70’s ! Qui sortirait vainqueur du match Muhammad Ali contre Bruce Lee ?
M’en fous !

Quel est le proverbe ou maxime le plus débile et infondé que vous connaissiez ?
« Le travail c’est la santé » ou « A chaque jour suffit sa peine », que je remplacerais par « A chaque jour son écharpe Strelli » (sept couleurs pour sept jours de bonheur)