3
jui

Me voilààààà

Je rentre d'une longue journée sans boulot mais pleine d'activités passionnantes.  Nan, je ne vous réserve pas une autre surprise... La prochaine est pour octobre seulement, en attendant, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles... si vous y parvenez.

Demain, journée lecture, avec plusieurs billets livres pour vos vacances...

Bon, j'ai du taf, et j'ai faim... Et Secret Story m'attend, ainsi que des pâtes lardons champignons.  Je réponds ensuite à vos com', juré craché. 

27
jui

L'heure du festival a sonné...

Mon WE s'annonce chargé, avec le Tempo Festival à Ciney (si vous voulez connaître le programme, il est iciiiii - mais chais pas s'il reste des places), mais je tenterai de vous mettre un compte rendu soir après soir... enfin matin après matin..., avec quelques photos bien floues en sus.

Bon wéékène.

26
jui

Ma nouvelle addiction

Etrangement, depuis que je vous ai parlé de mon addiction au Scrabble, ça m’est passé.  Navrée pour les parties laissées en plan, mais vraiment, tous ces mots, toutes ces lettres, ça me retourne le cœur.

Nan, maintenant, j’ai trouvé mieux : Bubble Town.

Comment, vous ne connaissez pas Bubble Town ?  C’est que vous ne connaissez pas cul-chèvre alors !  Passque Bubble Town est sur cul-chèvre, et c’est Mostek qui me l’a montré, of course.  Et qui m’a fait une formation accélérée, car en matière de jeux électroniques,  je suis pas très très douée, je l’avoue (et si je l’avoue pas, elle est cap de venir mettre un commentaire me dénonçant, donc tant qu’à faire, autant l’avouer).  

Ce jeu n’est pas un jeu de vitesse, et c’est l’essentiel pour moi, car quand je suis pressée par le temps, comme dans PacMan et ses abominables fantômes dévoreurs, je perds tous mes moyens.  Ici, on prend son temps pour faire des trios de bestioles, qui se désintègrent.  Et quand un trio désintégré soutient d’autres bêtes, elles s’en vont alimenter le lance-bestiole.  Dément non ?  Attention aux bêtes en bois qu’il faut éliminer.  Et aux pizzas volantes.  Mais pour vous aider, vous avez le viseur à l’occasion, et le désintégrateur aussi.  Le petit côté sadique, ce sont les nuages qui cachent les bestioles.  Mais bon.

Mais le plus drôle dans ce jeu, c’est qu’il y a le son.  Et quel son !

Des orgasmes.

Si. Je vous jure.  Lorsque plusieurs bébêtes ont été désintégrées, ça fait un aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah incroyable.

Et lorsque un paquet de bestioles tombent, y’a le ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih ahaaaa strident qui déchire les tympans.

Sans oublier le son de la bébête qui se réveille.  Ben oui, passque certains s’endorment, sans doute d’ennui face à ma lenteur.  Faut donc les réveiller en leur envoyant une bête similaire en pleine tronche.  Et ça fait un mawmaw à mourir de rire.  Ou bien un ouèèèè ?, suivi d’un reniflement dégueu.  Ou encore un mmmmmmmhuuuuuuuuu très féminin et sensuel.  Tout ça en fonction de la bestiole réveillée, of course.

Je vous l’assure, rien que pour le son, ce jeu vaut le déplacement.

Mais attention à la dépendance.  Pour ma part, je suis complètement accro, au point que j’ai joué jusque 1h30 du mat l’autre jour, et que Mostek, sur MSN, m’a contactée pour me dire « argh, je joue encore, c’est déconner ».

Je vous aurai prévenus !  Alors, prêts à me défier sur Bubble Town ?
bubble

16
jui

Opération tornade blanche

J'ai pris une super bonne résolution la semaine dernière, lors de mon WE passé totalement at home, souviendez-vous : ranger.

Nettoyer, balayer, astiquer... vous connaissez la chanson.

A la fin de ce long WE de trois jours cependant, l'affaire n'était pas totalement faite.  Bon, on voyait la place, mais rien de transcendant.  Rien à faire, lorsque je n’ai pas quelque chose qui m’oblige à ranger, sous peine de mort imminente, je trouve toujours mieux à faire : la seconde saison de Sex & the City, cuire des pâtes, regarder pousser mes ongles...

Or, j'ai une photographe qui vient ce lundi, et j’étais absente tout ce WE pour cause de papouillages, massages et autres glandages dans piscine.  L'heure était donc grave.  Grave au point que j'ai passé deux après-midi entières à terminer le rangement, trier, jeter, épousseter, aspirer et enfin laver.

Incroyable. Incredible.

Mais le plus incroyable, c'est qu'après avoir fait ce que toute femme normalement constituée fait chaque vendredi matin (ou chaque samedi, si elle bosse, ou enfin chaque dimanche si elle bosse le samedi, enfin vous avez compris), j’étais vidée, exténuée, épuisée, éreintée.  Et encore, je n’avais pas été voir dans les coins ni chasser les moutons qui squattent sans doute mes dessous de meubles.  Je me suis contentée du strict nécessaire pour que ça ressemble à un intérieur presque normal.

Vidée !  Exténuée !  Epuisée !  Ereintée !  Je ne dois pas être normalement constituée, c’est maintenant clair et net.

Depuis cette séance de nettoyage (et depuis mon retour de WE, WE que je vous raconterai en long et en large dès demain) J'ère chez moi comme si j'étais ailleurs.  Tout ce vide.  Ce bureau dont je vois la couleur, qui n'est plus enseveli sous des tonnes de feuilles volantes coupées au hasard de mes lectures de magazines, c'est tellement étrange.  Bon, mon home sweet home ne ressemble toujours pas à un home sweet home de magazine, immaculé et sans vie.  Je serai toute ma vie une bordélique.  Mais disons que ça ressemble maintenant à un home sweet home de célibataire semi-bordélique.  Que quelqu’un qui ne me connaît pas dira « keske c’est bordélique chez Anaïs » tandis qu’une amie dira « my god tu as vachement rangé, on dirait presque un logement normal ».

Alors chuis contente.

Victoire.

Et encore une chtite illu de Titoun.

poussière+colo

13
jui

Bon courage ...

A tous les paraskevidékatriaphobes et triskaïdekaphobes.  Et n'oubliez pas de jouer au lotto et de vous mettre sous une table à 13h13 pour faire un voeu.

Et une illu pour vous annoncer le nouveau site du Sumoups.   Félicitations à l'heureux papa.

vendredi13