26
jui

26/6/2017 : ce dimanche 25 juin 2017, je me suis réconciliée avec William-Lennox

J’aimais les infirmières de Lennox, et la kiné (Eline), et la psy du cerveau (Hoëlle), et les stagiaires,  et tous les professionnels qui y bossaient, et les patients qui étaient devenus mes amis, à force (pas les autres, non mais hein faut pas pousser bobonne dans les orties), mais je n’aimais pas être à Lennox, surtout à la fin (comme on le dit, « l’éternité c’est long, surtout vers la fin »), quand j’avais conscience du temps. Je suis reconnaissante de l’aide que j’y ai reçue, mais diable, que je détestais le dimanche soir quand j’y retournais.

Hier fut donc le premier dimanche où je suis allée à Lennox avec grand plaisir et en souriant sincèrement.

Je suis allée en pèlerinage dans le service où j’étais (au premier étage quand j’ai quitté le deuxième car j’allais « mieux »), faire un reportage photos, revoir les infirmières que j’adorais, dont Philippe qui était justement là et avec qui j’ai pu parler, il m’a bien aidée à l’époque, il était super sympa quand j’y étais (ouais je sais c’est un infirmier, pas une infirmière).

Après, c’était ma première fois au barbecue du Noyau, un centre pour adultes cérébrolésés ou traumatisés crâniens et leur famille. Ce centre est lié au Ressort, où je vais régulièrement faire des activités.

J’ai donc retrouvé avec plaisir deux connaissances du Ressort que j’adore, avec qui je partage des activités, et leurs familles. On a mangé ensemble et c’était bien sympa (bien bon aussi). On a causé, on a ri, on a bu du Coca zéro et du jus en apéro, on a causé causé causé, et mangé.

On m’a montré Philippe Palate, l’assistant social de Lennox et qui cuisait la viande (il participe au Noyau). Je l’ai bien sûr vu à Lennox, mais je ne le reconnaissais pas du tout, foutu cerveau, mdr.

Après le repas, j’ai fait un tour en joélette, une chaise roulante sur une seule roue, portée par deux bénévoles et avec une femme géniale qui marchait à mes côtés. Qu’est-ce que c’était super cette balade.  On a bien ri et beaucoup causé.  Celui qui était devant se nommait Charles, ce prénom me poursuit, après les deux animateurs au Ressort qui portent ce nom !

Puis je suis revenue et j’ai mangé mon dessert qui était de côté, plein de bouts du buffet desserts, avec du chocolat, que du bonheur.

Cette journée à Lennox, fut donc super de chez super.

Voici les photos, de A à D et de 1 à 9 (gauche à droite, haut en bas)

Photo A :

  1. Lennox
  2. ma chambre (au 1er)
  3. où j’attendais l’ascenseur pour descendre manger
  4. où j’attendais pour aller manger
  5. menu affiché
  6. idem
  7. jolie phrase
  8. réfectoire avec la table où je mangeais
  9. idem

Photo B :

  1. chemin par l’arrière quand j’allais chez l’ergo (en rolateur)
  2. les engins de torture… euh de kiné
  3. le bâtiment où je logeais
  4. les infirmières (ici Philippe et je ne sais plus son nom mais je l’ai connue et j’ai parlé avec elle hier) présentes le jour dit
  5. photos du personnel : kinés, médecins, psys, infirmières…
  6. planning de la semaine
  7. photos des sorties, ici avec kitty et un mignon ;)
  8. ma chambre
  9. la neuropsy chez qui j’allais (elle était géniale)

Photo C :

  1. mes pieds quand j’attends mon tour en joélette
  2. affiche dans la salle du barbec
  3. la cuisson des saucisses et pilons de poulet
  4. un selfie de moi quand j’attends
  5. la salle du barbec
  6. encore mes pieds
  7. départ en joélettes
  8. retour de Corentin
  9. encore une photo du départ

Photo D :

La balade en joélette avec des photos de Charles, le courageux porteur et de moi

pizap.com14984667863151.jpg

pizap.com14984671506291.jpg

pizap.com14984682839342.jpg

pizap.com14984685915753.jpg

11
mai

11/5/2017 : Patient, patience…

Comme Grand Corps Malade le dit si bien dans son livre qui me rappelle ce que j’ai vécu et ce je vis chaque jour :

« Pour la plupart des gens, la journée commence véritablement quand ils ont pris leur petit déjeuner, qu’ils sont lavés et habillés. Pour nous, quand on a fait tout ça, on a déjà fourni tellement d’efforts qu’on a envie d’aller se recoucher ».

En plus, j’ai cuit des pâtes dans mon cuiseur tupperware, des spaghetti sans gluten, mais je ne suis pas du tout allergique, va savoir pourquoi j’avais acheté ça… Je vais manger des spaghetti bolo (pas une bolo faite maison bien sûr), ça me rappelle quand j’avais été au magasin avec la soignante de William-Lennox et d’autres patients, pour voir si j’étais capable de me débrouiller, il fallait faire des courses et cuisiner, mais comme je ne cuisinais pas avant, ça je m’en souviens, j’avais fait des pâtes et un bocal de sauce bolo, déjà ça c’était hyper dur : faire les courses, cuire, servir les assiettes, tout ça sans tomber…

IMG_2038.JPG

6
mai

6/5/2017 : balade

J’avais pas envie de bouger, juste, comme « dans le temps », de glander toute la journée sur le divan, mais faisait soleil et la kiné de william-lennox a dit « une balade par jour », alors suis sortie et :

- j’ai oublié mon appareil photo donc rien à publier

- j’ai marché en bord de Meuse jusqu’à l’endroit où le boulevard se divise en deux, pas eu le courage d’aller jusqu’à l’écluse, la prochaine fois promis

- me suis assise sue un banc à l’ombre car chaaaaaaaaaaaaaaaud

- ai lu treize pages de Patients de grand corps malade et (moment gore à passer, je vous préviens si vous êtes sensible), j’ai réalisé que si j’avais bien conscience d’avoir été langée car incontinente durant mon séjour, je n’ai aucun souvenir d’avoir fait caca, pourtant être constipée durant neuf mois est impossible (et douloureux j’imagine), cqfd, donc… j’ai dû être changée comme un bébé, argh

- j’ai parlé à un groupe de filles bien sympas qui faisaient un brûlage de culottes et avaient toutes un tshirt rigolo « Madame … », moi j’ai la tasse « Madame bavarde »

- j’ai parlé à trois messieurs et un chien qui causaient de gâteau et dit « miam miam miam j’adore ça »

- j’ai parlé à mon ancienne voisine qui a quitté sa maison durant mon absence et vit toujours à Jambes et appris qu’elle a 40 ans de plus que moi et était arrivée dans ma rue en 1971, un an avant que je ne naisse…

- keske je cause maintenant

- je suis rentrée manger une pizza du pizza hut avec fromage dans la croute à 16h

IMG_2038.JPG

 

10
oct

10/10/2016 : CAP48

Quand j’étais gosse, j’allais chaque année vendre des trucs aux portes pour l’opération 48.81.00, ça s’appelait comme ça à l’époque. On sonnait dans tous les buildings d’Amée à Jambes, et on montait à pied en sonnant à chaque porte pour essayer de vendre. J’aimais ça et j’étais super motivée.

Si j’avais su…

Hier j’ai regardé l’émission et j’ai été heureuse d’avoir acheté les post-it jeudi dernier, ma petite pierre à l’édifice. Et d’avoir parlé de mon expérience aux bénévoles et aux vendeurs, qui m’ont remerciée.

Le plus émouvant pour moi fut le reportage tourné à William-Lennox, que j’ai reconnu bien sûr, de deux dames d’une quarantaine d’année ayant eu un avc et étant en revalidation. Comme je me suis retrouvée en elles ! La recherche du mot, la chaise roulante, l’oubli des prénoms… Ce que j’ai eu n’est pas un avc, j’ai été écrasée par une voiture sur un passage piétons, mais les conséquences sont identiques.

Comme on l’a dit à Cap48, ça peut vous arriver… Je ne le souhaite à personne bien sûr, mais quand on sait ça, on considère la vie et le don à Cap48 différemment.

IMG_1153.JPG

17
jui

17/07/2016 : Scrat

J’aime Scrat depuis toujours, j’avais écrit Scratt, mais c’est Scrat selon internet.

J’avais tanné une collègue pour avoir son porte-clé Scrat en peluche.

Une autre collègue m’a apporté une petit Scrat avec gland vibrant à l’hôpital.

C’est dire si j’étais connue conne « celle qui aime Scrat ».

Dans happy dog de dimanche dernier, le chien a un Scrat géant, je l'aime (le Scrat, bon le chien aussi mais moins quoi…)

scratt.JPG