26
nov

Les bonheurs du jour

En hiver, y'a pas de bonheurs du jour, vous l'aurez constaté, passque :

- j'ai une délicieuse gaufre aux abricots... oubliée au bureau

- j'ai trois lasagnes Farniente... oubliées au bureau

- j'ai un livre génial à lire... oublié au bureau

- j'aimerais pouvoir oublier d'aller au bureau

 

Mais bon, sinon, tout va bien je vais bien tout va bien je vais bien.

Puis je vais regarder pékin express oùsque je sais qui gagne mais je tente d'espérer que c'est les zaut' qui gagnent...

30
oct

Les bonheurs... sont de retour

Envie de vous remettre quelques bonheurs, car ces dernières 24 heures m'ont sortie de ma morosité habituelle d'octobre (vie de chien vie inutile,rien réussi,pas d'amour personne ne m'aime j'aime personne tout le monde me hait je hais tout le monde je veux mourir j'aime pas le froid j'aime pas ma vie j'aime pas mon job j'aime pas mon blog) :

- découvrir l'Olympia, salle mytique.

- mettre un visage sur un nom, celui de Steph, ma copine d'Au Moulin Rose, qui partage virtuellement mes joies et mes déboires de blog.  Un bonheur de te rencontrer, ainsi que ton chéri et les deux fauves dont le chat Potté.

- cinq voix, cinq beaux mâles, rien que pour moi ou presque (Julien, James, Calo, Stan et Daniel, ze vous zaime, c'est définitif)

- me débrouiller comme une grande seule dans les métros parisiens, intersections, virages, et plans : pas la moindre erreur

- échapper à une amende dans le train (je vous raconterai)

- trouver un rayon plein de mon livre, au moment où j'allais abandonner les recherche, le palper, l'humer, le photographier et l'acheter. Ze l'aime.

- aller bosser demain matin (oups non ça c'est le malheur du jour)

24
aoû

Le bonheur intense du jour

Parfois, un grand malheur, que dis-je, un immense malheur (ah ben si, le billet qui précède est bel et bien un immense malheur) laisse la place à un petit bonheur intense.

Le petit bonheur intense de ce dimanche 24 août 2008, c'est que, à 10h40, j'ai collé le dernier autocollant de mon album Schtroumpfs.

Vous lisez bien, mon album est complet.  C'est schtroumpfement cool, non ?  Ou plutôt c'est extrêmement schtroumpf, si vous préférez.

C'est mon chtit voisin qui m'a apporté le Schtroumpf tailleur, tout beau tout brillant (passque les brillants sont les plus cholis, croyez-moi).  Mes yeux brillaient et j'ai cru voir une lueur d'étonnement dans ses yeux à lui, signifiant "c'est quoi cette vieille (je sais, je suis encore très jeune, mais pour un enfant de cet âge, j'en suis au troisième, d'âge) qui se réjouit d'avoir fini un album Schtroumpfs ?"

Qu'importe.  J'ai pris un immense plaisir à coller mes petits autocollants, jour après jour après jour après jour.  De découvrir chaque Schtroumpf avec sa description, de baver devant la Schtroumpfette, de me remémorer les histoires tant de fois lues, L'apprenti Schtroumpf, Le cosmoschtroumpf, Le bébé Schtroumpf, de lire ensuite les aventures du Schtroumpf reporter, qui, pour créer son journal, cherche des scoops mais ne récolte que des cataschtroumpfs.  De découvrir, sur la fin, parmi des tas de doubles, enfin, ceux qui me manquaient.  De troquer de ci de là un dernier petit autocollant.  Et puis le tout dernier, ce jour, 10h40.  On ne se refait pas ma bonne dame, quand on a l'âme d'un gosse de six ans, on l'a pour la vie, et plus encore.

Je tiens tout particulièrement à remercier les lecteurs qui m'ont aidée dans cette tâche ardue, savoir Unicks et ses envois réguliers, Anne-Françoise qui m'a offert non seulement des pochettes mais également l'album et David qui a presque complété la fin de mon album par ses doubles.  Je remercie également Alex (chouette journaliste, qui cherche job, pensez à elle au cas zoù).  Et puis ma voisine.  Et puis mon voisin.  Et puis le fils de mon voisin.  Et puis ma môman et ses amies qui se sont mobilisées.  Et puis mes collègues chéries.  Et puis Delhaize, fournisseur officiel.  Et puis Peyo, créateur des Schtroumpfs, sans qui rien ne serait arrivé.

Voilà, ça fait cérémonie des Oscars, non ?

PS : quelqu'un dispose d'un coffre-fort dans le namurois, je ne voudrais pas que mon appart crame, emportant avec lui les Schtroumpfs, Gargamel, Azraël et Grossbouf (Grossbouf a faim, Grossbouf a trèèès faim).

PS2 : j'ai encore des doubles, s'il vous manque certains numéros, contactez-moi.

album

18
aoû

Les bonheurs du jour

Ou plutôt les bonheurs des jours qui précèdent…

- un film génial au ciné « le premier jour du reste de ma vie »

- une rencontre schtroumpfement sympa ce jour à Namur (elle se reconnaîtra, nom d’un Schtroumpf)

- des fauves plein les mirettes, rayés, tachetés ou unis, grands ou petits, un bonheur immense

- découverte d’un resto libanais à tomber par terre

- un chicon au gratin orgasmique

- un milk-shake inoubliable

- du soleil à chaque fois que j’en ai eu besoin

- retrouvailles avec une amie après cinq ans de silence

- des vacances, du repos, des DVD, des lives, des magazines, du farniente

- et puis une journée bonheur dimanche… dont je vous parle demain…

et chez vous, du bonheur à profusion ?

1
aoû

Les bonheurs du jour

De l'enfance dans ma vie pour deux jours

Journée à la mer demain, yessssssssssss

Découverte des Nenni et Tchuti... et redécouverte des oufti

Des participations à mes concours enfin, tout espoir n'était pas vain

Des parts de bubble town en duo, argh

Et vous, qué bonheur ?