21
nov

Un bébé

Tout d’abord, l’idée fait son chemin.  Elle germe.  Petit à petit, ou d’une façon fulgurante.  Pendant des mois parfois, pour certains.  En l’espace d’une heure, pour d’autres.  Une envie.  Qui grandit qui grandit qui grandit.  Qui s’accroche.  Qu’on oublie parfois, mais qui revient sans cesse, lancinante.  Qui est là, dans un coin de la tête, jour après jour, nuit après nuit.  Et la conclusion d’être toujours identique : écrire un livre.  Alors, la décision est prise. 
 
Une évidence. 
 
Ensuite, vient la « grossesse ».  La « gestation ».  Peut-être la période la plus difficile, car il ne s’agit plus d’idées abstraites, mais d’action.  Avec un crayon ou avec un clavier.  Ecrire.  Page après page, chapitre après chapitre, le « bébé » grandit, évolue.  Phases d’euphorie : « ce que je fais est fabuleux, I’m the best of the best ».  Phase de doute : « autant tout jeter et abandonner ce projet fou ».  Phases de désespoir : « je n’arriverai jamais à rien, personne n’aimera, bouhouhouhouhou ». 
 
Une folie.
 
Et puis, quelques mois plus tard, voilà le nouveau-né qui sort de presse.  Bonheur, angoisse, doutes, joie intense.  Un projet concrétisé.  Il est là.  Il existe.  On peut le toucher, le sentir, le caresser.  C’est enfin une réalité.
 
Une fierté.
 
Que de mois, que d’années, entre la toute première idée folle et l’ouvrage dans les rayons des librairies.  Que d’exaltation, d’angoisses, de plaisir, de rêve.
 
Ce bébé, ce livre, ce n’est pas le mien.  C’est le livre de Bob Boutique, Contes Bizarres.  Je ne vais pas vous dire que Bob est génial et patati et patata.  Je ne vais pas vous dire que ses contes sont extras et patati et patata.  Je l’ai déjà dit.  Et Bob, il n’aime pas ça.
 
Je vais juste vous dire que son livre est enfin disponible.   Que les fêtes approchent et que voilà quoi, achetez-le, offrez-le, lisez-le.  Point à la ligne.  Punt aan de lijn.
 
Bob, toi et ton livre, vous êtes géniaux.  Aaaaargh, ça m’a échappé.
contesbizarres

17
nov

La journée du célibat – épisode 4 – La célibataire – Carrie Adams

lacelibataire
Ce qui m’a frappée lorsque j’ai découvert ce livre (que dis-je, cette brique – clair qu’on en a pour son argent), outre le titre, of course, c’est la bandelette rouge (ça doit porter un nom officiel, mais pas moyen de m’en souvenir) qui indique « convaincue ou remboursée ».  Or, je suis fan des remboursés, des satisfaits ou remboursés, bref, de tout ce qui me permet de manger, boire, me tartiner de crème, et maintenant lire, gratuitement.  Un éditeur qui propose un remboursement en cas d’insatisfaction, ça m’a tout l’air d’être une première !  Alors j’essaie.  En fait, la promo est réservée à la France métropolitaine seulement (versons une larmichette), donc vous les belges, ne vous ruez pas en librairie, enfin si, ruez-vous, mais pour l’acheter et le dévorer, sans autre attente.

Le titre anglais du roman est « the godmother », savoir « la marraine », et ce titre colle à la perfection au roman.  Tessa a beau être célibataire, elle est avant tout marraine, en effet.  Car il ne s’agit pas d’un roman classique de chick lit à la Bridget Jones (sans critique aucune, j’adore Bridget Jones, je vénère Bridget Jones), mais plutôt de l’histoire d’une amitié de longue date entre plusieurs personnages, de leurs galères, de leurs amours, de leurs rancunes, de leurs silences.  Le tout saupoudré de drôlerie intense.  Au centre de l’intrigue, Tessa, célibataire de 36 ans, sans enfant, mais dotée d’une armada de filleuls de tous âges.  Dévouée à leur cause et à celle de tous ses amis, amoureuse en secret, écorchée par la vie.

Au-delà d’un livre amusant, voici un livre prenant, parce que tout n’est pas rose, loin de là, dans la vie de ces personnages tous plus attachants les uns que les autres.

Je trouve d’ailleurs que le résumé de la quatrième de couverture ne sert pas assez le livre, en ce qu’il est fort réducteur par rapport à la qualité de l’ouvrage, insistant sur sa drôlerie, en négligeant son côté véritablement poignant et émouvant, qui fait la force de l’intrigue. 

A lire de toute urgence, au coin du feu !

17
nov

La journée du célibat – épisode 3 – Les nouveaux célibataires – Giuseppe Pignato

nouveaucelib
« Les nouveaux célibataires », ce sont les célibataires du 21e siècle.  Vous.  Toi.  Moi.  Nous.  Parce que nous sommes des millions, dans ma Gelbique, dans votre France, et ailleurs.
 
Célibataires endurcis, célibataires aigris, célibataires meurtris, célibataires épanouis ou célibataires d’une nuit… Ils cherchent tous l’âme sœur.  L’amour.  Le bonheur.  A travers ces quelques histoires, découvrez Sonia, découvrez Donatien, découvrez Giorgio, découvrez-les tous, découvrez leur vie, leurs souffrances, leurs espoirs et leurs doutes.  Ces « nouveaux célibataires » cherchent l’amour partout où ils le peuvent : sur le net, par le biais d’une agence matrimoniale ou simplement dans la vie quotidienne.  Partout.  Leurs vies se croisent et s’entrecroisent, puis se décroisent.
 
C’est un roman.  Une fiction.  Mais dans laquelle nous nous retrouverons tous.  Avec tendresse parfois, avec stupeur souvent, devant l’ampleur du désastre de cette société envahie de moyens de communication... et qui n’a jamais autant engendré d’âmes solitaires.  Car le célibat, on connaît tous, on a tous connu, on connaîtra tous, une nuit, une semaine, un mois ou des années. 
 
Un beau livre, tout simplement.

17
nov

La journée du célibat – épisode 2 – Le manuel des célibataires – Camille Saféris

manuelcelib
Ici point question d’un guide sinistre pour réconforter les pauvres célibataires en détresse que nous sommes (ok ok, je parle pour moi, rien que pour moi, uniquement pour moi).  Que nenni.  Voici un guide drôle et illustré, qui annonce la couleur dès la première page : « ne perdez pas votre temps, c’est à la page 167 que l’on parle sexe » (personnellement j’aurais mis ce chapitre à la page 169, of course… mais en pratique ce fut sans doute impossible). 
 
Dans un style cynique, voire caustique, l’auteur nous offre 1001 conseils, parfois déjantés, parfois bien utiles, pour être un ou une célibataire épanoui(e) dans tous les domaines : boulot, frigo, dodo, et j’en passe. 
 
Je dirais même que ce guide vous démontre par A+B, que le célibat, c’est le pied, que dis-je, le pied intégral, la situation idéale, la vie rêvée, le nec plus ultra, le nirvana nirvanesque.  Caricatural ?  Parfois.  A prendre au second degré ?  Souvent.
 
Et l’auteur d’avertir : si vous êtes célibataire, vous apprendrez à savourer cette situation, si vous n’êtes pas célibataire vous serez tenté de le devenir…  Le ton est donné !
 
A ne pas mettre entre toutes les mains donc… vous êtes prévenus.

17
nov

La journée du célibat – épisode 1

Ce samedi sera entièrement dédié au célibat.  Car après tout, c’est le thème de mon blog, c’est le nom de mon blog, c’est mon statut (versons une larmichette) et puis na.

Tout au long de la journée, donc, je vous présenterai des ouvrages en rapport avec le célibat.  Très en rapport avec le célibat.  Totalement en rapport avec le célibat.  Afin que vous n’ayez aucun doute à ce sujet (et surtout si vous êtes totalement déneuronés, ce dont je doute, car les lecteurs d’Anaïs sont beau, bruns, ténébreux, intelligents, culturés et géniaux), ces ouvrages comportent le mot « célibat » dans leur titre.

Bonne journée du célibat à tous.

PS : les non célibataires (honte sur vous), ont toutefois le droit de lire les billets du jour et d’apprécier les livres qui seront présentés (voire de les offrir à leurs amis ou amies célibataires, parce qu’ils le valent bien).

Illu de Mako
celibataire