17
avr

Guillaume Musso – Je reviens te chercher

(Paru sur Madmoizelle) 
 
Je n’ai jamais aimé la première page d’un livre.  Jamais.  Ni la dernière d’ailleurs.  Ce que j’aime, c’est tout ce qui se passe juste après la première page et juste avant la dernière.  

Pourquoi je n’aime pas la première page, celle où tout commence, ni la dernière, celle où tout s’achève ?  Parce que j’ai toujours cette petite appréhension avant de commencer un nouveau livre.  Et j’ai très souvent cette pointe de vague à l’âme une fois l’ouvrage refermé.

Alors, imagine mon angoisse en commençant le nouveau Guillaume Musso, « Je reviens te chercher », après avoir littéralement dévoré ses quatre premiers ouvrages...  Je me suis jetée sur ce cinquième livre comme un papillon le ferait sur une rose à peine éclose (d’habitude, je t’aurais écrit « comme un morpion sur un pubis », ou « comme une mouche sur une bouse de vache », mais l’image du papillon s’est imposée, c’est inexplicable mais c’est ainsi), et pourtant j’avais peur.  Vraiment peur.

Peur d’être déçue.  De ne pas aimer, tout simplement.  Mon auteur fétiche peut-il à chaque fois me plaire, m’émouvoir, me surprendre, me faire rire ?  Peut-il se maintenir à la hauteur de mes espérances, livre après livre, année après année ?  A-t-il pu à nouveau inventer une histoire qui me captivera, me passionnera, me fera rire aux larmes, ou pleurer avec le sourire ?

Plutôt que me poser encore et encore cette question, j’ai entamé la lecture.  Immédiatement après avoir reçu « Je reviens te chercher ».  Petite appréhension. Première page, puis seconde.  Et le tour est joué.  Je retrouve « mon » Musso, celui que j’aime.  SON style, mélange miraculeux d’amour, de suspens et de ce fantastique qui lui est propre.  Elixir de bonheur.

L’histoire d’un homme qui, en une journée, va voir sa vie entièrement chamboulée, détruite, anéantie…  Mais s’il pouvait revivre ces dernières 24 heures, si cette chance lui était donnée, que ferait-il ?

Inutile de vous en dire plus, car il est impossible de raconter les livres de Guillaume Musso sans tomber dans la platitude intégrale.  Il faut les lire, les vivre, les ressentir.  Pour les aimer.

Et j’ai aimé.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous citerais juste ce passage clé de l’ouvrage, qui en est également le fil conducteur « Dépêchez-vous de vivre, dépêchez-vous d'aimer. Nous croyons toujours avoir le temps, mais ce n'est pas vrai. Un jour nous prenons conscience que nous avons franchi le point de non-retour, ce moment où l'on ne peut plus revenir en arrière. Ce moment où l'on se rend compte qu'on a laissé passer sa chance... »

Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Pour conclure, l’héroïne de l’histoire a dit « Si vous étiez l’homme de ma vie, vous sauriez me surprendre et m’émouvoir.  Là, vous me faites rire ».  Contrairement à elle, pour moi, la conjugaison des trois, savoir rire, surprise et émotion, est la recette idéale, celle dont je rêve.  J’en rêve lorsque je commence un nouveau livre.  Mais également lorsque je rencontre un homme.  Je veux rire.  Je veux être émue.  Je veux être surprise.  A tout moment.  Pas toi ?

Ce fut le cas avec « Je reviens te chercher ».  Pari gagné.  A l’année prochaine Monsieur Musso !

Ma cote d’amour 10

Trois bonnes raisons d’aimer « Je reviens te chercher » :
-    la qualité du livre est identique à celle des précédents
-    c’est captivant de la première à la dernière ligne
-    l’émotion est également au rendez-vous
mussojereviens

11
avr

Mon WE à moi rien qu’à moi tout à moi

Vous allez faire quoi de votre petit WE ?

Le mien s’annonce sous les meilleurs auspices : j’ai quelques pensées (la fleur) à repiquer pour décorer ma terrasse et lui donner un petit air printanier, j’ai quelques pensées (émises par mon neurone) à retranscrire en billets pour ce blog, j’ai quelques amies à voir et on va pouvoir discuter, rire et manger, que demander de plus ?

Que demander de plus !

Pourtant je dois vous confesser que j’ai cette joie d’avoir un « plus » ce WE.

Regardez plutôt ce lien…

Vous y voyez le décompte avant la sortie du nouveau Guillaume Musso, tant attendu par ses fans, dont moi.  

Cinq jours encore à attendre.

Enfin pour certains…

Passque moi, ce WE, je vais lire « Je reviens te chercher », car je l’ai reçu ce matin, nananère.  Je sais, vous bavez de jalousie et d’envie, comme je vous comprends.  C’est dur.  Devoir attendre mercredi en sachant que je vais passer mon WE à le lire, je sais, la vie est cruelle parfois… Injuste et cruelle.

Je compatis.

Mais je vous laisse, je vais entamer ma lecture, je ne peux résister plus longtemps, Guillaume Musso, me voiciiiiiiiiiiiiiiiii.  

Bon WE à tous et toutes.
mussojereviens

Réservez-le !

5
avr

Rebelles ! A ne pas manquer

(Paru sur Madmoizelle)

Rien que ce titre, tout un programme non ? 

Et le résumé de la quatrième de couv’, tu m’en diras des nouvelles « Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu’à l’aube.  Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes.  Mensonges, secrets et scandales. (...) »

Non, ça ne se passe pas à Paris, mais à Manhattan.  Non, ça ne se passe pas en 2008 mais en 1899 !

Je n’aime pas trop les sagas romantico-historiques à la « Autant en emporte le vent », je préfère les sagas romantiques tout court.

J’étais donc un tantinet dubitative... mal m’en a pris.  Car avec Rebelles, dès la première ligne, le ton est donné : suspens, amour, trahison, jalousie, vengeance, liaisons, paillettes, faste et luxe, le tout sur fond de bonne société et de respect des conventions de l’époque, ma bonne Dame.

Pour te résumer brièvement (pléonasme, je sais, mais c’est pour insister sur le fait qu’exceptionnellement, je serai brève de chez brève), Will aime Elizabeth, qui l’aime en retour mais va épouser Henry, lui-même amoureux de Diana, la soeur d’Elizabeth, mais aimé par Penelope...  Un véritable imbroglio de sentiments. 

En 2008, ce noeud de relations qui s’entremêlent et s’entrechoquent aurait sans doute pu être défait, et tout aurait bien fini dans le meilleur des mondes.

Mais nous sommes en 1899, souviens-t’en !  Epoque où rien n’est facile, où les filles rebelles doivent obéir à leur famille, où les hommes rebelles doivent respecter les règles.

Rebelles et le succès de l’année aux States, il débarque ce mois-ci en Europe, et je te conseille de courir l’acheter, tu m’en diras des nouvelles.  Quant à moi, je file continuer ma lecture que j’ai interrompue juste pour t’écrire cet article... je sens déjà le manque me gagner.

Pour te mettre l’eau à la bouche : http://www.rebelles-lelivre.fr/ (Y’a même un test pour savoir laquelle des trois héroïnes on serait... pour ma part je serais Elizabeth... et toi ?)

Ma cote d’amour : 10

Deux bonnes raisons d’aimer Rebelles :
-    ça va te changer des amours modernes et te plonger dans la folie des grandes familles richissimes américaines
-    un roman qui mêle amour et suspens, que demander de plus

Aucune bonne raison de bouder Rebelles...

rebelles

 

Acheter Rebelles en France !

5
avr

Bonne à tout faire – Saira Rao

(paru sur Madmoizelle) 
 
Sheila, récemment diplômée en droit, vient d’intégrer l’équipe des stagiaires de la juge fédérale Friedman.  Que rêver de plus pour débuter une carrière prometteuse ?   La réalité est pourtant tout autre : la juge s’avère être hystérique et colérique, insensible et despotique.  Une vraie terreur de 1m40, chignon compris.  En outre, ses collègues sont paranos, dépressifs, obsédés par leur carrière ou tout bonnement plongés dans une quatrième dimension à laquelle Sheila n’a nullement accès.  Cerise sur le gâteau, son petit ami, étrangement distant, est resté à New-York, et elle se retrouve seule dans son grand appartement (grand, d’accord, mais situé dans le quartier chaud de Philadelphie… tout un programme). 

Son année de stage risque d’être longue, trèèèèèèèès trèèèèèèèèès longue…  Heureusement, un seul de ses collègues semble normal, voire sympathique, voire drôle, voire même légèrement attirant… même s’il a lui aussi une petite amie. 

Ce livre est un condensé d’énergie et de rires.  Malgré un thème léger à la chick lit, il permet toutefois d’en apprendre sur les rouages de la justice américaine, et ce n’est pas pour me déplaire.  Ça change un tantinet des histoires qui se passent systématiquement au sein d’une rédaction d’un magasine mode ou d’un journal célèbre.  Un environnement juridique qui n’enlève rien au ton spontané et furieusement enjoué de ce premier roman de Saira Rao.

Ma cote d’amour 8

Deux bonnes raisons d’aimer Bonne à tout faire :
-    si tu commences un nouveau job et que tu te reconnais (ou que tu crains de te reconnaître) dans la situation de Sheila, ce livre te permettra de dédramatiser ta situation
-    si tu as fortement besoin d’une dose massive de fous-rires… fonce !

Une bonne raison de bouder Bonne à tout faire :
-    si tu as horreur de tout ce qui touche au droit, je te déconseille fortement cet ouvrage
bonnatoutfaire

20
mar

Sale morveuse ! – Gally

(Paru sur Madmoizelle.com) 
 
"Lola, la trentaine, mène une existence pour le moins déprimante.  Pas d'amis, pas d'amoureux, et des journées de looseuse à se faire marcher sur les pieds, humilier, insulter…"

Argh, mais ça parlerait pas d'Anaïs, ce petit livre ?  Non ?  Ah bon, j'aurais cru…

Lola, elle rêve de remonter le temps, de tout changer, de maîtriser enfin son passé.  (Moi aussi, j'en rêve souvent, pas toi ?) Abracadabra, le lendemain matin, elle se réveille.  Tout a changé.  Elle a dix ans.  Elle va enfin pouvoir faire ce qui lui chante… ce qu'elle veut, ce qu'elle a toujours voulu… quoique…

Voilà en résumé "Sale morveuse !", le premier livre de Gally, bloggueuse bien connue et très talentueuse (missgally.com/blog).  Un livre destiné à la "jeunesse", comme ils disent, mais que j'ai adoré (ben quoi, la jeunesse c'est dans la tête hein !).

Un livre tout petit format.  Un livre tout petit prix.  Mais un condensé de bonne humeur.  Parce qu'on rêve toutes, un jour ou l'autre, de revenir en arrière, rentrer dans le ventre de notre mère, et refaire notre entrée chez les hommes (comme le chantait ce bon vieux Michel Sardou).  Tu n'en rêves pas, toi, parfois ?

Trois nouveaux épisodes sont annoncés… Je les attends impatiemment.

Ma cote d'amour : 10

Deux bonnes raisons d'aimer "Sale morveuse !" :
- parce que cette morveuse va pouvoir recommencer sa vie
- parce que c'est drôle… mais si réaliste

Deux bonnes raisons de bouder "Sale morveuse !" :
- on reste sur sa faim
- le format est vraiment petit petit
salemorveuse