11
avr

Mon WE à moi rien qu’à moi tout à moi

Vous allez faire quoi de votre petit WE ?

Le mien s’annonce sous les meilleurs auspices : j’ai quelques pensées (la fleur) à repiquer pour décorer ma terrasse et lui donner un petit air printanier, j’ai quelques pensées (émises par mon neurone) à retranscrire en billets pour ce blog, j’ai quelques amies à voir et on va pouvoir discuter, rire et manger, que demander de plus ?

Que demander de plus !

Pourtant je dois vous confesser que j’ai cette joie d’avoir un « plus » ce WE.

Regardez plutôt ce lien…

Vous y voyez le décompte avant la sortie du nouveau Guillaume Musso, tant attendu par ses fans, dont moi.  

Cinq jours encore à attendre.

Enfin pour certains…

Passque moi, ce WE, je vais lire « Je reviens te chercher », car je l’ai reçu ce matin, nananère.  Je sais, vous bavez de jalousie et d’envie, comme je vous comprends.  C’est dur.  Devoir attendre mercredi en sachant que je vais passer mon WE à le lire, je sais, la vie est cruelle parfois… Injuste et cruelle.

Je compatis.

Mais je vous laisse, je vais entamer ma lecture, je ne peux résister plus longtemps, Guillaume Musso, me voiciiiiiiiiiiiiiiiii.  

Bon WE à tous et toutes.
mussojereviens

Réservez-le !

5
avr

Rebelles ! A ne pas manquer

(Paru sur Madmoizelle)

Rien que ce titre, tout un programme non ? 

Et le résumé de la quatrième de couv’, tu m’en diras des nouvelles « Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu’à l’aube.  Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes.  Mensonges, secrets et scandales. (...) »

Non, ça ne se passe pas à Paris, mais à Manhattan.  Non, ça ne se passe pas en 2008 mais en 1899 !

Je n’aime pas trop les sagas romantico-historiques à la « Autant en emporte le vent », je préfère les sagas romantiques tout court.

J’étais donc un tantinet dubitative... mal m’en a pris.  Car avec Rebelles, dès la première ligne, le ton est donné : suspens, amour, trahison, jalousie, vengeance, liaisons, paillettes, faste et luxe, le tout sur fond de bonne société et de respect des conventions de l’époque, ma bonne Dame.

Pour te résumer brièvement (pléonasme, je sais, mais c’est pour insister sur le fait qu’exceptionnellement, je serai brève de chez brève), Will aime Elizabeth, qui l’aime en retour mais va épouser Henry, lui-même amoureux de Diana, la soeur d’Elizabeth, mais aimé par Penelope...  Un véritable imbroglio de sentiments. 

En 2008, ce noeud de relations qui s’entremêlent et s’entrechoquent aurait sans doute pu être défait, et tout aurait bien fini dans le meilleur des mondes.

Mais nous sommes en 1899, souviens-t’en !  Epoque où rien n’est facile, où les filles rebelles doivent obéir à leur famille, où les hommes rebelles doivent respecter les règles.

Rebelles et le succès de l’année aux States, il débarque ce mois-ci en Europe, et je te conseille de courir l’acheter, tu m’en diras des nouvelles.  Quant à moi, je file continuer ma lecture que j’ai interrompue juste pour t’écrire cet article... je sens déjà le manque me gagner.

Pour te mettre l’eau à la bouche : http://www.rebelles-lelivre.fr/ (Y’a même un test pour savoir laquelle des trois héroïnes on serait... pour ma part je serais Elizabeth... et toi ?)

Ma cote d’amour : 10

Deux bonnes raisons d’aimer Rebelles :
-    ça va te changer des amours modernes et te plonger dans la folie des grandes familles richissimes américaines
-    un roman qui mêle amour et suspens, que demander de plus

Aucune bonne raison de bouder Rebelles...

rebelles

 

Acheter Rebelles en France !

5
avr

Bonne à tout faire – Saira Rao

(paru sur Madmoizelle) 
 
Sheila, récemment diplômée en droit, vient d’intégrer l’équipe des stagiaires de la juge fédérale Friedman.  Que rêver de plus pour débuter une carrière prometteuse ?   La réalité est pourtant tout autre : la juge s’avère être hystérique et colérique, insensible et despotique.  Une vraie terreur de 1m40, chignon compris.  En outre, ses collègues sont paranos, dépressifs, obsédés par leur carrière ou tout bonnement plongés dans une quatrième dimension à laquelle Sheila n’a nullement accès.  Cerise sur le gâteau, son petit ami, étrangement distant, est resté à New-York, et elle se retrouve seule dans son grand appartement (grand, d’accord, mais situé dans le quartier chaud de Philadelphie… tout un programme). 

Son année de stage risque d’être longue, trèèèèèèèès trèèèèèèèèès longue…  Heureusement, un seul de ses collègues semble normal, voire sympathique, voire drôle, voire même légèrement attirant… même s’il a lui aussi une petite amie. 

Ce livre est un condensé d’énergie et de rires.  Malgré un thème léger à la chick lit, il permet toutefois d’en apprendre sur les rouages de la justice américaine, et ce n’est pas pour me déplaire.  Ça change un tantinet des histoires qui se passent systématiquement au sein d’une rédaction d’un magasine mode ou d’un journal célèbre.  Un environnement juridique qui n’enlève rien au ton spontané et furieusement enjoué de ce premier roman de Saira Rao.

Ma cote d’amour 8

Deux bonnes raisons d’aimer Bonne à tout faire :
-    si tu commences un nouveau job et que tu te reconnais (ou que tu crains de te reconnaître) dans la situation de Sheila, ce livre te permettra de dédramatiser ta situation
-    si tu as fortement besoin d’une dose massive de fous-rires… fonce !

Une bonne raison de bouder Bonne à tout faire :
-    si tu as horreur de tout ce qui touche au droit, je te déconseille fortement cet ouvrage
bonnatoutfaire

20
mar

Sale morveuse ! – Gally

(Paru sur Madmoizelle.com) 
 
"Lola, la trentaine, mène une existence pour le moins déprimante.  Pas d'amis, pas d'amoureux, et des journées de looseuse à se faire marcher sur les pieds, humilier, insulter…"

Argh, mais ça parlerait pas d'Anaïs, ce petit livre ?  Non ?  Ah bon, j'aurais cru…

Lola, elle rêve de remonter le temps, de tout changer, de maîtriser enfin son passé.  (Moi aussi, j'en rêve souvent, pas toi ?) Abracadabra, le lendemain matin, elle se réveille.  Tout a changé.  Elle a dix ans.  Elle va enfin pouvoir faire ce qui lui chante… ce qu'elle veut, ce qu'elle a toujours voulu… quoique…

Voilà en résumé "Sale morveuse !", le premier livre de Gally, bloggueuse bien connue et très talentueuse (missgally.com/blog).  Un livre destiné à la "jeunesse", comme ils disent, mais que j'ai adoré (ben quoi, la jeunesse c'est dans la tête hein !).

Un livre tout petit format.  Un livre tout petit prix.  Mais un condensé de bonne humeur.  Parce qu'on rêve toutes, un jour ou l'autre, de revenir en arrière, rentrer dans le ventre de notre mère, et refaire notre entrée chez les hommes (comme le chantait ce bon vieux Michel Sardou).  Tu n'en rêves pas, toi, parfois ?

Trois nouveaux épisodes sont annoncés… Je les attends impatiemment.

Ma cote d'amour : 10

Deux bonnes raisons d'aimer "Sale morveuse !" :
- parce que cette morveuse va pouvoir recommencer sa vie
- parce que c'est drôle… mais si réaliste

Deux bonnes raisons de bouder "Sale morveuse !" :
- on reste sur sa faim
- le format est vraiment petit petit
salemorveuse

29
fév

Toubib or not toubib – Agnès Abécassis

Paru sur Madmoizelle.fr 
 
Voilà.  J’ai enfin lu mon premier « Agnès Abécassis ».  Je dois sans doute être une extra-terrestre, vu le succès rencontré par ses premiers romans « Les tribulations d’une jeune divorcée » et « Au secours, il veut m’épouser », contant la vie de la même héroïne, Déborah.

Incroyable, me direz-vous, pour quelqu’un comme moi, fan de chick lit.  Mais vu que je n’ai jamais divorcé, et vu que je n’ai jamais été demandée en mariage (versons une larme sur cette réalité réellement très très triste), il faut croire que les titres m’ont peu interpelée…  

Dans Toubib or not toubib, on change totalement de registre, puisque l’ouvrage raconte les aventures de Yohanna, jeune doctoresse parisienne qui partage son cabinet avec un gynéco pas toujours rigolo une dentiste au look d’artiste et un acupuncteur un tantinet dragueur.  Lorsque sa vie  croise celle d’un psy réputé, certains phénomènes étranges amènent Yohanna a se poser des questions sur sa santé psychique… Quels sont ces nouveaux pouvoirs dont elle semble bénéficier ?

Je ne t’en dirai pas plus… préférant te laisser découvrir cette histoire rocambolesque et drôle, à lire partout et n’importe quand… mais à éviter si tu commences justement une psychothérapie !

Pour ma part… je ne la ferai pas longue, je vais de ce pas tenter de me dégotter les deux premiers ouvrages d’Agnès Abécassis.

Dernière chose et petit détail rigolo : la courte biographie reprise sur la quatrième de couverture, précise « Agnès Abécassis est née en 1972, ce qui lui fait donc aujourd’hui à peu près vingt-cinq ans… »  J’adore.  J’adhère.  Voilà un avant-goût de ce qui t’attend dans ce livre… et puis voilà une présentation que j’aimerais que l’on fasse de moi le jour où je sortirai mon premier livre, parce que moi aussi, j’ai « à peu près vingt-cinq ans » (et pour toujours, na).

Ma cote d’amour 8

Une bonne raison d’aimer Toubib or not toubib :
-    si tu traînes souvent dans les salles d’attente de médecins, ça te permettra de joindre l’utile à l’agréable

Une bonne raison de bouder Toubib or not toubib :
-    si tu traînes souvent dans les salles d’attente de médecins, ça risque de te stresser un tantinet… mais juste un tantinet
toubib