2
jui

Journée lecture : Patch* (pour être belle - Rivka Valérie Nahmias)

(paru sur Madmoizelle.com) 
J'ai reçu un patch pas comme les autres.  Pas un patch à me coller sur la cuisse pour faire fondre la cellulite.  Pas un patch à me scotcher sur l'épaule pour arrêter de fumer (toute façon je fume pas, na).  Pas un patch contraceptif non plus.  Un patch à lire.  Tu lis bien, à lire !

Patch* est en effet une nouvelle collection girly (comme on dit) de petits guides pratiques, édité par les Editions First et illustrée par la célébrissime Pénélope Bagieu, qui décidément est partout, et c'est tant mieux.  Le cadeau bonus de la collec', c'est que les illus de Pénélope ont même envahi l'intérieur du bouquin.  Et là je dis bravo, car quand on aime, on ne s'en lasse jamais.

Ceci dit, il va de soi que la collection Patch* ne propose pas que des images, loin de là.  Elle fourmille de conseils utiles pour nous, les filles.  Le tout agrémenté de petits témoignages bien rafraîchissants.

Tu y apprendras ainsi à déterminer ton type de peau (la mienne est grasse ascendant cernée), à t'épiler sans t'arracher les cheveux, à te maquiller sans que l'on puisse imaginer que tu es gogo danseuse ou présentatrice TV (nan je ne fais pas d'amalgame, c'est juste que pour avoir côtoyé des présentateurs TV lors d'une grande soirée de charité belge, j'ai pu remarquer combien ils étaient tous et toutes tartinés d'un magma de maquillage posé à la truelle).  Bref, à prendre soin de toi, jour après jour, saison après saison.

D'autres titres sont prévus, et c'est à croire que l'éditeur a créé cette collection rien que pour moi, car après Patch* pour être belle, voici Patch* pour trouver l'homme de sa vie, qui sera suivi très bientôt de Patch* pour être mince et Patch* pour garder sa zénitude.  Sauf erreur et jusqu'à preuve du contraire, je suis célibataire, adipeuse et stressée.  De plus, je ne suis point une Claudia Chou-fleur, à mon grand désespoir. Alors si cette collection n'est pas pour moi, je me demande pour qui elle serait.  Serions-nous nombreuses à nous identifier un tant soi peu à l'un de ces quatre titres prometteurs, voire à plusieurs d'entre eux ?  Je le pense...  Alors, bonne lecture...

Ma cote d'amour : 10

Deux bonnes raisons d'aimer Patch* pour être belle :
- y'a une tête à maquiller made by Pénélope Bagieu inside, si, si, je te le jure, démentiel et régressif non ?
- les adresses de sites web bien utiles et les témoignages

Deux raisons de bouder Patch* pour être belle :
- si tu n'as pas besoin d'être encore plus belle, tout simplement (oups... un Patch* pour être modeste, ça te tente ?)
- pas de table des matières, donc pas toujours facile pour s'y retrouver ou pour trouver une info sur un thème précis
patchpouretrebelle
patchpourtrouverhommedesavie

2
jui

Journée lecture : La consolante - Anna Gavalda

On l’attendait impatiemment.  Très impatiemment puisque, sauf erreur, Ensemble c’est tout a trois ans déjà.  Le challenge était difficile, vu le succès incroyable du précédent ouvrage.

Vous le savez (et si vous ne le savez pas, vous le saurez ici), j’ai adoré Ensemble c’est tout en film, puis je l’ai adoré en livre, lu l’an dernier seulement.  Un retard que j'ai rattrapé en lisant le livre en une après-midi.  Tant qu'à le lire, autant le lire passionnément.

Alors vous imaginez combien je me réjouissais de découvrir enfin La consolante.

C'est maintenant chose faite...

Le style est original, un peu différent d'Ensemble, c'est tout, me semble-t-il, avec des phrases ultra courtes, sans sujet.  Des phrases clé, des phrases choc. 

Il m'a cependant fallu un petit temps pour entrer dans l'histoire, mais une fois que ce fut chose faite, elle est captivante et prenante, cette histoire.  Pour ma part, cela m'aura pris 169 pages... c'est beaucoup et à la fois très peu, lorsque l'on voit la brique qu'est ce livre. 

Le héros a une bonne quarantaine d'années, une vie plan-plan, une épouse qu'il aime sans doute encore un peu, une belle-fille qu'il aimera sans doute toujours. Il vit.  Enfin, souvent, il survit.  Jusqu'à ce qu'une nouvelle vienne totalement chambouler sa vie, le replonge dans son passé, pour une introspection dont il ne sortira sans doute pas indemne...

Le lecteur, également, ne sortira peut-être pas imdemne de ce livre.  A vous de voir.  Ou plutôt, de lire.

Seul conseil que je vous donnerais : ce livre est à déguster dans un calme absolu, car il nécessite une certaine concentration.  Et puis il est lourd.  Alors évitez, comme moi, de le lire au milieu d'un bus bondé, surchauffé et bruyant.
la-consolante

31
mai

La journée lecture...

... est reportée à lundi, étant donné que je suis malade comme un chien et incapable de vous pondre quoi que ce soit...

22
mai

Coups bas et talons hauts - Tonie Behar

Quand Tonie Behar m'a annoncé qu'elle sortait un nouveau livre, j'ai sauté de joie.  Passque j'avais adoré son premier roman, "La sieste, c'est ce qu'elle fait de mieux", à la fois drôle et touchant, lu le jour de mon anniversaire, seule, au Villeroy, à "ma" table estampillée Anaïs par je-ne-sais-qui (à lire ou relire ici si vous le voulez).

Dès réception du précieux ouvrage, paru chez Lattès, excusez du peu, je me suis vautrée sur un transat, au soleil (enfin à l'ombre, mais pour moi, c'est au soleil) et j'ai lu.

L'histoire se passe à Paris.  Dalhia, notre héroïne, est attachée de presse.  Ce qui lui permet d'évoluer dans le faste et le glamour... mais sans amour (rien n'est parfait en ce bas monde).  Pourtant, y'en a bien un, là-bas, dans le genre brun ténébreux craquant, dont elle ferait volontiers son quatre-heures...  Vu qu'il est inaccessible (mais je ne vous dirai pas pourquoi, histoire de ménager le suspens), elle se console avec les hommes qui peuplent ses nombreuses listes : "les hommes qui vont l'inviter au resto", "les hommes à qui elle plait", "les hommes qui lui plaisent juste un tout petit peu"...  Clair qu'elle a l'embarras du choix... sauf que son choix est fait, d'ores et déjà.  C'est ça l'amour avec un grand A.

Dois-je vous préciser que j'ai a-do-ré ce livre?  Que nenni, j'imagine.  Vous l'avez compris.  Puisque c'est typiquement le genre de livre que j'aime : une comédie romantique.  Avec du rêve, de l'humour et de l'amour toujours.  Sans prise de tête, ou alors juste un bref instant, relativement à l'avenir de l'héroïne.  Des prises de tête légères, en d'autres termes.

Un livre parfait pour partir en vacances et se détendre en beauté.  Argh, je réalise à l'instant que j'aurais dû me le garder pour mon WE thalasso en juin prochain...  Il aurait parfaitement convenu.  Dommage.  Tonie, tu n'as rien d'autre en stock ?

Outre le fait que ce livre est génial, je me dois de vous dire que l'auteure l'est tout autant.  Elle gère le site www.comedieromantique.com, c'est d'ailleurs ainsi que j'ai fait sa connaissance et sympathisé un tantinet avec elle.  Et que je l'ai tutoyée, comme d'habitude sur la toile.  Pour découvrir, via sa biographie reçue de l'éditeur, sa "vraie" vie et son passé professionnel époustouflant.  Argh.  Diantre.  Sacrebleu.  Oups, Tonie, je peux continuer à te tutoyer après tout ça ?

coupsbas

6
mai

Envie de fraises

Un dimanche plein de soleil.  Une journée chaude qui s'annonce.  J'ai envie de fraises.  Glups.  Serait-ce ça, ce petit bedon qui m'accompagne depuis quelques temps ?  Nan, c'est juste l'abus de pizzas et chocolat qui me vaut ça.  Mais j'ai envie de fraises.

Fait rarissime.  Je n'ai jamais envie de fruits.  Je n'aime pas les fruits.  Ou plutôt, les fruits ne m'aiment pas.  Pas vraiment une allergie, mais presque.  Chaque quartier de pomme me cause des douleurs buccales, chaque bouchée de kiwi est un déplaisir tant l'acidité ronge mes (ba)joues.  Ne parlons pas des ananas qui sont un supplice.  Donc j'ai appris à ne pas aimer les fruits.  Depuis l'adolescence, époque où chacun d'eux me causait un aphte. 

Mais en ce dimanche ensoleillé, j'ai envie de fraises.

Et ça tombe bien, j'en ai dans mon frigo.  Parfois, un petit rien rend la vie si belle.  Un énorme ravier de fraises belges.  Petites.  Colorées.  Odorantes.  Pas encore des fraises de Wépion, les meilleures de Belgique et du monde (et même d'encore plus loin que le monde).  Mais pas non plus des espagnoles qui goûtent et qui sentent l'eau, enfin l'agua.  De bonnes fraises belch'.

Alors je m'offre une régression.  Je cuis un petit pain au four, très légèrement.  Pendant ce temps, j'équeute et j'écrase mes fraises.  Je les arrose de sucre.  Du vrai.  Pas cet édulcorant insipide.  Pour de vraies fraises, il faut du vrai sucre.

Une fois le petit pain doré, je le laisse tiédir.

Et puis je m'installe sur ma terrasse.  Un bout de soleil l'éclaire déjà.  Je saisis un livre.  Et je me régale.  Comme quand j'étais môme.  Le pain est envahi de bouts de fraises.  Sa mie est imprégnée de jus.  Et c'est bon.  Mais bon.  Nirvanesque.  Orgasmique.

Y'a des jours comme ça où tout s'emboîte pour un moment parfait : un ravier de fraises, un petit pain moelleux à souhait.

Et un livre.  De circonstance.  Totalement.

"Viens !" de Monique Ayoun.

L'histoire de Carole qui ne parvient pas à avoir envie de fraises, elle.  Parce que bébé se fait attendre.  Comme son époux n'y met aucune bonne volonté, elle décide de prendre un amant afin d'avoir le bébé tant espéré.  Na.  Mais elle n'est pas au bout de ses surprises...

Un livre qui interpelle car il traite, avec humour et réalisme, du problème de la fertilité décroissante chez les femmes à l'approche de la quarantaine.  Un livre qui étonne car il mélange cette envie de bébé aux envies sexuelles de l'héroïne.  Un livre qui remet, mine de rien, en cause les dictats de notre société : travaille, marie-toi, fais un bébé, respecte les règles, fonds-toi dans la masse, ...  Un livre qui se lit vite, qui captive, qui étonne, qui choque parfois, qui fait sourire et réfléchir aussi...

Ma cote d'amour : 8

Deux bonnes raisons d'aimer "Viens !"
- si une seule fois dans ta vie tu dû subir les phrases du type "alors, tu nous fais un petit bientôt ?" (ou version plus trash "alors ça vient ce bébé titchu").
- si tu as envie d'avoir envie de fraises, mais que rien ne se passe, à ton grand désespoir.

Une bonne raison de bouder "Viens !"   
- si tu n'aimes que le "politiquement correct" de la société moderne.
viens